Récit

 
 
Le Canada
 




Donc après une fouille longue et minutieuse j’entre au Canada ! Dans l’état de l’Ontario, il y a plus de vie que de l’autre coté de la frontière ou Détroit dépéris. Toujours les même énorme voiture, les maisons en carton ou presque. Je cherche un endroit ou planter la tente mais c’est vite galère, y a des maisons partout, si bien que je fini à coté de la route, dans une propriété ou on plante des arbres, je me cache entre quelque rangé d’arbre trop ordonné pour me dissimuler correctement mais bon… il fait déjà nuit et je suis rincé, demain je vais le levé tôt pour ne pas me faire surprendre.



Je ne sais pas trop ou aller au canada, j’ai pas mal de temps avant mon vol et je ne veux pas aller à Montréal directement. Je m’aperçois (car je ne le savais pas vraiment avant) que les chutes du Niagara sont sur la frontière Américo-Canadienne, je décide d’y aller.
 
 


Juste avant je campe encore dans un dépotoir, les villes sont très étendu et le seul moyen de s’en approché et de ne pas dormir à l’hôtel, c’est des terrains vagues. Le lendemain je suis avec mon vélo dans la ville de Niagara falls. La ville est étrange près des chutes dans le centre ville, il y a des casinos et des pubs des hôtels mais le tout est burlesque, je vois un bâtiment tombé avec King Kong dessus !



Les chutes sont impressionnantes et je ne regrette pas le détour, en faite il y a deux endroit bien distinct, celle de l’autre coté de la rivière, coté Américain et celle sur la frontière, celle-ci je peux m’approcher sans prendre le bateau. C’est très touristique et très beau. Mais plus du tout sauvage.
 
 
 
 Je croise une sorte de manifestation. C’est plutôt 3 pinpins qui tournent en rond avec des belles pancartes… Je comprends que les manifestations françaises (nouvelle marque de fabrique de notre beau pays) peuvent les impressionner !

 
 
 
 


Je roule vers Toronto, la encore je galère pour camper, la pluie s’en mêle et je fini trempé comme une soupe contre le mur anti bruit d’une autoroute, nuit de rêve ! Mais bon dieu ! Ou sont les grands lacs, les forêts immenses peuplées d’ours de caribou et d’orignaux ?? Bon inutile de vous vendre du rêve, je ne verrais occupe de ses belles bêtes.
 
 
 
 
 

Mais passé Toronto, je longe le bord du grand lac Ontario. Je m’y baigne même une fois malgré les températures. C’est plus une douche qu’une baignade d’ailleurs… ça commence à sentir le poney resté dans son box tout l’hiver !



Non pas que je m’apprête à aller à une soirée ou à un gala, mais quand on ne peut plus se servir de ses fringues du jour (de la semaine plutôt !) pour oreiller la nuit parce que ca pique les yeux ! C’est le signe infaillible qu’on sent le mort (peux être que c’est pour ça que je n’ai pas vu de grand mammifère ?? ses rusés être auront sentis ma présence ! mais là j’extrapole et me perd en circonvolutions !). Bref je flinguais.
 
 
 
 
Enfin je trouve une petite route, qui m’emmène par forets et lacs, je m’y sens bien (on parle plus d’odeur là !). Je prends des journées à regarder le temps passé, un luxe que je sais rare et dont je savoure chaque instant, car oui c’est la fin du voyage qui arrive, dans quelque jours je serais au Québec et en Europe peux après. Je ne sais pas comment je me sens… Fatigué de la vie de vagabond, au grand air. Comment peut-on être fatigué d’une vie sans stress, horaire ou devoir ? Et pourtant…
 
 
 
 
 
 



Je profite donc de ce moment en sachant que j’approche de Montréal, je passe la frontière du Québec. Les panneaux STOP sont remplacés par des panneaux ARRET, les gens parlent un français haut en couleur que j’adore.
 
 
 Ils sont sympas pour la plupart. D’un coup d’un seul me voilà au centre ville de Montréal, en train de porter ma remorque dans une auberge de jeunesse. Remplis de jeune venu de chine, du Mexique, de Belgique, de France. Venu pour des études, des vacances, prendre un nouveau départ dans ce qui semble un nouvelle El Dorado ! El Dorado frisquet en hivers, tellement que certain vive sous terre. On peut relier certain immeuble à ce réseau de tunnel pour aller dans des centres commerciaux sous terrain, des restau, et remonter sous son boulot, c’est le plus grand sous terrain du monde à ce qui parait !



Montréal est une ville punk pour moi, pas junky mais punk, les gens ont des styles décalé, y des concerts organisés à la sauvette dans des ruelles, des graffs de partout.
 
 

 Je trouve qu’il y fait bon vivre, pourtant, après un passage chez le coiffeur, je dois prendre mon avion. J’ai fini ma remonté des états unis. J’appréhende un peu mon retour, l’Europe ! Comment ça va ce passé ? Je vais faire quoi à la maison ? Enfin je n’y suis pas encore, j’atterrirais à Bruxelles, ou je vais revoir Sophie, ça aussi je me demande comment ça va ce passer ! Et ensuite il restera un bout avant Saint Félix…
 Ps : ça c'est les policiers devant un truc de vidéo porno, je laisse votre immagination créer l'histoire...
 
 
 
Etats Unis d'Amérique partie 3 et fin


 Vegas!...


The place to be ! Mais avec des potes, parce que tout seul… 
Déjà pour loger c’est pas facile, j’ai trouvé un genre de Trailer Park, un parc a caravane, en faite la plupart des gens vivent la a l’année. Dans une caravane ou un mobile home, qu’ils ont monté sur des brique et l’on transformer tant que faire ce peux en maison… 
Bref je campe dans ce truc en face d’un type sympa mais étrange… un ancien du Vietnam qui a plus tous les neurones dans le bon sens et me dit de me méfier de tout le monde. Enfin il m’invite à boire du rouge, il sort la bouteille, deux verres en plastique Coca Cola et des glaçons… c’est sans doute plus buvable comme ca.
De mon Trailer Park je prends un bus à la tombé de la nuit pour aller sur le Strip, seule rue avec des casinos de partout, et c’est d’ailleurs toujours une seule rue qu’on voit dans les films.


Je traine un peu devant le Montesito et les autres casinos immense, je vois la tour Eiffel et la statue de la liberté un grand 8 quasiment sur la rue. J’entre finalement dans un de ses géants. La, plus d’horloge plus de fenêtre que de la lumière qui clignote de partout, des gens bien sapé et d’autre en short et Tongue, je joue 5dollars pour dire d’avoir joué. Je me ballade et n’arrive plus à sortir du truc, je trouve plus de sortie ! Je passe devant une salle de spectacle juste pour le cirque du soleil, une autre avec des grands chefs sur les affiches dont Joël Robuchon, Tin mais elle est où cette sortie ??



A chaque fois que je demande on me renvoi à l’autre bout du casino. Table de poker privé, grosse Chevrolet qui tourne sur un présentoir. Enfin je sors et rentre tranquillement entre les putes et les clodos. Les maisons close sont interdite a Vegas, mais pas dans le conté d’à coté, du coup y a plein de pub partout. 


Encore une fois, jme serai surement bien marré avec mes potes, mais tout seul c’est triste. Je roule.

J’arrive sur la mythique Route 66, donc seul quelque petit morceau sont encore existant et roulant. On y voit les squelettes d’une Amérique en pleine expansion. 



Sur la 66 je casse mon guidon, fendu ! Dommage… Sans être la pièce principale de ma monture, elle sert quand même ! Je roule en tenant la barre qui descend vers les roues. 



Un vieux mécano me ressoude ca vite fait, je repars. 2miles plus loin reCrak ! Sur tout mon vélo il ni a qu’une pièce en aluminium, et évidement c’est celle la ! (en même temps on me la vendu en me disant qu’il ni avais pas d’alu...) 



Bref je veux pas retourner voir l’ancien et continu à déambulé sur mon vélo cassé jusqu’au soir. La je suis prêt d’une fabrique qui découpe des pierres. La je trouve le stéréotype même du jeune américain campagnard a la Clark Kein (superman). Il doit avoir 25/30 ans, 1 m 85 carré comme une armoire, la mâchoire carré, jean plein de graisse et troué avec des genres de santiag avec le bout ferré. Moi dans mon habituelle bonne humeur : « c’est quoi ce con la ! » le type fini son doctorat en astrologie marié et père, il taf la pour payer ses études. Encore une fois : « c’est quoi ce con ! »
Bref on passe la matinée à discuter, il est super cool et répares tellement bien mon vélo que j’ai réussis à le ramener a la maison !




Je me dirige vers le Grand canyon !

Un jour avant je tombe sur un cyclo belge. Incroyable mais vrais on a fait a peu près le même parcours dans la même période, et on a jamais entendu parler l’un de l’autre ! Ce qui est très rare quand on est sur la route. On sait toujours à peu près qui est devant on derrière à 2/3semaines près. On à même rencontrer les même personnes.
On campe et faisons un grand feu de joie ou on se raconte nos différentes anecdote. Il s’est pris des rochers sur la tente en pleine nuit !!




Le lendemain on fait le grand canyon, on reste bloqué devant l’immensité, je crois que c’est un poster géant, impression très étrange ! La on rencontre un cyclo koréan qui début un tour. On roule ensemble, et après 3 crevaisons étranges de ma part on campe autour d’un feu de joie, encore.
Le lendemain je fais que crevé, je ne sais pas trop ce qu’il se passe, et jamais on même endroit !!

Après avoir utilisé toute mes chambres et celles de mes comparses, on invente des systèmes pour réparé un arrachement de valve… je m’arrête a la première station service âpres 4-5h de réparation et de route. 
Je dis adieu et bonne route à mon pote belge, et reste avec le Koréan qui est malade comme un chien. On plante les tente derrière la station, village d’une 30ene d’âme… la je décide de faire du stop pour aller en ville a 100bornes. 


Une indienne Navajo me prend et m’explique un peu comme ce passe la vie pour elle ici, dans la réserve, et en dehors. Certaine coutume ancestrales et l’histoire du pays vus de son coter. C’est très intéressant, mais ca va devenir barbant si je le raconte la ! 

En ville je rachète une jante, des chambres et un pneu. Stop pour le retour a la station et je retrouve mon Korean, un peu plus veillant, qui c’est  lié d’amitié avec un vieux complètement bourrer qui lui dit qu’il peut se doucher chez lui. Heu… moi jvais passer mon tour ! Je suis pas si sale en plus ! Jme suis encore passé dans une rivière y a pas deux jours ! 

Je laisse le Korean 2 jours après, nos chemins se sépare et le vent de face commençait a le fatigué comme il faut ! J’entre dans la réserve Hopi et Navajo et dans la Monument valley. Endroit devenu célèbre par les films de Cowboy et indien tournée ici. L’endroit est fantastique. Je suis impressionné mais j’ai pas le temps de m’attarder, le prochain point eau et nourriture est loin, et le vent souffle fort.


J’attaque les Rocheuses, deuxième chaine avec la Sierra Nevada qui traverse les états Unis du Nord au Sud. Et la Crack ! Je casse une jante ! La c’est le coup de pot, je suis à 100m d’un magasin de vélo, et juste avant 2-3 jours de montagnes. (Dans ses moment la, faut essayer de trouver les bons coter dans toutes les poisses qui arrive !) Bref coup de pot, je peu changer ma roue pour une somme bien rondelette… 
 
Je monte les dernières montagnes de mon tour ! La sous les sapins, sur la neige… Un loup !! Un vrai loup, en liberté et tout ! Ok je m’emballe, mais j’étais comme un fou ! 

Passé les Rocky mountain, mon voyage est devenu terriblement chiant ! Une route plate comme la table. Du vent, des champs très peu de village. Bienvenue dans le centre des USA…


 y a bien eu un petit incident ou j’ai faillis foutre le feu a tout l’état du Colorado, mais comme je préférerais finir ce récit rapidement et sans avoir perdu trop d’estime, je ne vais pas le raconté. Haha désolé !











Si y a eu aussi une nuit terrible ! J’étais à une petite semaine de Chicago, et un avis de tempête avait été donné. En début de soirée j’avais opté pour le camping municipal d’une ville de peu être 5000 habitants. (Déjà parce que je voulais aller acheter a manger, ensuite j’étais crevé et dernièrement le camping était pas surveiller j’avais de l’eau et de l’elec et je comptais partir tôt le lendemain…)
Bon ça souffle un peu, puis calme plat pendant 2 heures. C’est ça une tempête ?? Rigolo va.

Et la d’un coup, des gouttes énormes, des graillons, et les vents les plus terribles que j’ai vu. La tente était plié sur moi, j’arrivais pas à la repousser pour sortir. Je dois l’avouer j’avais un peu une monté de stress ! « Es que c’est possible que je m’envole dans ma tente ? » « Es qu’un truc va me tomber dessus ? Avec leur baraque en carton ! Si jme prend une tôle à travers j’aurais plus jamais besoin dme coupé les ongles de pieds ! » « Bon aller faut que je bouge. »

Pas loin a 15m y a un espace qui semble bien ! Entre 2 maisons, environ 1m50 de large. Je sors et tire ma tente la pas, la jme dis : « merde mais je suis a poil ! Si les flics passent je suis bon pour passer une nuit au chaud ! Pourvu que les flics passent ! » 

Les flics ne sont pas passés, je suis resté une heure entre les deux maisons, de l’eau glacée entrait de partout et la tente tapait contre les maisons à en tordre les arceaux ! Je décide donc de faire une boule avec ma tente et ce qu’il y a dedans, de bourrer ca dans la remorque, et de tenter un hôtel. 
La vérité ? J’en ai chié des ronds de chapeau ! Mon poncho me venait dans la tronche, j’étais trempé comme une soupe, je caillais et l’hôtel était évidement fermé. 
J’ai fini devant une porte condamné avec donc des murs sur trois cotés et une avancé au dessus de la tête, j’ai mis un truc sous mes fesses, en position fœtale pour pas avoir trop froid et je regardais leur d’une enseigne de pharmacie pour voir quand il ferrait jour. 
Et la température… Ha ca remonte ! 25 degré … Fahrenheit.







Quelque jour plus tard j’entre dans Chicago. La ville est comme dans mon imagination, pas belle mais pleine de charme ! Old school, on peut imaginer la mafia et leur grosse voiture. 









Je finis par détroit, ou pour passer la frontière je dois passer sur un pont… Interdit aux vélos et aux piétons ! Je dois payer un taxi pour 1km !! Les douanières Canadiennes ont du me trouvés très à leur gout avec ma barbe de 2mois, parce que c’est avec moi quand on été les plus minutieuse pour fouiller toute la remorque, étudier mes papiers, fouiller dans mes road book et regarder les photos de mon appareil !!





Etats Unis d'Amérique partie 2



Je suis enfin a San Francisco, mon arrivé est un peu mouvementée… je me fais insulté parce que je roule sur la voie rapide enfin je la quitte avant de manger un par choc.


La j’ai pris contact avec des mecs sur warshower, je les rencontre. Ils sont super cool, une coloc de ¾ mecs dans un super appart ou j'ai une chambre avec vu sur le fameux pont. Je visite la ville et monte et descend toute la journée, je passe du quartier indien au Mexicain puis le Chinois, j’adore. J’ai trouvé un Pub irlandais ou je peux voir le match des Spurs, malheureusement je repasse à l’appart et fume avec un mec… Grosse erreur ! Je ne sais pas se qu’ils foutent dans leur herbes mais sa me colle au lit direct ! Jme traine difficilement au Pub pour voir perdre mon équipe…

Le lendemain je traverse le pont pour dire d’avoir roulé dessus. C’est génial, je suis sur le Golden state bridge !! Y a plein de monde et les vélos partage le trottoir avec les piétons dans une cohue organisé et souriante.

Quand je pars je décide de repasser par le pont, pour aller au nord et passer 2 jours dans un parc national. A partir de la, je quitte la cote et me dirige vers l’Est et la Sierra Nevada.
Je ne sais pas encore comment c’est possible, mais j’ai eu la plus étrange crevaison du voyage, un clou énorme a traversé de part en part mon pneu arrière ! ca a déchiré mon pneu, que je fixe avec du gros scotch des rustines et de la colle. Ca tiens plus ou moins.









25 Février 2013, mon 25eme anniversaire le 4eme en route, le dernier du voyage. Je suis seul dans un camping qui sera gratuit pour moi, parce que je partirais avant que les gardes fassent le tour. Je sors quelque photo de la famille et des potes, allume des bougies et ouvre une ou deux bières… Un peu pathétique mais jme rattraperais au prochain !


La Sierra est superbe, je monte dans une foret de pins et des rivières et torrent coulent de partout.
Un soir je m’arrête dans une superette pour acheter du pain pour le soir et le matin. L’homme me demande ou je vais dormir.
« A la sortie du village dans les bois je pense »
« Attention ici il y a pas mal de neige ! Si tu veux tu peux camper dans mon jardin. On doit même pouvoir te loger chez nous »
«  Ouai merci le jardin sera parfais ! Merci beaucoup »
J’arrive, discute avec sa femme et ses enfants, elle me dit qu’ils ont un « bath tube » que je peux utiliser pour me laver. Ok merci beaucoup.

Je me retrouve dans un jacuzzi dans le jardin, au milieu des sapins et de la neige !! Le rêve !


De bonne heure je passe le col et descend pleine balle sur Lake Tahoe. C’est magnifique ! Y a de la neige partout et je galère un peu à camper mais j’adore l’endroit !



Je passe encore un col et quitte la Californie pour le Nevada, en route je vois une rivière qui dégage de la vapeur. J’entre dans une propriété privé, surement une maison de vacance, et me jette dans la rivière d’eau chaude, ca pue comme pas permis ! Je commence à faire des pates en faisant fondre de la neige pour avoir mon eau. Il commence à neiger et je mange dans l’eau brulante. Petit bonheur de cyclo ! Bon j’avoue que sortir en caleçon et me rhabillé sous la neige, c’est pas top, mais ca valais le coup !



Plus loin je suis pris dans une tempête de neige qui me single le visage, me brule les pieds et les mains quand je les réchauffe enfin. Le soir je campe à 10cm d’une route fermé à la circulation.




J’entre dans la Death valley (vallée de la mort), appelé comme ca à cause de ses températures infernales en été, elle est sous le niveau de la mer et est l’un des endroits les plus chauds de la planète.









Le paysage est étrange, plus de végétation peu d’animaux, j ai aperçu un couple de coyote. Du sable et des touristes, c’est surtout ca !










J’en ressors et me dirige au sud, direction Las Vegas !! 




Etats Unis d'Amérique partie 1 





La frontière depuis Tijuana est rapidement passée. Me voici aux Etats Unis d’Amérique… 

Rapidement je vois des trucs étranges. Des voitures de folies, Hammer, Chevrolet, Dodge… garé parfois devant des maisons toutes mitées ! Des baraques qui sont des algeco décoré et qui doivent couter peux être aussi chère que les bagnoles garer devant ! Le rêve Américain ! Non tout le monde ne peut pas réussir, mais tout le monde doit le faire croire aux autres… 

Je galère un peu pour camper la première nuit, je suis dans la périphérie de San Diego, et je n’arrive pas à trouver un coin d’herbe caché pour dormir. 

Il fait nuit, je décide d’entré dans une propriété du gouvernement… Un genre de carrière sur une petite ile, jme cache et plante la tente. Au matin je décars rapidos. 

Je roule tranquilles, je demande rien à personne. La un cyclo viens à me hauteur, attaque la causette, il est cool et m’invite à passer la nuit chez lui, c’est plus ou moins sur ma route j’accepte. 

J’apprends pas mal de truc sur la culture américaine et leur façon de vivre. Par exemple, la majorité des gens ici conduise des voitures automatique, ils pensent qu’on est très fort de tous conduire des manuelle en Europe. 

Un autre truc qui m'a marqué, au petit matin, il me dit 

"tu veux quoi au petit dej ?" 

"Tout est bon pour moi" 

« Ok viens on y va" "ok...» 

on prend la voiture et on va au Mc Do ! On prend le truc direct dans la voiture et il commence à manger la ! Je l'imite et il me dit que beaucoup de gens font ça, car les gens vivent loin de leur travail et mange en roulant au travail pour gagner du temps! En France aussi y en a des qui vivent loin de leur boulot mais on bouffe dans nos autos ! 

Lui vit dans ses blocs de maison… Y a 30 maisons et de seulement 3 types différents, et encore pas vraiment diffèrent. Le quartier est fermé par une grille et tout le monde surveille tout le monde… 



Je roule et suis très content de m’apprêter à camper juste avant Newport Beach ! C’est un peu une blague avec des amis autour d’une série TV, bref… Je vais pour camper quand un genre de garde champêtre/Ranger viens me dire que c’est 40 Dollars pour camper dans son Park… 

« C’est une blague ? » 

« Non non » 

Je lui demande ou je peux pioncer pour moins chère vu que la nuit arrive. 

« À 15 miles, après New Port » 

« Ok merci bien (compte la dessus) » 

Je vais 1 ou 2 km et m’engouffre dans une autre entrée de son parc, je fonce vers des buissons un peu imposant et avec l’aide de la nuit complète maintenant, je campe. 


A New Port je dois rencontrer deux cyclos, grâce à WarmShower, un site de cyclo. Il est trop tôt donc je vais prendre un petit déjeuner dans un diner, sorte de restau entre le fast Food et le restaurant. La avec internet je prends des infos pour les trouver, je mange œuf, bacon, pan cake… et la serveuse vient me dire que les types qui viennent de partir viennent de payer mon repas ! Quoi ??? Ok merci beaucoup ! 



Diane et Denis sont des retraités, je pouvais légitimement espérer pouvoir me reposer tranquille et visiter la ville tout aussi tranquillement. C’était sans compter sur Diane ! Je ne sais pas ce qu’ils prennent ici mais non de chien ! Une fois son mini short de marathon enfilé, elle part comme une balle ! Elle veut me montrer toute la ville, et me présenter tous ses amis ! J’ai du mal à suivre, quand elle marche je dois trottiner a côté pour suivre !! 

Au bout d’un moment elle me dit : 

« Je suis contente, normalement tout ceux avec qui je marche me disent que je vais trop vite, et que je dois ralentir ! Ça m’énerve !! ca va pour toi ? » 

« (Je vais marcher sur ma langue et j’ai un point de côté, et on a pas fait le quart de la ballade !!) Ouai ouai Nikel ! (et merde elle risque d’accélérer… ne l’encourage pas Mikael !) 

Le soir elle m’embarque avec elle pour voir un spectacle de fin d’année des enfants (oui au milieu de l’année et alors ?) j’assiste donc à Grease (comedie musical) par des collégiens. Plutôt impressionnant ! Mon souvenir le plus mémorable de ce genre de spectacle c’est celui en CM1 quand avec mon copain Anthony on jouait 2 ivrognes sur un banc, et on picolait notre gros rouge a même la bouteille… C’est une autre culture ! 



Un autre soir Diane m’emmène avec ses copines (75ans de moyenne d’âge dans la voiture, et parce que je suis là !!), au centre de Los Angeles pour…. Un cour de danse roumaine !! Non non ce n’est pas des blagues !! 


Alors moi pour me faire danser, il faut que j’ai 3g dans chaque bras. Donc j’ai passé la soirée sur une chaise, mais j’ai papoté avec tout le monde. Et enfin avec son mari on va assister à une explication d’un bouquin par son auteur. Un truc sur « pourquoi la fille de l’auteur et les jeunes passent plein de temps devant des écrans ! » Heu peux être parce que tu es chiante comme la pluie ?? visiblement elle a une autre explication… 

Je quitte Newport tôt un matin, et vais essayer de traverser toute LA en un jour (le long de la cote), sinon ça va être chaud patate pour dormir. Je passe le célèbre Vénice Beach et ses terrains de basket, 

le soir j’arrive à Malibu. Je prends une petite route pour aller camper, trouve un endroit plat, j’y vais… 
Surprise c’est déjà occupé ! Y a un camp avec une tente, visiblement installé depuis longtemps, je continu et trouve 3 autres camps comme celui-ci. Je pense que c’est mes compagnons de la cloche, qui le jour vont chercher leur manger en ville et le soir revienne dormir là. Y a énormément de vagabond et de clochard en Californie. Je pense que c’est le climat. J’en ai croisé plusieurs qui m’expliquent qui redescend ici en hiver et remonte vers San Francisco en été. 

Je trouve un coin tranquille dans une forêt. 


Plus au nord sur la cote je passe un château reconstruit ici… Lubie d’un riche surement. 

Pas loin y a une plage avec des éléphants de mer ! Je suis comme un gosse devant ses pachiderme fainéant. 


La nature ici est exceptionnelle, la route monte et descend découpant la cote superbement. Parfois y a quelque foret. Là je vois des biches dans le jardin d’une maison ! Je pense a des biches « domestique » comme y a au-dessus de chez moi. Mais non, là le jardin est ouvert, elles passaient juste par la et non pas peur de moi. 









Plus au nord y a des forets de Sequoia géant ! Des arbres qui peuvent faire plus de 200m de haut et peuvent être là depuis plusieurs millénaires. 





Je croise 2 cyclos. Peux être les plus « étrange » de mon voyage. Un fils et sa mère, en route pour 2 semaines sur la cote. Le fils a un vélo de plage (Beach cruiser je crois), c’est les vélos que les surfeurs ont ici, quand c’est plat. L’engin est aussi lourd qu’un âne mort et n’a pas de vitesse !! Pour freiner il faut pédaler en arrière ! Sa mère a un vélo pliable qui plis sous le poids de cochonnerie qu’elle trimballe ! Ils font 20 à 30 km par jours ! Et bouffe entre autre des algues et des trucs qu’ils trouvent et test. La mère me dit qu’elle ne laisserai jamais son fiston partir pour un voyage comme le mien. Je crois que je n’ai pas encore dit que le fils a 40 ans… Enfin ils sont très sympa et me disent qu’il pense a visité la France un jour, je leur donne mes coordonné et les invitent à la maison si ils viennent. 


Je croise encore quelque cyclo, plus orthodoxe, et tous descendent vers le Sud et le chaud (bon ok c’est normal que si je les croise ils vont vers le Sud puisque je vais au Nord…). 

Je commence à avoir quelque doute sur le bienfondé d’aller au Nord en cette saison. Presque tous me dise que je vais devoir redescendre pour passer la Sierra Nevada (première chaine de montagne). 

Enfin je voulais absolument voir San Francisco et son pont, l’avenir me dira si j’ai eu raison…





Mexique 2eme partie





Comme après le départ de ma mère ou celui de mon pote Coach, après le départ de Manu, j’ai pl0us envi de rouler, mais de rentrer en France.

Je prends la route la plus direct pour Mexico, et aussi l’une des moins intéressantes… tout droit, une espèce d’autoroute ou avec tous les pneus de camion éclaté, je crève jusqu’à 5 fois par jour.

Je dois admettre que ça ne joue pas en faveur du moral… Sans compter que je casse encore ma chaine un bon nombre de fois !


Je passe le 31 dans un hôtel un peu miteux, mais j ai mes potes sur Skype, ils ont déjà un bon coup dans l’aile avec le décalage horaire ils sont déjà en 2013.

Je repars et arrive finalement dans la dangereuse ville de Mexico, pas tellement dangereuse par les gens qui y vivent mais plus par leur façon de conduire et la construction des routes… Je me retrouve sur leur périphérique et à une bretelle je dois aller à gauche mais comme ils passent à plus de 100km/h à 50cm de moi, c’est chaud patate !






J’arrive finalement chez Tita, l’amie d’une copine, Lucie (vous allez finir par connaitre tout le monde !). Je suis reçu royalement et elle me montre avec ses amis les endroits chouettes de Mexico. L’une d’elle m’explique que le Mexique est beaucoup plus développé que les gens le pense. Je la croirais sur parole si j’ai juste vu, le beau monde où ils vivent, ce ne sont pas des nantis et me disent être plutôt de la classe moyenne. Je pense plutôt moyenne française mais j’ai vu des types faucher des champs entier à la fau, certain utiliser des ânes et autres bêtes de somme, ou des types dans le bâtiment qui étaient épais comme du papier à cigarette.


Et là c’est pour ceux qui travail, si je parle des bidon villes ou favelas c’est pire. Les types qui ont la chance d’avoir un toit c’est de la tôle récupéré de ci de là, des murs en terre et un bout de tissu fait office de porte. Alors pour un pays develloppé j’ai vu mieux… après ils reviennent surement de loin.



On visite une place remplis d’église dont une très ancienne qui s’enfonce petit à petit dans le sol d’un côté. Ici il y a plein de croyance, beaucoup catholique mais avec plein de courant diffèrent. D’après ce que j’ai compris certain ne suivent pas le pape, d’autre pas Marie, qui est un des personnages les plus important pour d’autre, et d’autre courant dont je n’ai rien compris.



Y a une histoire qui m’a marqué, comment les mayas et décédant et autre peuples se sont convertis à la religion des colons Espagnols. Ce n’est pas toute l’histoire mais une toute petite partie. Y a un paysan qui a vu la vierge et elle lui a dit de construire une église (celle qui se casse la gueule maintenant), le type va voir un haut gradé catho qui se balade en robe (oui je sais, je suis un odieux mécréant...) Et lui repete ce que Marie lui a dit. L’autre lui dit d’aller voir chez les grecs s’il y était.

Marie revient voir le paysan et lui dit de ramasser des fleurs sur une montagne précise (encore là où est l’église bancale) et d’aller les donner au porteur de robe. Le type s’exécute, va sur la montagne fou plein de fleur dans sa toge qui sert contre lui, se pointe devant le boss et relâche sa toge, les fleurs tombent et la… (Petit moment de suspense…) patatrac Marie est dessiné sur ses fringues avec les couleurs des fleurs !

Bon là je me dis, le dit me prend pour un gogo avec son histoire, mais je n’ose pas me marrer vu qui revient de la messe (il a le même âge que moi). Et puis il m’emmène voir la toge du paysan. Là je suis surpris je dois l’avouer, et quand même perplexe. Je m’attends à voir un genre de tissu avec plein de couleur mélangées et une forme de visage. Mon œil oui ! Voici le tissu !


Donc une œuvre d’art ! Avec tous les détails et même la lune noire sous les pieds de Marie représente une ancienne croyance maya qu’ils combattaient et donc Marie les aides en écrasant la lune noire.

Encore plus fort, y a quelque année, les doutes étaient tels qu’ils ont fait expertiser la toile par la NASA américaine (quesqui viennent foutre la ceux-là ? mystère.. je raconte comme on m’a raconté) et retour d’analyse, ils n’ont rien trouvé de suspect pas de peinture à l’huile ou autre et c’est fait avec des fleurs…

Et là je me dis que les religions c’est du costaud ! Arriver à faire gober un truc pareil ! Enfin je me retiens de tout commentaire et demande juste s’ils y croient ici. Oui Oui. Ok. Apres tout chacun crois ce qu’il veut...

A Mexico je visite aussi un château style renaissance. Et essaye de me cultiver un peu sur l’histoire du Mexique, les Espagnols les Nord-Américains etc… Mais bon lire en Espagnol reste très très compliquer pour moi. Alors je suis comme un gosse et regarde les images.



Enfin moi mon truc c’est les bestioles et la y a un zoo gratuit, je me fais plaisir et y reste très longtemps.



Je visite un immense site Maya au nord de la ville, des temples immenses qui laisse imaginer la taille de la population. L’endroit choisi a aussi une histoire étonnante. La tribu se baladait et avait comme prophétie qu’à l’endroit où il verrait un serpent se faire manger par un aigle sur un cactus. Alors il devrait fondée leur ville ici. Pas de pot c’était au milieu de désert. Alors il la construire ici, au milieu du désert. Et c’est aussi ce qu’on peut voir sur le drapeau mexicain.


Enfin le temps de repartir arrive et j’si le temps de me prendre une belle dérouillé au basket (pourtant mon sport de prédilection) en un contre un. Mais attention en face y avait quand même un jeunot de 55ans alors j’ai des excuses ! Je suis sur les genoux avant la fin...

Je pars pour Guadalajara



Je roule pour Guadalajara. Un soir je trouve un super endroit pour camper, en forêt, après avoir poussé une heure pour arriver là, je tends le hamac et profite de la belle vie de vagabond. Au matin je déchante un peu quand je ne vois rien de l’œil gauche !

Merde Quesque c’est !

Ha ça revient ! Ah non, c’est tout flou maintenant...

Ma prévoyante maman m’avait apporté au Pérou des gouttes pour ses mètres dans les yeux.

Je vide le flacon, parfait sa marche.

Ah ça redevient flou ! Autre flacon ! Pareil...

Bon ça ne doit pas être trop grave et si ça dure j’irais voir un toubib. Ça dure toute la journée et puis ça passe. J’ai jamais su se que c’était.




Enchainement de galère ou aussi appeler : loi de Murphy. La loi de l’emmerdement maximum.

Un matin je pars serin, content du beau soleil et du paysage agréable.

Crac premier tour de roue je casse la chaine

Bon je réouvre toute la remorque, répares, referme toute la remorque (évidement tout le matos de réparage est au fond..). Je repars, je ne fais pas 10metre, une crevaison !

Je retourne au fond de la remorque, sort la glu, je fini le tube, je m’en fou, j’en ai un neuf ailleurs.

Je referme le tout. Une heure a passé. Je roule. Toujours heureux de la vie.

5km passe, autre crevaison ! Je sors le tube neuf de colle, crevaison du tube dans la remorque, il est maintenant vide ! Je m’en fou, j’ai une autre chambre !

Dans le mille, encore une crevaison, dernière chambre

Et la bingo, dernière crevaison, j’ai plus de chambre à air et rien pour fixer. J’imagine un truc pour faire bruler le caoutchouc de la chambre sur le trou d’une autre et de fabriquer une rustine. Parce qu’évidement je suis à 10 bornes du prochain village…

Oh et puis merde. Ca fait longtemps que je n’ai pas marché ! Je pousse donc 2h vers le village et là la loi de Murphy prend fin. Je rencontre des réparateurs super

Ils ont que des grosse valves à vendre et mes jante sont pour des petites, pas de soucis, deux coup de perceuse et mes jantes sont maintenant pour grosse valves, je rachète plein de matos et ils mes colles des stickers MEXICO sur le vélo. Vu que j’ai pas mal d’autre pays mais pas encore le leur.

Et me voilà repartis !

Je recreve 2fois dans l’après-midi, étonnement, je me couche heureux de cette journée. « Bien heureux les simples d’esprits ». Aujourd'hui je devais être l’un d’eux.


Me voici à Guadalajara, ou sur les conseils de Manu, je vais à la Casa de Ciclista. Je rencontre des types super qui font plein de truc pour promouvoir le vélo dans leur ville. Et faire comprendre que les vélos ne sont pas des sous-usagé de la route. Ils accorchent des vélos blanc là où il y a eu des vélos tués. J’en trouve un peu trop à mon gout ! On fait un circuit de nuit avec plusieurs centaines de cyclo en ville. Plein de voyageur vont et viennent.





En glandant sur internet j’apprends que mon pote en France va être père cet été et qu’un autre se marie. J’avais de toute façon prévu de rentrer pour l’été, maintenant je n’ai plus le choix.


Je vois aussi que la distance à couvrir suivant mon plan est beaucoup trop grande compte tenu du temps qu’il reste… Que faire ?

Ou je prends un chemin plus court par le Texas et en ligne droite pour le Québec. Mais cette partie des USA et du Mexique ne m’intéresse pas du tout.

Ou… je déteste cette idée… Ou je prends le bus jusqu’ au Nord du Mexique.

Je suis assez réfractaire à cette idée, donc route inintéressante mais un voyage dans les « règles », ou une belle entorse au règlement, enfin à mon règlement et je visite la Californie, le grand canyon et le reste…

Et merde… Va pour le bus…

Je prends donc un bus de presque 2jours pour Tijuana. Au début il est plein à craquer et y a plein de stop de police, de fouille et tout. Un peu avant Tijuana, près de la frontière, tout le monde descend.

Quesqui se passe ? Je parle avec le seul type rester dans le bus. Il m’explique que ce sont tous des Guatémaltèques et qu’à chaque contrôle il devait payer une très forte somme aux policiers, qui m’étaient le tout bien au fond de leur poche !

Et pourquoi ils descendent maintenant ?

Ils ont presque plus de sous.

Et ils ne comptent pas vraiment passer par la douane pour aller aux états Unis…

Pas vraiment…



J’arrive à Tijuana, ex capitale mondial du crime, maintenant surpassé par une ville d’Amérique centrale. Je passe un très agréable temps dans les rues et apprécie mes derniers moments au Mexique. Je ne sais pas si je suis vernis, mais dans tous les pays et ville dite risqué, j’ai jamais eu de problème ! Pourvu que ça dure.

Là je vois un truc bizarre. Un âne sur lequel on a peint des rayures noires. Maintenant c’est un zèbre et il est bon pour les photos avec les touristes ! Ils font passer des vessies pour des lanternes dans le coin ! Et surtout pourquoi un zèbre ? Au Mexique ? Mystère…


Je quitte donc ce beau pays plein de contradiction et de charme.



Enfin je le quitte… Je fais la queue comme tout le monde pour sortir. Attention, la c est pas la queue au bureau de poste de Saint Felix, y peux être 1000 personnes devant moi ! J’en fais les ¾ quand quelqu'un me dit que moi je peux passer devant car je dois remplir des papiers spéciaux et surtout payer 6 dollars pour entrer, les autres c’est gratuit à condition de ne pas s’éloigner de la frontière de 20km je crois.

Je fais mes papiers, passe la frontière très très facilement comme tout le monde. Et me voici aux USA !


                     Mexique avec Manu 





Apres avoir passé la frontière Guatemala/ Mexique dans le champ de Maïs, je cherche une ville avec un poste de douane. Rien. Je m’inquiète pas plus que ça.


Au premier poste de contrôle de police je prends quand même une petite suée. J’explique la vérité que je suis arrivé par un champ. Ça n’a pas l’air de surprendre plus que ça le militaire. Je passe 4 ou 5 poste le long de la frontière. Une nuit je trouve une forêt pour la récolte de la sève des arbres 


Je me souviens qu’à Sumatra en Indonésie j’avais dormis dans l’une d’elle et que j’avais eu la mauvaise surprise d’être réveillé à 4/5h du mat par les mecs qui venaient y bosser. Et Ba la pareil ! C’est donc décidé je ne dormirais plus dans une forêt comme ça ! En plus j’avais que la moustiquaire et pas envie de parler… Va donc faire semblant de dormir avec une lampe dans la tronche et 3 types qui te regardent !

Et Ba j’ai pas ouvert un œil !



La route grimpe bien et j’arrive à San Cristobal de las casas. Point de rendez-vous avec le sieur Emmanuel Veyrat Charvillon, le Manu !



Une petite description du bestiau s’impose ! 



On a le même Age et on était au lycée ensemble et puis avec un 3eme larron (Marc) on a été à Bourg en Bresse pour le DUT. Dans ce pays du brouillard constant on multipliait les idioties qui ne faisaient rire que nous. Un coup, je sais plus comment je me retrouvais seul au milieu de la nuit dans la rue, pour faire rire mes compères j’ai barboté un sapin de noël à la mairie et l’ai ramené dans l’appart. Laissant des aiguilles dans tout l’immeuble… Belle surprise pour eux au petit matin !

Mais surtout on se réunissait pour faire nos repas Savoyard toutes les semaines.

On a surtout, je crois le même humour un peu spécial ! Et après mon pote Coach (Benoit), c’est le 2eme copain que je vois en 3 ans !

Je me suis amusé à faire un genre de petite BD sur cette rencontre, je suis sûr qu’il va se marrer, et j’espère que personne ne sera « choqué ».





Donc nous voici, 2 haut-savoyards dans la ville. La première soirée on vide nos sacs en même temps que nos chopines, et parlons de chose qu’on avait sur la patate, et le mois qui suis, je crois qu’on n’a pas parlé une fois sérieusement.

On visite un peu les églises, les marchés, les pubs, bars, marchand de jus frelaté. On ne roule presque pas pendant 3 semaines.








Je file mon vélo à réparer a un Hippie super sympa, j’ai plein de chose à remplacer, K7, chaines, pédalier, câble, freins, rayons…

Je lui laisse une semaine, je reviens, il y a presque pas touché ! Je gueule un peu et reviens tous les 2 jours, ça avance doucement.









En ville, complètement par hasard je rencontre 2 belges croisés y a plus d’un an vers le King canyon, au centre de l’Australie ! On passe la soirée ensemble.

C’est la période ou le film « the Hobbit » sort au ciné. Je suis un grand fan, je vais le voir 2 fois en 2 jours !


On fait un petit tour de vélo dans les montagnes à côté, on va aussi dans un lieu touristique pour les Mexicains. C’est une grotte, honnêtement ça ne casse pas 3 pattes à un canard.
Mais on fait du toboggan et du cheval, j’avais oublié que c’était aussi sympa ! (ma dernière expérience avec ses bourrique était en Egypte, et ce con de proprio fouettait a pauvre bête, et je suis partis dans un galop incroyable sans pouvoir l ‘arrêter)









On va aussi à la plage, j’en profite pour ressortir du pays et réentrée pour enfin avoir mon passeport tamponné (c est pas dommage)!


De retour en ville on voit des gens qui arrivent de toutes les routes alentour, en pèlerinage pour la vierge de Guadalupe. Ils marchent des 10enes de km parfois des 100enes. Il y a donc une grosse animation en ville, les gens tiennent en mains et font partir d’énorme fusée et feux d’artifice.



Enfin on décide de se mettre en route. Mais il y a un petit problème… Manu viens du Canada et va au Chili et moi l’inverse, on roulera donc un moment vers l’Est et Palenque.

On est gras comme des petits gorets et on n’avance rien. Mais le paysage est très sympa et on descend plus qu’on ne monte. On passe des villages Zapatiste (groupe indépendantiste qui fait quelque manifestation lors de l’investiture récente du nouveau président).









On arrive à Agua Azul pour le 21 décembre 2012, soit la fin du monde prédit par les Mayas (ou pas). Les cascades sont superbes et la nuit du 20 au 21 c’est le déluge ! Il pleut tellement que l’eau passe sous la tente et surélevé tout à l’intérieur, heureusement les notre sont plutôt bien étanches, le lendemain ça ne se calme pas et on ne peut pas repartir, on squat un genre de bâtiment abandonné. Manu ce fait un pote super bizarre qui semble amoureux de lui ! Haha je préfère faire mon ermite et entré dans ma bulle.



Le lendemain on remonte tous ses km descendu… Et crac !! je pete ma chaine (de vélo). Une chaine toute neuve remplacée par le Hippie… Je la casserai encore 3 ou 4 fois alors que mes précédentes chaines n’ont jamais cassé en 3 ans… Je me sens rouler... haha

On arrive à Palenque, on reste un peu en ville et on va voir le Rainbow, Manu est assez réfractaire ! Le type est obtus borné et conservateur, en plus il a tourné Guevariste après la lecture du bouquin du Che (tiens mange mon pote !) ! Haha Non mais ce n’est pas sa tasse de thé, on retourne assez vite en ville pour passer Noel et boire la bière la plus mauvaise du monde ! Ils ont mis des piments dedans, et sur les bords du verre… Je déconseille vivement !




on visite évidement les superbes ruine Maya



Le temps est déjà arrivé pour nous de reprendre nos chemins, et Manu a eu la dernière blague ! Enfin jusqu’ a la prochaine !

On boit une dernière mousse sur le point de séparation et ce fumier de lapin, il monte sur son vélo sans rien dire et se barre ! Pas de serrage de main pas d’au revoir !

Il a été élevé chez les gorets celui-là !! (Avec tout le respect que je dois a ses parents) Haha j’en ris encore et cherche une autre boutade…

Manu est donc parti pour l’Amérique centrale et je pars pour Mexico.


Il a déjà mis 2 vidéos sur son site http://www.manuveyrat.com/

Une sur laquelle j’ai l’honneur d’apparaitre, sur sa traverser du Mexique et une seconde sur l’Amérique centrale. Les 2 sont très bonnes et je vous les conseille.







Guatemala



C’est très vallonne par ici, le soir je dors dans un champ ou l’herbe est plus haute que moi. A 5 h du mat le fermier viens y mette 2 vaches…












J’arrive a Guatemala city ou « guaté » assez vite, la ville est immense et selon le guide très dangereuse… Peux être que c’est pas la meilleure idée que d’arriver de nuit. Enfin j’ai plus bien le choix. La ville est divisée en zone et je cherche la n 1. Je passe des zones désertes. D’autre embouteiller.
Moitié perdu moitié endormis je m’arrête dans un hôtel en chemin. Le lendemain je trouve la zone 1 et visite les rues piétonnes ou je vois des bonnes sœurs et de policier avec de drole de casque.


La place centrale rappel les villes d’ex URSS comme Tachkent ou Dushambe, d’immense bâtiment et de grande statue









Je repars pour le Nord les montagnes et le Rainbow festival…

Toute la journée je m’arrête je regarde ma carte et ma boussole, y a un problème ! Le lendemain je comprends que je me suis trompé de route. C’est très très vallonne ! 

Quelque jour plus tard, au milieu de la matinée, j’arrive au chemin qui doit mener au Rainbow. Un groupe arrive tout le monde m’enlace…
Heu c’est quoi le projet les gars ??
C’est juste la façon de dire bonjour. Sur beaucoup de face, y a cette expression de bonheur, un sourire un peu niai et une vrai expression de bonté. Le camp a proprement dit est à quelque km de l’entrée. Comme il a plu, y a pas longtemps, le sol est tout blai et je pousse dans la patioque !

Bon honnêtement je croise des types qui ne sont pas de mon monde, et que je n’aurai jamais croisés ailleurs. Enfin il est jamais trop tard pour faire de nouvelle rencontre.

Le début est très troublant. Tous ceux que je croise me « hug » m’enlace et me dise « Welcome Home »
Je me répète mais c’est quoi le projet la ? C’est pas ma maison ici, moi je suis de la Haute Savoie, et c’est pas la porte à coter !

D’un coup une fille nue me refait le « welcome home » et m’enlace en disant :
«  N’appuie pas sur mes épaule j’ai pris un gros coup de soleil ! »
Moi : « hababeu ok » Je m’inquiéterais plutôt du fait que tu vas plus pouvoir t assoir si tu prends un coup de soleil sur le cul ! Non mais !

Et de ci de là je vois quelque gens nus, j’avoue que je bloque un peu ! J’ai pas bien l’habitude. Nos vacances familiales c’était plus camping rando, ou à la ferme que chez les nudistes !

Enfin les premières rougeurs passée, je m’habitus assez vite, je suis enfin au camp.
Enfin le camp est peux être long de 2/3km dans de la foret. Chacun a installé son campement ou il peut et veux, certain à flanc de colline on fait un gros boulot de terrassement pour mettre leur tente, d’autre plus fainéant reste sous une grande tente prêt de la cuisine ou de la Thé House, certain tendent des hamacs, d’autre sont sous des bâches. Les journées passent et j’observe tout ce petit monde vivre. Au début, je ne me sens pas à ma place, et la vie communautaire n’est pas vraiment faite pour moi.


Un coup mon pote Emil l’Italien avec d’autre a construit un four immense pour faire des Pizzas, maintenant y faut du bois. Dans ses cas-là, au repas, il va au centre du cercle et dit qu’il faut faire une mission pour chercher du bois, y a besoin d’un coordinateur, au bout de deux min quelque un accepte. Ceux qui veulent participer doivent aller le voir après le repas. 
J’y vais. Sur les 300/400 personnes du Rainbow on se retrouve à 3... Et pourtant tout le monde attend le soir Pizza ! Le coordinateur a entendu qu’on formait un « Weed circle », cercle ou tout le monde roule, fume et fait tourner… Du coup la mission bois est repoussée… 
  Je ne suis pas contre un joint, mais au milieu de journée sous le caniar ça va me fracasser pour toute la journée. J’attaque à aller chercher du bois, une heure plus tard, je fends ce que j’ai ramené, et la mission a disparu dans la fumée et les cendres de la ganja… Saoulé je m’arrête et vais glander sous ma tente.

Et c’est comme ça pour tout.
La nourriture ! Y aurai beaucoup à dire… Déjà les repas sont végétariens, la mentalité Rainbow est d’être plus proche de la nature, les gens sont les descendant direct des Hippies.

Donc repas végétariens, sans sel et certain mange que des aliments non cuit. Moi après un repas au Rainbow je ressors plus affamé que quand je suis arrivé. 3bouts de carottes naines une poigné d’herbes et 2 haricot qui se batte en duel, ça nourris pas son homme ! Faut dire que je suis l’un des plus gras de tous. C’est des fils de fer ! On voie le jour à travers ! Alors forcément qu’avec 3 graines y sont content… Moi je fais des 2eme repas en rentrant à mon camp.

Sinon pour la prépa du repas, y a un type qui gueule « Food circle » et on peut aller donner la main pour la prépa. C’est presque toujours les même à la cuisine.
Ensuite on amène les gamelles au « Main circle » et là on se rassemble et on fait un cercle en se tenant la main. Comme les enfants dans le centre aère. La première fois que je donne la main à deux inconnus je me sens très con. Et puis ça passe. J’observe.


« Tiens il fait plus faut aujourd'hui y a plus de Tout Nu. » « Ils sont ou mes voisins de tente ? » « Pourquoi il arrête pas de me sourire lui ? J’ai dû lui parler hier au soir » « ha il est la BiteAuVent ! »

Il faut que je vous parle de BiteAuVent ! Rebaptisé par mes soins et pour moi seul, BiteAuVent est le type qui passe avant le repas avec de l’eau citronné qu’il propose a tout le monde pour se laver les mains avant le repas. 
En plus de ça, il faut dire qu’il le fait en dansant et sautant de tous les coter, il aime a sauté et faire taper ses talons en l’air, comme des claquettes. Maintenant il faut le visualiser. Sur la tête il a un chapeau en cuir, et c’est tout. Le reste du corps est nus. Ses attributs volants et virevoltants au hasard de ses bonds ! Maintenant que vous l’imaginé son chapeau son eau au citron et sautant partout, je suis sure que vous comprenez pourquoi « BiteAuVent ».

Donc on est là un cercle de plusieurs centaines de personne en se tenant la main. On commence à chanter, en anglais en espagnol, certain danse ou se trémousse, toujours en tenant les mains des autres. Certain lance des bisous, un fait un bisou sur la main de son voisin et après l’autre fait passer à son voisin et sa fait des tours. La pression monte sa arrive sur moi… Tin y va pas s’arrêter ! Et voilà mon voisin me prend la main et me fait un bisou dessus ! Merde je fais quoi moi ?? Ba pareil ! Ouf je suis pas mort. Tout est nouveau et étrange pour moi !

 Ça dure un bon moment et ça se termine en faisant le Ohm. Son particulier que font les bouddhistes pendant leur prière. Tout le monde le fait en même temps c’est très impressionnant la première fois, les mains se tendent vers le ciel puis on va toucher le seul.

Apres ca des gens se dévouent pour faire le service, et on a le droit à nos graines et herbes… Haha Je suis un peu dur. C’est que mon père disais que « le Mais c’est pour les poules » et que j’ai pris l’habitude de rajouter « et la verdure pour les lapins ! ». Mais y avais quelque repas très bon, même si la quantité ni était pas…

Les fins de repas sont jouasses. Un groupe de troubadour se forme et font le tour du cercle en jouant de la musique et faisant des jongleries. Et tende le chapeau magique, ou chacun met ce qu’il veut, pour subvenir au besoin de la communauté, la plupart mette un bisou dans le chapeau, je trouve ça très poétique. Certain mette des sous pour pouvoir acheter les graines et tubercule.

Apres ca des gens propose des activités : « yoga dans le tipi dans 30 min » « fabrication de collier avec des racines et de la caillasse sous l’arbre » « Thé party dans la Thé house » « groupe de discussion sur le groupe de vélo pour aller au prochain Rainbow » « groupe de discussion pour le lieu du prochain Rainbow (celui-là y dure tous les jours pendant 1 semaine mini et c’est long et chiant) » « groupe de discussion sur les groupe de discussion (j’exagère a peine) » « groupe pour remettre de la glaise sur le four » « Weed Circle (celui-là y vide les autres groupe) » « groupe pour apprendre à jongler » etc… et  la plupart des gens ne vont pas dans les groupes mais vaquent a leur occupation.


Moi c’est la lecture ! J’ai lu au moins autant que sur le bateau Colombie-Panama, j’ai passé des journée à lire, et quelque soirée à discuter avec mes voisins et nouveau amis, deux Israéliens d’à peu près mon âges et fraichement sortis de l’armée, on échange beaucoup.


Une semaine passe sans vraiment que je m’en aperçoive. Hier je suis allé pour la première fois en ville pour acheter du café et d’autre bricole, j’ai vu que mon pote Manu avance bien et que je dois me mettre en route pour le retrouver à San Cristobal de las casas.

Grande série d’enlassage de au revoir, je repars seul. Très content de cette expérience. Maintenant dans mon esprit tous les hippies ne sont pas juste des traines savate trop faineant même pour se laver les cheveux ! Haha

J’ai que tres peu de photos du Rainbow car les appareil photo ne sont pas vraiment les bienvenus, comme les autres technologies, personne n’ecoute son MP3 en dehors de sa tente.


Ma carte du Guatemala est vraiment mauvaise, je ne sais pas par ou je peux quitter le pays.

Sur ma carte je me trouve proche de la frontière mexicaine sauf que les poste frontière sont à plus d’une semaine chacun et me font faire un grand détour. Je demande à des habitants du coin.











« Prend se chemin c’est en terre, 2h en vélo. Apres tu prends une Lancha (barque à moteur) tu traverses la rivière et encore 2h de piste, tu arrives au Mexique » OK merci










Et c’est plus ou moins ce qu’il c est passé, j’ai même passé la frontière sur un sentier entre deux champs de Maïs (pour les poules, le mais !) 










Et me voilà rentré illégalement au Mexique ! 






Salvador





Je  file vers la cote, après une belle pose à l’ombre, car je brulais sur la route. Je recroise Emil avec qui je vais faire quelque bornes et on campe ensemble.




Je commence ma journée quand le soleil (petit rappel : quand= en même temps que…  ex. J’y vais quand toi !)

La cote est bien vallonnée, je passe quelque tunnel. 

Je commence a monté vers le village ou j’ai rendez-vous avec la maman et la tante de Sophie.  Ma chaine saute, impossible de pédaler en montant. Je pousse…

Là je vois passé des luges qui descendent le bois de la montagne à la ville ! Engin très étrange dont les roues semblent être de gros roulement, les freins des pneus éclatés et où ils tournent avec l’aide d’une petite ficelle. Evidement ils roulent sur la même route que les camions, voiture et autre cyclo poussant leur vélo (c’est moi ça)…

J’arrive à rendez-vous, le car de leur groupe arrive. Première rencontre, on discute, on boit des bières… Le lendemain je fais le tour  avec leur groupe. On va visiter une plantation de café et ensuite on va à la plage, je passe une super journée. Et je suis très content de les rencontrer.


Déjà le lendemain on se sépare elle continu leur tour et moi le mien. Cette courte rencontre était très intéressante et sympa.












Je descends vers la frontière du Guatemala, je double quelque luge de bois qui font un voyage à vide.
J’arrive à la frontière toujours pas de tampon coté Salvador, je passe un pont de l’autre côté un nouveau poste frontière, et je suis au Guatemala.



Honduras 



J’arrive donc en fin d’aprèm a la douane de l’ Honduras. Enfin douane… C’est le nom légal du lieu. En fait c’est deux maisons qui semblent abandonnées qui se regarde, au milieu, une cour dégueu.


Sous l’avancé d’une maison on a sorti une table, une chaise vide devant, une chaise avec un gros type en uniforme derrière. Bienvenidos en Honduras ! Les gens sont gentils et les formalités vites expédiés.


Je me dépêche, la nuit est la et je suis dans un nouveau pays, je dois trouver ou dormir.
1h plus tard, avec la frontal je pousse mon vélo sur un terrain de foot, je dormirai la !





Je me lève tôt, un type est à côté de la tente, il regarde. Petit dej, biscuit sec et Pepsi, je roule.

Je croise un couple de cyclo, seul lui s’arrête… Y a donc plus de règle entre cyclo ? tssss…. Un Mexicain et un Américaine pour un court voyage en Amérique centrale. Je roule.

A midi j’ai fait plus de 70km quand je m’arrête dans un petit restau de bord de route. Je discute avec tout le monde, on fait quelques photos, je repars.


La route est tranquille et une bande de môme marche vers moi, quand ils me voient il y a une seconde d’hésitation… Puis c’est la débandade ! Ils courent à contre sens comme s’il avait vu le loup ! Je vois qu’ils ont peur, le groupe se sépare, l’un d'eux se jette dans un petit fossé qu’il remonte à 4pates de l’autre côté ! Quand il me regarde et voit que je souris il se mare aussi. Tout va mieux ! Enfin les autres se calmeront quand ils seront hors de portée du  monstre qui roule !!

Fin d’aprèm, j’ai fait 140km et traversé le pays d’une frontière à une autre. Me voici à la frontière du Salvador.

Je viens de passer la frontière, le douanier me dit qu’ici ils ne font pas de tampon sur le passeport… ok


Je suis avec Emil, un Italien, nouveau cyclo, qui a déjà voyagé quelque année en Amérique du Sud. Son vélo est… particulier ! C’est une des ferrailles qu’ils ont ici, sur lequel il a mis deux caisse en plastique, une devant une derrière, se sont ses sacoches ! Le type est lui-même étonnant ! Il roule pied nus, et plus généralement vis pied nus. Il est parfaitement sain de corps et d’esprit et est même très intéressant. Il vit sans argent, en ce moment il possède moins de 10euros. Il demande un toit tous les soirs et la nourriture tous les jours, et sa marche tout le temps !! Bon il a un charisme fou et un don pour parler. Il vendrait un peigne a un chauve et avec du gel !


Il me parle d’un Rainbow qui aura lieu dans pas longtemps au Guatemala, je lui dis que si je suis dans le coin je passerai voir ce que c’est. J’ai déjà entendu parler de Rainbow par deux Belges au milieu de l’Australie. C’est un rassemblement de Hippies je crois.






Nicaragua





Juste après la frontière je croise un cavalier, on se salut. Je suis encore comme un enfant devant des types qui se baladent à cheval, et ici ce n’est pas pour jouer, c’est leur vie, leur moyen de transport. Il serait surement jaloux de la petite moto que j’avais Ado, moi je suis jaloux de leurs grands chevaux…

Je vois rapidement que le pays est plus pauvre que son voisin, des maisons en tôle, terre ou bois. La route en plus mauvaise état. Et les guenilles des mômes sont bien râpées !


Je suis rapidement sur les bords d’un grand lac. Au milieu deux volcans ! Le soir dans la tente je regarde mon guide, et vois que je peux y aller assez facilement. Si je me débrouille bien je peux même faire une ascension et en filant, être dans les temps au Salvador pour rencontrer Mia, la maman de Sophie.






5h le matin, je pars pour le petit port. J’embarque sur un bateau et 1 h après je suis sur l’ile d’Ometepe. A l’hôtel on me dit qu’à 9h il est déjà trop tard pour tenter l’ascension… Bon je la ferai demain !



Je me promène au village et au pied du volcan, je cherche un chemin pour la grimpette. Tout le monde me dit de prendre un guide, mais l’idée ne me plait pas. Je cherche donc…



Le problème  c’est qu’avant d’arriver à la base du volcan, y a plein de champ, de parc, de morceau de foret, etc… Le tout fermé par des barbelés. Je suis le chemin principal, qui se divise mainte et mainte fois. Bref je suis pommé… Je reviens sur mes pas. On me dit que pour monter on doit prendre d’abord un bus pour l’attaque par une autre face.


On me raconte que des touristes sont mort perdu dans la foret, et que maintenant c’est interdit de partir sans guide…

A contre cœur j’en prends un.

 RDV  5h le matin devant l’hôtel.

4h55

J’y suis, j’attends, j’attends…

5h 20

Quesqui fou ? J’attends…

5h 30

 Bordel quesqui fou !

La dame de l’hôtel  (une française): « vous êtes déjà là ? »

« Comment ça déjà ? J’attends depuis une plombe ! C’est plus le quart d’heure savoyard la ! »

Elle : « mais le RDV est à 5h ! Et il est 4h30 ! »

Moi : « oupss… jme suis planté d’une heure »  (boulet)

Le guide arrive (à l’heure), on cour après le bus ! ca réveil.


Petite marche d’approche dans les bois pendant une heure, les premières lueurs du soleil arrivent. Le guide est sympa, il parle pas des masses, moi non plus, on émerge du sommeil. Par contre il marche fort !

Quand il demande si ça va, évidement moi : Oui oui, pas de problème…
On attaque la monté, la végétation est luxuriante (j’aime bien se mot et c’est exactement ca), on voit quelque singes, des oiseaux aussi.

En 2h on a monté 1000m. On casse une graine, la foret s’arrête ici, à cause d’une éruption je crois. Les 600 derniers mètres sont battus par des rafales de vent.  Ça monte comme par un toit et le sol est un pierrier. Je me rends compte à quel point la montagne m’a manquée !




On arrive au sommet, qui par miracle n’est pas dans les nuages. Première fois depuis très longtemps que j’ai froid.  On a une superbe vu sur les flancs du volcan, sur toute l’ile et sur le volcan a côté, sur le lac qui est presque une mer, et même sur les éoliennes sur l’autre rive.



Les cuisses chauffent  à la descente ! Je manque de faire de beau vol plané à plusieurs reprises…
Martin (le guide) me dit qu’il est content d’être guide. On parle un peu politique, il est content du président : « maintenant toutes les maisons ont un toit en tôle ! C’est bien »…
C’est sûr que c’est mieux que la chaume qu’il faut remplacer périodiquement…
On rentre à l’hôtel avec 2h d’avance. Mais mes jambes me le feront payer le lendemain…

Surtout que la bière c’est pas forcément le mieux pour récupérer.
Effectivement, sur la Lancha (grande barque) de retour sur les routes, je sens que mes jambes n’ont pas vraiment envie de rouler…

La route jusqu’au Nord du pays et la frontière est plutôt plate avec ça et là, des volcans qui semblent être sortis de terre comme des champignons !


Je prends une petite route, qui se transforme un peu en piste.
En ville je croise des chevaux, des charrettes tirées par des chevaux, des charrettes à bras. J’aime cette impression de voyager dans le temps en même temps que dans l’espace.

Je m’arrête boire un coup, un gamin d’une douzaine d’année arrive sur son cheval pour me parler du vélo. C’est le gardien d’une 15ene de vaches, sa selle semble être deux couverture, à la main une machette et aux pieds des Tongue…


Il fait beau, tout est vert, il fait chaud, déjà la frontière…
2 USD pour sortir, pas de tampon, 2USD pour entrer, je suis au Honduras…
J’ai vraiment aimé le trop peu de passé au Nicaragua, pays des volcans et des cavaliers.




Costa Rica



Je sors du Panama  et fait 2km au Costa Rica quand je croise Marynia une cyclo Franco-polonaise qui descend l’Amérique centrale en vélo puis en fera l’Amérique du sud en backpacker.














Le jour d’après je croise Simon un cyclo Français qui lui fait la grande traversé des Amériques d’Alaska en Patagonie.


Un peu plus loin un anglais qui finit un grand voyage aussi ! Ca faisait très longtemps que je n’avais pas vu autant de cyclo !



Au Panama, il pleuvait 1 ou 2 fois par jours et pendant 30 min, c’était réglé comme du papier à musique.
Je passe la frontière et Marynia me prévient. «  C’est diffèrent ici… »
Effectivement ! L’après-midi même il commence à pleuvoir, ça ne s’arrêtera qu’au petit matin !

Et c’est comme ça presque tous les jours ! Alors je roule fort quand il ne pleut pas. Apres je sors le poncho. 
La pluie n’est pas désagréable car il fait très chaud ici. Mais le plus chiant c’est pour camper !
Les sols sont gorgés ! C’est donc difficile de planter la tente, je suis rapidement tremper et parfois couvert de moustiques.

Je vois quelques gros iguanes de plus d’1 mètre. Un soir j’entre dans une plantation de palmier, semblable à celle d’Indonésie. Là je vois tout un groupe de singe qui hurle et joue, pis s’enfuient.



Je m’arrête dans une ville que l’on m’a conseillé « Jaco », c’est hyper touristique et déambule pour trouver une place pas trop chère. Sur la plage j’assiste à ma première compétition de surf. Les vagues me semblent toutes petites et suis un peu déçu. Enfin je ne connais pas assez pour apprécier...

Une aprèm ou je suis très lent (dans ses cas-là, je suis persuadé que je n’avance rien parce que le vélo a un problème, alors je m’arrête tous les 5 km pour vérifier que j’ai pas de crevaison, ou que les freins ne touchent pas, si les roues de la remorque ne touchent pas la toile, bref je vérifie tout, avant de comprendre un peu déçu que c’est juste moi qui n’est pas la forme…).

Donc une aprèm ou je roule rien, CRACK- DING- DING- DING- DING- DING ! 
“Haaa la! Y a un problème !” Effectivement la chaine a sauté du dernier pignon entre la K7 et les rayons… résultat … 1 rayon de cassé et 4 de tordus ! Et merde…

Comme je ne m’en suis jamais servi et que cela pèse 1 tonne, je n’ai pas l’outil qui me permet d’enlever la K7 pour remplacer les rayons…

Je dois donc aller chez un réparateur de vélo et lui demander de le faire. Et la commence le petit challenge…  La prochaine ville sur ma route est à 2jour d’ici, es que je peux y aller comme ça ? Ou es qu’ils vont casser les uns après les autres ! Je suis un peu tendu à chaque passage de vitesse, et chaque monté un peu raide, je mets pied à terre pour pousser et pas forcer plus.
En fin de compte j’arrive assez tranquillement en ville et fait plein de petite réparation, jante, câble de frein, poigné de vitesse…

Le Costa Rica est assez chère, surement le plus d’Amérique centrale. Je suis donc très surpris de voir des attelages de bœufs sur la route !



J’évite les hôtels, mais le camping est parfois difficile… Un coup, il fait nuit depuis 1h, je roule toujours pour chercher un carré ou planter ma tente, finalement sous la pluie je vois un petit chemin, un endroit pas pire. 5 min après les flics me demandent de partir c’est une réserve… 
Je continu, il se fait tard, il fait faim et je commence à être bien mort. Et comme souvent dans ses conditions, j’ai un gros coup de bambou !

Alors le coup de bambou, c’est la galère ! La tête qui tourne, les guiboles en coton, et j’ai juste envie de m’assoir n’importe où et d’attendre. Des fois ca m’arrive au milieu de la journée sous le caniar  et en monté. Ma solution c’est de vite boire un truc sucré, manger un bout et trouver de l‘ombre.
Bon… de l’ombre en pleine nuit ça manque pas vraiment !

Je dois poser la tente et dormir ! Tous ses barbeler m’exaspèrent !

La !! Une « porte » dans les barbelés, derrière : 10m2 d’herbe ou je peux mettre la tente. Bon c’est juste à côté de la grande route, mais là j’en peux plus.

Hop la ! Pas si vite ! Y a un cadenas qui tient fermé les deux piquets. Je fais tourner le « piquet porte » dans la chaine et le cadenas et pousse la remorque sous les barbelés, puis le vélo et enfin moi. Quelque minute plus tard je m’endors du sommeil qui me semble être celui du juste.


Le matin je suis en forme ! J’envoie du bois et au milieu de l’aprèm je dépasse des centaines de camion, sur 2 ou 3 km. Ça veut dire que je suis à la frontière !
J’arrive on me demande 12 USD pour le tampon de sortie et 1 USD qui ira certainement dans la poche du douanier.
Me voici au Nicaragua ! Pays de volcan et ou j’espère la pluie va se calmer ! 




Panama






De Capurgana (dernier village de Colombie), je prends une autre Lancha (barque) pour Puerto Obaldia, premier village du Panama.

C’est plus du tout le petit paradis qu’est Capurgana, mais plutôt l’inverse. On débarque et on est tout de suite dans la cour d’un bâtiment militaire, on est tous contre un mur, scruté. Toutes les affaires sont en face de nous, un par un on est appelé pour ouvrir son sac ou valise devant tout le monde pour que les chiens puissent chercher de la drogue. C’est assez gênant pour certaines femmes. Moi je suis content d’avoir laissé mes dernières feuilles de coca à Capurgana, je ne suis pas sûr qu’ils auraient apprécié. Une bonne heure plus tard on peut partir… 

Enfin partir vers le bureau d’immigration. Le bureau doit faire 3 x 5m, un pauvre ventilo en fin de vie et un officier qui a du rater son concourt d’entrée à la poste car il était trop lent ! On était 8 dans la Lancha, moi, grand seigneur, je laisse passer tout le monde car beaucoup doivent prendre un avion, et moi je ne sais pas encore comment je pars d’ici… 30min plus tard on me dit que je dois faire des photocopies. 
« Ok mais c’est pas ici ? » 
« Non non c’est dans un cyber café là-bas ».
 Bon pourquoi pas… En ce moment y a de l’électricité donc la moitié des habitants (20personnes) sont au cyber. Ou il y a 1 pc et 1 photocopieuse… Je reviens avec mes copies. 2 heures se sont écoulé et le recalé de la poste emmerde tout le monde.
Un colombien lui montre son billet d’avion, mais le fonctionnaire ne le crois pas et veux qu’il aille le réimprimer depuis son email ! Franchement je comprends pas pourquoi. Un autre n’a pas son billet d’avion, lui est bon pour poiroté un moment… Un couple a tout, maintenant ils doivent montrer 500 USD en cash ! Je prends un coup de chaud… j’ai peux être 50 USD et des euros !
 Le couple montre la somme plus des cartes de crédit. Finalement c’est mon tour, comme je suis Européen j’ai pas besoin de billet d’avion, par contre on me demande de montrer des sous, je sors et rentre les dollars pour les euros puis ma carte bleue qui marche, celle de Nouvelle Zélande qui marche pas et une qui a expiré l’an dernier, puis je ressort les même dollars qu’au début. Ça passe… Ouf !

J’ai mon tampon d’entré au Panama. Maintenant comment je pars de ce village ?
Il ni a pas de route ou chemin, 2 options, l’avion ou le bateau. Y a entre 2 et 3 avion par semaine qui sont réservés depuis des mois. Mais à chaque vol y a des mecs qui peuvent monter en plus. Je crois que c’est des avions de 10 à 20 places. 
Et tous les jours arrivent des cubains qui sont partis de cuba pour l’Amérique du sud, et tente de remonter jusqu’aux USA. Dans le village il y a autant de Cubains que d’habitant, ils attendent plus d’une semaine dans des squats. Je glande avec eux en attendant que l’averse passe. Je rencontre un argentin qui voyage en bécane avec sa femme mexicaine depuis 10 ans ! Il me dit d’aller voir le capitaine du bateau marchand qui est le seul au ponton.



J’ai abandonné l’option avion, trop chère et trop d’attente. J’ai maintenant la Lancha, 10h et environ 150 USD ou le bateau marchand. Apres discussion avec le capitaine il me fait payer le même prix que pour l’argentin, la mexicaine et leur moto. Donc double prix par personne… 100 USD mais c’est 6 jours de bateau. Je tente de négocier, mais y a vraiment pas moyen, et comme c’est sa ou la Lancha… Je choisi les 6 jours de bateau dans les caraïbes, a s’arrêter sur presque toutes les iles des San Blas pour vendre de la nourriture, des bouteilles de gaz et d’autre denrées.

La mon appareil photo décide de ne plus s’allumé !
Matin poisson, midi poisson et soir… Tartiflette !!! Non poisson…
C’est un petit bateau 




Il y a 8 personnes qui bossent sur le REY EMMANUEL, le capitaine, le skippeur, le second, 4 matelots et un cuistot.



On à une mer calme, on est protégé par les Iles San Blas à l’Est. Lorsqu’on s’arrête à un ponton, plein de gens arrivent de partout avec leur bouteille de gaz vide (pour la cuisine), et d’autre avec leur bouteille de soda vide consignés. Pendant qu’on entrepose dans les cales leurs objets, ils achètent des cannettes, bouteilles ou nourriture. En même temps, le second et un matelot partent dans le village pour chercher tous les gens à qui ils avaient fait crédit, et se font payer. Une fois finie on repart ou on reste dormir ici, dans le bateau. Parfois c’est l’affaire d’une heure, parfois on reste une journée, car y a quelqu’un qui doit beaucoup d’argent qui n’est pas ici. On attend.


La nuit tout le monde tend son hamac partout dans le bateau. Enfin tous sauf moi… je sors mon tapis de sol et m’installe sous les hamacs… sur les palettes ou on a coupé les énormes poissons péché à la traine, et entourer d’une bonne odeur d’huile mécanique et d’essence…


Bon j’ai l’impression de beaucoup me plaindre mais la traverser était superbe ! J’ai passé pas mal de temps sur les iles au milieu des femmes en habit traditionnelle



Parfois à jouer au volley ou au basket, ils sont super fort !



Il y a deux autres passagers sur le bateau avec moi, une Espagnol et un Argentin. Le problème est que je suis le seul qui ne parle pas ou peu l’espagnol… La plupart du temps je ne parle pas des masse (ça change pas du vélo), je lis beaucoup, et gribouille ce que je vois comme je peux plus faire de photo. Pourtant un soir on a eu une drôle de discussion. Dieu !
Avec l’Espagnole on était les seuls non croyant. Quand je leur ai dit que je ne croyais pas en dieu. Le capitaine : « Alors tu crois en la théorie de l’évolution ? »
Moi : « Ba ouai »
Eux : « hahahahahahahahhahahahahahahahha »
Ils ont bien tenus 1 min ! C’est la première fois qu’on se fout de moi parce que je dis que je crois en l’évolution ! Intéressant…
Pour être honnête dans les pays musulmans on ne comprenait pas vraiment non plus que je ne crois pas en dieu. Pour avoir la paix je disais que j’étais chrétien, et ça marchait.
Ici ils me demande si je crois qu’on descend du singe, je tente de dire que c’est un peu plus compliqué que ça, mais qu’en gros on a évoluer et changer. Enorme rire. Moquerie.
Je leur demande s’ils croient en tous les écrits de la bible.
Eux : « bien sûr que oui »
Moi (un peu taquin) : « donc le coup de Jonas dans le ventre de la poiscaille pour plusieurs jours c’est possible ? » «  Et Noé avec sa barcasse qui a pris un couple de tous les animaux de la terre ? »
Eux : « oui c’est vrais !! »
Bon j’ai pas assez de vocabulaire et peux être pas envie de me brouiller avec tout l’équipage, pour continuer. Chacun ses croyances.


On arrive à Myramar, premier village relié à une route, et donc potentiellement, en prenant la bonne direction, avec cette route je devrais être capable de remonté jusqu’au Québec.

Colon est une grosse ville du panama, 2eme plus grande zone libre de taxe du monde après Hong Kong, je jette un œil pour les appareils, ça vaut le coup si j’en achète 2 conteneur… Là je sors acheter à manger. Dire que c’est craignosse est loin de la vérité, pas de lumière dans la plupart des rues, des égouts qui dégueule sur la rue. Des patrouilles sur armé qui passe dans l’avenue principale mais jamais dans les rues à coter. Des belles maisons coloniales tournée en squat, des gens étranges qui traine et d’autre qui m’appel quand je m’engage dans une ruelle pour me dire « pas par la » et en passant leur index sous la gorge… « Ok merci monsieur ».

Panama City est beaucoup moins glauque. On l’appelle la Miami du sud. A la TV du baseball, le centre-ville, c’est des grands buildings, gens en costard, la vieille ville est un peu morte mais jolie.
Je passe le canal et roule vers le Costa rica…






Colombie




J’entre en Colombie et m’arrête dans une petite ville à la frontière.
Je cherche un hôtel pas cher. Et trouve un qui, une fois encore, loue des chambres à l’heure ou à la nuit… Avec des miroirs au plafond ! J’ai quelque doute sur la propreté des draps…

Je tourne pendant 2h en ville pour trouver un DAB ou prendre de l’argent, aucun ne marche, c’est le weekend beaucoup sont fermé. Y a un quartier avec des casinos et des gardes privé avec des fusils à pompe à l’entré. Dans ce quartier  je peux changer des dollars avec une vieille qui a une liasse impressionnante.

Je peux payer l’hôtel, j’achète à manger, recompte la monnaie… On essaye de me fumer l’équivalent de 10euros, je demande poliment, la tension monte doucement, au bout de 5min je m’énerve sérieusement. Derrière la caisse ça fait semblant de chercher le billet. Le problème c’est qu’il y a plusieurs personne qui arrivent, l’autre ne peut pas vraiment perdre la face en disant « ok pardon, j’ai tenté de te rouler ».
 Il faut que je lui donne l’occasion de retrouver le billet qui est dans sa poche sans que je le voie. (Enfin ça c’est ce que je me dis dans ma tête !) Donc je lui tourne pour la première fois le dos et fait semblant de chercher dans mon sac… 30 secondes après, le billet avait réapparus, il me le rendait et on était presque bon amis…

Bref, ma première journée en Colombie n’est pas top !


La route est bonne mais je passe de vallée en vallée. 1 ou 2 heures de descente et 4heures de montée.




Autour de chaque pont il y a des militaires, la première fois je les ai vu au dernier moment, ils étaient très bien camouflés. Apres je m’amuse à les compter. Beaucoup de barrage aussi. Moi on ne m’arrête jamais, par contre toutes les voitures y passent.
Une fois un motard me rattrape et discute deux minutes, il veut faire une photo, j’accepte si j’en prends aussi une de lui ! Et voilà ! Il remet vite le casque quand même.



Une fois la frontière un peu loin, il ni a presque plus de contrôle. Comme en Equateur dans les villages il n’est pas rare de voir des gens se déplacer à cheval. Y a même quelque parking avec une douzaine de chevaux les uns à côté des autres.


Un midi je casse une graine sur le bord de route quand deux types dans un 4x4 m’invitent à les suivre. On mange ensemble et faisons un tour de la propriété familiale, ils ont quelques vaches, des chevaux, des arbres fruitiers et font un peu de bois. On essaye de communiquer mais mon espagnol est très primaire. On parle des vaches qu’ils ne traient qu’une fois par jour et du nombre de litres qu’une vache produit ici et en France, de fromage, etc… Quand la chaleur descend un peu je remercie chaleureusement mes hôtes et reprend la route.




La Colombie est peut-être le pays ou j’ai le moins campé (enfin Hong Kong et Macao resteront en tête avec 0 camping !).

Au début, pour être franc, j’avais un peu les miquettes ! Tout le monde me disaient (et les policiers Colombien en premier) de ne surtout pas rouler la nuit et de pas dormir dehors.


Mais même après quand je voulais camper, c’était compliqué. Y a 5 lignes de barbelés absolument tout le long de la route, et la plupart du temps les portes d’accès aux champs sont cadenassées et avec encore du barbelé. Alors une fois, j’ai « un peu » forcé une barrière, et une fois par-dessous les barbelés. Mais c’est rarement possible.


Alors je me retrouve souvent dans des hôtels de passe ou de travailleur clandé. Comme ici



Les murs sont d’environ 5mm, par endroit ils sont grattés alors on voit chez le voisin. Et ils ne montent pas jusqu’au plafond…

Je passe de belle colline ou pousse le café.


Et j’arrive tranquillement à Medellin, ville célèbre pour avoir été celle de Pablo Escobar, le plus grand trafiquant que la Colombie est connu. Qui a même attaqué des bâtiments publique de Bogota à l’explosif pour détruire les documents de son extradition faire les USA. A Medellin vers la fin de son règne, il était en guerre contre l’état, et payait 500 USD n’importe qui tuerais un policier.



Depuis quelques années Medellin est presque une ville normale. J’y passe presque une semaine à me balader dans le métro, à prendre le téléphérique pour la ville haute. Ou à boire des canons avec un autre Haut Savoyard qui voyage en Amérique du Sud.






Je pars en direction de Turbo, c’est la dernière ville relié à une route. Apres pour aller plus au Nord et passer au Panama, je dois franchir le Darien Gap. C’est une sorte de jungle où il n’y a ni route, ni piste. Et depuis quelques années, cet endroit est plus tenu par les narcotrafiquants que par les armées des deux pays. Donc les seules options raisonnables et peu chères, sont l’avion ou le (ou les) bateau(x). Je vais tenter les bateaux.


Pour aller à Turbo, c’est plus une piste qu’une route, de nouveau pas mal de barrage. Un soir je m’arrête dans un village, une famille me loue une chambre pour la nuit…


Encore une fois les murs ne vont pas jusqu’au toit, mais c’est fois c’est un goret que j’ai comme coloc !







Le jour d’après, je trouve un pont ou je peux dormir. L’endroit me semblais tranquille… Enfin jusqu’à ce que quelqu’un se pointe, entre chien et loup et descend sous le pont me parler… Et merde ! Je n’aime jamais que quelqu’un sache que ou je campe.

Rapidement je trouve mon interlocuteur un peu « spécial », en fait c’est un travesti. Il (Elle ?) me parle, je dois avouer que je suis peu bavard. Je veux juste être seul et faire à manger.
Au bout de 10 min, cet homme avec du vernis sur les ongles et des chaussures à talon et une jupe fait demi-tour dans les grosses pierres. Je ne sais pas comment il ne s’est pas casser une cheville.
15min plus tard il fait noir. Surprise ! Quelqu’un arrive… Un autre travesti ! Un pote de l’autre !
Je suis a 30km du prochain bourg et y a deux travestis qui viennent m’enmerder sous un pont !! C’est quoi ce bordel !??

J’apprends qu’ils bossent dans la ferme à 2km, au bout d’un moment, il m’invite à pioncer chez eux. « NON, euh... je veux dire non merci sa va.) J’ai beau essayer d’être ouvert d’esprit, faut quand même pas pousser. Et quand il pause se main sur mon genou, je crois qu’il a compris qu’il a franchis la limite et c’est barrer. Pensant être tranquille je bouquine et me remet de mes émotions. Incroyable mais vrais, il revient !! Pour me donner du café. Ca suffit pour ce soir... «C’est gentil mais faut partir maintenant… »

Cette nuit j’ai dormis que d’une oreille !



A Turbo, je trouve une Lancha (sorte de grande barque pour 20personnes avec un moteur puissant). En 2h de tape cul sur un banc j’arrive à Capurgana.


J’avais prévu de rester 2 jours maxi dans ce village frontière avec le Panama. J’y reste plus d’une semaine…
Pourtant ce n’est pas vraiment Las Vegas ! Y a pas d’électricité pendant 3 jours, quand il y en a, c’est quelque heures par jours, et la vie y est plutôt simple. J’adore !



Ballade dans la jungle, baignade dans des cascades ou dans les caraïbes, Rhum…



Et un jour, je sens que je dois continuer ma route, quitter la tranquillité, quitter la Colombie et l’Amérique du Sud.

A moi le Panama ! Même si je ne sais pas encore comment je vais rejoindre une route…









Equateur





Je passe cette frontière avec des bâtiments énormes et tout neuf, je suis en Equateur !
Première surprise, leur monnaie ! Ils utilisent des dollars américains …


Je roule dans la partie plate du pays à l’Ouest de la cordière. Ici c’est énormément de plantation et surtout de la banane.


Les gens sont souriants et très sympa. Pour dormir c’est un peu compliqué mais je trouve des maisons abandonnées ou des nouvelles plantations avec assez d’espace pour ma tente.



Virage à l’Est, direction les montagnes, dans les villages je croise des cavaliers, le plus jeune doit avoir maximum 8 ans et est seul sur un immense cheval !


Le peu de route et les sentiers escarpés justifient les chevaux. Et honnêtement je crois que je préfèrerais être sur l’un d’eux maintenant… Sa monte comme par un toit ! J’en chie des ronds de chapeau ! C’est long ! Une bosse de 50 km pentu comme c’est pas permis… Je  pousse. Mes chaussures m’ouvrent l’arrière des pieds, je pousse pied nus, je m’amoche la plante des pieds, j’alterne chaussure/ pieds nus… Beaucoup de voitures s’arretent et me donnent de l’eau ou des fruits.


Pour moi les Equatoriens sont les plus sympas d’Amérique du sud. Encore loin derrière les Libyens, mais quand même très sympas.


J’arrive à Quito un jour avant l’arrivée de mon pote de France. Benoit (dit Coach) est un des joyeux drille avec qui je suis fourré tous les week end et parfois les soirs de semaine ! Enfin, y a 3 ans quand j’étais en France.

Les retrouvailles sont donc super ! Dès le premier soir on fait une raclette dans la chambre d’hôtel avec l’appareil et le fromage qu’il a ramené ! Plus tard, rond comme des queues de pelle, on décide d’ouvrir la fenêtre tout en haut de la chambre car ça sent le fromage dans tout l’hôtel, il me saute dessus, je le jette en l’air pour attraper la fenêtre, le lit sous moi glisse, on vole tous les deux en arrière ! Le retour des bras cassé ! Haha

On visite Quito, la Cathédrale le centre historique, mangeons des Empanadas. Le deuxième jour il me dit qu’il est habitué à l’altitude (Quito est à 2850m) et donc qu’on peut faire la petite marche au-dessus de la ville. Ca nous prend que quelques heures mais c’est le souffle très court qu’on arrive à 4600m. On prend alors compte de l’étendue de la capitale, elle nous encercle presque. De la on voit les volcans enneigée.



Je laisse le vélo à Quito et on prend un bus pour la cote, en route on s’arrête faire une marche pour un lac entouré de volcans. On est dans la peine quand on se fait dépasser à la monté par une jeune femme qui loue de bourrique, elle monte aussi vite que sa monture « prêter » á un touriste, plus loin on la voit redescendre en courant ! Elle porte des grosses jupes, tire son canasson, court là où on descendait avec précaution et tout ça avec des chaussures à talons !!! Non je vous jure, c’est vexant !



On passe la nuit dans une station de bus, puis dans un bus fou. On est sur la cote.

On va sur l’isla des plata (les Galápagos des pauvres), là on a énormément  de chance, en route on voit des baleines à bosse à quelque mettre du bateau. Elles sautent hors de l’eau ! Absolument incroyable !


Sur l’ile il y a des pélicans des oiseaux au pied bleu (fou aux pieds bleu), des frégates avec un cou rouge qui se gonfle, en repartant on voit même une grosse tortue à coté du bateau.


Apres un raccourci foireux et quelque litre de Rhum on retourne sur Quito pour partir dans la jungle !
Si la cote et les montagnes étaient superbes, la jungle est extra- ordinaire. Pour aller aux huttes on a plusieurs heures de pirogue. On voit des mini chauves-souris déjà quelque belles araignées, des oiseaux et deux types de singes.


Bon là je dois avouer quelque chose de gênant… Avec le vélo je m’arrête pisser quand je veux, c’est cool vous me direz, content pour toi… le problème c’est que j’ai plus vraiment de contrôle sur ma vessie. Et donc dans un bus ou une pirogue c’est l’enfer ! Enfin pour moi, parce que Coach se marre bien l’enfoiré ! Je suis donc très très content quand on arrive on milieu de la foret aux huttes !

On fait une marche de nuit, ou on voit des mygales des scorpions des lézards aux yeux bleus, des grenouilles…

Balade en pirogue pour aller voir des caïmans ! On en trouve un qui est plutôt vivace !



On se baigne dans le lagon ou sur les bords on regarde pour les caïmans, anacondas, et pêche au piranha …






On voit aussi des dauphins roses, enfin pour être exact je les ai vus aussi bien que sur le Mékong, donc juste le dessus de l’aileron. Pas de saut de flipper ou autres ! Haha


On va voir une communauté, et on apprend à faire des galettes de manioc. La base de leur régime alimentaire.






Pendant une marche de jour on voit des fourmis d’un bon centimètre, des mini grenouilles tueuses, dont les habitants de la foret se servent pour imbiber la pointe de leur flèche.



Et là, stupeur, Tolkien n’aurait rien inventé ?!? Non on n’a pas vu un elfe de bois… mais un arbre qui marche !! Bon ce n’est pas Usain Bolt mais quand même ! Quelque dizaine de cm par ans… En fait sa tête cherche de la lumière se penche vers elle et les racines du mauvais côté se cassent alors que d’autre apparaissent du coté ou il veut aller ! Et y a pas longtemps j’ai lu que des arbres africains communiquent entre eux ! Donc Tolkien n’a pas inventé les Ents !


Apres une dernière nuit ou on se retrouve pied nu  dans la foret et ou Coach a une 30ene d’épines dans les pieds (mais il n’a presque rien sentis, merci à l’anesthésie au Rhum…), on retourne à Quito. Dernière nuit avant le départ de mon pote, on trouve finalement du cochon d’inde à manger. C’est très gros mais pas très bon…




Et voilà les deux semaines sont passées très vite, et j’ai aussi envi de rentrer…
Je roule vers la Colombie mais la motivation ni est pas.
A la frontière j’ai quelque problème pour me faire comprendre mais assez rapidement, me voici en Colombie !  






Perou 2


 



Apres le Machu Picchu, avec ma maman on va en bus pour Puno, sur les rives du lac Titicaca.
Il y a beaucoup de manif en route, pour le salaire des profs je crois, les gens ont bloqués les routes en mettant des pierres de partout, les policiers les enlèves pour faire passer les véhicules.


On visite le village des Uros qui vivent sur le lac sur des iles construites en roseaux.
 C’est assez incroyable de voir ça, mais c’est une usine à touriste aujourd’hui.



Les bateaux se suivent et les habitants vendent leurs objetsà tout le monde.

On apprend qu’ils vivent depuis 200ans après JC sur les bords du lac mais lorsque les Incas se sont pointés (au 14esiècle), les Uros sont partis sur un très grand bateau vivrent sur le lac, puis plusieurs petits bateaux, puis des iles.

Ils portent des vêtements encore diffèrent que sur la terre, trèscolorés. Une femme m’explique pourquoi elle a 3 chapeaux différents. 




Elle en met un pour chaque différente occasion, sur l’ile, sur la terre en ville, et pour les fêtes spéciales.

Le lac Titicaca est à 3800m d’altitude et il est 15 fois plus grand que le Léman (qui est déjà le plus grand d’Europe). Donc pour aller visiter une autre ile, en pierre cette fois, on met plusieurs heures.
Pour êtrehonnête, la visite nous a pas enchanté, peux être le faite d’avoir vu le Machu Picchu juste avant, ou d’être dans un groupe et de suivre comme des moutons… Je ne sais pas…




On passe la frontière pour la Bolivie, on se repose à Copacabana. (Je me demande depuis un moment pourquoi se nom sonne si familier. Et je ne le pensais pas du tout en Bolivie et surtout pas cette petite ville. En fait c’est aussi le nom de la plus célèbre plage de Rio au Brésil). Donc a Copacabana, faut-il que je le précise ma mère refait le tour des boutiques pour des souvenirs…





Et puis La Paz, on visite la ville, on prend un super hôtel, mangeons comme des rois, achetons des souvenir, visite de la cathédrale et c’est déjà l’heure du départ…







  Avant ca on passe chez le coiffeur barbier, je ne crois pas qu’elle apprécieles trous dans la barbe qu’on m’a fait à Lima… Donc on coupe tout !



Aéroport et voilà déjà 2 semaines ! Passez bien trop vite, mais je rentre avant 1 an donc on se revoit bientôt ! 

Elle oublie son appareil photo dans la chambre d’hôtel… Je le porte pendant 2mois avant de le donner à mon pote qui vient de France…

Faut-il le dire ? Je suis pas jouasse ! Je retourne prendre mon véloà Lima, je reste 2 jours dans des bus ! Je deviens fou la dedans !

On s’arrête à Cusco et à 5h du mat les types déchargent des porcs morts de la soute dans un camion !! Pas un ou deux mais bien une 30ene ! Bah ouai pourquoi s’emmerder à payer un camion frigo, alors qu’il y a un bus avec une soute vide ?? Haha j’aurai (bientôt) tout vu ! 

Photo de manif a Cusco




Pour sortir de Lima en vélo c’est… comment dire… Un peu comme en Snow ou en ski on est devant une énorme corniche et qu’on c’est qu’il faut se lancer et débrancher le cerveau. Ça prend du temps, et on se jette, les voitures déboule de partout, le pire c’est bien sur les sorties et entrées, ou  la faut s’imposer pour pas se faire découper. Bref globalement ça c’est bien passé !



Par rapport aux 2 dernières semaines, je ne vois pas grand-chose, entendu que je suis dans le désert la plupart du temps. 

 Comment vendre des pestisides ?? 















Si a Trujillo je m’arrêteà la première Casa de Ciclista, chez Lucho, je crois qu’il a 8 livre d’or remplis de commentaire de cycliste ! Place mythique pour les cyclos qui font l’Amérique du Sud, et je dois le dire, que je pensais plus grande !! Haha




ATTENTION pour les cyclos, au Nord de Trujillo, environ 30km sur la Panam, y a un bled avec un pont et sur ce pont y a une bande qui attaque les cyclo, avec arme a feux, j’ai croisé 2 couples qui m’ont parlés d’anglais qui roule maintenant avec des trous dans leur sacoches et dans le cadre !! Je ne sais pas comment ils ne se sont pas fait trouer eux !! Donc demandez au flic de vous accompagner ou mettez le vélo dans un 4x4 pour le village ! 


J’arrive à la frontière, je me repose pas beaucoup car mon pote Benoit arrive de France très bientôt en Equateur pour deux semaines !! 



 Vu a la frontiere... 
Ca rappel les discour du pape en Afrique !









Je traverse donc la frontière, avec les postes refaits à neuf. Et les formalités dures minutes. Je suis en Equateur !!!



Perou 1 




Après avoir passé la frontière par mon chemin à chèvre, je fais mon tampon d’entré au Pérou.
J’ai pas fait 10bornes que je vois tout de suite une grande différence. Les gens ici sont beaucoup plus sympas et souriants que de l’autre côté de la frontière. Je ne me l’explique pas mais ça se ressent vraiment. Les gens me saluent de la main, sourient, m’appellent pour me dire bonjour. Je m’étais habitué à la froideur des Boliviens et ce nouvel accueil me fait chaud au cœur. 


Je suis sur la fin de l’Altiplano, ce plateau immenseà plus de 3000m d’altitude. La route recommence àêtrevallonnée. A la mi-journée je suis à un col a 4338m, le Semnoz (une montagne par chez moi) est plus dur à monter que ce col, mais je suis quand même content.




Dernièrement jme suis fait courater par pas mal de chiens, dont certain assez gros. Alors j’ai trouvé la réplique… Le lance pierre ! Je retourne en enfance ! Ca fait des années que je n’ai pas joué avec ça. J’ai mis au point un système qui me permet de tirer en roulant (et sur le vélo couché c’est assez compliqué de lâcher le guidon)! Bon c’est vrai que je ne touche pas grand-chose, mais maintenant j’espère voir des chiens alors que je les redoutais avant. 

J’arrive à Cusco, capital de l’empire Inca, je parlerais plus de cette ville dans un article sur les Incas. Mais c’est pour le moment la plus belle ville d’Amérique du Sud que j’ai vu.
Je fais réparer mes chaussures, me repose et repart. Je dois medépêcher d’arriver à Lima, si je roule bien je serai là-bas 1 jour avant que ma maman n’arrive. 


Y a des sacrées bosses dans le coin ! De 3500m je descendsà 2000 puis je dois remonter à 4000m. Longue journée dans les gaz d’échappement de ses vieux bus typique…  


 Je recroise un anglais partis pour longtemps aussi, que j’avais vu à la casa de Ciclista a La Paz. Il est malade comme un chien et c’étaitarreté un long moment à Cusco mais a dus repartir. On roule un bout ensemble, y tiens difficilement sur le vélo par moment.

Alors qu’il se requinque et prend un petit chemin sur les pistes, c’est moi qui choppe la mort. En deux jours je suis à plat. Je n’ai aucune idée de ce que c’est, je peux plus manger et je me vide de tous les côtés… Je passe 2 jours dans une chambre d’hôtel puis me décideà aller à l’hôpital pour la première fois du voyage.
Je dois même prendre un de ses mini taxis moto à 3 roues pour y aller.


Là j’attends 45min sur une chaise, y a 3 femmes avant moi, toujours personnes n’est passé, et on est aux Urgences… On vient me dire que je dois remplir un formulaire, j’y vais et paye environ 3 euros. Je reviens 30 min plus tard… Y a toujours mes 3 copines qui attendent, mais en plus y a 6 autres personnes qui me sont passées devant ! J’attends un peu, je suis dans le gaz, je réalise quand même que si je veux passer je dois attendre au minimum 3 heures ! Je me tire. L’anglais (qui était toubib) m’a donné le nom des médocs qu’il me conseillait. Moi j’y connais rien, je vais à la pharmacie et j’achète les trucs sans ordonnances. Ici c’est pas un problème. 2 jours de traitement et je me sens un peu mieux, je peux quitter la chambre d’hôtel.
J’ai pris beaucoup de retard avec ce stop imprévu, et je suis obligé de prendre un bus pour arriverà Lima un peu avant ma mère. Ça me fait chier de passer le bord de la cordière et la cote mais je n’aipas le choix et je me dis que plus au nord je retrouverais les montagnes (on se console comme on peut).


Ma maman arrive ! 2eme fois en bientôt 3 ans que je la vois. Je suis super content. On visite la ville et j’ouvre les cadeaux qu’elle m’a apportés !! Du fromage, du saucisson, du vin, du Ricard, biscuit belge, du chocolat, des livres, des cartes …
C’est la fête !





On visite un musée, on passe un festival costumé dans les rues. Le quartier historique ou on est, est réputé mal famé la nuit. Et comme il y a le palais présidentiel, entre autre, il déborde de policier. 


On va à Cusco, ou on visite le musée des Incas (très intéressant), on boit des jus frais, et ma mère s’arrête à chaque boutique pour faire des achats…


Direction le Machu Picchu !! 

BON PLAN : Pour se rendre au Machu Picchu sans passer par le train qui coute un bras (c’est le train le plus chère du monde au kilomètre parcouru…) ! Par contre y faut avoir du temps…
Je mets les détails dans la page infos pays.


En gros on prend un bus de 5h pour un village de 10 baraques, là on prend un taxi dans un voiture normale ou on est 8, dont un dans le coffre. On rechange pour un autre taxi collectif un peu plus grand et avec beaucoup plus de monde. A un barrage de flic, ma maman et moi, qui somme les seuls étranger, devons nous cachés sous des manteaux… J’ai toujours pas compris pourquoi. ! Ensuite on arrive à une station de train qui ne ressemble à rien. 



Là on attaque les 10km de marche le long de la voie ferré pour arriver au village près du Machu Picchu. On est mort ! Mais le chemin était super !


L´entre du Machu Picchu coute environ 40euro. Et si on veut aller au huayna Picchu, ou il y a le temple du soleil je crois, c’est encore plus.
On décide de montée à la montagne Machu Picchu, qui est différente de la cité Machu Picchu,cela coute moins chère que le Huayna Picchu et surtout y a encore des places.

Là encore, la pompe à fric fonctionne à plein tube ! Si tu veux monterà l’entrée du site tu peux prendre un bus, 10euros !! On monte à pied en 1h30 par les bois, sa réchauffe ! 

Y a beaucoup de monde et je commence à avoir peur d’être déçu… On arrive à la vue « carte postale ». Je suis sur le cul et super content d’être là. Même si j’ai vu 200 fois le site en photo ça reste exceptionnel. 



On fait les photos d’usage et on part faire notre ascension. Y a plus personne maintenant et c’est très sympa. Par contre c’est assez dur ! Beaucoup de marches, et pas deux de la même taille !Ça monte rude, et on doit s’arreter souvent pour reprendre notre souffle. En haut la vue est superbe, on voie le site en bas assez loin, entouré par toutes les montagnes avec la rivière qui tourne autour.
Ca valait vraiment le coup de montée jusque-là ! 



On redescend, j’étais pour une visite tranquille de la cité mais ma maman voulait un guide. En fin d’aprèm c’était un peu dure mais on a trouvé une dame qui parlait même français ! Et c’est vrais que ça aussi, ça faut le coup sinon on n’aurait pas vu la moitié des choses à voir et on aurait rien su de l’histoire.
Je mets les choses que j’ai retenu et qui me semble les plus intéressant dans un autre article sur le Machu Picchu.


Avant de finir l’article je dois dire qu’après cette super visite on est rentré à Cusco comme on est venu et que je ne pouvais plus marcher pendant 4 jours !! Trop mal aux jambes avec les montés et descentes…
Un type de l’hôtel me disait de réserver un bus pour ma maman pour monter au site, je lui répondais qu’elle marchait plus vite que moi ! Ce qui est sure c’est qu’elle a récupérée beaucoup plus vite !!




Histoire rapide des Incas et un peu plus…

1 erre question ! D’où viennent les Sud-Américain ?

D’Asie ! Depuis 70 000 ans jusqu’à environ 10 000 ans, ils auraient voyagés d’Asie en Alaska par le détroit de Béring, puis descendu en Amérique du Sud.

Ne pas confondre Inca et Maya, les Mayas étaient a l’actuel Mexique. L’empire Inca a son apogée s’étendait de l’Equateur et Colombie, au Nord, au désert du Chili au Sud. Et son centre, sa capitale était Cusco. Autre grande différence entre les deux peuples, les Incas ne pratiquaient pas les sacrifices humains de masse. C’était exceptionnel et pour des faits graves, après l’irruption du volcan d’Arequipa ils ont sacrifié une jeune de la noblesse de Cusco.

Je pensais que les incas étaientapparusà peu près en même temps que l’empire romain, y a environ 2000 ans. Pas du tout ! Ils sont apparus au 12eme siècle et disparus avec l’arrivée des espagnols au début du 15eme siècle.

Quand les Incas sont arrivés en Equateur ils ont massacré en une bataille plusieurs millier de Caras (peuple du coin) et ont balancé les corps dans un lac près d’Otavalo, l’eau aurait tournée rouge à cause du sang et donné un nouveau nom au lac : Laguna Yaguarcocha – lac de sang. Tout ça pour dire que l’Inca c’était pas non plus « Joe le rigolo ». Ah oui, « les incas » c’est le peuple, « l’inca » c’est le chef.

Par contre ils ont fait un peu comme les romains, ils ont colonisé les peuples alentours, et se sont étendu. Et donc comme en Europe, plus le territoire est grand plus il est difficile àprotéger. Sans compter que les Espagnols ont eu l’appui de certain peuple qui était sous le joug des Incas, puis ils les ont aussi trahit…

La civilisation Inca !

Elle fonctionnait en caste, tout en haut l’Inca et son clan, les incas de souche ! Ils sont ensuite envoyés pour diriger les nouveaux peuples conquis.  En dessous, les nobles et les dirigeants des nouveaux peuples de l’empire incas, qui garde de haute fonction dans l’empire. Et encore en dessous le peuple, les paysans et les artisans.

Chaque village fonctionnait de la mêmefaçon. Des terres communes (comme au kolcose) et la répartition se faisait en temps, 1 partie du temps pour l’Inca, 1 partie pour le village et  partie pour sa pomme. L’Inca utilisait se temps de travail pour les routes et les voie d’eau essentiellement.

Déformation crânienne !

Peuxêtre la chose la plus étrange que j’ai vu ! Des cranes comme étiré vers l’arrière, allongé. Seuls les nobles avaient le droit de pratiquer ce type dedéformations. Elle se faisait assez facilement chez les nourrissons avec des bandages, par contre chez les nouveaux nobles (qui le son devenu après un fait d’arme) il fallait déformer le crane à l’aide de planchette et de plaque de métal…

Ils étaient trèsbons en chirurgie crânienne également. Apres ne bataille on pouvait opère le type qi avait pris un coup de masse sur le bocal et avait le crane brisé. Ils enlevaient les petits morceaux et arrêtaient certaine hémorragie. Même si le cerveau n’a pas de nerf qui le rende sensibleà la douleur, ça devais pas être une partie de plaisir pour le patient… Le taux de réussite était de 65/100, que je trouve exceptionnel !

Les instruments de musique sont étonnantégalement, beaucoup reproduisent le son d’animaux, surtout les oiseaux. Avec leur maitrise de la céramique ils  ont créédes instruments avec de l’eau àl’intérieur qui produit son bruit lorsqu’on l’incline.

Les croyances !

Ils étaient sans doute animiste avec en tête de lors divinité le soleil, Pacha Papa, puis Pacha Mama la terre. Le condor, le puma et le serpent sont également très présent.

L’arrivée des Espagnols et la sévère branlé …
Alors déjà il faut savoir que les Incas àleur apogéeétaient entre 12 et 15 millions, un siècle d’espagnols et y reste plus us ½ million …

Bon donc pour prendre 12 millions de mec, y faut quandmême une sévère armée ! En effet les premiers conquistadors en 1532 ils se pointent à 180 ! Pas 180 000, 180 ! Et y font tombé l’empire en 3 ans à peu près !

Alors il faut dire que l’Empire était pas au mieux, il venait de sortir d’une longue guerre de successionà la suite de la mort du précèdent chef. Et les conquistadors étaient sur des chevaux avec armures en dur et armes à feu. Ca plus les prophéties sur l’arrivée de type étranges qui crachent du feu, plus la corruption vers les peuples soumis aux Incas. De la technologie, de la roublardise et hop. 
On se croit dans « la compagnie noire » de Glen Cook. En plus ils apportent des maladies nouvellesce qui cause peux être le plus de dégâts. Le plus gros coup de pute pour moi c’est quand ils tenaient le dernière chef Inca Atahualpa. La, Pizarro, le chef Espagnol lui demande tout son or pour sa libération, l’Inca accepte et se fait exécuté juste derrière !

Il y aura plusieurs mouvements de résistance mais ils seront tous sans succès sur le long terme.
Et ainsi péri la grande civilisation d’Amérique du Sud…




Bolivie 2



A La Paz je reste à la Casa de Ciclista. Y en a plusieurs en Amérique du Sud, c’est souvent un ancien cyclo qui a un appart ou une maison et ou les cyclos sont les bienvenue, on laisse 2euro par nuit ou ce que l’on veut. Là on lit le livre d’or avec plein d’info utile, on répar les vélos, on parle vélo et on rencontre d’autre cyclo. Sa fait très sectaire et c’est très sympa ! 



La Paz est très grand et on peut rencontrer des business man en costar cravateà cote de femme en habit traditionnel et plus loin un cireur de chaussure avec une cagoule en laine.



Dans une rue, maintenant très touristique on trouve toute sorte de breloque et au milieu, des fœtus de lamas ! C’est pour apporter la chance sur une nouvelle maison.





Apres une semaine de repos et un peu de visite, je repars.
En route vers le lac Titicaca, je n’arrive pas à trouver un endroit pour dormir, je vois une maison miniature, j’y vais et y passe la nuit.






Je prends une barque avec le vélo accompagné par des voitures pour traverser une partie du lac. Y mettent même des bus sur ses barcasses !





J’arrive à la frontière, je ne comprends pas ce qui se passe, y a un type qui fait un discours et plein de gens en costume qui écoutent, les douaniers me disent de passer par un petit chemin a chèvre autour du poste frontière, j’entre au Pérou !




Bolivie 1








Carte et Altitude depuis la frontiere jusqu´a Uyuni



Carte et Altitude depuis Uyuni jusqu´au rive de Copacabana





Dans chaque pays je me fais ma toute première impression dans les premières secondes après avoir reçu le tampon de sortie de l’autre pays. Ici il y a un bout de terre de peut-être 1 ou 2 km entre le Chili et la Bolivie (reste d’une certaine froideur du temps de la guerre du pacifique ??). J’arrive à la frontière Bolivienne et je vois une vieille barrière rouillée qui barre la moitié de la piste, je cherche le poste de douane. Des camionneurs me disent que je dois passer les 3 trains et que c’est derrière. Y ont pas peur des entrées en fraude a Ollague !

Je reçois mon tampon et sors. La par terre des femmes, avec leur superbe chapeau melon noir, leur 2 ou 3 jupes superposées qui renforce l’impression qu’elles aient repris du désert ! Ça c’est la classe ! La revendication d’une vraie identité (même si c’était un temps pour faire comme les Espagnols et se détacher des Quechuas, maintenant ça veut clairement dire, je suis Bolivienne !)

Mes débuts sont plutôt…hasardeux ! Les trois premiers jours je me perds 3 fois ! Il faut que je m’explique avant de passer pour un gros blaireau… Je suis sur une piste depuis quelques jours et vais y rester pour 2 semaines environ. Malin comme un singe, je prends la plus grosse piste.



Au bout de 25km je vois que je vais à l’Est depuis 2h et que je devrai tirer au nord, je demande à un chauffeur pour touristes… Demi-tour ! Y fallait prendre une autre piste. Ensuite je veux couper un peu et je me retrouve au milieu d’un salar dont le sol est mou. En tirant toujours vers une montagne je finis par recouper une piste au bout d’une heure (le stresse commençait à monter !). Enfin je suis un panneau et 1h après je demande à un vieux qui trie sa quinoa (céréale locale), qui me dit de faire demi-tour encore !

la Quinoa



Un soir je papote avec des agriculteurs qui ramassent leur quinoa, ils m’invitent à planter ma tente avec eux. Une heure après je me retrouve avec plein de lamas dans leur enclos de pierre autour de moi, deux tentes a coté de la mienne, un bout de cahutte en brique de terre et de paille, le toit en tôle et d’autre en toit de chaume. C’est la maison d’Astérix un peu. Et je comprends rien à ce qu’on me dit, alors je joue avec les gamins puis avec un papi, je jongle, je leur fais le coup du pouce coupé etc…



Apres quelque jour j’arrive au Salar, je devrais même dire « à LE SALAR », celui d’Uyuni. Le plus connu, le plus grand. On voit sur le relever d’altitude quand j’y suis, c’est plat comme la table. Je dors dessus, y a un vent à décorner les bœufs ! Ca caille mais ce n’est pas insupportable.

Au petit matin je découvre la mauvaise blague… y a mé (patois de encore) de la flotte au début du salar… Je réfléchis et me dit que la meilleure solution est de traverser à pied si je tombe dans la flotte je suis mal, donc vaut mieux mouiller un peu les pieds et sauver le reste. Je sais bien que le matin au-dessus de 3000m si la flotte n’est pas geler c’est grâce au sel, mais je vous jure que je ne faisais pas le malin après les premiers 100m. Pieds nus dans la flotte pour ne pas mouiller les pompes, je me frictionne vigoureusement !




Heureusement ce n’est pas long et après le sol est dur et je peux rouler. Je suis comme un gosse ! « Je suis sur le salar d’Uyuni » Le sel est parfois en forme d’alvéole, parfois lisse. Je dois tirer pendant environ 70km vers un point, une montagne de l’autre coté. Elle n’avance pas. C’est étrange de voir aussi loin et de ne voir personne. Approchant de la fin je vois des points noirs qui convergent vers un plus gros point, je vais voir. C’est donc ici que sont tous les touristes ! Ils visitent l’hôtel de sel en 4x4, y a quelque regardes étranges quand j’arrive. Faut dire que je porte mon chèche et dois passer pour fou. Je me dépêche de partir pour tirer sur Uyuni. La piste est sableuse, c’est un enfer ! J’arrive de nuit dans la ville, je ne vois son manque d’intérêt que le lendemain. Je m’en fou, je veux laver mon vélo, me laver et boire « une » bière !



Avant de partir je fais un crochet par le cimetière des trains.





Plusieurs longs jours de piste, je cherche tout le temps de l’eau ou de la nourriture. Y a très peu de villages et presque pas de passage, par contre c’est bourré de lamas, alpagas et vigognes.


 Une fin d’après-midi j’étais tout content d’avoir puisé mon eau dans un puits, quand j’arrive au bout de la route ! Une large rivière m’interdisait la suite du passage. Je vais jusqu’à la ligne de chemin de fer pour laquelle on a créé un « pont ». Enfin faut pas pousser, c’est des poutrelles en bois vermoulu et à distance différente les unes des autres. Je prends mon vélo sur l’épaule et me lance. Je reviens pour ma remorque quand je vois un ado qui vient m’aider, très sympa on refait la traversé assez dangereuse au-dessus de la rivière. Il pause la remorque à la fin, me sert la main et file. Super sympa !


Enfin je retrouve la route. J’ai l’impression que ça fait 2 mois que je ne l’ai pas vu ! Je file vers la Paz, la route est en construction : y a pas de bas coté, et les chauffeurs du bus sont des salopards ! Y en a quelques un qui sont passés à moins de 20cm et à une belle allure.

La Paz est une parenthèse dans l’altiplano. La ville est dans un trou alors que tout le plateau est plat (par définition).


Chili

Complètement décalé j’arrive à l’aéroport de Santiago. Je suis parti au milieu de l’après-midi  à Auckland et j’ai volé une dizaine d’heures. Le même jour vers midi j’arrive à Santiago ! J’ai remonté le temps !
Je suis dans le gaz, mais le vélo et la remorque n’ont rien, c’est l’essentiel.

Pour arriver en ville, je dois rouler une vingtaine de kilomètres, j’entre dans le premier hôtel et m’endort.
Je visite un peu la ville les jours suivants. C'est beaucoup plus moderne et développé que je pensais. Je suis un peu déçu…

Des églises et des statues de général partout, et des tags ! L’aire Pinochet est fini et les jeunes tags partout ! Non pas comme chez nous des « nik la polisse » mais des graffs pour avoir l’école moins chère.



Je dois avouer que c’est dur de reprendre la route. Pas physiquement car la Panamerica est plate ici, mais mentalement j’ai l’impression de repartir de nouveau de St Félix. Après presque 6 mois en Nouvelle Zélande avec Sophie, je suis de nouveau seul. Je suis un peu perdu. Comme au début du voyage ou presque…

Nord, toujours au Nord, un seul objectif avancé. La route, les paysages me paraissent fades. J’ai du mal à apprécier.
Le paysage est désertique : pas d’arbres, pas beaucoup d’animaux, quelques cactus sympas, peu de rencontres. Je m’isole volontairement et je roule.



J’arrive au désert d’Atacama, grâce à ma super carte photocopiée et achetée à la sauvette, et aussi parce que je l’ai mal étudié… Je pensais le désert plus à l’Est et je ne pensais pas le traverser.
Bref j’y entre sans le savoir… (Blaireau va !) et m’aperçois que le prochain point d’eau est à 200km et la nourriture pareil ! Ouille ! Apres ca encore 200 bon km avant le prochain ravitaillement. Heureusement y a un restaurant pour routier ou j’arrive à acheter des petits pains et de l’eau. L’eau est une denrée rare ici et si on voit plein de bouteille de Coca, Fanta et autres qui jalonnent la route, elles sont ou vides ou pleines de pisse… Je m’abstiens.

Un soir j’entends un brui inconnu et je m’arrête. Le roulement de ma remorque est mort… Je bidouille et dessers un écrou qui diminue le frottement. Je peux continuer. Pour un temps en tout cas !
Je traverse finalement le désert assez facilement et m’arrête pour quelques photos devant la main du désert.


J’arrive à Antofagasta ou ma super maman m’a envoyé des affaires contre le froid que je lui ai demandé. Mon duvet est en fin de vie, donc j’ai un sursac et une sorte de polaire en plus. Plus un collant super sexy et d’autres affaires.





Là je rencontre par hasard un autre cyclo français, Alex, qui fait un voyage en Amérique du sud en vélo pliable. Super sympa. On discute la route et il me fait rencontrer un couple franco-chilien chez qui on mange et discute les élections Française, la vie au chili et les choses à voir ici et ailleurs. Je rencontre aussi  Don Mario qui a reçu mon paquet et avec qui je parle aussi longtemps. J’avais oublié que c’était aussi et surtout ça le voyage: rencontrer de nouvelles personnes, apprendre et partager.

Enfin heureux je repars. Antofagasta est une ville côtière. En une journée je monte à 2000m puis 3000m et 3500m. Ça c’est fait étrangement très facilement. Une longue rampe sans descente mais je n’ai pas l’impression de monter. Je suis très surpris d’être si haut à chaque panneau que je vois.

J’aime les montagnes. La vie y est dure, simple, et évidente. Pas de superflue. 

Quand je n’ai plus rien à manger que du sucre, je m’arrête dans un des rares villages qui semble abandonné. Je trouve finalement deux mecs qui construisent une maison et je leur demande ou je peux acheter du pain. Ils m’invitent à entrer et m’offrent du pain et des avocats. Ils refusent absolument que je paye et ils veulent me donner du saucisson que je refuse.



 Un jour après même scène avec des gens qui bossent sur la nouvelle route (je suis sur une piste depuis 150km et en sortirais que dans une grosse semaine en Bolivie). J’avais plus d’eau et espérais qui en auraient dans leur pickup flambant neuf. Malheureusement non, mais ils me prennent mon bidon et me disent de continuer. Ils reviennent 45min plus tard avec le bidon plein. Ils ont fait 30km pour aller me remplir l’eau ! On échange nos Facebook et on se sépare heureux de cette rencontre.

 Je croise aussi un autre cyclo français, avec qui je discute deux minutes et je comprends pourquoi les français sont appelés arrogants !
Monsieur «  Je sais tout »  « je ne veux pas rencontrer d’autre cyclo » « Pourquoi tu veux dormir dans le Homestay ? C’est mieux si tu continu et plante ta tente ! » Co#$%#d va ! Faut croire qu’il ni a pas que d’heureuses rencontres !

La nuit y caille sévère mais je suis heureux d’avoir mes nouvelles affaires. Je dors comme un bébé entre ses volcans, montagnes et salars ! Oui je passe mes deux premiers salars ! Grande étendue plate de sel blanc. 



Un avant-gout avant le célèbre et énorme salar d’Uyuni en Bolivie.

J’arrive à la frontière et suis presque déçu de quitter ce pays que je commençais a vraiment aimer. Mais le salar, l’altiplano et les vieilles boliviennes avec leur étrange chapeau m’attendent (ou pas d’ailleurs)…









Nouvelle Zélande partie 2 : l´ile du Sud



On arrive par le ferry depuis Wellington a Picton. Si le début de la traversé c’est faite sous la pluie et la tristesse, on arrive sous un grand soleil dans un canal entouré de grandes iles.

Tout de suite ça nous plait, enfin le soleil, enfin le vélo.

On suit les conseils de Julien et Marion, 2 amis cyclos, et on se dirige vers la Molesworth station. Ca nous permettra de quitter les routes pour une piste pendant plusieurs jours. Au début on est entouré de vignes. C’est ici qu’ils font le vin Marlborough.

                             

On espérait faire environ 60km par jour. Les 2 premiers jours on fait difficilement 30 a 40 bornes, ça monte nom de dieu ! Et sec avec ça. Le vent de face et la pluie n´arrange rien ! Mais le pire c’est que derrière ca redescend pareil et on a l’impression de monter de 2m après une ascension d’une demi-heure et une descente de 5 min. C’est un peu décourageant.



On n’est plus habitué de rouler apres 5 mois de repos et on galère aussi sérieusement pour trouver ou planter la tente. Le stock de nourriture qui pesait une tonne sur notre bagage semble maintenant insuffisant et on se demande comment on va faire…

Enfin on arrive devant la Molesworth station. La un ranger nous accueille (c’est pas Walker Texas ranger, c’est plutôt un garde forestier), il nous dit qu’on n’a pas le droit de camper dans la Station et qu’on doit dormir dans les campings au début et à la fin, pour 6 dollars par tête. Bon la y a deux problème…

Déjà je n’ai pas vraiment l’idée de payer pour dormir sous ma propre tente, et ensuite y à 60 km entre les deux, soit le double de ce qu’on a fait les 3 derniers jours…

Donc on fait 500 m en arrière et on trouve un super coin pour dormir.

Ah oui, c’est quoi la Molesworth station ? C’est la plus grande ferme de Nouvelle Zélande, 1800 km2. Quand on sait que la ville de Paris c’est 105 km2, on comprend que c’est une grande, grande ferme ! Mais y a moins de crotte de chien ! Ils font des vaches et un peu de moutons, mais on les a pas vu. Ils venaient de les bouger un peu plus au nord. La ferme est aussi un endroit de recherche.


                           


Le matin on se lève tôt, sous une épaisse brume, et on commence… Le premier col est plutôt facile et on voit sur notre carte que c’est le plus haut. On est rassuré. Le soleil arrive et on file sur le ‘isolate flat’ (plaine isolé ?). Notre Ranger arrive, il s’arrête et commence à nous pousser une soufflante… Il nous a cherché hier soir pendant un long moment et voulait demander une recherche aérienne !! Oups… Sorry. On lui dit ce qu’on a fait et que ce matin on est passé devant le camping quand il dormait encore. Il comprend parfaitement et est rassuré. Il nous donne des tuyaux sur la route et nous souhaite bonne journée.

Dans notre sens on descend plus qu’on ne monte. On fait donc les 60 km facilement dans un décor rappelant les plaines et montagnes du Seigneur des Anneaux (que Sophie n'a toujours pas vu …).

On est très content d’arriver finalement à Hanmer Springs, ou on fait le plein de nourriture et luxe suprême, on prend une douche avant d’aller dans les sources chaudes !

Retour sur la route. On roule vers la côte Ouest, très connu pour son mauvais temps et accessoirement pour ses glaciers. Jusqu’à présent on n’a pas vu beaucoup d’arbres, mais ici c’est un autre pays. On se croit dans la jungle, la route est assez calme et les kilomètres défilent. Malheureusement quand on est au glacier il pleut. On fait quand même une marche au pied de Franz joseph glacier.

                                                                   

Un soir on passe une plage et on décide donc de planter la tente… En Nouvelle Zélande ils ont un fléau qu’on ne connaît pas dans le reste du monde (certainement une punition de dieu pour une connerie qu’ils ont fait !) : les Sand Flies, mouches des sables. C’est un peu plus petit que nos mouches et plus vorace que nos moustiques. Sur notre plage ils y en a des millions !! Le temps de monter la tente et on en est couvert ! On range les vélos et on sort la nourriture et tout quand… « Quelqu’un » (Sophie pour pas la nommée !) a oublié de fermer la moustiquaire !! (Et oui comme c’est moi qui écris, je peux dire tout ce que je veux Haha). C'est une battu terrible, une extermination, un holocauste ! Ok juste dans la tente, mais ce soir des centaines de ces démons sont morts !

On arrive à Queenstown, là on connaît un couple qui nous accueille, Chris, Ika et leur petite Tiara, que j’avais rencontré vers Alice Springs en Australie.

On prévoit de rester 2/3 jours, mais on repartira difficilement après une semaine…



Leur maison est un rêve. Déjà y a une table ! Grande différence avec la plupart des maisons qu’on a vues ici. Un cellier, une piscine, un solarium, un étang … Nous, on reste dans le cottage, on a une petite maison que pour nous ! Chris nous prend pour une partie de chasse nocturne au lapin dans ses champs. Ah oui, il est fermier. Il a des cerfs, ici c’est très commun. Ika nous montre ses toiles et ses talents de cuistot. Tiara nous montre où chercher les œufs et les fruits.
 Bref on se repose en très bonne compagnie. Comme ils voyagent beaucoup ils sont plein d’anecdotes. Un weekend ils partent et nous laissent la maison (les maisons). On repart un peu les vélos et la nouvelle tente qui a déjà des arceaux de péter ( je deviens fou quand le vendeur me dit qu’il faut pas que les arceaux se clipsent tout seul parce que l’élastique est trop tendu sur ce modèle ! heu pourquoi vous avez pas mis des élastiques plus longues ?)

Aussi a Queenstown, Sophie a enfin réaliser un de ses rêves, elle a sauté d’un avion ! A 15000 pieds au-dessus de Queenstown ! Y a meme une video !




On repart en remerciant chaudement nos amis. Direction les lacs Pukaki et Tekapo !

La route est ok et le vent de dos nous porte. Cette région est encore très différente et on l'adore ! C’est vraiment magnifique. Les lacs sont bleus ! Couleur Canard WC ! J’avais vu des photos comme ça des lacs au canada, mais je ne pensais pas que c’était si impressionnant. On campe juste devant et on prend l’aprèm pour regarder.



Malheureusement une fois les lacs passé, on va vers Christchurch, la ville de notre départ pour Auckland puis l’Australie pour Sophie et le Chili pour moi. Les jours passent trop vite, les kilomètres sont trop courts. Et en un instant on est là, dans l'aéroport, le moment de l’au revoir. C’est la rançon du voyage, toujours dire au revoir… Ces 5 mois en Nouvelle Zélande et ces 5 semaines nous semblent déjà loin, et même si on va se revoir dans quelque mois, sa semble une éternité… Bref on n’est pas jouasse !

On emballe les vélos, vérifie ou sont les couteaux, si on a encore de l’essence et tout le tintouin. Et après une dernière bière on part chaqu'un de notre côté. Tristement...



Nouvelle Zélande #1 : 4 mois a Wellington




Pour la première fois en deux ans de voyage, je vais m’arrêter pour travailler (Oh la feniasse !!!).
Sophie m’a rejoint à Sydney et nous avons choisi de travailler à Wellington.
La capitale Néo-zélandaise est plus petite qu’Auckland, mais semble beaucoup plus sympa.
C’est aussi la première fois de ma vie que je vais vivre dans une grande ville.

Je dois avouer que je me fais rapidement à la vie sédentaire. On loue une chambre dans une maison en périphérie de la ville. J’avais oublié que quand on dort dans une maison on ne doit plus regarder le ciel en pensant « y va pleuvoir ou pas cette nuit ? ». Si la douche chaude me fait très plaisir, c’est rien par rapport à avoir une cuisine !!! Plus besoins d’acheter de l’essence, d’expliquer au pompiste que tu ne veux pas mettre le feu quelque part, mais chauffer ta nourriture, plus besoin de monter le réchaud, de pomper, et de faire cuire ou bouillir, les pâtes, le riz, le café, les sardines dans la même gamelle ! C’est fini ! Maintenant je tourne un bouton, ça chauffe, je prends les poêles que je veux. Et en Nouvelle Zélande y a même trop d’instruments pour cuisiner. Tu veux faire du riz, y a une machine dans laquelle tu mets le riz, l’eau et tu attends. Tu veux faire des saucisses, y a une sorte de barbecue de cuisine qui enlevé du gras. Tu veux faire des viandes qui doivent chauffer très longtemps, y a une autre machine.

  
Une autre différence entre chez nous et ici, ils n’ont pas de table. On a vécu dans deux maisons et visité plusieurs autres et à chaque fois même constat : pas de table pour manger. Y peux y avoir une petite table dans la cuisine, mais jamais de salle à manger, y peux y avoir un salon, mais la seule table c’est la table basse pour poser les cacahouètes.

Dans la deuxième maison ou on est resté, on devait portez ses assiettes et manger sur le canapé !

A part ça, les kiwis (le nom que se donnent les Néozélandais) sont très sympas et plutôt accueillants.

Wellington est une capitale toute petite et très tranquille. Bon on a eu un gros tremblement de terre, pendant lequel on a eu le temps de sortir de la maison avant que ça s’arrête. Et y a aussi Cuba Street, la rue touristique, on peut y voir des mecs avec un chapeau de plume de pigeon qui pousse un caddy,


 des gens avec les cheveux bleu vert rouge, la seule constante : les tatous. J’ai l’impression d’être le seul sans tatou sur le coup les bras ou la tête .On est plutôt les old-school, on a une carte à la bibliothèque et on visite le musée. Sinon y a pas grand-chose… Si ! Y a du vent ! Surement la place la plus venteuse du voyage ! C’est comme dans les films, on voit des parapluies se retourner. Une fois Sophie marchait et une bourrasque plus forte que les autres a fait tomber une moto garée et toute la ligne des motos d’à côté est tombée après ! On peut difficilement marcher contre le vent, il faut s’arrêter se courber et attendre. C’est assez drôle de voir 10 personnes dans une rue s’arrêter d’un coup comme ça !

Comme on est venu pour chercher du boulot, notre première idée, c’est de faire le tour des agences d’intérim. Encore une grande différence : en France, si tu as une tête qui revient bien à la personne en face, et que tu demandes des boulots que personne veut (travailler dehors pour 3 sous) en général tu peux trouver du travail. Ici on n’a même pas réussi à passer l’accueil des agences. La où le secrétaire en costar nous a, à chaque fois donné une carte avec une adresse email à qui on doit envoyer le CV et si une semaine après il n’a pas répondu, on doit appeler… En gros y répondent jamais.

Ici tout se fait par internet. On envoie les CVs a tout le monde et après faut s’inscrire sur des sites pour trouver des annonces, y répondre et attendre.

Un coup on m’appel, pour un boulot de manœuvre dans le bâtiment. On me dit que je dois passer un test de sécurité que je dois payer, un test de drogue que je dois payer, et avoir les pompes de sécurité et tout l’équipement, aussi à mes frais. Apres je pourrais repostuler et ils étudieront ma candidature… Le cout total ne doit pas être loin d’un mois de salaire et le poste est pour 3 semaines…

Au bout d’un mois je n’ai toujours rien. Sophie a trouvé du travail pour le gouvernement dans un poste administratif.

Finalement un appel, je ne comprends rien du boulot en question, mais j’ai un rendez-vous deux jours plus tard dans un endroit à une heure de vélo.

En arrivant je vois qu’on est 15 mecs pour le boulot. Vu mon niveau d’anglais j’ai très peu de chance. Ils ont besoin de 15 personnes !! Youhou !!! Et c’est pour bosser dans un abattoir de moutons et vaches. J’ai déjà bossé une fois quand j’étudiais a Bourg en Bresse dans un abattoir pour les cochons donc ça devrais aller. Une demi-journée pour des formulaires, une autre demi-journée pour le test de drogue et une dernière demi-journée pour une visite. Finalement je suis pris. Bon comme tous ceux qui on réussit le test de drogue, mais je suis quand même content. Je suis le numéro 345 du LCR en NS. J’apprends après que ça veut dire Lamb Cutting Room en Night Shift, donc dans le frigo ou on découpe et emballe les moutons en équipe de nuit. Je commence à 16h et fini à 2h15 le matin pour 13 dollars de l’heure (11 dollars après impôts environ 8 euros). Mon boulot : prendre des boites, me tourner, faire deux mètres et poser les boites, attendre 10 min et recommencer...Pendant 10h... Je commence à calculer : 1 heure de travaille = 1 journée de voyage (si je réduis un peu mes dépenses). Et puis après un temps qui me semble une année, je commence à connaitre des gens, l’ambiance est bonne, pour la première fois je vois et parle avec des Maoris, et des gens des iles venus travailler ici - Samoa, Fiji, Tonga, Ile de Cook… J’apprends de nouvelles choses. Je me fais au travaille de nuit. J’apprends qu’on peut faire des doubles shifts (deux équipes), j’essaie. Ce n’est pas deux équipes complète, je comme à 11h45 et finis toujours à 2h15 le matin suivant. Ça c’est rude, c’est vraiment très dure, avec le vélo, j’ai le temps de rentrer à la maison, dormir 6h, manger un bout et repartir. Je le fais pas souvent car je vois déjà pas beaucoup Sophie mais là c’est plus du tout.




Les weekends quand on n’est pas trop fatigués, on fait des ballades. Wellington est super pour ça, en 10 min on est dans la foret ou le bush et on peut marcher plusieurs heures.

Les semaines passent et on se fait de nouveaux amis. On est même invites à des barbecues d’entreprise. On remange de la viande, et on discute du boulot. On rencontre les familles et on apprend les potins.

Annie, une amie, a travaillé plusieurs semaines qu’en double shift pour payer sa maison. Elle faisait 82 heures par semaine. Et ici les heures supplémentaires sont pas payé plus, ni quand on travaille le samedi ou juste avant Noël. Pour eux c’est normal. En France ca serai la révolution !

Un weekend on prend notre premier jour de congé, parce que Wouter et Tania, le frère et la belle-sœur de Sophie qui vivent à Sydney viennent pour le weekend. On loue une voiture et on va visiter des vignes, gouter du vin et se balader sur la cote, on voit une colonie de phoques.



Déjà on doit repartir, on est triste de quitter tout le monde, même si on a envie de rouler dans l’ile du sud. On a droit à un super repas d’adieu et aux larmes de beaucoup de personnes. Le matin du départ sur le quai du bateau inter island, Annie est là pour un dernier adieu. C’est encore très dur et déjà le bateau part.

On est en route pour Picton. 






Australie 3 eme partie et fin...



Pour la première fois depuis mon arrivé en Australie, je vais chez une Australienne. Anissa doit avoir 35 ans, je l’ai rencontré grâce à warmshowers, un réseau de cycliste (et merci Sophie). C’est donc une cyclo, écolo et hippie. Elle m’explique un peu sa vie au milieu de l’Australie. Je prends une vraie douche avec de l’eau chaude et tout, on mange de vrais repas et boit de vraies bières… Bref repos de quelques jours. Pendant ce temps je prévois mon itinéraire pour aller à Uluru (ou Ayers rock). Je veux éviter de faire un aller-retour par la même route sur **300**km, et je préfère passer par un piste non goudronné qui me fera passer par le Kings Canyon, et plein d’autres sites géniaux dans les West Mac Donnel Range. Je vais à l’office de tourisme car j’ai besoin d’un permis de quelques dollars pour passer par cette petite route. Je me trouve en face d’un problème administratif: c’est interdit pour les vélos parce que c’est trop long et dangereux, il n y a pas d’eau ni de nourriture pour 2 a 3 jours, blablabla. Bref y veulent pas me vendre le permis et me disent en passant que si les rangers m’ attrapent sur cette route je prendrais une grosse amende.

Apres mure réflexion je décide d’aller voir quand même. Le West mac Donnel range est superbe, la piste est très poussiéreuse mais quel bonheur de quitter le bitume après tous ses kilomètres! Même si le Kings Canyon est touristique ça vaut le détour ! J’arrive donc à Uluru sans gros problème…

Uluru c’est un peu une église pour les aborigènes, et surtout le site le plus touristique d’Australie. Je prends une entrée pour 3 jours, parce qu’il y a le caillou très connu à voir, mais aussi et surtout Kata Tjuta et la vallée des vents, les deux sites sont éloignés d’une 30ene de km, en vélo c’est une demi-journée. Il est interdit de camper dans le parc et on doit payer un hôtel ou un camping. Ça m’arrange pas beaucoup et c’est même assez compliqué donc je dors les deux nuits sur un banc. Les nuits au milieu du bush sont les plus belles de mon voyage, les étoiles sont partout et toutes nouvelles pour mois dans l’hémisphère sud. Les étoiles filantes défilent. 


Si Uluru est beaucoup plus haut que je pensais, il est pour moi moins impressionnant que les Kata Tjuta. Surement parce que je n’avais jamais vu de photos avant. Je ne regrette pas le prix de l’entré et repars heureux. J’ai vu Uluru.



Plusieurs cyclo me parle d’une piste de 700 ou 800km: l’Oodnadatta track, très peu fréquentée et pour cause, c’est pas goudronne. Apres ça, c’est le retour à la civilisation, les grandes villes, les voitures, le goudron et le bruit. Je commence cette piste vaillant comme une épée ! Après 3 jours j’ai perdu toute vaillance… ma remorque va de mal en pis. Je rebondis sur cette route et je mange de la peuf toute la journée. Un coup j’entends du bruit. Je suis surpris et je me mets sur le coté. 3 min plus tard un énorme road train déboule, avec un nuage de poussière qui le suit. Quand il passe les pierres volent et j’enfuis ma tête sous mon t-shirt pour respirer un peu. La seul circulation sur cette piste sont ses 3 road trains qui vont chercher des vaches et repassent les jours suivant dans l’autre sens.

Evidement ma remorque lâche. Je perds la roue a 2 jours de la fin de la piste… J’arrive à une station ou il y a un bar, une station-service, et un aérodrome. A l’aérodrome je trouve le mécano super sympa qui me file un tube de graisse un roulement et un bout de ferraille. Avec ca je bloque la roue de la remorque pour qu’elle ne sorte plus. Ce système fonctionnera jusqu’ en Nouvelle Zélande !   
Peu de temps après je retrouve la route, un peu plus tard les villes. A Adelaïde je suis accueilli par Ludo, le cousin de mon pote Anthony. On discute un peu de la France, de l’Australie. C’est super de voir quelqu'un que je connais.

Je repars, direction la Great ocean road, un autre site mytique du sud de l’Australie. Pour la première fois c’est vallonne. J’ai plus l’habitude. Y a même de vraies bosses. Bref j’en chie comme un russe et crache mes poumons… La route est belle. Je suis mesquin… elle est très belle, mais mon coup de foudre reste pour le bush… Plus sauvage sans doute.
J’arrive à Melbourne chez Cath et Adam des amis cyclo rencontrés à Kashgar en chine. Depuis leur famille c'est agrandis avec l'arrive d'un petit garcon! Encore un super accueil. C’est dur de partir, mais mon visa se fini bientôt et Sophie arrive encore plus tôt à Sydney. Je roule donc. Autour de moi, il y a quelques grosses collines. C’est très vert, je suis sur une sorte d’autoroute pendant une semaine. J’avale les kilomètres. Chaque champs est privé et donc fermer avec des barbelés. Souvent la nuit je dors sur un banc, une table ou un abri bus… Je regrette le bush ou je me prenais pour un aventurier, maintenant je suis plus proche du clochard que du globe-trotteur. Et il pleut ! Pourquoi il pleut toujours quand on dort dehors ? Sans doute que quand on a une chambre on oublie de regarder le temps qu’il fait dehors…

J’arrive à Sydney chez Wouter et Tania, le frère et la belle-sœur de Sophie. Sophie arrive le lendemain. On se retrouve après plus de 4 mois de séparation. On visite la ville et après 3 mois de vélo, je me repose beaucoup. La première nuit, j’ai dormis 14h ! 



On fait les sacs et on se prépare pour plus de 5 mois en Nouvelle Zélande. Je veux travailler pour pouvoir continuer le voyage. Mais avant de partir je fais une dernière boulette…

On embarque pour l’aéroport et la dame me cherche désespérément dans son ordinateur… Le stresse monte : es-ce que j’ai bien pris mon visa ? Mon billet d’avion ? Oui oui, mais je me suis trompé dans ma date de naissance !! Si si c’est possible ! Finalement la compagnie arrange tout ça et on décolle sans problème… quel idiot je fais !



Australie 2 eme partie





Après avoir taille le bout de gras avec Scott le cyclo pécheur, j’apprends que le bush c'est pas si terrible.

Déjà c'est pas un désert comme ceux que j’ai traversé ou longe:
- en Libye (peux être le plus beau) c’était tout plat avec que du sable et pas une cahutte,
- au Turkménistan, tout plat beaucoup de vent du sable quelque dune et quelque maison,
- en Chine, du plat, du froid du vent beaucoup de maison et mini magasins (pour un désert j’entends).
Des arbres dans le bush

Ici y a pas de sable mais de la terre, parfois rouge ou marron, énormément de végétation, pas mal d’arbres au nord et puis ça se change en buisson épineux. En tout cas beaucoup plus que ce que je pensais, et pas mal de vent (j’y reviendrais).  

Le truc super, c’est qu’ il y a plein de bestioles, des oiseaux superbes, énormément de gros rapaces, des perroquets blanc, rouge, noir, vert, bleu, et plein de mulots, rats et autre rongeurs qui font du boucan la nuit. Beaucoup de Walibis et quelques Kangourous ékiapés (patois de amochés).Et aussi pas mal de lézard baleze !


Par contre vu la taille du pays c’est vrai qu’ils n’ont pas le même rapport au distance que nous…
150-200 km entre les villes, enfin je dis les villes mais pour la 90 pourcent c est grand comme Chamossat (le hameau de saint Felix ou je vis).

Darwin et Alice Springs sont les deux plus grosses villes. Darwin 120 000 habitants et Alice 20 000… Annecy et les alentours (Seynod Cran etc.) c’est 200 000.

Entre ses deux plus grosses villes c’est 1500 km, je viens de regarder sur Google map, c’est la même distance que Saint Felix -> Marseille -> Bordeaux -> Rennes. Sauf que là tu croise presque personne…


Problème n 1 : L’eau…

J’ai entendu des trucs farfelus. Le mieux je pense c’est: “même en voiture tu dois prendre plus de 100 l d’eau, alors toi je sais pas mais c’est plus !” Je conseille à cette personne d’arrêter rapidement la drogue ! En fait tous les 50-100 km, max 150 km, y a des caravan parks. C’est des parkings pour l “Armée des retraites “, c’est eux qui s’appelant eux même comme ça. Une fois la retraite prise, la mode ici c’est d’acheter une caravane et de parcourir l’Australie dans tous les sens. Ils sont super gentils et toujours très intéressants. Donc tout le long de la route y a des endroits où ils peuvent se garer pour casser la graine ou dormir, et dans ses endroits y a des réservoirs énormes de flotte. Normalement elle est pas potable, mais entre la déshydratation et la rafle j’ai choisi. En plus je suis tombé malade que sur la fin, et c’est pas sûr que ça soit à cause de l’eau.
Donc plus d’inquiétude pour l’eau.


Deuxième gros problème du cyclo : le vent.

C’est ou notre meilleur ami ou le pire ennemi, sa dépend de son sens. Le cyclo aime se plaindre du vent, c’est le premier sujet de conversation  dès qu’on croise un collègue : “ta dla chance aujourd'hui ” ou l’inverse.
Un coup ou jm’étais arrêté pour papoter avec un cyclo Ozi (australien), y me disais que depuis 1 semaine il l’avait de face, je le regarde surpris et je lui dis que c’est pas possible parce qu’en ce moment il l’a de dos !! Le problème c’est que quand tu roules tu te crées du vent, peu importe le sens où tu vas…
Apres de longue heure de réflexion intensive,  j’en suis arrivé à la conclusion que le vent tourne ! Bon parfois y mets trois jours à tourner. Un coup je l’avais de dos, vraiment fort et j’avais fait 120 km à 3h. Je me suis pris un super repos. Le lendemain, même force mais de face, jme suis insulter toute la matinée de pas avoir plus roulé la veille.


3eme problème  la nourriture.

Bon la y a pas de miracle, c’est pas la Libye, y a personne qui s arête pour donner de la nourriture ou de l’argent. C’est pas le Tadjikistan non plus et c’est impossible de chopper une poule pour le soir. Ici il faut bien prévoir et porter tout.
avec Sylvain
En vélo c est tranquille, j’ai dû porter maxi 4 jours de nourriture et 2 d’eaux, enfin avant Alice Springs. Mais je dois maintenant parler de Sylvain. Sylvain lui il est encore plus économe que moi. Moi je mange de l’avoine le matin avec du sucre et de l’eau, à midi et le soir des pates. Sylvain lui mange avoine sucre et eau le matin et le midi, et le soir y mange pas ! Sylvain c’est le seul mec que j’ai double. Lui il a une remorque 4 fois plus grosse que la mienne (oui on compare notre remorque entre hommes…). Il doit fait 1m80 pour 60kg et si tu le mets dans une crèche y peux jouer Jésus, il a  la barbouze et le même coiffeur. Quand je l’ai rencontré on était tous les deux très surpris, lui par mon vélo et moi parce que c’est le premier marcheur que je rencontre. Oui oui il fait la route depuis la France à pied. Entre type pas presse on c est mis sur le cote, installe sous deux arbres, et on a fait couler le café et le Thé. 5h plus tard on discutait toujours de voyage. On décide de camper au même endroit vu que la nuit arrive. Le lendemain c’est uniquement parce que j’allais être juste en nourriture que j’ai dû remonter sur mon vélo. Vraiment une belle rencontre que je ne suis pas près d’oublier.


4 eme soucis: les road trains


Jme suis fait un tel cinéma de ses montres que je suis presque déçu que les plus gros ne fassent “que” 54 m de long et 3 à 4 remorques. En plus, comme la plupart des australiens, les conducteurs sont supers sympa et me saluent très souvent. Quand y a personne en face ils se mettent sur l’autre voie pour me doubler. Par contre attention si y a du monde en face, faut sauter assez rapidement dans le fossé ou n’importe où d autre ! Ça fait du vent quand ça passe et les routes sont vraiment pas larges dans le coin.
(cf la vidéo)


5 eme problème : la température

Rapidement, il ne fait pas 50 degrés  le jour et moins 50 la nuit. Mais je suis passé à la bonne période, en été, chez nous donc en hiver ici. Donc y faisais encore pas trop chaud.


6eme turpitude : la solitude

Honnêtement pour le type qui veux aller au bal tous les soirs, je déconseille l Outback(le territoire du Nord, ou le Bush) quand même, c’est pas le meilleur endroit pour boire des blancs. Mais après l’oppressante Indonésie, je suis le plus heureux du monde avec ma solitude ! A camper ou je veux, a pisser ou je veux,  chanter et même danser. Bon après avec le soleil sa peux être un peu dangereux… Vous le verrez dans la vidéo




A Bientôt






Australie 1 ère Partie


Me voici en Australie ! J’ai roulé 2 mois de Darwin (tout au Nord) à Alice Springs (au centre du bush) et Adelaïde.

Une fois n’est pas coutume (vieux relent des BD d’Astérix !), je connais un peu de l’histoire de ce pays continent, et avec 5 min de lecture sur le net, on fait presque le tour de la très courte histoire de l’Australie, donc voici un résume à ma sauce... Pour ceux que l’histoire saoule, je vous conseil de passer direct au prochain chapitre !

On sait que depuis 20 000 ans, les aborigènes sont présent au centre de l’australie, ils seraient arrivés longtemps avant depuis le nord du pays et au départ depuis le Timor.

C’est possible que les Portugais soit les 1ers Européens à découvrir la Terra Australis, en partant de leur colonie au Timor vers 1516.
Les Hollandais et Espagnols y arrivent vers 1600. Et vers 1770 les Anglais cartographie les cotes de l’ile. Tout le monde est impressionnes par la taille, mais personne ne veux s y établir.

6 ans avant la révolution française, en 1783 les Américains finissent leur guerre d’indépendance, et foute les Anglais à la porte.

Les British sont emmerdes parce qu’ils se servaient de leur colonies la bas pour y envoyer leur bagniars. Au début ils les enferment sur des bateaux prisons autour de chez eux. Mais en 1787 sa sent mauvais du cote de la France et y commence à avoir les miquettes, sa pourrais virer en eaux de boudins si y a une révolte chez eux et qu’on libère les taulars de leur bateau. Ils se souviennent alors de la grande ile de l’autre coter de la terre, et ils se debarassent des prisonniers en les envoyant la bas.

C’est 5 ans plus tard qu’arrive le premier homme libre (non prisonnier).
Tous ces gugusses arrive sur la côte Est à l’emplacement de Sydney, ou les premiers massacre d aborigènes commence pour faire de la place pour les troupeaux de vache.

Quand on commence à explorer un peu le pays on découvre de l’or, presque immédiatement débarque un nouvelle vague de pionnier anglais.

Ici y fait trop chaud pour les couvertures et les Abo se ballade uniquement avec un cache sexe, donc y faut s’adapter... Certain nouveau propriétaires terrien ont décidés d’offrir de la farine pour faire la paix... Sauf qu’elles étaient bourré d’arsénique !
Au final comme aux Etats Unis, les nouveaux arrivants mettent les anciens proprios dans des réserves.
C’est qu’en 1992 que les Aborigènes ont étés reconnus comme propriétaires historique des terres. Bon après faut pas deconner non plus, y ont reçu les terres qui ne sont pas fertiles, les déserts et le bush, et les endroits ou y a pas d’or...

Mais la réconciliation est en marche, si la mixité peux apporter beaucoup, je me suis rendu compte de deux problèmes de taille.

1 : les Aborigènes reçoivent 1400 $/ mois (1 euro = 1.3 $) sans travailler, ce qui ne pousse pas forcement à travailler, surtout si à la maison on a jamais vu son papa enfiler une salopette bleue et partir en vélo a l’usine, ce n’est pas dans leur culture, ils ne vivaient pas comme ça, et on cherche à leur apprendre notre façon de vivre. Je pense que l’oisiveté d’une part de leur communauté, attire le mécontentement d’une part de la population qui 'paye des impôts pour des feniasse'.

2 : L’alcool est un grave problème chez les Abo ! J’ai émis l’hypothèse (basée sur rien du tout...) qu’ils ne tiennent pas l’alcool et deviennent rapidement acro, car encore une fois c’est pas dans leur culture. Nous (les descendants de Chrétiens) ont tapent dans la gourde depuis plus de 2000 ans (merci Jésus, qui payais sa tournée en disant 'buvez c’est mon sang' y devais déjà avoir un bon coup dans l aille). Du coup on a peux être une culture de l’alcool différente.

Le faite est, que dans les villes du territoire du nord, que j’ai traversé, j’ai vu des Abo plein comme des barriques à 10h du matin. Si avec moi ils ont toujours été super sympa, entre eux j’ai vu des échanges de marron tout sauf cordial.
Le gouvernement tente des choses, une limite de bouteille par jour, une interdiction totale pour ceux qui ont commis des délits lies a l’alcool. Mais ses mesure sont trop facile à contourner en envoyant quelqu un d autre acheter ses mousses...
Pendant 20 000 ans, ils ont vécu ici et en 200 ans, soit 1 % du temps de leur présence, ont les transformes en mendiant alcoolique ou ont le parc dans des réserves au milieu du bush, et j’ai entendu un couple d’ancien dire :'on peut rien faire pour eux, c’est dans leur nature!' beurkkkk

L’avenir n’est pas totalement noir, et on voit naitre dans certaine communauté, des groupes de soutien pour les alcooliques et pour les familles...


Bon assez d’histoire maintenant ! Y faut quand même que je parle un peu de cette traverse de fou à travers le bush !!

Voici une carte de mon itinéraire pour s’y retrouver.

Début Aout j’arrive à Darwin, c’est donc l’hiver dans l’hémisphère Sud. Ca fait bien 30 heures que j’ai pas ferme l’œil, donc je commence par chercher une chambre. Je fais les 4 auberges de jeunesse de la ville, le lit le moins chère se trouve dans un dortoir avec 5 autres personnes, et pour la modique somme de 30 $au donc environ 23 Euros, mon budget quotidien étant de 10 euros je comprends vite que je vais pas dormir beaucoup dans un lit en Australie...

Malheureusement le camping sauvage dans un parc est interdit, Heureusement je décide d oublier cette lois inhospitalière. Je dors donc à la belle Etoile a 2m de l’océan, et le matin jme paye même le luxe d’une douche public près d’un plan d’eau.

Vous avez compris qu ici en hiver c est pas vraiment des bonhomme de neige qui font. C est plutot des barbec et des chateaux de sable. L air est sec, sa sent la mer ici. Le soleil tape fort. Je decide que quand je roulerais, je partirai de nuit vers 5h et ferai une grosse pause entre midi et deux.

Je suis tres content de pouvoir parler avec les gens et comprendre presque tous ce qu ils racontent (certain ont un accent a couper au couteau).

Je suis aussi heureux de pouvoir acheter du pain et des pâtes, et de me balader dans un supermarché ou tous les produits ont un prix affiche, je suis aussi très frustré de ne rien pouvoir acheter à cause du prix ! Mon régime pendant ses 2 mois, c’est généralement, des pates le midi et le soir et pour le matin de l’avoine et du sucre mélange dans de l’eau.
Je suis aussi content de bientot partir rouler seul dans un Bush calme, loin de toute l agitation de ses dernieres semaines. Ne plus devoir attendre qu il fasse nuit pour sauter dans le bas coter pour cacher sa tente..

Je cherche des infos sur cet immense désert qui m’attend (le plus grand de mon voyage). Le plan est simple, tirer droit au Sud vers Alice Springs puis Adelaïde, avec un crochet vers Uluru (ici les *crochet* c’est une semaine de vélo minimum). Le peu de personne à qui j’en parle tentent de me décourager ou de me faire peur, petit florilège des arguments : - 40 degrés la nuit, + 50 degrés la journée, des Road trains tueurs (gros camion), des serpents sous chaque pierre, + de 500 km sans eau, le vent QUE de face, etc...

Je décide de croire que ceux qui ont fait la route et de préférence a vélo, autrement dit, aucune des personnes à qui je viens de parler.

Je pars avec quelques doutes quand même, et puis je croise dans la 1ere semaine un cyclo qui viens de Perth. Le type a une sacoche entière (soit 1/4 de tout son matos) remplis de matos de pèche, c’est quand même curieux au milieu du désert ...

Les questions les plus importantes, c’est * es que je peux trouver de la flotte régulièrement ?* *de la mangeaille ? * *comment est le vent?* et * les road trains te jettent vraiment dans le fossé ??*

Faudra attendre un peu pour les réponses parce que la, ça fait déjà un bon pave ! Et je veux pas vous assommer, mais jveux pas non plus trop raccourcir ma traverse de ce beau pays.

Donc Arvi pa




Indonésie


Voici les nouvelles de mon voyage en Indonesie et surtout a Sumatra et Bali,
Les photos sont ici et Sophie en a fait de tres belles pendant ses 2 semaines de bateau ici.

Encore une fois je sais peux de chosse de l'Indonesie. J'ai juste compris que Java (l'ile du centre ou il y a la capitale Jakarta) est surpeuple et pas pour moi en velo.
Mon plan est de traverser Sumatra (la plus grosse ile a l'Ouest de Java) en 1 mois et ensuite de rejoindre l'Australie.
Des la premiere semaine j'ai su que j'allais en chier, mais quelque chose de severe !
Les gens sont tres, tres present, de mon point de vue ils sont oppressents ! Sur la route on m'interpelle par des cries, des rires, des hurlement genre *TOURISTE* ou *BOULET*. C'est la meme chose en Indonesie. Comme ca tout le monde est prevenu et peux se presipiter sur le bord de la route pour voir passer la bete de foire.
Parfois c'est des cries d'animaux ou des comportements hysteriques. Ce n'est pas inquietant, mais tres irritant apres 2/3jours...
La route est terrible. La premiere partie c'est des collines, sur 1km y va y avoir 3/4 colline de rien du tout mais tres, tres abruptes.
C est en traversant d Est en Ouest et en descendant un peu vers le Sud que je franchi la marque invisible, mais tres importante pour moi.... l Equateur ! elle est tellement invisible que j ai meme manque la plaque qui etait sence me l indiquer...
Mais ca y ai pour la premiere fois du voyage et de ma vie je suis dans l emisphere Sud ! Je vais bientot mettre a l eppreuve un theore d un de mes prof de phisyque qui m affirmais que l eau d un siphon tourne dans le sens inverse ici, je fais une video et vous tiens au courant !

Une fois sur la cote de l'ocean Indien, c'est le calme avant la tempete. Du plat pendant presque 100km et la... Paf ! Traverser d'un parc national. La route a forcement ete dessine par un sadique. Des montes a 22 %, meme s'ils le voulaient personne ne pourrais entretenir cette route. Je pousse et je glisse sur les gravillon pendant plusieur heure.Le soir je campe dans la jungle sur un petit bout de plat pas loin de la route.
La bonne nouvelle c'est qu'une fois ce passage franchis. Je suis sur de ne pas faire demi tour, juste pour ne jamais repasser par la! La mauvaise nouvelle, c'est que dans plusieurs jours. La route passe de nouveau par un parc national !! Meme en sachant a quoi s'attendre, c'est terrible. Je ne peux pas vraiment decrire la route, je la deconseil juste a tout le monde.

Heureusement en route j'ai croise mes amis bordelais, Heloise et Aurelien. On a bu nos derniere biere ensemble puisqu'ils partent vers l'Inde et moi vers l Australie...
Ces superbes routes en plus de casser les jambes et le moral, cassent le materiel. Je casse ma roue libre et fini plusieur pignon deja bien entame.
En route j'essai une premiere fois de prolonger mon visa, mais il veulent me faire payer 50 dollars, soit le double du prix normal. Je refuse et roule plutot vite pour atteindre Bandar Lumpumg ou j'espere les gens seront plus honnets.
En effet apres 3 jours d'attente je retrouve mon precieux passeport avec mon mois suplementaire en Indonesie. Entre temps j'ai achete mon vol pour Darwin au Nord de l'australie. Le moins chere est en partant de Bali, je me rends donc a Bali. Je ne roule pas a java. J'ai pas le temps et surtout plus envie. L'Indonesie me sort par les yeux, et les indonesiens avec...
Sur Bali c'est different. Je me fonds tres vite dans la masse de blanc venu faire la fete et du surf. Et puis une petite ballade dans le centre volcanique de l'ile me rabiboche un peu avec l Asie.

En chemin pour trouver un hotel je tombe sur Marion et Julien et leur amis Lionel et Aurelie. Marion et Julien sont deux cyclos. Je les suis dans leur hotel, ou on discute velo et voyage. Un declic se fait je me souviens avoir deja vu Julien au grand bivouac a alberville, ou il presentait sont voyage precedant et proposais ses livres.
Je passe finalement du bon temps pour mes derniers jours en Asie. J' ai un leger stress avant le vol. Visiblement les douaniers Australiens sont des fous de la propreter, ce qui n est pas mon cas... Je nettoye donc mon velo a la brosse a dents et la remorque sous la douche !
Enfin je quite l'Indonesie et l'Asie. Je serai bientot dans le desert en Australie, enfin seul.
Je suis tres content de partir et de changer d'air et, quand je regarde en arriere je dois avouer que je suis assez fier de mon voyage...

A tres bientot depuis le pays de Crocodile Dundee, des Kangourous, des Aborigenes et des Road train !!! Et de bien meilleur humeur c est promis !

Comme d'habitude... si vous avez des idees, des remarques ou des questions... c'est avec plaisir que je vous repondrais !

Mik


La Malaisie

Apres cette Thaïlande touristique mais très sympa, on arrive, avec Sophie, en Malaisie, premier pays majoritairement musulman depuis l Iran.

En réalité en Malaisie, 3 peuples cohabitent, 3 cultures et 3 religions différentes, les MalaisMusulmans, les Indiens Hindouistes, et les Chinois bouddhiste ou d autre confession. Cela crée évidement des querelles, puisque les Malais majoritaire détiennent le pouvoir politique mais les chinois besogneux tiennent l économie, tandis que les Indiens regardent plus ou moins. (Faut il le rappeler ? Je m exprime uniquement par rapport a se que j ai vu entendu ou lu, donc ceci est tres subjectif !! )

Bon mais le rapport avec le voyage a vélo ? J y arrive … Pour le cyclo ou le voyageur c est un régal !
Pour les yeux, on peux croiser un Imam suivie d une Indienne en Sari et d un moine chinois.

Pour les papilles, on peux manger malais, chinois ou indien. J ai fait une razzia de plat indien et notamment de petite boulette sucre et avec des épices...

Pour les oreilles, sa me plais toujours d entendre les querelle bon enfant. Un chinois qui raconte a un touriste que les malais, ne se contente pas de faire l appel a la prière par les haut parleur des mosquée, mais il diffuse toute les prières (5 par jours) et ça très fort, dans le but (selon le chinois) d emmerder les Indiens et les Chinois. Haha mesquinerie a 2 ronds !

Par contre cela crée de petits risques, on ne peux pas connaître tout les use et coutume...
Un midi on mangeait « chez le malais », et on vois une théière en plastique (deja c est bizarre) remplis d eau et pose sur une sorte de bassine en plastique aussi (franchement louche). Je le besoin de m hydrater un peu, jnous sert des grand godet, je repaye ma tournée, bref on fini la théière, et c est la qu on vois les gens autour de nous qui mange avec les mains et qui se servent de la théière comme d un rince doigt... on était sur d en être quitte pour un bonne rafle, mais rien, ouf...
Un soir ou on ne trouvais pas de foret et d endroit tranquille pour poser la tente, on se décide d allez voir dans un temple bouddhiste pour demander l hospitalité ou au moins planter la tente dans le jardin.
(petit rappel d un presepte boudite que j ai cru comprendre : le premier bouddha Siddhartha aurai dit au moine un truc du genre : vous ne vous vetirer que de vetement jaunis (il pensais par le temps, et non les robe classe couleur or qu ils porte tous aujourd hui) et ne possederer que votre tunique, d une gamelle pour faire la quete de votre seul repas de la journée qui sera du riz, et vos godasse. C est presque ce qu il as dit a deux trois mots pres...)

Bref on tombe dans le temple sur un vieux moine solitaire. Jle sens bien l ancien et m approche pour lui demander très respectueusement si on peux planter notre tente a coter de son temple sur un endroit plat.

L ancien reflechis un peu. Pendant se temps je regarde l interrieur de son humble cahute... Lancien avais plus de blingbling que 50cent (rappeur americain qui doit faire beaucoup de muscu pour porter toute ses ferailles), des vase et pot en or, des tableaux, des photos, des bricoles etc...

A la fin de sa reflexion le moine me dit « non » avec un grand sourire. Je crois que jme suis trompé et que jai mal compris, je redemande, « non non ».

Bon et bas comme ca, j ai la totale! Refoule d une auberge de pelerin de saint jacque de compostelle en Espagne, refoule d une mosque en Turquie et d un temple bouddhiste ici...

Tranquillement on roule jusqu a georgetown ( la ville de George ), on retrouve Claude un photographe francais chez qui on passe quelque jours dedetente parfaite dans la piscine a jouer avec sa petite fille quand elle rentre de son ecole chinoise, ou a jouer au ping pong avec d autre resident de l immeuble. On assiste a un impressionnant spectacle de « dancedes lions », c est deux mecs sous un costume de lion dragon qui font des figures sur des plots a 2m de haut. Y a que des Asiatique pour inventer se genre de sport, c est super impressionnant, regarderla video qu on a fait.

En route pour Kuala Lumpur on prend des touts petits chemin trop etroit pour deux voitures (petite video), c est super sympa, mais sinon il faut avouer que la Malaisie c est surtout des la plantation de palme. C est beau au debut mais vite lassant. En revanche c est tres pratique pour camperdedans car tres espace, par contre les moustiques sont terribles !

A Kuala Lumpur on passe rapidement et on continu on sais qu on doit revenir ici pour nos bateaux respectifs, on passera plus de temps a se moment la, mais pour le moment on roule jusqu a Singapour, le bout du bout du continent Asiatique ! En route on s arrete quand meme dans la belle ville de Melaka, avec un superbe centre ville ou j ai ete tres etonne de trouve deux eglises. Enormement de pousse pousse, certainement les plus beau que jai vu ! Decorer de facon... luxuriante ! Avec un poste de musique plus gros que dans les voiture de tuning, des drapeaux des fleurs, y en a un qui est remplis de barbies !(encore une petite video)

La route n est pas difficile, mais c est toujours et encore des plantations... On est donc tres content d arriver a la frontiere de Singapour, la on nous remet un petit papier indiquant que la peine de mort est toujours appliquer pour les trafficants de drogue. C est toujours pareil, on sait pertinemment qu on a rien a se reprocher, mais y a quand même la petite goutte de sueur le long du dos « et si un con m en avais planquer dans la remorque quand je regardais pas ? » « impossible je regarde tout le temps » « ou mais quand même... »
Evidement et heureusement personne n a rien cache et on est passe comme des fleurs. Ici la vie est assez chere on en quelque jours on a fait le tour de se qu on voulais voir, des temples, China town, little india... On retourne donc en train Kuala Lumpur on vq fqire un tour vers les tours petronas, et apres on decide de faire un petit treck...

En faite j ai une terrible envie d aller passer un peu de temps dans la jungle et la foret tropical. On va donc au Taman Negara.

Ca comme tres bien puisque pour y aller on prend une pirogue a moteurpendant plus de 2h. On arrive finalement un peu decu dans un village tres touristique mais des le lendemain on se jete dans la foret avec un bout de carte certainement dessine par un enfant. Apres 30 min de marche et un sorte de parc aventure, y a plus un chat, et 2 jours de marche on a croise deux personnes.

On marche toute la journee, et meme si on se pensais assez affuter pour se genre d exercice, je peux vous jurer que le velo et la marche sa fait pas du tout travailler les memes muscles, il nous faut 10 min dans la jungle pour etre trempes comme des soupes par notre sueur, sa ne sechera jamais ici. On croise quelque bestioles, Varans, papillons enormes, Phasme, « Grenouillefeuille »(batise par mes soins... desole pour les puristes), mais c est surtout des fourmis et des sangsues qu il y a ici.

Le plus effrayant c est pqs les sangsue, c est les crie de Sophie quand une c est accroche a sa jambes, j etais certain que c etait un serpent ou pire ! A la fin elle en aura eu tellement qu elle ne me dira même plus quand elle s’arrête pour les décrocher.

C est très facile a deccroche il suffit de passer un truc plat sous leur « bouche » et hop elle tombe ou se fixe sur la feuille ou la lame de couteau. C est pas du tout douloureux et c est pour sa qu on peux vite se retrouver avec 5/6 accocher sans les sentirent, contrairement a se qu on a lus, elle ne sont pas dans les arbres pour nous sauter dessus mais au sol. Le seul vrai desagrement c est que quand elles « mordent » une fois enlevees, la plaie reste ouverte et le sang continu de sortir tres longtemps.

On vois aussi des anciens campement dorang asli, premier habitant de la foret. Ils sont maintenant plus ou moins dans des zoos pour touriste...
Apres une journee de marche on arrive dans une cabane a 5metres de hauteur ou on ete construit des lits en bois, on arrive a peine a monter les marches... Le soir deux anglais ventripotents arrivent (deposer par bateau a 5min mais ils sont dans le meme etat que nous), ils viennent pour regarder les tapir la nuit. « a ok » le hic c est au il font des tours de garde, se reveillant toute les deux heures et discutant de se qu ils ont pas vus, eclairant partout avec leur torche... Courte nuit...

Le lendemain on range et se prepare sous les yeux de curieux petit ecureuil qui saute et court partout autour de nous.

La deuxieme journee de marche est moins coriace, mais les jambe sont lourdes, on passe a pied dans une riviere, on se perd un peu et finalement on arrive le soir lessiver au village. C est une petite ballade mais ca nous change de notre ordinaire de cyclo et c était super.

On rentre sur Kuala Lumpur, je bricole le vélo, on prépare le grand départ de Sophie.

Elle va prendre un cargo ou elle sera la seule femme pendant deux semaines jusqu a Tanger au Maroc, en passant pres de la Somalie ou les attaque de pirates sont fréquentes, puis Suez et la Méditerranée.

C est au milieu de la nuit qu on vient la chercher pour le port, elle aura rouler du Caire jusqu au col a 4600 du Tadjikistan en passant par l Iraq pour traverser toute l Asie et finir a Singapour, pour la majeur partie du trajet toute seule.

Son voyage n est pas encore fini et elle va encore rouler en Espagne en France et en Belgique !

De mon coter jme dépêche de laisser la Malaisie et ses très bon souvenir derrière moi, je prend un tout petit bateau pour Dumai sur la plus grande ile Indonesienne...


La Thaïlande


Voici quelques nouvelles concernant ma traverse de la Thailande, et ici ma route en velo.
Mon album photo de la thailande et celui de Sophie.

Le pays m a tellement surpris avec ses fleurs que j en ai fait un albumentier...

La Thailande est sans doute le pays le plus touristique d Asie du Sud Est, et malheureusement celui ou il y a probablement le plus de derive lier au tourisme, toutes sorte d histoire cour ici... Un type me dit qu une fois dans un bus, ils ont drogues tous les touristes surement dans la nourriture ou l eau, et pendant que tout le monde dormait, ils se faisaient depouiller de leur argent. Je ne sais pas trop si c est vrai, sa semble gros, mais ici, pourquoi pas ! En revanche je suis sur qu il y a beaucoup de tourisme sexuel.
Je suis donc pas trop chaud en passant la frontiere. Mais tout de suite je suis rassurer, les gens sont super sympa, je vois pas un touriste avant mon arriver a Bangkok. Et autre surprise, on roule a gauche ici ! Sa veux donc dire qu a partir de ce point je vais rouler a gauche jusqu au Chili ou je retournerais a droite.

Je dois avouer que mes debut sont un peu... dangereux ! Surtout quand je sort d un camping ou d une pose, et que je commence sur un route deserte, d un coup, un camion qui arrive pile en face.. oups ! ok pardon...

Un soir, apres un bonne journee sous le soleil, je cherche un endroit pour camper, je trouve une foret d hevea sur ses arbres on fait des saignes et on met des petits recipients dessous, comme pour les herables au Canada, sauf qu ici c est pour le Caoutchouc.

Pour paranthese rapide : la Thailande, la Malaisie et l Indonesie fournisse 70% du caoutchouc naturel du monde, comme la demande augmante les plantations aussi et les forets reculent. fin de la parenthese

Donc je suis dans ma foret tranquillou, je cherche un terrain plat pour ma tente, jme fait mon petit repas, le roadbook et dodo. Vers 4h du matin, des lumieres se pointent sur ma tente, et j entend plein de voix. *Nom de dieu, c est quoi se bordel?* bref je me leve pour aller voir... Je trouve une famille (une petite dixaine de personne) qui se ballade dans la foret avec des lampe et des serpes accrocher a de long batons. *Quesqu ils font au milieu de la nuits avec leur atiraille ?* En faite ils commencent a travailler et a ecorcher les arbres pour les faire suinter et ils replacent les petits bols au bon endroit. Comme ils font ca sur tous les arbres, ca prend du temps. Quand je pars le matin ils sont encore affairer.

J ai lus quelque pars que les grosses boite de caoutchouc entourais leur arbres avec des tubes et des machines capable de saigner l arbre au meilleur endroits et de recuperer facilement le precieux liquide. Sa deviens un melange de Matrix et de Terminator...

J arrive a Bangkok, enfin vers 14h quand je demande au gens *c est part ou Bangkok?* ils me disent que j y suis. Mais c est vers 16h que j arrive vers le centre de Bangkok. La j attend Sophie et on visite la ville quelque jours. Comme elle est deja venue, elle me montre les endroit interressant, le temple avec un boudha couche treeeeeesss long, les petites rue avec la nourriture (on a trouve des choses assez differentes de nos reference d Europeen vers,blate, criquet, sauterelle, scorpion etc...), et LA rue touristique : kohsan Road. C est une suite de bar, de tatoueur, de club, restau etc... Le tout remplis de touriste donc la plus pars sont deja imbibes a midi. Je suis sur que si je serais venu avec mes amis pour 2 semaines, j aurai trouve l endroit super. Mais la, je pense encore en cycliste, c est difficile a expliquer, je suis peux etre partis depuis trop longtemps, mais je me sens mal, quand je les vois saoul manquant de respect au gens. Je me sens mal de voir les Thai indifferents, *quesqu ils doivent penser?* C est comme sa chez les blanc...

On passe aussi la fete de l eau ici, c est juste enorme ! Tout les gens se jete de l eau dessus et parfois de la craie blanche, les plus ancien se mettent deux goutte et vont au temples mettre quelque gouttes sur les boudha, mais les plus fous y vont a la lance a incendie !

Sophie s envole pour le Nepal ou elle va voir des amis a elle Jessi et Ludo, elle reviendra en Thailande apres.

Moi je roule fort en direction du Sud. Un jour ma mere m annonce qu elle a achetee son ticket et qu elle arrive dans une semaine ! Je suis super content, je roule encore plus fort, je pose le velo a Surat Thani et prend un train pour la rejoindre.

Apres un an et demi, je suis super content de la revoir! J ai l etrange sentiment de l avoir quitte il y a deux semaines.

Elle m a ramene plein de fromage, (dont une tomme entiere), de la rosette, du vin, un cadeaux des copains et pleins d autre chose !

Je suis comme un coq en pate. Mon ordinaire se transforme fini l effort bonjours le reconfort ! On visite une ile, on y reste d ailleur bloquer plus longtemps que prevu a cause des intemperies. Sophie nous rejoins pour la visite des temples d Ayutthaya, on fait un tour d elephant, on mange des plats inconnu et tres bon, des seances de massage tres tonic. On fini meme par faire de la plonge !

Et biensur comme prevu, c est passe trop vite, on a meme pas eu le temps de parler qu on doit deja se separer...

C est le coeur gros que je vais recuperer mon velo, et avec Sophie on reprend la route. C est un peu le stress ( meme beaucoup) car Sophie n a pas roule depuis plusieur mois a cause de sa blessure au genou, et comme sa ne guerira pas, on ne sais pas si elle va pouvoir rouler. Mais tout ce passe bien, si on exclu sa tente a 4euro qui prend l eau de tout les cotes.

La route est assez variees et on campent plusieur fois sur la plage, d ailleur le matin on voit un drole de cirque, des homme qui promene leur boeuf sur la plage... J ai toujours pas compris pourquoi...

On arrive donc doucement mais surement vers la frontiere Malaise.

Pays qui nous est totalement inconnus et qui va marquer le retour de Sophie vers l Europe...

Mik


Le Cambodge

Histoire Recente


Je sais, j’ai pas l’habitude de raconter l’histoire des pays que je traverse, souvent parce que je la connais trop peu, et aussi parce qu’elle n a pas forcement de rapport avec mon voyage.

Mais au Cambodge c est diffèrent, le pays a connu une terrible guerre y a moins de 40 ans, donc les anciens que je croise l’ont vécu, ancien n es pas pejoratif mais l esperance de vie est autour de 60 ans donc on est vite un ancien. Le pays n a pas beaucoup bouger d’ailleur dans les campagne depuis, toujours les meme huttes en toit et mur de chaume.

La suite est un peu crue donc j invite ceux qui le souhaite a passer directement au prochain texte.

En 1975 Pol Pot et son armée de Khmer rouge font un poutch pour renverser le pouvoir mise en place par les américains. KHMER est le nom du peuple cambodgien. ROUGE c est parce qu il est plus communiste que Mao... Alors toute machine est interdite, de la voiture jusqu a la montre, car sa emplifie les differences entre les classes. Il fait évacuer la capitale et exécute tout les membres de l ancien régime. Puis c’est le tour des intellectuel, des profs, médecins, artistes, même ceux qui portaient des lunettes étaient tues. Un peu après, par peur des représailles ils ont aussi tue leur famille.

Quand on était a Phnom Penh nous avons visites les *killing field*, sorte de camp d extermination ou des Khmer tuaient d autre Khmer. La bas il y a un arbre encore présent contre lequel on projetait la tète des bébés... Comme le régime n avais pas d argent, même pas pour les munitions, les exécutions se déroulaient avec des outils agricoles, hachette, serpe, masse etc.

La famine touche une grande partie du pays tout le monde est touche et les enfants les premiers. Comme il y a très peu de naissance, il manque toute une génération aujourd hui.

En 1979 le Vietnam envahis le Cambodge et font tomber le regime en place pour en mettre un proche d eux. Mais pendant et après la guerre des mines antipersonnel ont été posées un peu partout, près des villages, dans la foret, les rizières etc... Et aujourd hui il en reste encore.

En 2003 y avait environ 3 medecins pour 10 000 habitants. Il y a également beaucoup de problème pour l éducation.

Le pays se reconstruit mais très lentement. Mais heureusement les ONG sont arrivées !...

Alors pour voir les ONG, il faut aller ou on en a pas besoin, a la capitale. Et pour les reconnaitre c est simple c est ceux qui roule dans les 4x4 blanc tout neuf ! Les gros 4x4 noir c est ceux du gouvernement !
(pas toute les ONG sont comme sa on a rencontre des jeune qui faisais du benevollat pour apprendre l anglais dans les campagnes).

Quand on sais que le pays est l un des plus pauvre du monde ont se demande d ou il sorte l argent. Mais en fait en bonne partie c est nous qui leur offrons. 40 USDollars par tete pour une journee a Angkor Wat, et les don au ONG.

Je suis peux etre un peu vieux jeu mais je suis pas sur que cette argent gagne sans travailler, et injecte on ne sais pas trop ou, bref je suis pas sur que sa aide le pays. J ai plutôt l impression d un assistanat.

Avec les millions de recettes sur les entrees de Angkor Wat, ils ne restaurent pas les temples mais d autre pays le font a leur place.
Je n aime pas cette mentalité mais en voyant certain touriste je peux les comprendre...

A Siem Rieap, la ville a cote des temples d Angkor, y a une rue touristique, c est une rue pleine de bar et de restau, la se retrouve tout les plus beau speciemen de touriste, a midi on peux croiser des familles ou des personnes qui viennent voir par curiositer avant de se replonger dans leur bouquin et d aller a Angkor, ceux la sont tout a fait respetable, mais quand la nuit arrive, il arrive aussi les gens qui viennent tout les soirs pour boir ou fumer jusqu a etre raide. Y a aussi ceux qui, sans aucune gene se leve prennent une prostitue par la hanche et partent avec. On a vu un vieil homme qui se promenais avec deux jeunes hommes, sous les yeux des flics.

Bref en voyant sa, jme dit que finalement prendre de l argent a des gens qui en ont tellement qu ils se permettent tout, c est presque es aider !

Les temples d Angkor
Comme je l ai deja dit la mentalite ici n est pas bonne et on cherche a presser les touristes comme des citrons afin qu ils lachent tout leur dollars, le probleme dans un voyage au long contre, c est que les 40dollars de l entre, normalement on vit 4/5 jours en voyage ici facile 10 jours. Enfin j arrete de me plaindre et je commence a parler, juste un peu de Angkor.

Contrairement aux Pyramides ou a Petra ici tout n est pas regroupe, et il est impossible de faire la visite de tout les temples puisqu ils s eparpillent sur plus de 1000 km2.

Nous avons visites les plus connus et les plus repare comme Angkor Wat

vraiment immense et on peut monter tout en haut, surement le plus visite, mais pas mon préféré.

Moi j ai adore Bayon
avec, sur les pilliers, les visages des dieux, il y a toujours des ombres qui leurs donne des expressions vivantes et quand on pense les avoir tous vus, y en a d aute qui apparaissent. Ca ma vraiment plus
apres il y en a de plus sauvage, et puisque le site a ete completement oublier pendant des centaines d annees, les arbres ont repris place, se qui donne des melange tres etonnant d arbre qui semble pousser sur les rochers du temple. Souvent il sont plus large que les maisons des gens ...

je crois que c est la qu il ont tournee une scene de Tomb raider.

et si on s ecarte rapidement des sentier battus, on peux vraiment passer un bon moment, et etre assez tranquille...
Au final, le site touristique que je redoutais un peu a ete une vraie reussite.
Heureux de notre visite on reprend la route, direction la Thailande...


Le cambodge

J arrive au bout d une route peu frequenter. Juste des scooters conduit par des Laosiens qui font des aller retour avec des touristes entre le poste frontiere et la premiere grosse ville.

Le poste c est 3 cabanes ou pour faire les tampons de sortie on doit payer 1 dollars pour ci, 1 dollars pour mi. Ou faut attendre 5 min, le resultat est le meme.

100 m plus loin poste frontiere Cambodgien, 2 cabanes et visiblement la meme honneteter des fonctionnaires..

Une fois parer de tout ses tampons, je roule et decouvre deja beaucoup de difference entre les deux pays. Au Laos les gens se cachent du soleil avec des parapluies et cherche a etre le plus blanc possible, aussi avec des cremes. Ici les gens sont noirs, bruler par le soleil. Toujours pas bien grand ni bien gros, mais plutot sec comme un coup de trique; les Cambodgiens sont pour la plupars (que j ai vu) des agriculteurs et leur vies ne leur laisse pas le temps de se soucier du soleil. Le pays est beaucoup plus pauvre que ses voisins ( Laos au Nord, Vietnam a l Est et Thailand a l Ouest), ici les paysans bosse parfois encore au buffles ou avec une sorte de motoculteur qui sert a tout, du travail dans les champs au Taxi.

Dans le Nord beaucoup de terre a ete vendu a des grosse firme, elle brule tout et replante une seule sorte de cereale, sa racine est couper secher et apres d autre transformation qui me sont inconnus, ca devient les nouilles chinoises ! (encore la faute de mes potes les chinois...) . J ai appris sa un soir ou j etais accueillis par une famille qui tenais un restau.

Les maisons sont tres semblable aux Laosiennes : sur pillotis.

A Kratie, je retrouve Sophie, on c est quitter en Chine, apres elle est aller au Philipine ou elle a fait des photos superbe (https://picasaweb.google.com/sophieveugelen/Filipijnen# )

Elle a maintenant un probleme au genoux qui lui enpeche de rouler a velo.

Je laisse le velo a Kratie et on loue une moto pour plusieur jour. On va dans la partie plus vallonne du pays, la on vois qu on peux faire un treck a dos d elephant ! C est un peu chere ( environ 20 euros) mais bon c est pas tout les jours. Le lendemain on nous dit que tout les elephants dispo normalement sont occuper mais qu il on trouver un autre elephant, en route on apprend que c est un elephant qui sert pour le travail dans la foret et que la ou on va c est pas un circuit touristique, au debut on est un peu ronchon parce qu hier il nous a vendu un truc avec cascade ballade dans la foret etc, et on risque de rien avoir... On attend un moment dans un petit village ou je pense que nous sommes les premiers blanc que les enfants voyent. D un coup un mastodompte deboule avec une demarche nonchalante. Il est enorme ! je pensais que les elephants d asie etait petit mais celui la fait peu etre 2.5/3m !! Il a 60 ans et pour monter dans le panier de branche sur son dos on doit s aider d une echelle, et surtout elle est pas stable et faut monter vite avant que Dumbo se fasse la malle ! Un gamin de 10 ans noir ebenne monte sur la nuque de son animal et c est partis.

La sensation est etrange, quant il avance, en haut on est ballancer en arriere a gauche puis en avant a droite arriere droite avant gauche inverse etc..

L avantage de faire du velo coucher c est que sa fait pas mal aux fesses, l inconvenient c est qu on devient tres douillet... Bref au bout de 10 min de ballade j ai super mal au cul ! aller plus que 4h. haha

Les chemins ne sont pas tres adapter pour notre ami pachiderme, c est un peu etroit, mais sa le derrange pas des masses, il pousse ecrasse tout, avec sa trompe il a soulever un tronc qui le genait. C est genial ! on passe vers des petites maisons en bois, puis des prairies et des forets on descend dans des rivieres, le gloutons essaye de s arreter tout le temps pour casser une graine. pour la pause on est a une cascade et on peux meme se baigner ! ensuite on lave le gros! c est genial ! ( oui je lai deja dit..)

Avant de rentrer on s arrete chez une famille qui vie en quasi autarsie, ils descendent a la ville une fois par mois, sinon ils font tout sur place, sa va du vie qui cuit dans le bambou au tabac qu ils font pousser et fument dans des feuille (sa sent tres bon).

Le soir j ai tellement mal au fesse que je peux pas dormir sur le dos !

Le retour sur la moto n est pas tres agreable, une fois a Kratie on se fait une ballade en bateau pour voir les dauphin dans le Mekong.

Je reprend le velo pour une longue journee, il fait chaud, je quitte rapidement la grosse route. Dans tous les villages les gens me saluent, ici les gens n ont vraiment pas grand chose mais ils semblent heureux. J ai vu des gamins qui avaient un volant de Badminton mais pas de raquette, alors ils jouaient avec des bout de carton. Les plus grand eux jouent a la petanque, enfin ici c est la Tatane, les regle se ressemblent mais a la place des boules, ils enleve une de leur tongue et la jete.

Parfois je passe avec etonnement un village musulman, je suis triste de voir ses gamine d une 10ene d annee qui doivent portez le voile noir par 40 degre et en faisant du velo (maintenant que je le lis, sa fait irrealiste, mais allez voir la photohttps://picasaweb.google.com/lh/photo/C2ZMm8mLr5WVXms5GfXgMA?feat=directlink )

C est sur ses routes poussiereuses qu il m est arriver encore une de mes nombreuses petites mesaventure technique, dont la frequence (quasi hebdomadaire) faisait sourire mon tres regreter compagnon de route Cedric Michelas, alors je vous raconte...
d un coup sur la route/ piste, j entend un sale bruit a l arriere, pas le temps de freiner que la roue se bloque et un bruit pire arrive, sans me retourner je sais que j ai flinguer mon 3 eme derrailleur depuis le depart... Et merde va, au milieu de la campagne ! Une fois que j ai fini d insulter la poussiere, la route, le constructeur de la piece, sa maman et 2 poules curieurses, bref je sort la boite a outs et je vire le derailleur, quelque maillons pour raccourcir la chaine et je transforme mon velo 27 vitesses en velo 1 vitesse ! Je repars, 20 km plutard je creve. Ha y a des jours comme sa...

Le jour suivant on s arrete dans une ville etrange, un carrefour entre Phnom Penh, la capitale et Siem Riep. Le stop a un interret purement gustatif, on sait qu on va pouvoir trouver et manger des tarentules ! En plus on a des criquets, des grenouilles, tout a le gout d huile, sauf un truc que j ai pas aimer, c est l oeuf avec un poussin sur le point d eclore a l interrieur, je suis pas fan des petite plume et comme dit Berni Noel *le truc emmerdant dans les oiseaux c est le bec ! *

Encore une journee je roule pret de champ de lotus, et j arrive a la capitale, je retrouve Sophie qui c est deja installer dans la chambre... au 5eme etage sans ascenseur !! Merci Sophie...


Laos




Je suis au col représentant la frontière Vietnamo-Laotienne, y pleut une sorte de crachin inninterrompu depuis des jours. Je descend le col et fini la pluie, bonjours le soleil, j ai du mal a y croire et meme si la premiere nuit je dors a la belle etoile, je garde mes affaire ranger et ma bache sortie en cas de pluie, mais je la vcerrais plus pendant plusieur semaine !!

Je quitte rapidement la grande route, et me perd plusieur jours sur une piste, parfois de la terre battue rouge, parfait des cailloux ou encore une sorte de poussiere. J aime me perdre dans se genre d endroit, ou l on sens que les habitants n ont presaue jamais vu d etrangé. Certain petit ont peurs de moi, des vieux me fixent sans mots dire, d autre me font de grand geste de bienvenue. La pluspars sont tres sympa, et c est un Bonheur de rouler ici. C est très très rural, les maisons sont en bois et la pluspar des familles sont des agriculteur fermier avec une petite boutique devant la maison. Il y a des enfants de partout, souvent pas bien proper, toujours heureux et pas souvent a l école, j en vois avec des lance piere et certain avec des objet en fers et une sorte d arbalette, j en acheterais plus tard et je comprend que c est des piege qui se ferme sur les pattes des animaux et l arbalette pour le tué. Ses gamins ne doivent pas avoir beaucoup plus de 10 ans mais connaissent des choses que je ne connaitrait probablement jamais.

Toute la parrtie campagnarde du Laos m interressent énormement, sa fait si longtemps que les gens ne m avais pas accueillis comme sa. Tout le monde me lance des “Swadi ka” (bonjour) certain gamin font des courses folles depuis leur champs jusqu a la route pour venire me taper dans la main !! J adore cette partie du pays.

Evidement il faut une partie moin interressant pour contraster un peu. Pour moi c est les villes, et surtout certain quartier qui ont été investis par des touristes venu se souler pas chere.

Certains ont de meilleur intention mais je ne suis pas sur que se tourisms de masse meme s il est pratiqué par des Back packer, je ne suis pas sur qui l rende service au pays, et j ai peur qui l change la mentalité de se beau peuple.

Une fois rejoins le Mekong je le suis vers le Sud et le Cambodge, le pays est plat comme la table et le vent est bon, je roule donc assez fort vers un nouveau pays.

Je ne suis pas rester longtemps ici et pourtant j ai adore les campagnes, si vous prévoyer de le visiter sauvez vous vite des villes.

Le Vietnam


J entre le 20 Janvier au Vietnam, je suis très content ! ( surtout de quitter la Chine)

Je roule vers la très célèbre bay d Ha long, en route le temps est pluvieux mais jamais moins de 10 degré.

La vegetation est luxuriante, les forets très denses, les arbres poussent partout, près de l eau, il y a de la mangrove !!

La bay d along est classer comme patrimoine mondiale a l unesco, et c est un endroit vraiment impressionnant, meme si en janvier c est tres brumeux…

Je mets le velo sur un bateau et pendant une journée on tourney dans la baie, entre ses rochers sortie comme par magie de l ocean pacifique. Je visite quelque grotte, et un village flottant.

Un village flottant en faite c est des maison dun e piece qui sont aussi des magasin et des mini embarcadere, et tout cela au milieu de l eau !!

A la fin de la journée je suis jeter sur l ile de Cat ba. La c est genial, les memes roche improbable immense, la foret, les cris des animaux, sauf que je suis en velo, c est encore plus impressionnant. Malheureusement jme suis cru plus malin que tout le monde et j ai pris la route fermer a la circulation. Normalement en velo sa passé, mais la c etait vraiment fermer, il commence a faire nuit, et jme retrouve sur une route en construction ou en demolistion bloquer par une pelleteuse je peux passer sous le bras, puis des cailloux, j arrive a passer, mais quand viennent les rocher gros comme des vaches je doit porter le velo puis retourner chercher la remorque, sa deviant compliquer. On est entre chien et loup quand se pointe 2 type qui bossaient sur le chantier, ils me proposent de maider, j accepte mais je suis pas confiant. On tire le materiel de l autre coter des rocher et les deux vietnamiens me dissent au revoir et sans vont. Comme quoi ils faut pas etre trop méfiant non plus !

Pendant deux jours je vais explorer l ile. Une après midi jme ballade dans une foret, on dirait Jurassic park, des fougere énorme, des herbes plus haute que moi, des arbres avec plusieur tronc, des bruit d animaux partout, pas un seul homme pendant 4 heures de marche.

Je remonte sur le vélo et je roule pendant plusieur jour vers le sud et la frontiere laosienne.

Un soir ou il ppleu je decide de m arreter dans un hotel de routier. Je vais pour manger et je vois un animal inconnus accrocher au cros de boucher.

“ c est quoi sa ?” ( en montrant la bestiole)

“ miaou miaou” me repond le cuisto vietnamien

“quoi ?? sa c est du miaou miaou?

Il pars dans une autre piece et revient avec un chat bien vivant ( bon il manquais un bout de la queue mais ici c est normal). Y me souris et me montre le repas avant et après preparation.

“ alors pour moi sa sera un miaou miaou s il vous plait !”

Autant le chien en chine m avais bien plus, autant le chat est pas top. Beaucoup trop nerveux. Le gout encore une fois ne ressemble a rien de connu, pour moi c est pas du lapin ou du poulet ou je sais pas quoi.

Avant d aller me coucher jme viderai bien une petite chope. J entre dans un sorte de mini magasin bar, y a une serveuse et un vieux sur un canapé. Jcommende ma mousse, et direct la serveuse est très entrepenante…

“es que je peux m assoire? Es que je peux boire un coup? “ et vasi que je rigole, et que jte regarde et que je te touché l epaule… ola mademoiselle je suis pas un garcon facile c est quoi cette affaire !?

Elle parle au vieux, je crois comprendre que c est son père !!

Et il prend son scooter et pars, jme sens assez mal a l aise car je suis seule avec elle, la elle me prend par le bras et me montre une petite piece a coter, je comprend que c est la quelle vit, elle me montre le lit et se couche dessus!!!

“ok ok… vous etes pas farouche mademoiselle “ ( en tout cas j aurais pu lui dire si mon vietnamien etait un peu meilleur !

C est le moment ou j ai decide de payer mes bieres et de vite rentrer !

Sur le velo il pleu la pluspart du temps, la route est pas très interressante et les bus joue du klaxonne. Je suis assez content quand j arrive a la frontière Laosienne, en haut d un col ou jme suis fais rincer toute la matiné. Normalement au Laos il fait beau !




Hong Kong Macao et la fin de la Chine


C’est donc avec Sophie, heloise, Aurélien et Ben que je prends le train pour Hong Kong. Mais un dernier problème arrive avec les chinois.Aurelien a pris son velo pour faire des réparations, mais il faut payer une taxe en plus pour le vélo, ils estiment son poids a l’oeil et chargent la note. Arrive une longue conversation un peu agité, l heure du départ du dernier train arrive, 3 min, je prends le vélo et vais dans l’escalator qui descend, Aurelien paye et me suis. La un truc incomprehensible se passe, tous les agent essaye de nous stopper 2 au dessus viennent vers nous, un dans les escalier cour et cris a ceux dans bas de nous arrêter nous on descend tout seul dans l’escalator. Sans comprendre. En fait ils sont pas content parce que c’est eux normalement qui doivent mettre le velo dans le train, mais a l allure ou il vont c est sur il vont le loupper et le mettre dans celui de demain, pour eux y a pas de difference. Je m echoffe serieusement et me montre un peu brusque avec le type qui commence a prendre le velo.


Au final en forçant le vélo est dans le même train que nous et on est rentrer vraiment a la dernière seconde.


Nous voila a Hong Kong, tout est different ici, la station est super moderne, les gens parlent anglais ( délivrance...). Y a des bus et tram a 2 etages, et en tant qu’ancienne colonie anglaise, ils roulent a gauche avec le volant a droite.


Au début on loge a Kowloon qui est la partie continental encore


chinoise ou se mele plein de nationnalite d’asie d’europe ou d’afrique, tous essaye de faire de l argent avec des restaurant, des montre, des appareil photo, des vetements, du shit etc...


Nous somme en dortoir et la tenanciere est aussi aimable que celle de


l hotel a Tashkent ( une sorte de dragon). En recanche sur lile de Hong kOng, c est tres riche, on vois des magasin de luxe des cinemas, des banques dans des bulding de 200,300 ou meme 400m de haut. On passe d immenble en immeuble sans redescendre dans la rue, par des passerelle. Y a des homme d affaire en costume, dont beaucoup sont europeens.


Y a aussi des petites iles a 30 min de bateau pour 1 euro. Et c est la qu on trouve notre bonheur, sur Lamma Island, un petit hotel presque vide, sur une ile sans voiture, avec des plage et plein de verdure !


ON reste a profiter de la vie sur l ile, mais le temps passe trop vite et deja c est noel, on c est preparer un super repas avec des fruit de mer, un canard, du fromage, des crepes, du vin ...


Moi j ai recuperer mon nouveau passeport car l autre etait plein, l


ambassade de france a ete super, tres rapide, tres sympa et sa ma pas couter un centime.


Avec Sophie on decide d aller visiter l ancienne concession


Portuguaise de Macao, cest le Las Vegas de l asie, des enorme casino et des hotel de luxe, on visite aussi un casino..


Tranquillement on retourne en Chine, chez Koen et Julie qui m ont


aussi inviter a passer le nouvel an chez eux. C est une tres belle


fete ou je retrouve aussi AUrelien et Heloise, en fin de soiree tout le monde a un coup dans l aille quand je fais essayer le velo. C est tres marrant !


Je passe encore du temps ici, j ai du mal a partir...


Pourtant il faut que je reprenne la route. Mes 2 dernieres semaines en Chine se passe comme celle d avant, je bataille pour un hotel, pour internet c est pire, je galère a communiquer avec les gens, la chine m’enerve, mais je mange bien !


A la frontière je rencontre Judi qui elle remonte en Chine.


Je suis content d’y partir définitivement !


Vietnam me voila !




Chengdu


A Chengdu j ai besoin de me reposer et de me remotiver apres ses evenement montagneux...

Je retrouve Sophie, la cyclo Belge partie seule depuis le Caire, que j’avais rencontrer a Kashgar.
On visite la ville, c est cool aussi de faire les touristes, je vois des temples et surtout les PANDAS GEANTS.
Je roule ensuite vers Leshan ou se trouve le plus grand boudha du monde, 71 m quand meme.
La je retrouve mes amis Bordelais Heloise et Aurelien, on va rouler un bon moment ensemble.

C est des collines russe (petites montagne russe) sa monte et descend tout le temp et c est tres raide, mais heureusement assez court.
On voit des rizieres, des gens qui travaillent avec des buffles...
Un apres midi ou on c’etaient arreter plus tot que d habitude, on a envie de jouer au ping pong.

On trouve des jeunes et en 2 min c est accompagner d au moin 30 enfants qu on nous enmene a lecole du village. La on doit jouer avec tout le monde, et certain snot meilleur que nous !
avant de partir on doit faire un seance de dedicasse et doonner nos email a tous les enfants, c est drole mais un peu long !

Plus loin on entre dans la *mer de bamboo* immense foret tres belle ou on est plus calme. Ensuite des gorges et plein de tres beaux paysages.

En route evidement on test tout se qui se trouve sur notre chemin d un point de vu culinaire, (enfin surtout aurelien et moi) et donc on goutte les oeufs de cent ans et surtout du chien! J aime beaucoup sa!

Je dois quand meme dire que j ai de plus en plus de mal avec les chinois.
quand on est en ville, il s aglutine autour de nous et nous fixe, si on pose une question avec un bouquin de traduction ou avec des geste, ils se marrent mais ne repondent pas, ils sont tres craintif.

Pour aller sur internet c est la guerre, et une fois on a du faire un scandale, les menacer d appeler les flics, rien ni a fait, on est retourner dans la rue et on est revenu avec plein de jeunes dans le cyber, finalement ont a pu acceder a internet...

Je dis le dire, je suis assez content que mon visa de 3 mois se finisse. Je doit donc fillez a Guanghzou ( ou canton en francais), la je vais mettre mon velo chez Koen et Julie, des amis Belge de Sophie. Ca fait du bien de rencontrer des gens qui vivent depuis longtemp en Chine, et ils sont super sympa !
Ensuite avec Sophie, Heloise Aurelien et Ben un cyclo anglais, on pars pour Hong Kong pour passer Noel ensemble, refaire un visa chinois, et dans mon cas je vais essayer de faire un nouveau passeport!



Les Montagnes Tibétaines


Apres un gros mois en Chine je sors du désert du Taklamakant, enfin ...

Je me trouve dans la ville de Golmud, après deux jours de vélo je décide de faire confiance a ma carte et de prendre un raccourci de deux jour, maximum trois pour me faire économiser environ 10 jours.

En plus je quitte la grosse route pour me balader dans les montagnes Tibétaines (pas dans la province du Tibet mais peuple de tibétains et qui étais dans le Tibet avant son occupation ou libération comme on dit en chine. Un peu complique).

Donc le premier de ses jours se passe plutôt bien, sauf que la route est beaucoup plus défoncé que je le pensais, mais c est sympa la première journée.

En fait mon gros problème c' est le froid, la journée si le soleil tape, sa va, il doit faire bien 10°C quand il y a pas de vent. Mais la nuit... sa caille sévère !!! La première nuit sa va, mon duvet ( qui a énormément perdu de ses qualité d'isolation en un an) est encore sec, je sort ma couverture de survie au milieu de la nuit car je grelotte, mais je fais une erreur, je la met directement dans ma tente sur le duvet. Au réveil il y a de la glace a l'intérieur de ma couverture et sur mon duvet, elle viens de la condensation que je crée en respirant. Bref la glace deviens de l'eau et commence à mouiller mon duvet, il est impossible de le faire sécher sauf si j y passe la journée et encore. Bref je roule mon deuxième jour, ou je croise des policiers avec trois 4x4 qui coincent et bloque toutes les voitures qu’ils croisent pour faire des contrôles.

Je mange beaucoup de peuf quand les voiture me dépassent, je suis content car je quitte la "grosse" route pour une autre encore un peu plus mauvaise.

Vers le milieu de l'aprèm j'arrête la seule voiture qui me dépasse et lui demande si je suis sur le bon chemin... non depuis 2h que j'ai passé le croisement je me suis trompé de route...

J'ai les boules, je fais demi tour et au croisement il y a une maison, j'y passe la nuit, au chaud !

Le lendemain je repars, tout la journée je roule dans des gorges sans végétations, je croise quelque Yourte, des troupeaux de moutons et de Yaks.

Le soir j'arrive sur un plateau avec une énorme barrière de montagne devant moi. Je demande ou se trouve la ville indiqué sur ma carte, et tout le monde(3personnes en faite) me fait un signe vague et désigne les montagnes, j'en conclus que c'est derrière.

Cette nuit je me fait refouler d'une maison et je suis en colère "ha tu t'en fou que je dorme dehors par ses température ! décapadiot va!!!" Bref je passe encore une nuit très froide, et même avec la couverture de survie sur la tente, je mouille un peu plus mon duvet... Sa devient très dur.

J'ai décidé de continué sur le plus gros chemin qui semble contourner les montagne par la droite, aujourd'hui il ni a pas de soleil et j'ai le vent de face, j'ai très très très froid. Toutes les maisons que je vois sont abandonné ou les habitant sont redescendu pour l'hiver, vers la ville. Je trouve une sorte de garage ouvert, je m'y réfugie du vent, je suis a deux doigt de pleurer de douleur quand le sang revient bruler mes mains, je pensais avoir mal en roulant, comme si j'avais des épingle planté dans mes mains, mais quand elles se réchauffent... c'est vraiment terrible.

Le moral est en chute libre et se soir y a très peu de chance que je trouve un endroit pour dormir... J'ai presque rien avancé, le soir arrive et je doit avouer que j'ai peur. Peur du froid cette nuit. La nuit dernière mes mains étaient très engourdis par moment et mes pieds toujours très très froid. Quesque sa va être cette nuit...

Je perd pas une seconde pour monter la tente, faire beaucoup a manger, je met mon pantalon pyjama (hyper sexy !) que j'ai acheter il y a quelque jour, je remet mon pantalon normal, je mets tous mes t-shirt ( les 3), mon sous pull et mon "pull" (on peu techniquement pas appeler sa un pull, mais c'est se que j'ai de plus chaud), toutes mes paires de chaussettes, la couverture de survie et je saute dans mon duvet, je suis paré a affronter la nuit. Maintenant que j'écris ses ligne je suis dans une maison super de luxe, et je me sens un peu ridicule mais bon.

Malgré tout cet équipement qui doit me faire ressembler au bonhomme Michelin avec une barbe en plus, je commence a avoir froid, je lis les conseils que j'ai appris pour lutter contre le froid, j'ai de plus en plus froid. Je regarde l'heure... 6h ! mais pas du matin, il est 6h du soir, il fait nuit et froid depuis un moment et le soleil devrais réapparaitre vers 9h du matin, je compte les heures.

Je m'endors enfin et me réveil un peu plus tard, je n'arrive plus a fermer mes mains. Je me sers de ma mains droite comme d'un crochet pour faire bouger les doigt de la gauche et j'inverse, sa marche. Et chose bizarre je n'ai plus froid au doigt. Mais jme souviens quand on était petit avec mon frère et qu'on allais au ski avec notre père et qu'il nous disais que "non, c'est pas bon quand on sens plus ses doigts" mais à cette époque on rentrait dans la voiture et après quelques minutes on pouvais se réchauffer lentement (toujours le faire lentement). Cette nuit je peu pas. Mon moral est comme le mercure cette nuit, en chute libre. Aurélien et Héloïse (mes copains d'Artizenvelo) me disent qu'ils ont enregistré des températures de -15 à -20°C le même jours a une altitude semblable (je connais pas la mienne mais c'est vers 3500m à 500m près, haha).

Je répète l'opération des doigt plusieurs fois jusqu'à enfin voire les premières lueur du soleil. C'est idiot maintenant mais sur le coup jme suis dit, je suis sauvé... J'ai vraiment eu peur.

J'ai pas regardé sur le coup mais quelque temps après en regardant mes index, je vois qu'un partie est noire, la peau (assez épaisse quand même), et je peu l'enlever avec mon opinel, je sens rien.

J'espère ne plus jamais avoir a dormir dans ses conditions. Mon moral est toujours très bas et je ressasse des pensé noire.

Le matin je roule et un type sort de sa yourte pour me dire que je doit pas continuer sur cette route sinon je vais mourir "t'es sympa comme type toi !?" et il veux vraiment pas, il me dit qu'il peux m'emmener à la ville que je veux mais juste sur sa moto. J'ai pas la forme mais pas au point d'abandonner mon vélo. Le type semble être au courant donc... je fais mon deuxième demi tour sur mon "raccourci" et je commence a penser que si je trouve le qui a fait cette carte sa va pas être joli joli a voire !!!

A la fin de la journée je suis revenu sur mes pas et demande a une autre maison de m'héberger. Ils veulent de l'argent en général je refuse mais la je réfléchis même pas "combien? ok" .

Je dors dans une pièce non chauffé avec des carreaux cassés mais j'ai beaucoup de couette. Ici le concept d'intimité n'existe pas, donc plein de monde entre dans "ma chambre" sans toquer, ils prennent un truc et se tire sans rien dire. Vers 23h un groupe entre, je comprend pas se qu'ils foutent, ils allument tout ( enfin tout, un panneau solaire recharge un batterie de voiture la journée et la nuit, cette batterie sers a allumer UNE ampoule, donc ils allument l'ampoule). Je comprend qu'ils vont dormir la. J'ai presque envie de gueuler que j'ai payer pour toute la chambre mais rapidement jme souviens d'hier et j'ai pas envie qu'ils dorment dehors. Deux dorment devant la porte et le plus vieux et gros dort sur le lit juste a coter du mien, même réveillé il fait du bruit en respirant, évidement la nuit il ronfle comme un cochon !!!

Avant de dormir, il enlève son grand manteau vert avec des bouton couleur or, genre armé soviet, il détache sa deuxième veste mais la garde sur lui, il enlève son pantalon mais en a un autre dessous, et se couche et se couvre d'une grosse couette plus son manteau vert.

Les jours suivant j'essaye de passer par la gauche des montagnes, impossible. Je décide donc de passer au milieu, toute la journée je pousse le vélo, c'est un chemin de randonnée, les 4 maison que je passe sont vident les gens sont redescendu.

je suis une rivière pour remonter, elle est gelé et la route la traverse assez souvent, je suis pas rassurer car la glace craque sous, parfois un pied passe a travers, mais j'ai pas eu de gros problème.

Petit à petit, la neige recouvre tout, je perds le chemin, le retrouve, le reperd etc...

A la fin de la journée je me trouve en haut d'un col j'ai mis plusieurs heures a faire 500m en monté dans une neige molle. En haut je monte a pied sur un pic pour avoir une vue, c'est magnifique, et magnifiquement impossible de continuer, j'ai beau regarder partout c'est totalement fermer par des montagnes et aucune chance de passer avec toute cette neige...

Je positive et me dit que au moins je voulais faire un peu de rando dans les montagnes tibétaines, et ba c'est fait ! et c'est beau. La nuit arrive ! (Encore ? mais c'est tout les jours alors?!) Je me cache du vent un peu en dessous du col, je vais pas dire que c'est froid sa commence à être redondant, mais y fait pas chaud !!

Je redescend et 3 jours plus tard je suis au point ou j'ai quitter la route pour prendre mon raccourcis. J'en suis au point ou je veux rentrer chez moi, me mettre devant le feu, manger une fondu avec un verre de blanc voir ma famille et mes potes. Je décide de prendre un bus et un train qui m'amènerons plus au sud, a Chengdu, si j'ai pas froid, mon moral devrais remonter et je pourrais continuer mon voyage et surtout profiter de mon voyage...


Chine


Mes débuts en Chine.

Apres toutes ses journées a pousser mon vélo, j’arrive enfin a Kashgar.
Ville de tous les espoirs, et elle tient ses promesses.

En effet, je peux réparer (en fait changer complètement) le roulement de la roue arrière, je retrouve mes amis Aurélien et Heloise (artizenvelo) qui m’avait dépasser quelque jours avant. Et je fait la connaissance de plein de monde, dont Judi une cyclo anglaise et Sophie une cyclo belge, une belle bande de bois sans soif!

Je me repose, me remplume et m’amuse beaucoup.

Apres 2 semaines le moment de partir rouler se fait sentir, je pars donc pour le plus grand désert de Chine, le Taklemankant, il me faut un mois pour le laisser derrière moi, c’etait long et monotone, mais reposant (surtout pour mon foie).

J’arrive maintenant dans la province du Qinghai qui est une partie du Tibet historique (avant la *liberation* comme disent certain chinois, en 1950m du Tibet par l’armee rouge) les montagnes, le froid, les temples et les tibetains sont aux rendez vous...




Tadjikistan  de Murgab a la frontiere Kirgiz



Je pars de Murgab avec Harry, la premiere nuit ont dort sous un pont, le lendemain ont grimpent au plus au col des pamirs a 4655m ! Juste 200 m sous le mont blanc ( 4810m) ! En haut je pose le velo et monte sur un petit pic en sandale et short ! je fais pas longtemp le malin et on redescend du col, peux apres on est pris dans une petite tempete de neige, j’ai plein de neige dans la barbe, mi pere noel-mi Yeti ! on stop et trouvont un tube sous la route, juste assez haut pour faire entrer les velo, ont passent la nuit la !

Le lendemain je fini la cassette, apres plein de rafistolage avec des morceaux de plastique et de ferraille trouver sur le bord de la route, c est maintenant irreparable...

On arrive au lac karakul, le plus haut d asie centrale, c est superbe (je sais, je trouve tout superbe en se moment ! mais ca l est vraiment !!), immense lac d un bleu plus foncer que le ciel, entourer de montagne au sommets enneiger ! Ont campent au bord, comme dans un rêve !

Au matin je dit a Harry de continuer seul, je vais pousser. La frontière est a 60 km, mon plans est de pousser jusqu en Chine, a Kashgar environ 300-400 km de la. La marche est un exercice tres different du velo, on travail d autre muscle, la vitesse est evidement reduite, le temps s alonge...

Je rencontre encore quelque Yak, et apres un mois superbe au Tadjikistan, j arrive a la frontiere, de l aute coter, le Kirgistan.



Tadjikistan de Korog a Murgab



Korog est la capitale de la plus grande région et la moins peupler du Tajikistan. la ville est a peu près grosse comme... saint felix !

J’ai retourner les bazar et n est rien trouve pour reparer mon velo !! C est la merde ! Je décide de continuer comme sa et on y verra bien, si je peux plus pédaler je pourrais toujours arreter un camion ou pousser...

J arrive a un check point qui contrôle le permis GBAO, je tend confiant mon passeport aux deux policiers, qui semble pas être les type les plus honnête du monde...

2 min plus tard, ils me disent qu ils manquent un papier (OVIR sorte d enregistrement) et veulent évidement de l’argent, sinon je passe pas ! Je flippe un peu car j ai deja entendu parler de se papier mais jme souviens plus pourquoi, ils ont peux être le droit de me bloquer.

Je tente de jouer le coup, car j’ai pas beaucoup d argent, et surtout pas envie de leur en donner ! Je ment en disant que j ai demander a la police et a mon ambassade a Dushambe, et qu ils m ont repondu que j avais tout les papiers suffisant. Je les sent plus très confiant donc je lache pas le morceau. Apres 10 min le plus vieux me dit que si je paye, je passe tout de suite ! Je continu a refuser, il fini par me le dire plus clairement, il se tape la jugulaire avec l ongle de son index, en Asie centrale, se signe signifie qui veux boire ( et pas du jus d orange !). Je me marre, il me dit que si j ai du cognac ou si je vais en acheter au magasin qu il m indique, je passe. Je les envoie gentillement chier, en leur faisant comprendre ( difficilement ) qu avec tout largent qu ils *recoltent* des routiers, ils peuvent sur mettre sur le toit pour un moment !!

Au bout d’un moment, je pense qu’ils comprennent qu’ils n’auront pas un somoni, ils me laissent partir.

J apprend plus tard que se papier, n est plus necessaire si on reste moins d un mois dans le pays.

Apres quelque kilomètres, ma cassette sort de son emplacement et je ne peux plus pédaler ! Je pousse une après midi, le soir je bricole un réparation de fortune. Ca fonctionne ! un temps...

Je monte doucement vers le col, après sa, je ne devrais plus descendre sous les 3000m.

Je vois mes premières marmotte !J’en verrais des centaines, elles ne sont pas grise brune comme chez nous, mais orange or, et grasse comme des loukoums !! L endroit est inhabiter, apres un autre col, je descend dans une vallee magnifique ! 1 village ou je pensais me rapprovisionner, je n y trouve que quelque barre chocolater et du riz. Mais surtout je vois ma premiere Yourt ! et un peu plus loin mes premiers YAKS !! Je suis aux anges. Je m extasi devant tout, je passe beaucoup de temps a les observer ! Je rentre dans une maison ou on me sert le célèbre beurre de Yak et Yaourt de Yak !! ici en tout cas, le beurre est loin d’être aussi horrible qu’on le dit ! Le faite d’etre affamer, fausse peux etre mon jugement mais j ai même trouver sa bon ! et très bourratif, se qui est une qualitée ici !

Quelque jours après, j’entre dans une Yourt pour le Thé. C est grand, on y tiens facilement debout, ça doit faire 4m de diamètre.

Je crève le pneu de ma remorque, j’ai plus de pompe... je continue et dechire le pneu en arrivant a Murgab.

Cette *ville* est un peu plus petite que Korog, la majorité des Habitants sont Kirgiz ( petit cour d histoire... les pays de l ex URSS ont ete creer lors de son effondrement en 1991, et leurs frontieres n ont pas respecter l emplacement des habitations, donc en Ouzbekistan jai trouver des gens qui me disaient etre Tajik, au tajik des Ouzbek et dans cette partie des Kirgiz, Ca peux aussi expliquer les rescent trouble du coter de Och au Kirgiztan), et la ville est très pauvre.

Je dors dans un Home stay, ou dans ma chambre trone une peau de loup.. Mon vélo lui dort dans la remise, a coter de tas de Bouse de Yak de 2m de haut et 3 de large, toute bien decoupe pour l hiver, elles serverons de combustible. Il ni a pas de bois ici.

Par hasard je tombe sur Harry, un cyclo autrichien rencontre a Korog, on décide de faire la route ensemble pour un moment, mais d abord, beaucoup de provision !!





Tadjikistan de Dushambe a Korog




Je repars avec Heloise et Aurelien. Le debut est plutot plat.

Depuis plusieur mois, une idée me trotte dans la tete, j en avais parler avec Aurelien et il avais aussi envie de le faire… se faire un poulet !!!

Donc a une pose de midi, je vois un paysan je l accompagne chez lui et lui achete notre futur repas ! Enfin j espere. On connais tous les deux la theorie pour le tuer, plumer, vider et preparer mais pas la pratique… En fait sa roule comme sur des roulette, on a sa dans la peau ! Le soir sur un bon lit de braise ont la fait rotir, et je sens une grosse mouche se poser sur mon genoux… je l’eclaire et je vois une énorme *camel spider* (arraignée chameau ?), bon moment de stress même quand elle etait sous ma semelle. La les homologue de notre poulet, meme en costume deparque pour nous dire qu on peux pas dormer la, parce qu on a vu sur un site interdit, on negocie et finissons par rester, le poulet Presque cuit, se sont les militaire qui arrive, un grader nous dit de degager, grosse discution, on a nos tente de monter, notre poulet Presque cuit et surtout pas envie de se retaper la cote en pleine nuit. Il fini par nous lacher * ok men, but if you move out, my soldier shot you !!* heu ok….

Quelque jours et troupeau plus tard, on arrive dans de haute gorge et sur une piste defoncer, après sa on attaque le col a plsu de 3373m et plus de 1600m de deniveler, jen chie severe !

Apres une longue descente on arrive a la frontiere Afgan. On la longe plusieur jours, le pays est encore plus pauvre mais la vie suis son court tranquillement.

Engaillairdi par notre success avec le poulet, je me mets en chasse, après quelque minute je ramène une belle pintade!

Quelque panneaux nous signalent des mines a coter de la route, ont evident de camper dans le coin…

Pendant la descente du col, jai casser mes roulements et mon axe de la roue arriere, l’avance devient compliquer, j'espère pouvoir tout reparer a Korog avant d attaquer le Coeur des pamirs!

Dans la douche de la maison d hote ou je me suis arrêter, un matin a poil sous la douche les pied sur le sol tremper, j ouvre le robinet et prend une grosse decharge !! Quand le chauffe eau est brancher l electricite parcour toute les partie métallique …



Tadjikistan de la frontière du nord a Dushambe


Des le passage de la frontière on voit la différence, ce pays qui as connu une guerre civil y a pas longtemps, est plus pauvre que son voisin. Le poste de douane se resume a 2 prefabriquer.

La premiere aprem, j évite une *bagarre* avec un vieux rond comme un ballon! le soir je goutte ma première vokda conditionner comme un Yaourt !

Je suis dans la seule partie plate du pays, il compte 93 pourcent de montagne et presque toute la région des pamir au dessus de 3000m !

Je rencontre les même flic corrompu, ils créent des *peage sauvage*, ils arrêtent absolument tout le monde et ne les laisse partir qu’en échange d un petit billet glisser discrètement dans une poignée de main en partant... ici aussi c est normal.

Trois jours plus tard, fini le plat, sa monte dru ! et fini la route par la même occasion place a la piste ! Je passe toute une apres midi a pousser mon velo sur cette piste qui monte comme par un toit, a la fin je débouche sur un col au dessus de 3300m, je suis content et je doit le dire, un peu fier...Mon premier 3000. La descente est sympa.

Le lendemain je monte a 2500m aux portes du * tunnel de la mort*, c est le nom dont certain voyageur m en ont parler, y a plein de mythe autour, long de 5 a 7km selon les versions, plein d eau ou de glace selon les saisons, sans lumieres dans toute les versions, et donc très très dangereux. Je suis pas très serein quand j’enfile mon maillot jaune fluo et je recharge mes loupiotes ! Jme lance ! quoi? jme LANCE ! Australie!! oula je dérape, donc jme lance. 5 km plus tard et presque 1h, résultat, effectivement c est tout noir et plein de flotte qui cache les nids de poule, heureusement y a pas beaucoup de circulation, bref c est ni du gateau ni la mer a boire...

En sortant je vois des ouvriers, tous chinois ! Pourtant c est pas a coter la Chine ! J apprend plus tard qu il s agit en faite de prisonniers Chinois !..

J arrive tranquillement a Dushambe, j ai rien a y faire, hormis me reposer avant les Pamirs, et ses cols aux dessus de 4000m...

A la capitale je retrouve avec joie Heloise et Aurelien ! On passe de bon moment ensemble et decidons de partir faire un bout de chemin ensemble.

La veille de notre départ des prisonniers rebels se sont échapper d une prison de la capitale... Sûrement en direction pour les pamir aussi.



Ouzbékistan


L Ouzbekistan est egalement un pays de l ex URSS, a cette epoque il a ete decide que l Ouzbekistan serrais l endroit d ou viendrais tout le coton nescessaire. L e probleme c est qu a cette epoque le pays est majoritairement un desert... Pas de probleme on detourne les 2 plus grands fleuves pour irriguer les deserts ! Du coup la Mer d aral ou se deversait ses fleuves, s asseche et meurt. Un des plus gros desastre ecologique...

Donc encore aujourd hui y a plein de champ de coton.

 Le pays est tres plat, et j arrive rapidement a Bukara, une ville magnifique avec plein d endroit a voir dont un vestige de la route de la soie, un caravan serail immense.

Je rencontre Cedric (kilometre solidaire) un francais qui roule pour aider la recherche contre le cancer. On s entend bien et on décide de rouler ensemble. A Samarquand on visite le celebre Registan. Puis on continu jusqu a la capitale Tashkent pour faire nos différents visa.

La ville est très différente des deux précédentes, celle ci sent la Russie a plein nez, de grande avenue vide tres propre, de grand immeuble, un metro completement sur realiste sortie d un film de science fiction ! J ai soudoyer un flic pour passer a l heure a l ambassade, la corruption est partout! Les russes qui habitent ici sont antipatique pour la plupars ( surtout notre tenanciere horrible) et les femmes sont habiller très sexy, sa change beaucoup!

Dans l hotel de l horrible bonne femme, ( l hotel lui meme n est pas clean...) je rencontre beaucoup de cyclo qui, comme nous n ont pas les petit papier prouvant que nous avons dormis chaque soir dans un hotel ( obligation imposer par l etat...), et cet hotel est le seul a nous accepter dans la capitale. Bref, je rencontre Martin d Urugay tres energetique et joyeux, cedric et christophe de france qui vont du coter de la chine. Et mes amis de Bordeau rencontre en Iran Aurelien et Heloise. Ont fait pas mal de soiree et repas, je quitte Cedric qui va qu Kazakstan, et moi je vais dans la vallee de Fargona en direction du Tadjikistan !



Le Turkménistan


Pour 55 dollars j’ai un visa de 5 jours pour mon premier pays d'Asie centrale.

J’ai rencontré Daichi a Mashad en Iran, c’est un cyclo japonais et on a passer quelques jours a rouler ensemble. Apres une *erreur* a la frontière des flic qui nous font payer 5 dollars de plus le droit de passer, on commence notre route dans ce nouveau pays. Y faut avouer que la route est dégueulasse faux plat montant avec nid de poule rien a voir et vent de face a décorner les boeufs... S’en est trop pour Daichi qui monte dans un Kamaz( gros camion soviétique), dommage il était marrant comme type a manger avec des baguette..

500 km 5 jour, vent de face et route pas terrible en parti desertique, voila en gros ce que j’ai vu du Turkménistan, j’ai louper ashkabat et ses bâtiments en marbre blanc, sa statut dictatorial en or qui tourne en suivant le soleil, et les autre exancicitre...

Je commence a plus être trop regardant pour mon ravitaillement d’eau et quand je demande a un ancien il m indique une marre... bon ba si lui il boit la dedans, je dois pouvoir faire pareil... a mon grand étonnement après un bon régime d’eau douteuse, je suis pas malade, tant mieux.

je bois ma première pinte de bière depuis plus de 2 mois et je vois des hommes et des femmes avec des dent en or !!

Bref j’entre en Asie Centrale !



L'Iran en un mot



L Iran pour moi vu de la France, с’etait des barbu fou d’islam avec des penchant pour les explosif et, des femmes en bourka inexistente dans la société.

Apres ses 50 jours, l Iran c’est des jeunes qui veulent parler de tout, des vieux qui se fendent la poire devant mon Farsi (perse) de débutant, des filles portant le voile sur l’arriere de leur chignon et qui pratique la chirurgie esthétique. c’est des mosquée très discrète et peu peupler.

Pour le paysage c’est beaucoup de sable, quelque belle montagne avec des rizière. L horrible Téhéran et la superbe Esphahan..

Mais il faut aussi dire que c’est un pouvoir omniprésent qui surveille ou veux surveiller absolument tout et une liberté d’expression publique inexistante. des espions du gouvernement qui peuvent rendre parano...

Bref j’ai passé de bon moment en Iran et de moins bon, mais je me suis encore une fois rendu compte que la realité est très différente du journal de TF1...



Iran fin




Mon second sejour a Tehran se passe comme le premier au niveau de mes impression de la ville et de la population...

Par contre je fait la rencontre de 4 francais, tres interressant. Jme rend bien compte que des qu on peux on se regroupe avec nos semblable, les asiatique entre eux, les europeens entre eux et les iraniens avec les pakistanain et les afgans.

Je recupere mes visa, je commence a en avoir souper de l Iran, je veux changer de pays, mais Mashad est a 1000 km, et si une partie est plate comme la table, la premiere partie passe par les montagnes pour retonber pas loin de la mer Caspienne.

J aime les montagnes. C est dur, mais c est super beau, et calme, personne qui vien me parler, me prendre en photo, me filmer,m emmerder quoi... En plus la nuit a la belle etoile, il fait enfin froid, et je peux dormir comme un bebe ( le sommeil du juste, apres la journee a grimper ? )! Au premier km de la descente, sur un nid de poule enorme (genre une poulauzaurus d une demi tonne), CRACKK mon siege tout neuf de Turquie qui casse ! J en est gros sur la patate ! Je decide de pousser jusqu a la prochaine ville et de reparer. Sa a ete assez galere mais j arrive finalement en ville, ou apres mainte effort et incomprehension, je trouve mopn sauveur, un ingenieur en mecanique qui fabrique des brouettes ! Jm entend bien avec lui, et l me fait pile poil la selle que je voulais. Au moment de payer il me la fait a l Iranienne, petite explication de se que j appel, *me la faire a l Iranienne*. Une partie des vendeurs iraniens, au moment de payer, refuse l argent et font minent d offrir le produit, l usage veux que le client insiste 3 fois et que le vendeur accepte l argent. Donc mon mecano me fait le coup, je le trouve audacien car y en a pour de largent et je m attend a se qu il me demande 50 dollars voir plus, j insite un premiere fois, une seconde et une troisieme, lui disant que tout travail merite salaire, et bla bla bla. Mais il se borne, et me dit que je suis son inviter et qu il veux me faire plaisir. Bref impossible de payer ! Sa mets deja arriver a plusieur reprise mais pour du pain ou se genre de chose, la c est quand meme different. Je le remercie chaudement et repars content comme un gamin sur mon beau velo !

Je decris pas souvent les paysage mais la je vais le fiare rapidement car sa m a surpris. Une fois passer les montagne qui doivent etre entre 2000 et 3000m, le paysage reste aussi peler que de lautre coter, toujours pas d arbre, tres peu d herbre, du caillou et de la terre. Et d un coup arriver sur la plaine pres de la Caspienne, des foret sur toute les montagnes, une chaleur humide et ettouffante, et chose etrange, des rizieres ! Je me crois en Chine, enfin, j imagine assez la chine comme sa...

Un matin ou je roule depuis une grosse heure, une voiture s arrete a ma hauteur ( encore), 3 jeunes qui me prenne en photo et me film (encore), puis se decide a me parler en farci (perse), moi je comprend se qu ils me demandent (ils me demandent *es koja mine??* d ou tu viens ??) mais moi je suis pas d humeur et je repond pas, ils insistent, toujours sans parler (pas locace le bonhomme) je leur fait signe de partir, ils se parlent en farsi et je comprend a leur rires qu ils se payent ma tete, je renouvelle mes gestes, meme rire et ils me film. Sa me soul, je m arrete leur passe une soufflante qui efface leur rire plus par la surprise qu autre chose, puisse qu il ne comprenne pas se que je dit... Ils s en vont. Au lieu d etre soulager, je suis enerver, moitier contre eux, moitier contre moi. Apres 2 km j entend une voiture qui arrive fort, je me met un peu plus sur le coter, et d un coup, BLAMM, abassourdi par le choc et l imcomprenhension il me faut quelque seconde pour voir leur voiture s eloigner avec le passager arririere a moitier dehors par la vitre avec dans la main une grande branche de bois vert, et qui rie en me regarde. Ils viennent de m en mettre un grand coup sur la tete !! Je suis encore plus abassourdi qund je comprend se qui viens de se passer, j insulte le vent, je rage, je ne comprend pas !

Je suis encore dans mes penser avec les oreilles qui bourdonne quand BLAMMM !...

Tin les roulures, les enfants de catin ... Ses enc*les, ils ont fait demi tour ou se sont cacher sur le coter et on recommencer!

A se moment la, j en peu plus, je craque, je roule meme plus, etourdi par le choc, humilier par la flagelation et les rire, je crac... Apres un moment je me mets a rouler, jme demande se que je fou dans se pays de merde avec tout ses abrutis !

Je decide de quitter la grande route trop frequenter, pour une route plus calme, et dans l apres midi, je decide de forcer de nouvelle rencontre, afin de ne pas rester sur une tres mauvaise experience. cest un bon choix, dans les jours qui suivent je suis accueilli chez des gens super et fait plein d autre rencontre, mais se passage me reste sur le coeur...

3 jours avant l arriver a Mashad, Heloise et Aurelien comme prevu me rattrape, et on roule ensemble, on echange nos rescente experience et on partage notre raz le bol. Surement due aussi a la chaleur et a la fatique.

Ils partent 2 jours avant moi pour la frontiere, et le Turkmenistan (j attend encore mon visa), un petit defis physique nous attend puisqu on a 5 jours pour traverser les 500km du Turkmenistan, et surtout son desert ou il peux faire plus de 50degre visiblement... Enfin on est content de quitter l Iran, et accessoirement l hotel dans lequel on loge et ou des blates me cours dessus quand je lis la nuit!


PS : je tente de faire un resumer *objectif* de mon mois et demi en Iran, mais dans quelque jours, a froid...



De Esphahan a Téhéran


Comme on a ete plus long que prevu pour arriver a Esphahan, il me reste une semaine pour retourner a Tehran, c est possible si je prend la meme route qu on a pris pour descendre, mais bon sa me semle tres tres ininterressant ! je decide plutot de rouler vers les montagnes et l Ouest apres je prendrais un bus qui me ramenera sur mes pas.

Apres 2 jours de grosse route, j en prend une plus petite et plus vallonne, jme fais interpeler entre 5 et 10 fois par jour. Au debut c est sympa mais apres sa devient tres lourd, surtout que jme sens au zoo, mais c est moi l animal rare, on me film, me prend en photo, et bien sur sans jamais ren demander.

En fin de journee je traverse une ville, les gens sont franchement desagreable et se moque sur mon passage, appel leur copain pour regarder l etranger. je sature, et veux juste etre tout seul, des voiture me colle, klaxonne, arrive a ma hauteur, je m aprette a *passer une avoiner* au prochain... et la le prochain une fois a ma hauteur me tend une glace par la fenetre ! c est le probleme de l Iran, c est impossible de les destester ou de les aimer tous ensemble... Et lavenir ne fera que me confirmer dans mon sentiment.

Avant dernier jour avant Khoman abad, sa monte comme par un toit! Et en plus la chaleur etouffante est de la partie. D autant que les forets et cassascade annoncer se changent en buisson et ruisseau assecher !

En ville je dois prolonger mon visa d un mois, je regarde les hotel les moins chere, y en a pas un sous les 20 dollars, je decide de dormir dans le parc.

Je passe mon debut de soiree avec un ancien champion de lutte, et puis un de ses copains arrive et m invite chez lui. Jme fais pas trop prier. et j en profite pour prendre la premiere douche depuis une semaine...

Le jour suivant je visite la ville, et prolonge mon visa sans probleme, le hasard nous amene chez un de ses copain qui tien un magasin de fringue pour jeune femme. Je pense qu en france j ai du *atterir* moin de 10 fois dans se genre de magasin, mais de memoire, ils vendent les meme chose ici, je suis tres etonner, de trouver de debardeur, de pantalon moulant et meme des mini jupe !! Je demande a une fille ou es qu elle peux portez ce genre de fringue ? Elle me dit que c est pour quand elle font des *party* ! Et effectivement je m apercois que la vie underground est tres devellopper et pas que chez les jeune, mon hote lui eleve des poulet de combat !! c est un autre style...

Il est temps de retourner dans la ville grouillante et polluer de Tehran de recuperer mes visa Uzbek et Tajik et de filler a Mashad pour le visa turkmen...



Iran 4eme partie


La demarche des visa m impose 2 semaines d attente. Avec Heloise et aurelien on decident de descendre a Esphahan.

Sa nous prend 1 semaine, la route est pas tres belle, tres sec, pas mal de circulation sur les national, on est obliger de prendre l autoroute qui est plus tranquille. En plus les regard des policier au peage me fais toujours rire. AU detour d un chemin on est invites a manger dans une ferme avec 4 ouvriers afgan. la conversation est difficile car ils sont etonnemant timide et avare de geste. ON mange 1 oeuf et quelque tomate visite la ferme avec son proprietaire Iranien et puis on repars pour quelque kilometre faire un vrai repas!

Un soir ou cherche un endroit ou dormir, les flics nous emmenent vers une ferme. Rapidement on sympatise avec les 2 occupant le pere de 70 ans et le fils, ils ne parlent pas Anglais et notre Farci ( perse) n est pas tres devellopper en plus il y a un acces terrible dans le coin. du coup la plus par de notre conversation se fait par geste, l ancien n arrete pas de rire, et c est tres comunicatif. c est le seul a pas faire de geste et a nous parler super vite, et chose etrange, quand il pose une question, ils laissent *trainer* la fin de la phrase. ex : es metoune chierrrrrrrrrr ? ( comment tu t appel). sa leur donne l impression de chanter. et devant nos mou d imcomprehension, il se mare de plus belle ! on passe une tres bonne soiree, ou nos hote nous *force* a manger 2kg de concombre du jardin. On fini en dormant sur le toit terrasse de la bergerie. (aurelien laisse tomber la housse de son sac a viande avec les mouton, 3 semaine plus tard y dobe toujours!! )

On arrive finalement a Esphahan, cette ville nous apparait un peu comme un oasis, tant de fraicheur que de beaute. La place imam Khomeni (general De Gaulle local) est la 2eme plus grande apres la tristement celebre place tien amen de Chine, celle ciest magnifique, des mosque de folie decore de mignature, des parc tres sympa, un palais qui survole la ville. bref j ai adorer cette ville qui contrate avec Tehran la polluer.

Ma route se separ pour un temps de celle de mes nouveau amis, aux partent pour le Sud et percepolis, et moi pour l Ouest. Il me reste une semaine avant de retourner a tehran pour recuperer mes visa, plutot que de prendre la meme route inniterressante, je roule vers les montagne et prendrais un bus pour retourner a tehran.



Iran 3eme partie


Je vois aussi des villages en terre. Des paysans travaillant a la main. Des sortes de Riziere.

Les gens me donne souvent a manger ou a boire et sont la plus par du temps très sympa et envieux de discuter de leur pays.

Je passe toute une aprem’ avec le postier d une petite ville qui après avoir envoyer mes carte postale m invite chez lui a manger.


Par contre en vue de Tehran je dechante rapidement, un gros nuage gris m indique que si Mexico est la ville la plus polluer du monde Tehran doit pas etre loin derrière ( plus tard j apprend qu on estime a 10 000 le nombre de mort par an due a la pollution).

En faite c est pire que le Caire, plus grand, plus polluer, plus de voiture, plus dangeureux.

Dans cette ville immense il ni a pas d office de tourisme !! ( y en avais a Tabriz) je réussis a trouver l ambassade de France pour mon argent. Et la je tombe par hasard sur Eloise et Aurélien un couple de cyclo super cool qui viennent faire les démarches pour leur prochain visa, j en profite pour demander la même chose, et les suis dans leur hotel.

Eux sont partis en hiver par l Europe et vont vers l Asie central, a la decouverte des Artisants locaux.



La je suis a tehran toujours avec eux, ont fait quelque démarches visa...



Iran 2eme partie


Les visites chez ses potes et les soirées *google translat* avec toute sa famille pour savoir se que je pense de leur pays, comment sa se passe en france. Le pere me pose des question sur le système de sécurité social ( assez evolué en Iran) la mère sur la religion... les deux filles sur le mariage, la dote, la mode, et Ali sur les voitures. Je caricature mais que très légèrement ! c est super on va même faire un pic nic en * famille* dans un parc de la ville. les iraniens adore sa ! J apprend qu ici je ne peux pas retirer d argent et que les western union ne marche aps... je suis rentrer dans le pays avec 35euro...

Je trouve finalement une solution avec l ambassade de france a Tehran qui est a 600km de tabriz.

En partant ali et sa famille veulent me donner une de leur carte bleue pour le cas ou ! Ils sont fou !! je refuse, il ne comprennent pas pourquoi, j arrive a leur expliquer que normalement je doit y arriver et que je ne veux pas qu il me donne une carte bleu. y me *forcerons* a prendre l equivalent de 20 dollars.

C est la genereusite et la confiance que j ai connu en Libye que je retrouve ici. Je suis emu de les quitter. ses 4 jours ont été un temps de repos super et de découverte extraordinaire.

Je reprends la route sous un soleil de plus en plus chaud. Un soir j aperçois mon premier serpent vivant...

Un matin en rangeant ma tente c est un petit scorpion que je trouve a coter de mon pied !

Une aprem je me fait croquer mon superbe t shirt *brocante de saint felix* par un chien !! depuis je garde ma barre de fer toujours sur moi.

Je croise un buffle d eau et des sorte de petite marmotte local appeler des souslik d'Europe.



Iran 1ere partie


C’est bon je suis a la frontière turco iranienne.

Je passe le coté Turque en 2 min, c est plus long du coter iranien, je dois passer aux empreintes. Je croise que des femmes voilées, c est obligatoire ici, sa me fait bizarre de voir une policière en tchador !

le paysage deviens en quelque jours plus sec et aussi un peu plus plat. Les premiers iranien que je croisent me font bonne impression.

Un soir un d eux m arrete sur le bord et me propose de la pasteque, affamer et assoiffé j accepte avec joie. Il m invite chez lui le lendemain soir ( la ville est Tabriz a plus de 100km d ou nous etions).

Le lendemain avec l aide de quelque passant je retrouve Ali son fils avec qui je vais passer 4 jours entre sa maison, les visites de la ville mosque bleu souk centre commercial park.



Turquie fin

Je repars, direction l'Iran. Je continue dans une Turquie encore plus sauvage, je croise encore plein d animaux et peu de monde. Les cols passent les 2000m et ont encore de la neige. Je visite la ville d Erzurum avec des monuments sympas, quelques jours après j aperçois le Mont Ararat ou l’arche de Noé se serait échouer après le déluge.

A coté des engins turques bombardent une colline! je suis très surpris et je n’ai pas compris ce qui se passais, mais je suis content de pas être passer dans le coin ...

Dans la petite ville frontalière je trouve un groupe de musique local et passe la soirée avec.

Demain c est l Iran.




Turquie 1ere partie



Encore une frontıère passée facılement et tout de suıte y a du changement.

Le coût de la vıe est plus élevé, les toıt sont pentus, y a des capteurs solaıres partout ıcı, les vıllages ressemblent a la vıeılle France, avec des poules dans chaque cours, des vıeux sur les bancs, des gens dans les champs, des berets pantalon a bretelles, des bergers pour 10 moutons et 3 vaches. Sa me plaıt! Les vılle ressemble au vılle européenne d’aujourd’huı. Fast food et chaıne de supermarché maıs aussı encore beaucoup de petıt marchand.

Pendant 14 jours je vaıs rouler pleın Nord ! Dırectıon Trabzon pour prendre mon vısa Iranıen. Je passe de la chaleur du Sud a la pluıe et même la neıge du Nord. De 10m d altıtude a plus de 2000 m pour retomber au bord de la Mer Noıre. J aı eu le droıt a ma premıere vraıe pıste ! Durant plusıeur kılometre sans route, puıs un route en constructıon a flan de montagne. Jme suıs faıs arreter et emmener au poste par les Gendarmes car j’etaıs sur un route ınterdıte. a cause d’un récent attentat. J’aı dormı sous un abrı bus car toute mes affaıres etaıt tremper et qu ıl pleuvaıt des cordes. Une nuıt dans un hangar pour pas la passer sous un gros orage.

Maıs j’aı rencontrer des gens sympa, les paysages sont magnıfıques de la steppe mongoles au grand lac canadıen (en tout cas lıdee que je m en faıt !!) en passant par des paysage comme chez nous, des belle montagne maıs sacrement dur a grımper !! Il y a une foule de petıt anımaux, des 10 ene de nouveau oıseau, j aı croıser des herıssons et meme une tortue!

Arrıver a Trabzon j obtıent mon vısa facılement. j’aı toujours pas récupérer ma carte bleu et je commence a être a sec... même en tournant qu’au pâte !

Encore 7 jours depuıs la Mer Noıre (ou jaı faıt trempette) pour arrıver au centre de la Turquıe un peu a l Est d Ankara la capıtal, a Akdagmadenı. Chez la famılle Dalkıran quı a accepter de recevoır mes colıs envoyer par ma moman. Il sont cousın avec Murad du Kebab de St Felıx, on a été en prımaıre ensemble !

La je suıs bıen malade, le plus sévèrement depuıs ces 7 moıs de voyage. ce repos forcé en attente de mes colıs tombe très bıen...

Je vaıs me remettre sur pıed !




Syrie


Apres la frontière passée très facilement, je rencontre un homme quı parle anglaıs et me donne sa carte du pays ! Sa commence très bıen!

Je m'arrête a une statıon servıce manger un morceau et je rencontre 2 jeunes quı veulent allez vısıter un château un peu plus loın. Je me retrouve embarqué dans leur voıture puıs on vısıte le château et les ruınes alentour, les gens sont decıdement très accueıllant dans le coın! ça change beaucoup de la Jordanıe, ou les gamıns m’accueıllaıent avec des pıerres ...

J’arrıve en 2 jours a Damas la capıtale...

Ce matın je pars vısıter la vılle et sa célèbre mosquée, je rencontre un mec sympa quı veux m’accompagner. La mosquée est ımmense! c’est un lıeu de pelerınage très reputé peut être le deuxıeme après la Mecque. Des groupes entıer sont en pleures d’autres prıent. On sort et on va au hamam qu’ıl veut me montrer. Je me retrouve dans un sauna a 79 degrés sans avoır pu vraıment dıscuter. Puıs le baın, massage, lavage, baın je ressors. Et la... le mec a dısparu avec mes affaıres!!! J’attends sur les conseıl des gens qu’ıl revıenne. Il ne revıendra jamaıs.

Je me suıs faıs voler mon pantalon, mon appareıl photo, mon mp3 et surtout mon porte feuılle avec tout le lıquıde la carte bleu et le plus emmerdant MON PASSEPORT !! Je suıs dans la merde !

Je vaıs a la polıce, y me font poırotter 1h puıs me dısent que c’est pas le bon poste. Pour faıre court, je vısıte 5 postes de polıce sur 3 jours des attentes ıntemınables avec des fonctıonnaıres fainıant comme des couleuvres! Je vaıs aussı a l ambassade pour trouver une solutıon. J’aı plus un sous pour manger! nı pour l’hotel. je passe 3 jours pas des plus agréable ! Heureusement ma mère m’enverra des Western Unıon (depuıs la suısse car la poste couleuvre francaıse est fermer a partır de 12h le samedı).Ce quı me permettra d’avoır de l’argent pour l’hotel et de rembourser cet agent de l’ambassade quı m avaıt avancer pour la nourrıture !

Gros problème evıdement ıl est ımpossıble de retrouver mes affaıres, et l ambassade ıcı ne peut pas faıre de passeport! Je doıs rentrer en France !!! QUoı ?? non c est pas possıble! Dans ma tête je commence a élaborer des plans saugrenus = passer en Turquıe en fraude et dıre que mon passeport a été voler la et le refaıre faıre, sı l ambassade est habılıtée!
et un soır on appelle a l’hotel, c’est un commerçant quı dıt avoır mon porte feuılle quı contenaıt la carte de l’hotel alors ıl a appeler. Jy vaıs... effectıvement ıl a mon portefeuılle (vıde) maıs avec mon passeport!! Fın du cauchemard l’aventure contınue, maıs j aı eu chaud...

J’arrıve quand même a profıter de la beauté de la Syrıe et de ses nombreux chateaux je retrouveraı mes Suısses au Krak des Chevalıers très beau château bıen conserver !

Je contınueraıs un peu a l’ecart des grand axes dans les petıts vıllages et ıcı encore je dormıraıs chez l’habıtant même sı sa a été assez complıquer. Je vaıs ensuıte a Alep ou ıl y a une cıtadelle ımmense et vraıment belle. Dans un cyber on me tape sur l'épaule c est de nouveau Ursula et Alaın decıdement le monde est petıt!

Je prend tranquıllement la route de la turquıe avant que mon vısa Syrıen n’expıre !




Jordanie fin


Apres une courte nuıt dans mon terraın vague j’arrive a la ville d’Aquaba, je prends de l’argent, 1 Dinar est plus élevé que 1 euro! Je trouve une carte du pays et commence à rouler. Très vıte le soleıl tape fort et je me réfugie sous un pont pour passer 3/4 heure au frais.

Le pays est tout petıt par rapport a l’Egyte sı bıen qu’en 2 jours je suıs a Petra, j’aı pris la célèbre route des Rois, ça monte dur et le vent est de la partie.

Je voıs un bus d amerloc qui descendent en 30s font leurs photos et re saute dans le Bus. c’est ça le voyage?? Puis la porte s’ouvre et un redescend avec un carton qu’ıl me donne, dedans y a 4 sandwıch 1 pomme et 2 cookıes ! God Bless Amerıca!! haha

Je voıs arriver 2 cyclos avec des sacoches, c’est Ursula et Alain, un couple de jeune retraité Suisse qui voyage au loin, court en vélo http://ursalain.blogspot.com/ .

Super sympa ont décide de vısıter le sıte de Petra ensemble sur les 2 jours. Ce Site est juste exceptionnel !! Je savais que je serai impressıonner, maıs j’etais sur le cul !! et c’est immense, malheureusement le 2eme jour ont a eu de la pluıe, on se ballade quand même plusieurs heures.

On se quitte maıs on va dans la même directıon donc on risque de se retrouver !

La sortie de Petra est terrible, pour la première fois depuis le départ je doıs pousser pendant 1h. Le soir je suıs au Parc national de Dana, je retrouve les Suısse. Ont faıs un verıtable festın de plats locaux a l hotel ! On vısıte le parc, je renoue avec le vert la montagne les insectes ! Enfın un peu de vert apres tout se sable!!

Le lendemain ont croise même un étrange lézard bleu ! Ensuite directıon Karak on vısıte le château, un des très nombreux de l’epoque des croises.L’etape est dur 1890m de deniveler d’apres les equipement d’Ursula (attentıon prononcer mılle huıt cent nonante metre !). Et ont descend a - 400 m sous le nıveau de la mer, sısı c est possıble ! A la mer morte!

Evıdemment on va se baigner, c’est très étrange. au début rıen et puıs ont s assoıe un peu en arrıere et hop on flotte !! Il est fortement deconseıller de mettre la tete sous l’eau avec le sel, evıdememnt moı plus malın que tout le monde y faut que j essaye... 5 mın plus tard j arrıve a rouvrır les yeux maıs mes lèvres ouverte par le soleıl me pıcotte pendant un long moment...

On se sépare et je pars seul dans l’arrıere pays ou je veux essayer de dormır chez l’habıtant ou dans un mosquée. C est très complıquer et après 3 refus je tente la mosquée, vısıblement l’Imam est dur de la feuılle car on arrıve pas a le réveıller ! Un jeune fını par me dıre que chez luı c’est possıble, étrange nuıt dans le salon chambre avec son père ont essaye de communıquer avec beaucoup de dıffıculter autour de l’habıtuel thé.

Dans la montée je crève, rıen de surprenant sauf que mon ancıenne colle très effıcace est fını et que j en ınaugure une nouvelle... Complètement ıneffıcace !! je contınue pendant 10km de montée a pousser mon vélo et remorque en pleın canıare, ça faıt pas rıre !

Je tombe sur le seul marchand de la vılle quı n’ouvre qu’en été, maıs quı va faıre un exceptıon ! toute ses chambres a aır sont avec des valves pas adapter pour ma pompe, y fını par démonter son propre vélo pour me vendre sa chambre. je peux repartır, et avec un nouvelle colle.

Cet homme est très sympa et quand je pars ıl me dıt qu’ıl auraıt aımé m’ınvıter chez luı maıs sa femme est très malade. ıl me dıt de repasser dans un moment ıl aura une nouvelle femme et pourra m accueıllır mıeu! heuuuu ouaı sympa ...

Le vendredı c es le week end ıcı, et sur les bord de route pleın de monde arrıve avec des panıer et commence a pıc nıquer, c est tres sympa sauf que c est des gros pollueur et ne ramasse jamaıs leur dechets, c est faıt que tout les bord de route et sous boıs sont degueulasses...

Je vısıte Jarash ımmense sıte romaın très bıen restaurer. puıs je monte sur Irbıdou je passe 2 jours a remettre en état le vélo le bonhomme. Dans la chambre de mon dortoır, quı faıt envıron 4 m x 3 m. Jaı un jeune fumeur accro du portable quı téléphone jusqu a mınuıt et un vıeux gros ronfleur quı se leve a 5 h pour faıre la prıere... dans la chambre ! se quı reveılle l’autre quı telephone!! Salopard va!

Dırectıon la frontıere Syrıenne, je saıs pas pourquoı je suıs super content d entre en Syrıe. Pourtant la Jordanıe est magnıfıque même sı les gens sont pas super accueıllant.

J en garderaı un très bon souvenır !!



Jordanie



A Sainte Catherine je trouve un camp *bedouin*, ou je peu planter ma tente pour presque rien. J y passerai 3 jours entre repos, rencontre avec des français super cool, des belge en groupe sympa, et j ai retrouver les autrichiens avec qui j ai monter le mont Moise par les 3750 marche de la Pénitence pour finir a 2285m, ou Moise aurais reçu les 10 commandements. Ont visite aussi le monastère Sainte Catherine, l un des plus ancien du monde.

Apres se bon repos, en bonne compagnie je repars seul. Direction Dahab et la mer rouge, ou je vais faire de la plonger au tuba. J ai vu des poissons exceptionnels de toutes les couleur et de toute les formes, vraiment génial!!

Ensuite direction Nuweiba ou je passe 2 jours et je rencontre une bédouine qui me montre comment faire le pain sur leur dôme, et me donne a manger ce qu elle prépare pour sa famille.

Ensuite je prend le bateau pour Aqaba en Jordanie. Je suis obliger de prendre se bateau car je ne peux pas entrer en Israël si je veux ensuite allez en Syrie.

Le Bateau censé partir a 14h et arriver a 18h, part a 20h pour arriver vers minuit, en sortant du port je trouve un terrain vague et j ai la flemme de monter la tente je m allonge sur la terre contre ma remorque je finirais ma premiere nuit jordanienne comme sa...





Le Sinaï

Apres une courte nuit dans un terrain vague en sortie de ville, je pars a 6h30 pour rouler avant la chaleur écrasante du soleil.

A 9h ça cogne et je ruisselle dejà ! La journée promet d’être longue. Le Sinaï commence vraiment, enfin je crois ...

30 km de montée pas très importante, me décide a faire comme Quentinhttp://petite-reine-mediterraneenne.over-blog.com/pages/accueil-1555085.html

A midi je m’arrête dans un petit village pour une pose de 4h. Je partirai plus tôt le matin s’il faut.

La je vois arriver mes 2 autrichiens!! Je savais qu’on se reverrais! Il roule comme des fous, ils sont partis du même endroit que moi mais 3 ou 4 h après et on se retrouve au même point a la mi journée!! c est décourageant... A ma décharge y sont coureurs (et coureuse) cycliste et sont très peu charger,mais quand même.

On mange ensemble et discutons du pays de sa grosse différence avec l’Europe. Puis il repartent, peut être les reverrais je...

Inch allah ?!

Je repars avec le vent dans le nez... Un gros vent qui même en légère pente me fait rouler sous la barre des 10 km/h...

Crever et dans la nuit je décide de monter mon campement après une petite ville, mais c’est sans compter sur les policier que j avais semer dans cette même ville. Ils m ont retrouver et veulent pas du tout que je dorme dans se champ. Et veulent que j aille a l’hotel. Non j ai pas d’argent !!( c est pas tout a fait vrai...). Je bouge pas d’un yota et le ton commence a monter !

Quand je sens que je depasse les limites j’accepte de les suivre au poste de police avant qu’ils me charge a l’arriere de leur pick up. Apres discution avec le chef je plante la tente dans leur *jardin*...

Vers 5 - 6h je plie le tout et pars, la sentinelle m arrete et veux que j attende son chef *just one minute* avant de partir. Je le prend au mot, j attend 1 minute et lui dit * bon il est ou ? je dois y allez moi !*. * Wait 7h !* *Tu reve mon pti pote, jme leve pas a 5h pour glander jusque 7h que le soleil tape !* Heureusement y comprend pas le français ( faut vraiment que j arrête mes petite fantaisies !). Sur se je mets un coup de pédale et l entend gueuler derrière, je continue, il a pas l air de me suivre, je me retourne pas pour vérifier et file.

Je continue plein Sud et mes compagnons sont au rendez vous, le vent de face et le soleil. J oblique a l Est pour commencer ma traverser du Sinaï. Le vent et le sable me rentre dans les yeux la bouche et les oreilles, j apprécie énormément mon Chèche et mes lunettes, même si je ruisselle. Le décors est étrange, de belles montagne borde ma route presque plate, très peu de végétation et très peu de circulation, moi qui croyais que c étais le lieu de pèlerinage des touristes en car climatisée je suis heureusement surpris.

Je m arrête a un check point demander de l eau a un soldat qui s ennuis a pierre fendre, puis l heure arrive ou je dois me cacher de la face jaune.

Je trouve refuge sous un arbre solitaire et déplumer. La un pick up de policier arrive, me demande se que je fait la et combien de temps je vais rester. Environ 4h je pense.

Y se passe alors une scène qui m est surrealiste, les policier en sandale attaque a faire un feu derrière leur pick up pour faire chauffer le thé. Reporter la scène avec nos gardes champêtre... Moi sa me fait marrer !

Le temps passe, y font quelque aller retour pour voir si jme fais pas la male.

Moi je recous mes pantalons, repars ma selle, bricole, bouquine.

Quand je repars y sont vitent sur mes talons. Et la nuit approche ils m arrete a 3 reprise pour me charger dans leur pick up. *Je vous ai dit non ! je veux continuer en velo! Et si vous m arretiez pas tout les 2km ji serais deja a votre ville ! ( c est encore faux) Resigner, le pick up repars en laissant 2 policier a pied, ils me suivent en stop !!! Monte dans une voiture font 2 km descendent me voyent passer reprenne le stop et m attendent etc... A un petit village il fait nuit noir et la il m arrete et me monte une cabane en tole onduler, c est le poste de garde d un monastere. Je passerais la nuit avec ses policiers. J apprend qu ils travaillent 21 jours nuits et jours ici puis rentre chez eux 1 semaine. Ce rythme et leur salqaire expliquent qu ils ne se tue aps a la tache et prefere attendre que sa passe en tongue en fumant la pipe a eau.

Le lendemain jai direct le pick up aux fesses... 3km suffirons a mne faire sortir de mes gond et a les engueuler, leur dirent qu ils ont surement mieux a faire et que je supporte plus le bruit du 4x4 au milieu de nul pars !! Je sais je ne suis ni diplomate ni patient ni compréhensif... enfin pas se matin ! A ma grande surprise leur chef comprend et ils repartent, je continuerais seul et heureux. Je fais quelque rencontre et sous un soleil de plond et quelque check point j arrive a Sainte Catherine ou je retrouve les bus de touriste qui font des aller retour par ma future route.

Je ne le sais pas encore mais je suis arriver a mon Oasis Egyptien, mon site paisible...



La Mer Morte : 400 m sous les oceans


C’est reparti Jour 169
enfin presque... je dois d’abord commencer par réparer une crevaison de la remorque...

Allez se coup la c’est reparti! Enfin bon je me mets sur le périphérique Cairo, avec tout les fous a qui ont a donner le droit de conduire.
Je ne sais pas trop comment j’arrive a m’en sortir sans meme me perdre! un coup de pot, je fuis cette ville qui m a kidnappé 1 mois durant.

Rapidement je vois que mon 2ème plateau est Hors service, trop usée par les 10 000 km plus ceux de mes aller retour au boulot. La chaîne saute et n’acroche plus! Aie y faut que je fasse tout sur le premier et le troisième. J'hésite a retourner en ville pour tenter une réparation... plutôt crever!! enfin pousser ! hors de question de rester seconde de plus au Caire!

A midi je mange sur le bord de la HighWay et je vois arriver 2 cyclo! c est Andreas et Bea un couple autrichien qui va passer deux semaines de vacance en vélo dans le Sinaï. On papote un peu et on se dit au revoir, mais on sens qu’on va se revoir d ici peu...

Avant mon arriver au Caire le soleil était présent mais beaucoup moins méchant que maintenant. Et évidement j ai rien prevu, pas de crème ou de vêtement léger, donc... je me fait brûler, pendant 3 jours je vais me faire cramer, le plus douloureux reste les lèvres qui s’ouvrent, surtout a l heure du repas...

Toujours équiper de ma super carte pour enfant avec des dessin de poisson dessus, j arrive a Suez ou je pensais prendre un bateau pour me faire traverser le canal... Quenini !! demi tour de 20 km et direction un tunnel. Encore des crevaisons...

Au tunnel il m est interdit de passer en vélo on me charge dans un pick up. Je comprend pourquoi, et cesse de me plaindre en voyant qu il y a juste la place pour les rétro la dedans !!

le lendemain je commence par une crevaison une fois en route dans se début de Sinaï, j’aperçois une forme étrange au loin qui s’approche. Quesque c est staffaire ?? Un cyclo ! C est Quentin un jeune cyclo voyageur partis y a 7 mois de notre douce france et qui lui a fait toute l’Europe pour arriver ici apres 7000 km !! Trop bon ! On discute un moment puis on decide de manger un bout ensemble, on echange sur nos difficulter sur nos joies sur le materiel et surtout sur nos rencontre, point primordiale de nos 2 voyages. y Me raconte le voyage de se vieux Suedois(je crois), qui apres etre partis en Afrique pour regarde les petite betes* c est tout fait voler, et rentre maintenant avec un velo super pourris, un matelas un duvet, enfin non pas de matelas car une nuit il se l est fait manger par des chiens !!!! bref On est pas a plaindre...

Il m apprend plein de truc sur les pays qui m attendent, je lui parle un peu du Caire, mais pas trop car il compte y passer 2mois pour finir son voyage et profiner son Arabe !

En partant il me donne une creme contre les courbatures, des patin s de frein et une super cuillere qui a deja vecu une longue vie et dont je me sert maintenant tout le temps !!

Super rencontre !!



Egypte suite



Apres toute une journée a rouler et 174 km engranger, m'arrête dans une épicerie et rencontre un vieux ne parlant qu’arabe... Apres de longue explication, il m’invite pour la nuit. Je passe la soirée avec lui, ces 7 fils et quelques amis qui vont et viennent toute la soirée. Je ne verrai jamais ni sa femme, ni l’une de ses 7 filles. Je sombre dans le sommeil dans la pièce commune ou des invites sont encore présent, d’autres arriveront plus tard. Je suis vidé...

Le lendemain c’est toujours malade que je prends la route d’Alexandrie, en arrivant dans sa proche banlieue, je comprends que ça va être difficile.. les taxis sont fous, les bus et les camion aussi et les piétons joue aux équilibristes au milieu de tout ce monde. Et au milieu de tout ce monde y a moi, avec mon vélo couché rallonger par la remorque, j’me faufile tant bien que mal, après quelques belles frayeurs j’arrive au centre ville, trouve l’office de tourisme et un hotel pour 25 livres la nuit (RAPPEL 1 euro environ 7.5 livre ).

A Alex j’apprendrai de sales nouvelles de France, je resterai 4 jours dans cette ville très très sympa, j’me fais 2 cinoches en Anglais (AVATAR et TRIANGLE 15 livre le ticket..).

je suis toujours bien malade et commence a connaître tous les WC possibles dans la ville, 1 payant près du parc, un au Mc Do, 1 dans un cyber etc...

Je visite aussi les endroits a touriste de la ville, les vestiges d un theatre romain, un superbe parc avec un château, le bord de mer... Je prends aussi pas mal d’info sur la suite de mon parcours.

J ai pour idée de tirer vers Israel, de faire tamponner non sur le passeport mais sur un papier volant (pas de trace pour les autre pays qui refuse l’accès si j’ai un tampon Israel), puis la Jordanie, la Syrie, Turquie, Iraq, Iran, Pakistan, Inde...

J’exclus rapidement l’Iraq pour les problèmes d’obtention de visa...

Je repars au Caire essentiellement pour faire mes différentes demandes qui vont me prendre un certain temps...

Je choisis la route du delta du Nil beaucoup plus verte que celle du desert ( j ai bouffer assez de sable pour les 10 prochaine années !!).

L’arrivée au Caire est encore plus Chaotique qu’a Alex. Quelle mouche a piquer les Cairo !!! Son tabaner dans lcoin !! Jme refugie dans un hotel apres en avoir visiter une petite 10ene. C est le moin chere a 30 livres la nuits...

Je viens de poser le velo pour un moment et m aprecoit que sa y ai !! J ai passer les 10 000 km !!!!! 1/4 de tour du monde sur l equateur !! chui tout content.

Je vais passer 30 jours au Caire. C est tres tres long et a la fin je commencais a plus pouvoir supporter se bruit constant et cette polution exessive !

Mais ta foutu quoi pendant 1 mois ??? La voila la bonne question !!

J ai essentiellement couru d ambassade en ambassade, Iran, Pakistan, Syrie, Jordanie, Inde, France, pour des visa et des lettre de recommandation, une prolongation de visa de 6 mois, un visa multi entre pour avoir celui de la Syrie, etc...

J ai aussi fais du tourisme, visitez le musee Egyptien, immense tres impressionant et grouillant de touriste en mini short et decolter jusqu au nombril a coter de femme en bourca...

J ai rencontrer un photographe Parisien avec qui j ai fait du cheval pres des pyramides, il m a fallu 2 jour pour m en remettre ! Jen avais plus fait depuis un stage d equitation y a peux etre 10 ans...

J ai visitez le Coptic Cairo et le caire islamique avec un Danoi musisien sympa.

J ai mailer le vieu campeur et M5 pour leur faire par de mes different probleme de matos, cette fois les 2 m ont repondu tres rapidement.

J ai recuperer les 2 colis que mon frere m avais envoyer avec des bouquin et des diot polente pour mon anniversaire !!!

Je suis retourner au site des pyramides seul et jai rencontre un etrange bedouin qui voulais absolument me faire faire un tour de dromadaire, juste pour mon plaisir, et voulais pas me faire payer.. Jle sentais vraiement pas donc jai profiter d aller recuper mon opinel confisquer par les policier a lentrer pour sauter dans un taxi et lui fosser compagnie..

J ai donner mon sang et pour la 1ere fois sur 4 dont, je suis pas tomber dans les pommes !!

Rencontrer un Roumain chaud du rechaud, qui tentais de draguer toute les filles ( quel tarer !) et qui rentrait de vietnam...

Un Australien en transit super cool qui m a inviter a Malbourne, enfin c est pas pour demain coco !!

Un Russe roublard qui est entre au zoo en escaladant la barriere, au pyramide en se fondant dans un groupe...

Un egytien avec qui je tentais d apprendre l arabe tout les soir.

Un autre dessinateur avec qui je fumais des chicha en lui racontant les miserable car il ne s en souvenais plus bien ( et moi donc) et on parlais de la france qu il avais connu dans sa jeunesse...

Jai reparer avec les methode local mon velo, les resultat sont plus ou moin interressant...

A la fin j en ressort avec un itineraire un peu, voir beaucoup, changer...

Je ne peux pas aller en Israel du tout car le tampon de sortie de l'Egypte indiquerais qu'après je suis entre en Israël...

Je vais donc aller en Jordanie par un bateau, puis Syrie ou j’ai 15 jours pour passer puis Turquie et Géorgie, ensuite nouvelle halte visa Azerbaïdjan, mer Caspienne, Turkménistan, Ouzbékistan Kazakhstan...

Ah oui, j’oubliais... un soir ou l’alcool local a eu raison de moi... j ai fait une belle evoller dans les escaliers et me suis défoncer un genou, le coude et le cou... Le lendemain et pendant 2 jours je boitais comme pas possible... Ridicule ! Bien fait !

J ai grossi comme un ptit goret a force de manger que des saloperies et de plus rouler...

Bref y fallait vraiment que je reparte !!



Egypte



Apres avoir quitté le poste frontière Libyen je me dirige vers celui égyptien, je fais assez rapidement les papiers et m’en vais.

Après une 20aine de bornes je surplombe Salum, ville côtière. Je décide d’y passer quelques jours pour me requinquer !

Je rencontre des jeunes que je reverrai le lendemain, on mange ensemble, d’autres me parlent, l’ambiance est sympa, mais je vois directement la grande différence avec la Libye, je retourne dans un pays *pauvre* selon les critères européens, mais riche selon les critères africains..

En effet, c’est le retour des ânes pour transporter tout et rien. Des mecs qui dorment dans les rues. Des gamins sans chaussures qui devraient être a l’école plutôt que de faire la manche..

Attention ce n’est pas la majorité ! mais il y en a ! c est une ville qui ne vit pas du tourisme et qui galère !

Je regarde dans un café le match de la CAN Egypte Algérie, c’est le grand derby avec les problèmes qu’ils ont eu a la coupe du monde.. L’Egypte a gagné, c’etait la folie dans les rues, cries de joie des gens qui courre etc mais aussi des tarer qui font les fous avec leur voitur au milieu de la foule et des enfants, en passant super vite et faisait des frein a main...

Chui content pour moi que sa se soit bien passer par ce que dans le bar tout le monde me demandais pour qui j etait (Egypte evidement..) et a un moment donner jai rien compris une violente bagare a eclater dans le bar, deux mec devant la tv, moi j etais au fond. l un a pris sa chaise en fer pour la balancer sur l autre !! vraiment violent et soudain !!ensuite le patron les a calmer, mais jme sentais pas vraiment confiant !

Je repars en direction de Sidi Barani, je suis denouveau malade ! diarhee eet gros mal de tete...

je prend un hotel qui m annonce 200 livre (pound) la nuit, je refuse est men vais, il baisse, je vois que sa marche je continu on fini apres 20min de discution a 30 livre la nuit !!

1 euro environ 7.5 livre

Je veux acheter a manger le marchand se fou dma gueule avec ses potes, trop mal a la tete, jpose tout par terre et me tire essayer de dormir.. a 7h du soir..

A 6h30 du mat le receptionniste etrange toc a ma porte et fini par me reveiller pour me dire... Fermer pas la porte des wc a clef !

C est une blague ???

A 8h le pti saligo revien pour mon passeport, 8h15 pour me le rendre... On peux pas essayer de faire une grasse mat !!!

Mon ventre me fait un sale tour ...
plus loin 2 gamin de 12ans environ, des bergers... il me cour apres pour toucher la remorque moi je fais un ecars et ne m arrete pas, 20m plus loin y me caillasse !!! heureusement aucune pierre ne ma toucher ! Salopard va!!

Se soir premiere nuit en tente en egypte !

Le lendemain je vais en ville a Marsa Mathrou, c est bizar les rue sont nommer un peu a lameriquaine *Alexandira Street* *machin road* etc

Ma maladie me lâche pas et je dois me réfugier dans un immeuble en construction pour ne pas avoir d’accident !

Je trouve l’office de tourisme qui me file une carte du pays ! ouf enfin ! Je trouve un hôtel pas chère et correct.

Ce soir la final de la CAN contre le Ghana, l’Egypte gagne 1-0. c est encore plus dingue que la dernière fois, les rue sont bloquer 20 sec après le match, des pétards lance flamme avec bombe a laque et autre sont de la partie. Je film un peu puis rentre..

je repars un jour après en direction d alexandrie a 300 km environ...



De Ajdabya au desert



Ce matin, chose rare, il pleut ! Il ne fait pas encore jour, je suis allonger dans mon lit, j ai envi que d une chose.. restez dormir et pas avoir a aller rouler sous la pluie !!

Le problème c est que la date de sortie du territoire approche a grand pas... faut que je roule!

Je sais qu au début, je croyais pas possible de faire environ 2000 km en 2 semaines, mais finalement en coupant par le désert comme je m apprête a le faire, je gagne environ 300 km soit environ 3 jour. Par contre il parait que c était la région la plus intéressante du pays.. Dommage !

Un policier m attend a la sortie de mon hôtel... Y me demande ou je vais, je peux pas feinter car cest certain y va me retrouver sur l unique route du Désert.. Donc je lui dit et y veux m accompagner.

Et au début du désert, matérialiser par une sorte de grande porte au dessus de la route, comme il mettent aux entrées de villes. Et y me laisse la, ouf, je peux continuer seul !

Les 10 premier km sont dégueulasse, une dechetterie ! et donc plein de chien, qui se font un plaisir de me courser quand je passe !

Et c est vallonné! je mattendais a une ligne droite de 400 km (distance avant la fin annoncé du désert) et toute plate !

En faite la route passe sur des dune énorme pendant un bon moment, heureusement pour moi, plus tard sa s aplati !

Je croise pas mal de dromadaire sauvage, cest génial !

Jai une fenêtre de beau temps vers 3 h de l aprem, des routier arrêter sur le bord me font signe, je stop. Et y me donne a manger et a boire. Sa em fait une pose bien mériter. En plus a midi j ai du manger froid car mon réchaud est mort !!

décidément la Libye aura fait des dégât matériel, La selle, le dérailleur, et la le réchaud !!

Apres se petit casse croute je repars, j assiste a un coucher de soleil magnifique, rouge immense..

J installe la bâche que ma offert Lotfi sur la tente comme il recommence a pleuvoir et surtout a salement venter !!

Jai rouler 179km, je cris que c est mon reccord journalier.. Mais jdois avouer que jai eu un bon vent dans le dos !

Le vent et la pluie m ont tenu eveiller un moment puis, mort de fatigue je sombre dans un repos meriter ..

Ce matin je roule pas fort... A 11h30 j arrive enfin a la pompe a essence indiquant la moitié du désert.

Jmy arrête étant sur de pouvoir acheter des provisions pour la suite. Jai manger bcp plus que d habitude... Et dans se *snak* y a rien, que des paquets de gâteau... j’en prend ainsi que de la flotte..

10min apres ete repartis, contrôle de police, y me garde 30 min, ils sont très sympa ici, et me propose de manger ou boire. Encore une fois, je veux juste rouler..

Je repars, ça y ai j’ai fait la moitié en 1 jour et demi, et la le vent se leve. Problème, y se lève en face de moi, et par endroit cree de mini tourbillon, je pense que c est le point ou se rencontre le vent de dos et de face... Sa veux dire que pour la suite du désert je vais l avoir pleine face...

Sa me fatigue 2 fois plus vite et avance beaucoup moin vite.
Au milieu de l aprem jmarrete et decide de me faire un the en mettant le feu a un peu de broussaille, avec le vent c est tres dur. J utilise donc l essence de mon réchaud puisque celui ci est hors service. Et en 1/4 de seconde jme retrouve avec une bouteille d essence en feu dans les mains, et de l essence enflammé sur la main !!

Je balance la bouteille et tape ma main contre un morceau de mon pantalon pour l éteindre !! Heureusement pour moi, le feu sur moi s éteint rapidement, je jette du sable sur la bouteille pour l eteindre ensuite.

Jai eu beaucoup de chance car je portait un t shirt a manche longue en nilon, offert par mon frere, s il aurai pris feu, il aurai probablement fondu sur moi.. Et avec la brousaille qui me sert de barbe et de cheveulure, il est possible que sa eusse senti le cochon griller !!

Bref une bonne frayeur qui me servirea de lecon !

J arrete la brulure avec de leau et un bandage. Sa picote quand meme pas mal!

Beaucoup des peu de voiture que je vois s arrete pour me proposer de laide,et me donner a boire.

Ce soir je suis dans un calme etonnant pour dormir, pas un bruit, pas de vent, c est vraiment genial.

Jai rouler 117km, beaucoup moin qu hier.. Demain il faut que je me leve tot, et envoi du lourd tout de suite, car le vent se leve a 11h environ, apres je roule nettement moin, et le moral tombe aussi.

Le lever de soleil est rouge sang, cest incroyable ! J arrive pas a le prendre bien en photo malheureusement..

Je pars comme un forcener ! Jusqua 12h, jme fais mal aux jambes mais javance bien ! J ouvre ma derniere boite de feve ( j en peu plus de ses feves !! ) c est une boite doner par les routiers quelque jours plus tot, le soucis c est quel n a pas l ouverture facile. J ai tellement faim que je tape dessus avec un caillou, jusqua fair un petit trou puis je ruine mon opinel en finisant de l ouvrir. snif..

Il est temps que le desert s arrete, sa devien du de voir presque tut e temps le meme paysage, et les camion passer plein taquet.

Et clac, la piece qui maintient la gaine de chaine viens de lacher, decidement..

Et enfin des maisons, petit a petit je retrouve le paysage urbain. Et fini ma journee escorter de policier dans la ville de Tubruq.

Le lendemain je repars plein taquet, et roule toute la journee plein Est direction la freontiere Egyptienne !

Le soir je suis a environ 10 km mais j ai pas envi de la passer de nuit. Y pourrais penser que c est intensionnel et que je ne voulais pas etre vu, y pourrais ete tout simplement fermer. Et j aime pas arriver dans un nouveau pays de nuit ! C est la galere pour dormir et je suis jamais super rassurer.

Bref je plante ma tente et la se pointe un mec etrange dans une bagnole qui a deja du faire le tour du compteur..

Je lavai reparer un peu plus loin, il dormais dans sa voiture, et jpensais qui repartirais dans l autre sens. Bref y me tombe dessus par hasard, dit rien et continu sa route.

15 min plus tard le revoila, y se dit flic, et me demande si j ai de la nourriture et de l argent (flouz en arabe), il parle arabe et je fais celui qui ne comprend rien meme quand il fait de son mieu. Il repars, je fini mon repas, il revient. Y me demande si je suis soule, si je veux boire et ou est ma femme ? Y me demande si je veux du whisky ou du cannabis. Il veux voir mon passeport, je lui fait comprendre que s il me donne pas sa cartede flic, y verra pas mon passeport. Y repars. Vraiment tres tes etrange ce mec la! et jpense pas que se soit un flic, il sont toujours par deux.

*j espionne* mon *policier* quant il repars, et vois que sa voiture s arrete pas tres loin et discute avec une autre, apres 15 min il reparte ensemble.

Je passe une nuit sur le qui vive, mais finaleement il ne se passera rien!

Et au matin, une voiture arrive alors que je dejeune, encore des *policier* et ceux la me donne du pain et me propose de largent que je refuse.

En un rien de temps je suis au poste frontiere Libyen et sort de se pays apres un soucis de papier, car le visa est incomprehensible.

Et jme pointe devant le poste frontiere Egyptien...





Jaurai passer 12 jours et 1680 km en Libye, sur le point de vue des paysages je dirais qu il ni a pas grand chose a voir (ou je suis passer !), en revanche c est pour le moment, le peuple le plus accueillant que j ai rencontrer !!


je suis vraiment tres cnotent d etre passer par se pays. Mais maintenant je doit me reposer, mon corp et mes jambes en particulier, ont souffert... Et le velo aussi !




La Libye suite



Dur nuit, les chiens ont pas arreter de tourner et japper autour de ma tente...

Je roule toute la journee c est assez chiant, legere bosse, legere pluie, je fini a 168km, je suis quand meme content.

Le lendemain aprem, une voiture veux m arreter, ok je suis pas presser. Y veux faire une photo, pas de soucis, y vex me filer de la nourriture de la boisson de l argent .. Non Non merci pas de soucis, j ai ce qu il me faut. Y continu a vouloir me donner quelque chose, jlui montre que j ai pas de place.

Y revien de son coffre avec 2 canettes de coca et me les met sur la remorque, il est content, moi aussi. Je repars, fais 150m une autre voiture eux m arreter, la jai plus trop envie mais la premiere a ete tres sympa alors...

Meme truc le mec veux une photo et aussi avec sa *girl friend*. Y me fais marer. y veux aussi me donner des la nourriture de l eau de l argent, je re refuse, sa copine revien deja de la voiture avec 3 bouteille d eau et de la nourriture.. Ok ok je prend 1 bouteille, jai vraiment pas la place pur le reste et pas besoin, merci bcp.. Y commence a sortir de l argent, je refuse categoriquement, il insiste, un peu desenparer devant mes refus, il donne l argent a sa copine e me pense sortie d affaire et voila que c est elle qui me tend l argent et lui me dit *you cant say no to a Lady !!* Heuuuu ok, j accepte les remercie chaudement et repars.

Ces comportement reflete bien la mentaliter des gens que je renconre depuis mon arriver dans se pays, je ne suis plus le touriste, porte monnaie sur patte, qui faut depouiller.

Le soir apres 162 km, je marrete au bord de la route pour boir un coup, un mec arrive clopinclopan avec un gamin pied nus, et me demande se que je fais la et ou je vais, je lui explique, l me dit qu il habite juste a coter et me dit que je doit venir. Fort de mes 2 bonnes experiences j accepte sans trop d inquietude.

Il vis comme bcp de monde ici, dans une maison juste a coter des ses parents et ses freres, il a 7 enfants je crois. A cause du vent le cable electrique alimantant la maison est rompu, j assiste a la reparation local. On touche les cable rapidement pour voir si y a du jus, on denude avec les dents quand y apas de jus et on fait de gros etincelle en voullant reconnecter les deux morceaux...

on mange ensemble et discute pas mal.

Puis il veux m amener au village, ok.

La on va voir ses copain pres d un feu dans le sable, un petit the. Ils sont tous content de me voir et encore plus quand mon hote leur raconte que je tenait a manger la meme chose que suis et a la maniere local, sans couteau ou fourchette ( methode que je metrise bien maintenant).

Je vois qu il y en a 1 qui est en train de petrire une patte a pain. Je demande se quil vont faire avec vu qui a pas de four, c est peu etre pas sa, et sa se mange cru?

non non c est bien une patte a pain, et avec un baton il ecarte les braises, jette la patte en forme de galette maintenant sur les cendres, et la recouvre de cendre et de braise !! Y me vois incredule et se marre. quelque minute plus tard il sorte le pain cuit des cendres, le tape et le frotte au couteau pour faire partir les cendres. Et le separe,je mange mon premier paincuit dans le sable !!!!

Le lendemain c est la galere, y a bp de vent, bcp de soleil et javance rien, jai pourtant que 100 borne a faire pour mon etape puisqu apres c est le desert sur environ 400km, y faut que je prepare mes vivre en consequence. Petit a petit, kilometre apres kilometre, je pete un cable, les voiture, camion, 4x4, tout, me tape sur le systeme, le soleil, le vent le sable acheve mon moral... Je pete une durite, descend de mon velo cris, insulte les voitures, mets des coup de pieds dans le sable... Apres se moment de defoulement je boit un peu d eau bouquine un peu et repars...

J arrive a Ajdabia ou je trouve un hotel et essaye de decompresser. Je vais faire les courses pour ma petite (400 borne quand meme) traverser du desert...




La Libye




Ca y est, je suis au poste frontière pour quitter la Tunisie, ça prend une plombe car y a du monde et je suis un client un peu à part, alors on me vérifie plus, on appelle les supérieurs on veut savoir pourquoi je vais en Libye etc...

Un moment plus tard je passe et arrive au poste frontière Libyen, c’est presque pareil, même tête, même attitude plutôt sympathique, presque même tenue, la seule différence c est qu’en Tunisie y parlent Français et en Libye, Arabe ou Anglarabe...

C’est donc un peu plus long et je passe au détecteur de grippe et je montre ma carte bleue, je suis le seul a en avoir une, tout les autres on des liasses de dollars ou d’euro, avec des billets dont j’avais jamais vu la couleur...

Je vais pour sortir tout heureux d'être passé sans encombres quand un flic me demande mon passeport puis de le suivre, il monte dans un 4x4 je le suis en vélo, et la j’ai un affreux doute... je vais pas me taper un surveillant pendant ma traversée??? J ai lu quelques témoignages sur le net qui disait que ça leur était arriver...

Il va dans un baraquement et je dois attendre dehors...

15 min plus tard il me rends mon passeport et me souhaite bonne chance, je vérifie qu’il me fait pas la feinte des Tunisiens et de me suivre a distance... Mais non, OUFFF

Non pas que j’ai prévu d enfreindre la loi ou quoi que se soit. mais l’idée d’être H24 avec un policier sur le dos ne m’enchantait pas vraiment...

Donc ça y est je suis lâché dans le Pays de Kadafi... grand comme la France, l’Allemagne et les Pays Bas et avec seulement 6 millions d’habitants.

On m’avait dit que la circulation était risqué... c’est vrai!! En fait il sont pas plus téméraire que leur voisin Tunisien ou même Marocain, ils ont juste des plus grosses voitures, beaucoup de Lancer «Evolution»!

Je traverse une petite ville et vais faire des courses, je demande une carte du pays, personne ne sait ou je peux la trouver mais ils veulent m’aider, un vieux vient me faire et me donne une orange qu’il a pelé!

Et la 2 loustics arrivent, y parle mieux Anglais que les autres et me disent de les suivre... ok pas de soucis.

Puis le plus grand me dit de laisser mon vélo devant sa boutique de jouet, l’autre le surveille et on va chercher une carte. La je suis pas trop chaud, et puis ils ont une bonne bouille je décide de leur faire confiance et monte dans sa voiture on fait 3 magasins et la on trouve une carte, pas terrible mais c’est une carte, je la prends et avant que je paye, le grand sort un billet et me devance... Non j’ai de l argent pas de soucis. Il insiste et j’accepte, on retourne a sa boutique mon vélo est toujours la et le petit m’attend même avec un café.

On discute de la vie ici, du peu de distraction qu’ils ont, il me dit que même si l’alcool est interdit, lui il fabrique le sien! sa me fait marrer, il me faut pas 12h dans un pays pour trouver de l’alcool... Evidement je ne m’amuserai pas à en boire ici, sa serai bien bête de se faire jeter après les galères parcourues pour avoir mon visa!

Je suis déjà réconcilié avec les préjugés que je pouvais avoir sur les Libyens!! Y sont super cool !

Ma première nuit se fera derrière une dune près de la route. Demain la course commence!

Il y a 1h de décalage avec la Tunisie et donc la France, et donc je pars avec le soleil a 9h !! c’est pas comme ça que je vais faire des km...

La route est plate et plutôt bonne, les voitures dingues! j’entends 3 pneus éclatés en 1 journée, c’est très effrayant, on dirait un coup de fusil. Dans les pick up on trouve des mouton, des vaches mais la nouveauté c’est les dromadaires!! y transporte des dromadaires (plutôt des jeune) dans des pick up, y me font rire, ils ont les même réaction idiote que les poules. C’est a dire qu’on dire que leur mouvement de tête fonctionne en saccade un coup en haut un coup a gauche etc...

Finalement se soir j’aurais bien roulé, 178 km un nouveau record journalier... Je m'arrête pour boire on me donne des oranges, plus loin je demande a des jeunes s’ils connaissent un endroit ou je pourrais planter ma tente, ils m’emmènent dans une sorte de squatt, une pièce en construction qui ne se finira jamais et qui a déjà servi puisqu’il y a des restes de repas.

Je réfléchis et accepte, après tout c’est toujours un abris, j ai une légère angoisse car 4 jeunes savent ou je dors ce soir, je serai pas tranquille mais je prends mes précautions et fait des mini pièges servant a m’avertir de la venue de quiconque.

Finalement, je passerai un bonne nuit et il a plu et pleut encore, mais j’ai ma tente, mon duvet et le reste au sec pour le moment.

Par contre grâce à ma carte j’ai remarqué qu’avec tout les km que j’ai fait, j ai presque rien avancé sur la carte et donc il sera impossible de faire la traversée sans prendre de transport motorisé, ça me contrarie mais l’objectif n°1 est de rencontrer des gens, donc si je me presse moins, je rencontrerais plus...

25km après le départ, j’entends un bruit qui me fait peur, je m'arrête immédiatement et vois mon dérailleur arrière cassé en 2 et irréparable car les pièces sont tordu ou casser !!!

Le cauchemar! Que faire? Je pousse un peu le vélo et demande ou se situe le prochain marchand de vélo? a environ 100 km dans la prochaine ville. Bon réfléchi Mikael, réfléchi !

Y suffit de laisser le vélo la d’aller au magasin et de revenir avec un dérailleur, ou même de prendre le vélo, ou alors...

la dans l’antre d’un tout petit garage auto, un mec m’appelle. Quoi? You want The? Hein? heu yes why not apres tout, je suis plus a 10 min...

5 min après, il comprend mon souci et m'emmène dans une grange ou dort un vtt de la guerre, tout rouiller et poussiéreux, on enlève le dérailleur et le monte sur mon vélo, a ma grande surprise, il tient et a l air de fonctionner, une fois bien huiler...

Super content je savoure mon thé. Là un ami du chef mécano, qui nous sert de traducteur, me dit que le chef aimerait m’inviter a manger a midi et se soir a dormir!

Je me dis que je devrais continuer si je veux avoir un petite chance de faire le parcours, déjà impossible.

Ooof et puis merde, si cest impossible et que je souhaite rencontrer des gens... Allez j accepte !

Et jai bien fait, il me propose une douche et des vetement propre... Et rabiller de la tete au pied, parfumer par ses soins, nous allons chercher un employer a lui (de son deuxieme commerce, une pizzeria) interprette et y me fait visiter les belles plages ou montagne dans sa region, je rencontrerai aussi sa famille, pas mal de ses amis et le soir on va manger un poulet a l arriere d une boutique informatique car il conaissai un vendeur.

Y me montre plein de photo de lui dans sa jeunesse, je lui montre les miennes de mon appareil. Cest vraiment une super rencontre ! Le soir je dort dans le salon, salle a manger.

Au matin on retourne au garage apres quelque photo de lui sur le velo, je decolle, le derailleur semble tenir, meme s il ne passe plus que 3 pignons sur 9. (aujourd hui je suis au Caire et il ma tenu jusque la ! mais je dois vraiment le changer...)

Aujourd hui journee presque banale, je fais le plein de mon rechau avec un tarif d essence a 0.2dinar/litre soit 0.1euro/litre !!

Le matin je vais acheter une brique de jus de fruit, et le vendeur me l offre ! oui oui ! Et se genre de geste de sympati a mon egars va se repeter toute au long de la traverser, certain me donnerons en plus de mes course une barre de chocolat, ou m offrirons encore la totaliter de mes course. Au debut je refusais et insitait pour payer mais ni arrivais presque jamais, ensuite jai appris a accepter en remerciant !!

La route par contre se degrade et quand il ni a plsu qu une voie, je me fait de belle frayeur avec les camion qui passe toute berzingue a coter !!

Les jours se succedent et se rensemble au niveau des paysage ! c est plat et sableux.

Ce matin 3 chien m ont courser sur plus d un km, y zigzagais a travers la route pour mordre ma remorque a droite ou a gauche et d un coup... PAFF un 4x4 en sens inverse a shouter un de mes poursuivant se qui a faire fuir les autres. Le 4x4 c est arreter sans plus de degat, quand au chien je me suis pas arreter pour le pleurer...

Il me reste 10 jours pour traverser, et au total je viens de passer les 8000 km, soit 1/5 de la circonference de la terre a l equateur !! Ok c est etrange de compter comme sa, mais je trouve que l image est sympa.

Ce matin je monte sur le velo, crakkkkk. QUesqui se passe encore ?? C est la selle/siege ! les 2 fixations en bas on lacher, je perd 1 heur a bidouiller quand je remonte dessus, j agrave le cas !! depiter je monte dessus, je peux pas plus l abimer, et me met a rouler, sa me change completement ma position... Jme dit qu au premier 4x4 je l arrete et lui dit de m enmener a la prochaine ville, ou avec du mastique je devrai pouvoir reparer.

Mais je le ferrais pas, je sais pas trop pourquoi, je veux continuer a rouler..

Je depasse Sirt et a un rond point les militaire m obligent a me ranger sur le bas coter.

Leur baraquement c est 2 algeco coller, y en a 2 sur les 4 qui sont en tong et seulement 1 a son arme en bandouliere les autres trainent appuyer par ci par la. Ils ont appeler un supperieur qui se laisse desirer, et font un The tranquillou, me propose a manger, me questionne plus pour la forme.

30min plus tard le gus arrive. Il m oblige a mettre mon velo dans son pick up, sa me rappel les flic Tunisien qui m avais fait reculer et ramener en ville, mais d un coup j ai peur, jme dit que peux etre il veux m enmenner a la frontiere ! oui mais laquelle? Tunisienne ou Egyptienne?? et y parle pas un mot d anglais, et n est pas du tout sympathique.

Il m enmene a son QG en ville, me fait encore poiroter, puis se met en tete d inspecter ma pochette.

Celle ou jai la carte, le road book, les crayons, d autre babiolles. Le road book, linterresse particulierement et comme il comprend rien de se qui est ecrit, il s attarde sur mes dessins. heureusement j ai pas dessine trop de connerie ou de chose incomprehensible... Mais il l embarque pour son supperieur et me fait debarquer mon materiel.

Tres rapidement quand personne ne regarde je change les cartes de mon appareil photo. Il a voulu le voir mais je lai feinter en lui montrant, le faisant tourner dans ma main et je l ai ranger. heureusement il na pas encore demander a voir les photos. Jen ai quelque une normalement interdite comme des infrastucture petroliere ou des batiment public...

Je rencontre un algerien qui est la depuis se matin car un de ses employer na pas de passeport. C est lui qui traduit se qu il peux de mon road book au chef de la securite.

1h plsu tard, on nous appel tout les deux dans le bureau du grand chef, il se presente tres officiellement avec un titre a ralonge que jai oublier, l algerien fait la traduction.

Il me fait un cirque pour me dire qu ils veulent me proteger et savoir se que je fais ici. apres son joli discour il me dit que je peux partir et que si je veux quoi que se soit, de l argent de la nourriture de l eau. C est ok.

Non non je veux juste partir.

Et voila comment se termine ma journee, j aurai encore pas pus beaucoup rouler...





Matmata a Tatouine !!




Ce matin petit dej’ a coté d’un couple de jeune Japonais. Y me font marrer avec leur doudoune pour aller sur la lune et la façon de marcher de la fille qui fait de minuscule pas très rapide.

Je décolle et 10 min après, ça monte a plus de 10%, c est le début de la galère, je suis dans des montagnes assez abruptes, il fait froid et il y a beaucoup de vent. Je croise quelques maisons perdues, isolées de tout. Je me demande comment ils vivaient avant que la route soit goudronner et même avant que certain aient des voitures. Encore la plupart travaille ou se déplace avec leur âne.

J’arrive sur Medenine dans une belle et grande descente, la un 4x4 fait demi tour en me voyant et m’arrête, encore la police, il me suivrons pendant 1h ou 2.

Puis poste de police, y sont au courant de ma venue et vérifie les papiers et appel Tataouine pour les avertir...

En attendant un flic me donne un morceau de céleri qui mange comme une pomme. C est plutôt bon et a un goût de pastis!

Apres avoir bouffer pas mal de sable j’arrive a Tataouine!! La ville me déçoit beaucoup, faut dire que j’imaginais la ville de star wars ou pas loin, en fait pas du tout! c est une ville toute a fait comme les autres, mais c’est les alentour qui sont intéressant. Enfin je verrais demain, car la les tendons me disent qu’il faut m’arrêter d’urgence !

Je vais dans un cyber pour les nouvelles, et la c est le drame! lol. Comment dire ça?... Je suis de nouveau atteint de diarrhées foudroyante! impossible de marcher 10m, et évidement pas de toilette dans le cyber, ni alentour et je suis au coeur de la ville! Il fait nuit, je sors du cyber et arrive a aller dans une ruelle pas trop eclairer... Je suis pas chier quand je retourne dans le cyber chercher mes affaires que j’ai abandonné sans rien dire...

Le lendemain je prends la direction du Ksar Hadada -Hedada- Hadeda- selon les panneaux. J’arrive dans un petit village et je fonce dans un troquet, 1 coca et les toilettes svp!

Puis tranquille je sirote le coca et une foule de curieux tourne autour du vélo.

Un mec arrive, on papote, le voyage le velo son village, il parle en arabe a un de ses potes qui pars du bar et disparaît dans le village.

On continue la discussion, 15min plus tard son pote revient avec... une assiette pleine, omelette, pois cassé, frite, le tout baignant dans la harissa et avec 1 baguette de pain, tout ça fait chez lui.

*Tiens c est pour toi, pour te donner des forces !!*

Y me dira plus tard que c’est normal pour lui, je suis en quelque sorte leur invité!

c’est vraiment super sympa, j’ai pas très faim mais il est hors de question de ne pas manger. Je sens que ça va pas arranger mon estomac toute cette harissa!! et surtout sa me défonce la bouffe!!

Je vais ensuite visiter le Ksar, pour l’explication, le Ksar c est une sorte d’ancien marché ou village fermé par un mur d'enceinte, dedans il y a toute une partie grenier ou les habitants stockaient les olives, graines et autre. il y a aussi une partie en sorte d’hotel avec des mini chambres pour les passants. une partie marché.

c est très bien conserver ou restaurer, c est ici qu’a été tourner une scène de la menace fantôme.

Il y a vraiment une ambiance particulière et c’est pas très difficile a imaginer comment les gens y vivaient.

Je rentre en faisant une boucle par Guermessa ou il y a une mosquée dans la montagne et des anciennes maisons, assez impressionnant.

Je goutte évidement les corne de gazelle et autre pâtisserie locale...

Le lendemain je pars direction la frontière et la ville de Ben Guarden, encore tout un cirque avec la police qui me suis, me double, m’attend, me suit a distance...

Cette ville est étrange, il y a une rue avec une 20aine de boutique avec dedans, 1 lit, 1 tv, 1 bureau, 1 mec. Et jamais de marchandise, je comprend pas se qu’ils font. Et puis arrive de très belles voitures avec des plaques Libyennes et des mec avec des liasses énorme de bifetons, c’est des bureau de change !! Je me demande se qu’ils vont acheter avec tout ce fric!!

Faut savoir qu’ici la carte bleue existe mais est très peu utilisée et en Libye visiblement encore moins! Donc tout le monde se ballade avec énormément de fric sur lui.

Petite Chicha en regardant Egypte Nigeria, match de la CAN. Et au dodo.

Le lendemain je glande en ville, donne des nouvelles sur le net, je m’envoit un plat de Blebi découvert avec Lotfi ! je cherche de l’huile pour le vélo, j en trouve pas et achète donc de l’huile d olive !

Ici la mode c’est de se balader en chausson! y a peut être 1 gonz sur 10 qui est en chausson, je crois que pour eux c’est comme des chaussures et y a que moi qui suis choqué..

Le lendemain je roule un peu et arrive a la frontière Libyenne ...

Petit bilan Tunisien :

je viens donc de passer plus d’un mois en Tunisie et environ 1800 km parcourus, la première partie a Tunis a été très administrative mais j’ai pu découvrir la vie dans cette ville!

Ce qui m’a le plus botté c est les 3 rencontres que j’ai fait dans l’EST du pays, cette région non touristique m’a énormément plus pour le coté humain, je n’étais plus le porte feuille sur roue. Le prof d’anglais des montagnes, Moshen qui vit dans un 2 pièces sans fenêtre ni volet, et Lotfi qui m’a beaucoup apprit sur les trafics locaux, sur sa culture et son arrivée en France.

La troisième partie était sympa du point de vue paysage, le désert, les oasis, les palmerais, le Chott, les montagnes, les troglodytes...

Ce pays est étonnement developer sur les ENR, pas mal de panneau thermique et un champ éolien dans le nord.

Niveau démocratie je crois qu’il y a du boulot encore... 23 ans de pouvoir pour Ben Ali et des élections entre 90 et 100 pour cent de vote pour lui...

Pour la suite du voyage, je dois avouer que la Libye ne me rassure pas beaucoup... Avec Kadafi et se que j’ai entendu sur le net ou dans la bouche de certain Tunisien, sa serai un pays surfliqué, ou les touristes ne sont pas forcément les bienvenus surtout avec des appareils photos, ou les gens roulent a tombeau ouvert et serait limite inculte.

Mais je sais très bien que la plupart de ces choses sont fausses et racontées par des gens qui ni ont jamais mis les pieds.

En tout cas je suis sur d’une chose, le pays est très grand, très peu peuplé et j’ai 14 jours pour le traverser! donc faut pas que je traîne...




Magel Bel Abbes




Ce matin je suis a Magel Bel Abbes, je vais retourner dans une zone touristique vers Douz. J ai environ 6500 km au compteur depuis le départ.

En sortant du village, multiple crevaisons qui me prendrons un temps fou.

Je roule avec un vent 3/4 face pas très facile, je vois quelques rats/marmottes! Espèces de mon invention... un gros rats avec une gentille tête de marmotte et qui vis dans le même genre de trou.

Ca fait 30 min qu’une R19 blanche (comme celle a LAVY), me suit a distance, je l’entends pas, mais grâce au rétro je l’ai vu.

Je me demande bien se qu’ils me veulent ... Je m arrête dans un patelin prêt des flics, fait style d’acheter des bricoles et je me retourne et fonce (a pied) sur la voiture garée !

ok vous voulez quoi ??

non rien rien

Alors pourquoi vous me suivez??

Heuu police, on est la pour vous protéger.

Me protéger de quoi ?

De rien y a pas de problème, c’est juste comme ça.

Bah alors arrêtez de me suivre.

Non mais c’est pour vous protéger des animaux sauvages et des hommes qui veulent vous attaquez.

A bon pas de problème quoi !...

Y continuerons de me suivre pendant 1h30 puis me laisserons a la tomber de la nuit.

Le lendemain je me prépare pour ma première partie de désert, selon la carte.

Et la deux mecs m’arretent et font des photos mais avec un gros appareil. c’est des journaliste qui font un article dans SABAH un journal en arabe (je retrouverais jamais l’article, s’il a été écrit).

Et voilà j attaque la partie de sable et sans bâtiment sur 100 bornes. et .... les panneaux Attention aux Dromadaires!! J adore .

Je n’en verrai pas ce jour la...

Une voiture s'arrête pour des photos et l’homme tient absolument a me donner quelque chose, je lui dis que j’ai tout et besoin de rien, il me mets 1 billet dans la main la ferme et la mets dans ma poche!! je suis très étonné, surpris et accepte.

Plus loin un soudain très gros nuage de poussière, c’est un pneu de voiture qui a exploser et envoyer la voiture dans le décors, heureusement le conducteur n’a rien.

J arrive a Nefta et vais visiter une Palmerais, je passe de la chaleur du soleil et de la chaleur, a la pénombre et a la fraîcheur (relative) des palmier.

Je vois une sorte de buvette, je vais goûter le jus de Palm, super bon, on l’obtient en perçant le tronc et en mettant une paille dedans, l’arbre donnera du jus au goutte a goutte. Gwen ma dit qu’elle l’a bu avec Antoine, mais après fermentation a Bali !!

Et c est la que je comprends que les dates sont les fruits des palmiers... Oui je sais, je suis un peu grave. M’enfin maintenant je le sais !

Je vois beaucoup de 4x4 charger de touristes parfois a 5 d’affilé...

Je dépasse Touzeur et m’approche du Chott pour être dedans demain avant qu’il y ait trop de soleil.

Il s’agit du Chott el jerid, un lac salé en parti asséché immense ! c est pour faire sa traversée que j’ai fait le détour par l’ouest du pays(entre autre).

ET la, rebelote les poulets! ils ne veulent pas que je dorme la et il veulent que je retourne a Tozeur 20km derrière et il fait deja nuit.

Je leur dire OUi oui, mais d’abord je dois manger après j’irai.

Ok on va vous attendre pour vous accompagner.

Et merde!! je fais traîner mon repas espère les faire partir, mais ils se mettent a faire des contrôles routiers et je crois qu’ils peuvent tenir toute la nuit.

Au bout d un moment ils s’agacent, je pousse pas plus loin et range mon fratas, ils ont perdu assez de temps et charge tout dans le 4x4 et hop a Tozeur.

Première vois que je fais du 4x4 dans mon périple, mais bon c’est pour retourner en arrière...

Le lendemain, j ai des soucis avec le vélo et je galère a réparer, ça me fait entrer sur le chott très tard heureusement le ciel est un peu couvert.

C est impressionnant les distances, je perds vite le compte des kilomètres a faire et vois presque rien changer.

Le soir je suis sur les rotules, les policier m’ont encore accompagner une fois sorti du Chott jusqu’à Douz ou je suis priez de dormir dans une auberge.

Je fais pas trop de chichi et ai besoin de me laver...

Je vois que les 3 Vespas qui m’ont depassé sur le Chott sont ici, c’est des Italiens.

Le lendemain matin, au petit dej’ je rencontre Joe le canadien, il connait vachement bien le proche orient et me donne plein de tuyaux sur ou demander les visas et quel type sont dispo, visiblement en Irak et en Iran je peux avoir un visa pour le transit. C’est très intéressant !

Encore du désert aujourd’hui et y a du vent, je bouffe plein de sable, sa craque sous la dent. A midi je en ai plein dans le riz.. Sympa... Et la quesque je vois??!!! Haaa mes premiers dromadaires sauvages, c est donc vrai!!

Génial un petit troupeau qui se ballade au loin et j’en verrai deux autres plus loin. Trop content!

Et puis j’arrive dans un coin salement montagneux, d’un coup d’un seul, a Matmata ! ,-). Et la autre surprise.... Des maisons troglodyte!!! sous la terre avec juste un petit dôme qui sort. Comme dans Star Wars, et d ailleurs... je tombe au hasard sur l’hotel Star Wars !! Celui qui a servi pour les scènes ou Luke est chez son oncle et donc ou anakine viens voir sa mère. Et y a encore les décors et quelques photos du tournage, je suis super content étant fan. je vais dormir sous la roche !




La campagne Tunisienne




Ce matin je profite de mes derniers moments dans une chambre, aussi vétuste soit elle.

Je file à la poste envoyer tout mes bouquins, mon road book fini et des bricoles, en France.

et puis voilà, c’est reparti, le voyage recommence même s’il ne s’est jamais vraiment arrêter...

Je roule toute la journée, sans grande motivation a cause de tout le chemin qui m’attend...

Il fait très vite froid lorsque le soleil disparaît...

Dimanche... Janvier.?. Bon Anni Antho!!

Je roule encore toute la journée et m’arrête a Maktar, une ville dans une grosse bosse, grâce au super panneau et indication des locaux qui souhaitent a tout prix aider, je fais un détour affreux et dois me retaper la grande cote pour accéder a la ville...

Le soir je suis au bord de la route en train d’essayer d’allumer mon réchaud quand un mec boiteux et un autre en djelaba arrive.

Il me parle en Français. Tu es d'où? Tu va ou? tu dors ou ce soir?

bah je sais pas dans ma tente pas très loin de la.

ok tu peux venir chez moi si tu veux!

Heuuuu( privilégier les rencontres, privilégier les rencontres!!) OK !

et voilà, cet instructeur d’une cinquantaine d’années m'amène dans sa maison de campagne, ou il y a plein de volaille et un âne.

C’est une maison très typique du coin, en carre ou rectangle avec un cote la chambre des parents et la cuisine, un autre coté, le salon qui fait chambre des grand garçons et les wc le troisième cote des pièces vides ou de rangement et le quatrième juste des murs qui ferme la grande cour intérieur.

Il m apporte un survêtement comme vêtement de nuit et prend les miens pour les laver, j ai honte de lui donner tellement mon futal est dégueux de graisse, de terre et autre, mais il insiste terriblement. Puis une bassine pour me laver. Puis nous mangeons tout les deux, un super couscous, avec beaucoup beaucoup de harissa, je dis rien et sent que demain je ferrais pas le malin sur le vélo...

Nous échangeons et il est presque choqué que je sois athée, il me dit que l’islam est une religion très bien, qui reconnait toutes les autres religions, et pour faire court, il essaye de me convertir par des arguments un peu absurde a mon oreille tel que Tu vois nous on mange pas de cochon car c est sale et malade, et voilà la grippe H1N1!!

ouais enfin la fièvre aphteuse et la grippe aviaire?? Je dis rien.

Mais je suis loin d’être convaincu par contre je le sens très très attaché a la religion et sa pratique, j’apprends plein de nouvelle chose et c est génial. Je vois aussi que les Juifs ne sont pas du tout aimer voir détester par certain musulmans, avec des clip a la tv sur se qui se passe du coter de Gaza. Attention je met un bémol, évidement tout les musulmans ne détestent pas les juifs, loin de la!!

Je fini la soirée avec ces 2 grands fils en regardant Rambow IV...

Je repars le lendemain en le remerciant chaudement, et après avoir pris un bon petit dej’.

Je doit descendre les montagnes et sa caille sévère, mais je suis heureux, j’ai encore rencontré une personne très intéressante !

Je roule 123 bornes jusqu’a Kasserine, et la je m’arrete en sortie de la ville pour faire ma popote, une voiture avec une immatriculation Française s’arrête. Qu’est ce qu’ils me veulent encore?

Et la sorte Lotfi et son cousin, pendant que je mange mes pâtes sur le bord de la route, on discute, il a 25 ou 30 ans, c est un Franco tunisien, y m offre des bière que j accepte évidement...

on sympathise il m explique comment il est venu en France en clandestin dans une barque et que maintenant il travaille et a deux enfants en France, et il est bcp plus libre dans ses propos que les tunisiens, il m’explique notamment comment c est passer la seule election qu il est vécu ici, comment il a voter deux fois en une et ou il n avais pas le choix et ne devais pas rentrer dans l isoloir, et donc comment le Président Ben ALi est au pouvoir depuis

1987 avec des scores de réélection de 94 a 99 pour cent...

Il m’explique aussi ce que sont ses gros 4x4 qui roule a toute berzingue, les Dmax, y trafic de l’essence, de la ferraille ou autre depuis l'Algérie jusqu’ici.

Il m invite a passer la nuit chez ses parents, j’accepte avec joie !

après la présentation de sa famille, frère footballeur dans le club de la ville qui joue a haut niveau (et est très fenéant ), sa grand mère qui m’aime bien et veut me donner son autre fille (la tante de mon ami) et qui se plaint tout le temps d’avoir mal ici ou la pour se faire plaindre (sa me rappel des comportement que je connais sa!), d’autre cousin ou voisin.

Donc après tout sa, on va au hammam, je connais les marocains, mais les tunisiens sont un peux diffèrent, les salles sont bien distingues et sa va de plus en plus chaud, il faut rester un long moment dans la plus chaude avant d’aller se laver un peu, puis re salle chaude, oula c’est trop chaud pour moi la... je sort a l air libre juste avant de tomber mal...

Puis y retourne, et après je passe ( pas obliger mais tout le monde le fait alors..) au massage nettoyage par un vieux. Bon faut laisser ses manières de petit français loin derrière, quand l ancien te frotte le ventre, le dos, les jambes avec son gant de toilette.

Bref encore une expérience... intéressante !

On va se manger un bol de blebi, bout de pain noyer dans une sauce de poids chiche avec un oeuf casser dessus et saupoudre de harissa (évidement). Très bon et très bourratif.

Il me pose chez lui et va aider ses cousins dans une huilerie, il est plus de minuit et je suis mort.

le matin a 7h je l’entends fournacher,il prépare le souk, ou il va vendre des trucs ramener de France.

Tu veux venir? ouai ok.

Et je passerai toute la matinée avec lui au souk. Même si je suis presser par le temps pour atteindre la frontière, j’apprends énormément avec lui, il est super cool.

Une fois le stand installé, je vais me balader, je vois des bricoles, on vend de la bouffe, des fruits, des légumes, sa gueule, tient la on vend de la volaille. Et juste a coté, c est l'abattoir plein air. On achète une poule, on se retourne, on la donne a un mec avec un immense couteau, il lui ouvre la gorge au nom de dieu et la met dans des sortes d'entonnoir car les nerfs la font pas mal bouger pendant un moment et il faut qu’elle se vide de son sang.

Je n’ai pas mémoire d avoir vu tuer une poule, un lapin oui un cochon oui une vache oui, mais une poule non. Bas la j’ai mon compte en 5 minutes y en a une vingtaine qui y passe.

Je continue mon petit tour et ne voit plus rien d’aussi intéressant et nouveau.

On va se boire une dernière bière et manger un bout et on se quitte, ce mec est vraiment super intéressant et cool. c’est encore une aubaine de l’avoir rencontrer.

je roule un peu mais le vent est galère ...

Je m’arrête a la nuit tombé dans un village, j'achète un peu de nourriture, et là, un coiffeur vient me parler, je lui dis que je cherche un endroit où dormir et il m’invite à dormir dans son salon de coiffure! j’accepte avec joie, on y va c est à 2 pas.

Il est assez petit 2 fauteuils, on papote et au fil de la soirée on m’apporte a manger et a boire, et une petite foule de ses amis arrive, je réexplique a chaque fois ce que je fais, où je vais, etc... Il m’explique également leur vie ici, certain se plaigne, d’autres les réprimandent leur disant qu’il y a pire. On raconte les blagues que l’on connait, ils veulent connaître mes moments durs, mes rencontres, et surtout COMMENT C’EST LA FRANCE. car ici aussi c’est le rêve, et notamment celui de ce coiffeur qui me demande des méthodes pour venir en France. J’en sais rien du tout. je leur explique mon ancien travail, mes payes, les prix en France des loyers, de l’essence, du pain. je leur montre quelques photos aussi.

Puis il se fait tard, et le coiffeur me dit que je serai mieux chez Moshen un de ses amis rigolo. Mais un autre veut absolument qu’on aille a la police pour me déclarer, les autre disent que c’est inutile, je suis de leur avis mais ils insistent et on finit par y aller.

Puis direction la maison de Mohsen. C’est deux pièces avec ni volet ni carreau au fenêtre donc toujours ouverte, donc pas de meuble, un rechaud, de l eau, du pain. Il m’explique qu’à 40 ans il recommence sa vie. on parle un moment mais je suis exténué et malgré l’endroit très peu rassurant je m’endors.

1h du mat, je me réveille et le vois debout dans l’antre. Tu fouts quoi? J ai pas sommeil j’ai dormi 4 heures, je vais te chercher a manger. hein?? ok

et voilà il revient avec du pain et de la harrissa dans un bol d huile et veux que je mange ça. je le fais pour lui faire plaisir mais la harissa a 1h30...

Puis je reviens sur sa phrase, comment ça pas sommeil car il a dormi 4h???? le lendemain je comprendrais que c'était jusqu’à 4 h...

bref étrange nuit.

Le lendemain matin en sortant du village, ma remorque est a plats, et je mettrais environ 2 heures a trouver la vingtaine de mini crevaisons, genre rouler dans un cactus!!!!

bref les 3 derniers jours, 3 rencontres, cet arrière pays non touristique est vraiment super!!
Je repars vers des endroits plus jolis mais plus touristique...




Tunis suite et fin


Une fois retrouvé l'ambassade de Libye, je m'y pointe, le préposé me dit qu'il ne parle pas arabe et que je dois trouver un traducteur. ça commence bien... je trouve facilement quelqu'un qui veux m'aider, le préposé me dit que je n'aurais pas de Visa car il fallait le demander en France! Haaaaa non mais put#%¤ comment je fais, je voyage en vélo, je connais pas les dates d'entrés dans les pays!! Y veux rien savoir, je monte un peu le ton, j'ai vraiment pas envie de prendre un bateau ou un avion pour allez en Egypte. Dans le boucan arrive un grand monsieur 60 ans, très charismatique, Can I help you? Yes. je lui explique tout.

Il me fait écrire un lettre, "en francais?"" Yes" et me dit de revenir dans 4 jours. "ok thank you!!!"

Je ressors très content et j'ai bien conscience d'avoir frisé la cata...

Dans les 4 jours que j'ai je vais allez faire un tour de vélo (pour changer...), je vais au Nord Ouest de Tunis, a Carthage !! le nom me fais rêver, mais la ville me déçoit beaucoup, je pensais trouver de beau vestige romain ou musée, mais pas grand chose.

Une belle mosquée et un beau parc ou jardin dans lequel je planterais la tente !! J'ai spolier un petit drapeau de la Tunisie que j'accrocherais au vélo.

J'ai eu aussi mes premiers contacts avec les policiers locaux, les premiers d'une longue série...

Ils veulent savoir ou je vais dormir, ou je vais, d'où je viens. Je leur dit la vérité en gros.

Le lendemain je vais jusqu'à RafRaf, nom de ville plutôt rigolo, c'est un gros village côtier, très très beau avec une ile au loin, et de la foret tout autour,

le nord est très surprenant pour moi, c'est très très vert, beaucoup de culture, je visualisais pas la Tunisie comme sa !

Encore les policier et toujours les même questions, avec une petite bonus, " et tu as bien un peu d'alcool ??" "non je bois pas c'est trop cher! " en réalité y me reste mon fond de prune...

La nuit il pluviote, rien de très important heureusement.

Ma nuit dans la foret de Rafraf est un peu angoissante, j'entend des bruit de pas très souvent près de moi...

Le lendemain je leve rapidement le camp avant les premier passant.

La route est de bonne qualité et sa monte un peu.

Tout a coup une grosse BMW s'arrête devant moi, un mec descend, "bonjour je peux prendre une photo avec vous?" "heu ouai"," je vous a vu dans le journal!" "quoi quel journal" "un tunisien" " ha bon, ok..."

On discute un peu, il m'invite chez lui, sa femme est espagnole, d'une région que j'ai traversé. Malheureusement je suis passer il y a plusieurs heure devant leur maison et veux pas faire demi tour.

En arrivant sur Bizerte, un scooter avec deux hommes me suit, et est très oppressant, j'arrive a les semer avec satisfaction dans les ruelles de la ville.

Cette nuit je dors pas loin de la route, nous sommes le samedi soir, et des jeunes sont pas très loin, je les imagine a passer la soirée la, a boire des bière je souhaite juste qu'il me vois pas...

Je n'aurai pas de soucis avec les jeunes mais avec des chiens qui viendrons japper a 2m de ma tente, j'essaye courageusement de les faire fuir pour ne pas qu'il attire leur maître ou autre.

Le lendemain en rangeant, y a deja des gens qui viennent bosser dans le champ, oui oui le dimanche!

Je fais entre 1 et 3 crevaisons par jour ici... les pneu s'usent et les routes sont parfois bien dégueux...

A midi je m'arrête dans une petite ville, un jeune m'aborde et entame la discussion. Je lui demande un endroit pour manger, on passera deux heures ensemble a discuter de sa vie, de mon voyage, de la France de la Tunisie, super intéressant. Il rêve d'être hôtesse de l'air enfin stewart y me dit. et de venir en France. Comme ces cousins qui sont a Lille.

Il me dit aussi que c'est très dangereux de camper dans se pays.

Ce soir je dormirais pret d'un chemin de fer dans la terre très mole...

Le matin je suis évidement dans la boue, c'est vraiment la misère y en a de partout, 5 cm sous les chaussures, 3/4 autour des roues, je fais glisser le vélo car les roue ne tourne plus.

Je mettrais plus de 2h a nettoyer et encore y en reste un pacquet.

Lorsque je reviens a Tunis dans l'hôtel Bouiboui dans lequel j’étais, le patron me vois arriver tout crotter et me dit que c'est un hotel ici pas un parking! " sa tombe bien je cherche un hotel pas un parking!!"

Je discute avec des gens un peu au hasard, un ancien me dis que sa fille va travailler en france car ici c'est la misère.

Un autre me dit que son frere travaille en Haute Savoie " ha oui ou sa???" " au Maccumba!" "haha trop fort"

J'écoute sur internet et je telecharge les emission de RMC. très bonne idée donné par un pote. J'apprends que le sommet de Copenhague a ete un fiasco... je suis très déçu !

Je retourne a l'ambassade ou je rencontre deux Francais, un couple Patricia et André CHAZEL, ils voyagent en camping car 4x4 depuis 2004!!! vous pouvez voir leur aventure sur http://www.chazel.com/ .

Y me disent, comme je le redoutais, que je commence juste la misere administrative ! Le mec m'appel, "y faut faire traduire ton passeport!" "pourquoi vous me lavez pas dit l'autre jour ?" d'un coup il comprend pus rien.

Je sors un peu perdu, puis re rentre et vais voir les francais. ils m'expliquent que je dois allez voir l'ambassade de france, puis imprimer un papier, puis un traducteur assermenté, puis un ministère des affaires étrangères puis un autre ministère de je sais pas quoi, retourner a l'ambassade française, valider le papier et revenir ici a l'ambassade de Libye !!!

Usssss sa me fait deja mal a la tete...

Bon je perds pas de temps je vais a l'ambassade, je file ensuite imprimer le papelar et dans la fouler je trouve un traducteur qui me fait sa pour une poignée de dinar, ouf sur le net j'avais vu des prix exorbitant !

Je récupère mon passeport, le traducteur a pas rempli le papier qu'il devais, je lui dit que c'est pas bon et que l'ambassade francaise va pas accepter, il me dit qu'il ont rien a voir la dedans et que les libyen veulent sa! ok je revient si c'est pas bon !

Je retourne a l'ambassade de france, la femme dit qu'elle me validera pas se papier et qu'il faut le refaire.

En sotant jme demande de quoi se mele l'ambassade de France...

allez je vais tenter le coup comme sa, on verra bien !

Je trouve un hotel glauque et vraiment pas cher en pleine medina 6 dinars !

Bref le lendemain je retourne a l'ambassade de Libye, la traduction leur plais et il me demande d'écrire une lettre...

"heu je l'ai deja fais sa" " y falait en arabe !" mais c'est pas possible !!!

je trouve une dame qui traduit ma première lettre décrivant pourquoi je souhaite ce visa. revient dans une semaine! ok.

Je vais en profiter pour aller faire un autre tour de velo, et passer noel du cote de Korbus, j'en profite pour marqué le coup en baignant et me lavant dans la mediterranée. Pas très chaude mais sa passe. Je vais jusqu'au cap bon, et boucle mon tour par une étape de 171 km pour rejoindre Tunis.

Je passe encore plusieurs jour de galère administrative, j'en profite pour visiter la ville, allez au cinema, resquiller le métro, et aussi faire une interview portrait de Rais...

J'obtiens finalement mon visa pour 31 dinar, qui est un visa de transit de valable deux semaines et qui commence dans deux semaines.

Bref la course contre la montre va commencer...



Tunis suite



Le dimanche 13 décembre je découvre Tunis, je vais dans un Taxiphone et appelle Rais comme convenu la veille, on discute dans un salon de thé, puis je lui demande de me montrer un coiffeur. J'en ressors plus léger, et avec une drôle de coupe. Y ma pas demandé quelle coupe je voulais ou quelle longueur ou je ne sais pas trop se qu'on demande chez le coiffeur. Je me suis assis, et y a mis de grand coup de tondeuse sans même laver la tête. J'ai autant l'habitude du coiffeur que de l'aéroport mais je pensais qu'on lavait les cheveux et qu'on taillé le bout de gras dans se genre d'endroit.

Enfin maintenant je ressemble un peu plus a mes photos d'identité !

Les jours suivant je visite la ville mélange de modernité avec des immeubles très haut tout en verre, et de ville ancienne avec une medina au rue étroite au nombreux souk.

Je cherche aussi les ambassades qui ne corresponde encore pas au emplacement donné sur le net...

Repos avant les paperasse



Tunis




Dans l'avion, je fais la connaissance d'un Vietnamien Tuan Vu Cao, il étudie a Oslo, très sympa, c'est la caricature du touriste asiatique il a visité énormément de pays, et tout ça en quelques jours à chaque fois, là il va passer 5 jours en Tunisie visiter les sites touristiques vers deux photos avec un chameau et une dune et rentré. Y me fait rire. Y m'invite dans son hôtel si je sais pas ou aller, je lui dit que si mon vélo est en un seul morceau je vais aller a Tunis, lui il est a Hammamet. En effet j'ai très peur pour mon vélo, car la mégère de l'embarquement ma dit que la compagnie déclinait toute responsabilité si le vélo était endommager, elle a pas arrêter de me le répéter si bien que je suis presque sur qu'il va être en pièce...

La dernière fois que j'ai pris l'avion c'était le siècle dernier, mais je suis presque sur que l'atterrissage ne devait pas se passer comme sa! J'atterris moins lourdement quand je passe une corniche en snow !!!

Sorti de l'avion on passe dans des détecteurs de grippe !! J'avais jamais vu sa, on vois son visage par une camera thermique. Visiblement personne n’a rien. Reste le barrage des papiers, mon pote vietnamien est plus contrôlé que les autres car il a besoin d'un visa pour entré, mais il passe. A mon tour, confiant je tente mon passeport au policier, y tic, oula quesqui se passe. Vous avez d'autre pièce d'identité? oui oui, je lui tend mon permis ma carte d'identité périmé. Problème, il me dit de me mettre sur le coté et d'attendre.

Le chef arrive... il embarque mes papiers et m'emmène a l'écart dans un petit bureau.

Petit quiz vous êtes né quand ou etc. Vous venez pour quoi en Tunisie?

Tourisme je fais le tour du monde en vélo.

ha Et vous avez combien d'argent?

50€

ha ha mais vous allez faire quoi avec 50€

J'ai une carte de crédit pour retirer petit a petit.

Montre !!

ok

Il semble réfléchir puis fini par me dire que c'est bon. Y faut vraiment que je me rase! c'est a cause de sa que le premier ma pas tamponné le passeport !!!

Je retrouve mes affaire déballe en vitesse mon vélo et le trouve... sain et sauf ! Ouf. Finalement j'aurai eu de la chance.

En pleine nuit je roule jusqu'à la ville de Tunis.

Je m'arrête pour demander acheter un bout a manger, quand deux mec lorgne mon vélo. Je vais leur parler, vous connaissez un hôtel pas cher?

Y deviendrons mes amis et je les reverrais souvent, je vais même tenter un portrait en interview de Rais.

Y m'emmène dans un hôtel qu'il estime bien, c'est cher mais j'en peux plus je le prends.

C'est super classe, j'ai un lit double et une salle de bain avec un bain !!!




Madrid



J'ai passé 5 jour a Madrid, dans une auberge de jeunesse, une fois j'ai voulu dormir dehors mais j'ai pas reussi a sortir de la ville et me suis trouver dans une banlieue glauque.

Pendant se séjour, j'ai découvert la ville, ces mimes, ces chanteurs, ces artistes, ces clochards, ces mendiants, ces putes et ces policiers.

Dans l'auberge j’me suis fais un pote surfeur brésilien qui a passé plusieurs mois en Espagne France et Angleterre et qui part en Australie! y va passer les fêtes au soleil pendant qu'on caille ici...

J'ai rencontre aussi Andre Agriel, 55-60 ans il rentre d'un super voyage en Amérique du sud ou il me raconte quelques une de ses aventures ! je vous laisse découvrir sur son blog dedag.skyblog.com. Très très sympa il rentre en France demain.

Mon vol est a 18h25 mais comme j'y connais rien aux aéroport je prend beaucoup d'avance comme me l'ont conseillé beaucoup de personne. Je suis donc sur place a 11h30, évidement je dois attendre car les gens de ma compagnie arrive 2h avant le vol... Je glandouille lorsqu'un Russe s'approche de moi, et me donne son restant de barquette, du raisin et veux me donner des euros ! Heu merci beaucoup mais c'est pas la peine, j'ai de l'argent. Il insiste je prend la nourriture. Merci.

Je vais vers l'embarquement, la femme me dit qui faux qu'elle se renseigne mais c'est pas du tout sur qu'on puisse embarqué le vélo... Quoi !!! Attendez j'ai demander par mail avant la réservation! alors le vélo y va embarqué !!

Elle me dit qui faut que je l'emballe dans son carton d'origine.

Heu oui bien sur jme trimballe le carton de mon velo autour du monde. Es que c'est une blague?

Non ou alors trouver un autre carton mais il faut qu'il soit très bien emballé sinon il embarque pas!

ouais ouais ok. la un mec balafré arrive, il inspire pas la confiance et me dit qu'il a des carton et qui va m'aider.

Heu ouai ok merci (il est ou le piège).

Pendant que le mec emballe le velo dont j'ai oublié de degonfler les pneu, je discute avec la femme qui me dit que chaque kg au dessus de 20kg c'est 5,75 € supplementaire.

oh putin ! jme doutais que j'allais payer plus mais la..

Première pesée j'en ai pour 140€ supplémentaire pour un billet a 75€, ok attendez. Je décide de de tout balancer ça coute moins de 5€ du kg, dc pas mal de fringue toute la nourriture. Voyant ça, la femme fait un geste et me dit de tout remettre et qu'elle me fera pas payé les habit et la nourriture, surcoût de 97€. Et évidement Joe le balafré me demande 30€ pour son aide, j'attend qu'on embarque le vélo, c'est bon c'est accepté. Ouf, je lâche 20€ a Joe, et me sauve a l'embarquement.

Pour vider le poids, j'ai embarqué les 8kg autorisé en cabine, n'ayant pas de sac a main je les trimballe dans un sac poubelle... Je passe dans les détecteur de métaux j'ai heureusement penser a mettre mon couteau dans la remorque. Sauf que comme un idiot j'ai mis mon réchaud dans le sac plastique car il est très lourd. Evidement ils veulent pas que j'emmène sa dans l'avion. Un peu avant j'avais vider l'essence dans les lavabo de l'aéroport pour gagner du poids... Pour moi il est hors de question de le laisser ici, sa ma coûter les yeux de la tête et je peux plus manger si je l'ai pas ! je le prends des mains du flic et l'ouvre pour lui montrer qu'il est vide (ou presque) son supérieur arrive, comme je bloque tout le monde et que l'appareil ne contient plus d'essence y me laisse passer.

J'ai eu chaud !! C'est donc muni de mon sac poubelle que j'embarque dans cette avion après quelque mésaventures...




Alicante




On reprend les velos avec joan et direction la montagne et Alicante, sa fait un peu mal aux jambes, on paye ses jours de doux repos...

Sur l-autoroute y me dit que je doit continuer par la et lui va de l-autre coter, pour chercher du boulot. On se separe la, je le remercie chaudement et pars de mon coter, c-etait vraiment bon d-avoir un pote avec qui rouler. Je pense qu-on se reverra avant que cette histoire se finisse...

J-arrive sur alicante me met a la rechercher du Consulat d-algerie, trouve la place ou devrai etre, mais lui n-est pas a sa place, la je flippe un peu, je fais quoi? bon j-appel les numero que jai trouver sur internet, personne, pire un des num sonne pas.aie la tuile! je trouve une auberge et attand le lendemain pour poursuivre mes recherche, je retourne a l-endroit ou il devrais etre et questionne le voisinage, au bout d-un moment une dame me dit qui a changer de place et m-indique l-endroit ou il est...Oufff

Jy vais, c-est fermer mais j-insiste lourdement sur la sonnette, un mec sort, Monsieur on est fermer

a ok desoler, c-est bien ici pour les visas pour l-algerie?

oui! Vous avez tout les papiers?

Heu y me manque les lettre d-invitation d-un Algerien mais sa va pas tarder

Et vous avez le passport Espagnol?

non je suis francais

Vous avezle NIB?

le ?

Le papier qui dit que vous habitez ici!

non j-habite pas ici, je voyage en velo et v...

Alors c-est pas possible!

Quoi?

On ferra pas le visa ici, vous devez le demander en France Aurevoire

Aure...

clac !

Et pan le coup de massue vien de tomber, et en plein sur le crane...

Bon pas de panic reflechi, y a forcement une solution, y a toujour une solution...

Bon tous les musulman sont en conge jusqua mardi car c-est l-aid el kebir, donc je peux rien faire d-ici la.

j-ai appeler ambassade et consulat fracais sans succes.

Je vais prendre un peu de recule et me calmer, demain je vais en montagne, on verra si je peu faire un choix sur la suite de mon parcour.

Je me dirige vcers la premier montagne que je vois et decide de la grimper, je tompe sur des grotte visitable, en payant bien sur,bon aller je vais voir, c-est tres sympa, beaucoup de stalactit et mit, et autre forme etonnante.. Je lis beaucoup egalement, la j-ai attaquer un nouveau livre ' papillon' histoire vrai d-un bagnard de cayenne. Un super livre !!je lai plier en 4 jour alors que je lis tres lentement, mais j-arrive pas a m-en decrocher!

Le lendemain je fais ma ballade en montagne, tres sympa, sa change du velo, et je grimpe plutot bien malgres mon equipement pas du tout adapter, surtout les chaussure de velo...

je grimpe le Cabeco d-or, a 1207m, mais en faite comme on est juste a coter de la mer, sa fait un petit deniveler quand meme. enfin sa reste une montagne a vache, tres bien pour moi!

Le jour d-apres je retourne a alicante nous somme le lundi 30 Novembre, je trouve une auberge de jeunesse et prend tout les renseignement possible sur different trajets que jai imaginer, l-iran est visiblement totalement impossible, sa limite mes possibilite.je bouqine jusqua deux heure du mat et me leverai trop tard pour le petit dej...

jappel l-ambassade de lybie pour voir si je pourrais avoir un visa ou non? on me dit de rappeler plus tard et plus jamais on me repondra...

Apres toute ces journee de reflexion voici se que je decide, je peux pas aller en algerie, tant pis, je vais allez en tunisie ou il ni a pas besoin d-avoir de visa, puis je verrais pour la lybie, sa va etre difficile, si c-est impossible j-irais direct en egypte ou se sera normalement plus simple, pour la suite je suis encore tres incertain, je vais continuer de me renseigner avant de me decider...

Donc Tunisie, probleme, aucun bateau ni va... Aie je ne voulais jamais prendre lavion pour mon voyage, et je suis pas partie depuis 3 moi que je dois deja en prendre un.. ok on peux pas toujours faire se qu-on veux je pense... Direction Madrid

La Route pour allez a madrid fait plus de 450 km, elle a ete tres longue et pas tres interressante, une nuit il a fait tres froid, ma tente a geler et moi dedans jpeu dire que je faisais pas le fiere, les doigt et les orteille quasi geler, le plus dur, c-est le moment ou le sens chaud retourne dans les membres tres froid, sa brule terriblement, si bien que je suis plier en deux a crier sur le bord de la route se matin...

J-ai reussi a me faire cuire des oeufs sans mon rechaud avec un petit feu, le probleme c-est que sa sali bien les gamelles, mais je suis pas maniac donc je my ferais.

Presque tout les jour je me fais arreter quand je vais sur l-autovia, les policier sont parfois comprehensif, d-autre fois idiots, mais le pire a ete lors de mon arriver sur Madrid, la c-est la Guarda civil, les militaires, il sont dans leur 4*4 environ 200 m devant moi, mais sur une aute voie separer par un terre plein et des barriere de securite, y sont arreter et mette la sirene, je fais celui qui n-entant pas, je continue, y redemard et parle dans le haut parleur, je fais celui qui cherche d-ou cela peut il bien provenir??? fais mine de les voir puis m-arrete sous leur grand geste.

La 2 jeubne environ 25ans sorte, traversent leur route, le terre plein et me dise de mettre le velo au milieu du terre plein donc de passer par dessus une barriere de secu, c-est pas tres haut, mais difficile, surtout la remorque... et l-autre qui me sert du RAPIDO RAPIDO, y commence a me chauffer les oreille celui la,

Tien j-aimerai bien ty voir Rapido, tu veux la porter la remorque ??

Heureusement y comprenne rien...

Moi je fais encore l-idiot qui comprend rien a se qui me disent,

Quoi papier?c-est quoi papier, vous voulez du papier? aaaaa le pass port fallais le dire.

je leur sort.

Le plus nerveux veux fouiller ma remorque, la je fait plus l-idiot mais le mec un peu enerver, je louvre assez violement sous tjr ses RAPIDO, puis sort un sac poubelle ou est ma nourriture, le jette par terre, l-ouvre lui jete les sac de bouffe sur les pieds, je crois qu-il a compris et me dit que c-est bon je peu ranger..

Il veux me faire quitter l-autovia, mais pour une autre autovia, une fois quil comprend son erreur il discute avec son collegue et fini par un truc que je tradurais par - allez c-est bon casse toi !

jvous dit pas merci, et salut.

Jarrive donc a Madrid...

Sur internet je faire le compte des km,car j-ai perdu le fil avec le compteur qui a deconner, je suis aujourd-hui 9 descembre a 5580km de velo, c-est plutot pas mal si on compte mes poses !!




Bocairent


lever par les lechouille des deux goldens.. Ha c-est leur? ok

On va les promener jusqu-a chez son oncle, notre language c-est nettement ameliorer et on se comprend bien, mais si je suis sur qu-on a inventer des mots et expression. Y dit au gens, non y a pas de probleme des que l-un pose une question l-autre dit ok et c-est bon !

Les chien son malgres leur ages indicipliner et tres joueur, sa fait du bien. Son oncle nous paye un coup de gnol, sa aussi sa fait du bien ! Sorte de genepi local mais a la place du genepi il mette plein de fleur de leur montagne...

Sur le chemin on a chaparder des KAKI sorte de fruit a l-allure d-une tomate, qui pousse sur un arbre a pomme et a un gout tres sucre ! jai encore decouvert un nouveau fruit! On rammasse aussi du thim pour les infusions de plus tard.On va remanger chez ses parent pour l-anniversaire d-une de ses nieces, en rentrant on fume une cigarette indienne, feuille de tabac rouler et tenue avec une petite ficelle, elle sont tres petite et forte, c-est assez dangereux de fumer sa lorsqu-on a une barbe qui devien fouaisonnante, au moment ou sa sent le cochon griller, c-est la barbe qui crame !! plus tard je couterai egalement la cigarette bolivienne qu-ils fument dans les mines, sorte de bareau de chaise assez lonf fermer par une sorte de feuille de cahier d-ecolier !!

On va a sa maison rural (car il est proprietaire d-une maison rural et d-autre aparte ou maison), Mommossen, c-est enorme ! non par par la taille mais par son contenu, cette maison est creuser dans la roche, sorte de maison de nez dans un film genre seigneur des anneaux, il a mis de l-essen partout, il y a un salon avec de suberbe pouf, et un petit salon par lequel on entre par un petit trou dans la roche,veritable galerie, ou trone un narquille au centre de petit pouf.

Vraiment super, il y a des photos sur son sitehttp://www.freewebs.com/monmossen/ je vous invite a allez voir !

les jours passent tranquillement entre les chiens les visites et les decouvertes, aujourd-hui je vais reparer mon velo

Car j-ai oublier de le dire mais a Chefchaouen en voulant changer mon pneu arriere dont meme la toile etait partit(je roulais donc sur la chambre a air, un veritable miracle de ne pas avoir crever !!), donc n voulant la changer et mettre un pneu acheter au maroc, probleme le pneu ne se monte pas. Je galere 30 min dessus en me demandant si jai deux main gauche ou si vraiment c-est due..donc je vais demander de l-aide, un marocain m-aide volontier et en se servant d-une pince, il fais passer un coter du pneu, en tordant la jante!!!

Pour l-autre coter j-essaye avec joan une autre technique, on plonge le pneu dans un seau d-eau chaude essayant de faire dilater le pneu,1h plus tard on arrive a faire passer le pneu en ayant tirer dessus comme des bouriques, je regonfle et la... c-est crever ! a force d-avoir tirer dessus on a du pincer la chambre... haaaa faut demonter!

la c-est tres si;ple! c-est impossible,on s-en rend compte et on decide de couper le pneu ! grand coup d-opinel puisencore en forcant comme pas possible, je me voyai presque a jeter la jante, on arrive a la pince coupante a couper l-armature en fer des deux coter. joan ma passer un pneu qu-il avais heureusement pris pour le cas ou...

Tout sa pour dire que j-ai fait le chemin Chefchaouen / bocairent avec le bord de la jante tordu et qui mange un peu le pneu, pas tres grave mais c-est mieu d-avoir une jante correct pour continuer !

retour a Bocairent, joan me file une jante dont il ne se sert plus, sympa !

Je but est de garder mon moyeu qui est excellent, et de changer la jante, theoriquement voila comment sa se passe, on vite les deux jante en enlevant tout les rayons qui les tienne ont prend la bonne jante et on remonte les rayons.

en une demi journee j-arrive a l-etape, remonter les rayons, jy passe le restant de la journee.. Sans Succes!! j-arrive pa a enfiller ses rayon de merde, c-est impossible!, au debut je montais sa un peu comme jle sentais, voyai que sa bloquais, je me suis mis a coter d-une roue deja monter et j-ai recopier exactement les emplacements, a 3 ou 4 reprise je demonte et remonte pensant mettre tromper, puisque sa bloque toujours.Je commence a m-enerver et a bien forcer dessus!!

Bon c-est sur je pars par demain, je suis aps presser mais je veux pas m-incruster non plus...

Le soir je vais voir sur internet, on sait jamais... Et en effet y a un schema tres precis pour monter une roue, d-abord toute un groupe de rayon pouis un autre, bref j-aurai jamais pus y arriver avec ma methode...

Le lendemain j-arrive a la monter quand jai fini y me reste 4 rayon dans les mains!! c-est quoi se bordel?? la c-est pas un meuble ikea ou il reste toujours des pieces et qu-on mets de cote pour le cas ou... la y faut que tout les rayon y aille. Je verifie et reverifie... Bordel y a pas assez de trou ! Ma jante est une jante special et celle de joan est une standard !! Raaaaa j-ai perdu 2 jour pour remonter mon ancienne roue a l-identique, peux etre meme moin bien...

Bon restons possitif, je sais maintenant monter une jante !!

Apres cette parenthese dans mon voyage, je vais repartir demain.

En fait non, sa fait partis du voyage, et c-est super!

J-aurai passer des super moment ici a Bocairent, la ville et les alentours sont tres etonnants et magnifique. La maison... j-en ai assez parler je pense, Joan et Helena on ete super sympa, on aura bien ris.

Demain Joan m-accompagnera un bout de chemin...lever par les lechouille des deux goldens.. Ha c-est leur? ok

On va les promener jusqu-a chez son oncle, notre language c-est nettement ameliorer et on se comprend bien, mais si je suis sur qu-on a inventer des mots et expression. Y dit au gens, non y a pas de probleme des que l-un pose une question l-autre dit ok et c-est bon !

Les chien son malgres leur ages indicipliner et tres joueur, sa fait du bien. Son oncle nous paye un coup de gnol, sa aussi sa fait du bien ! Sorte de genepi local mais a la place du genepi il mette plein de fleur de leur montagne...

Sur le chemin on a chaparder des KAKI sorte de fruit a l-allure d-une tomate, qui pousse sur un arbre a pomme et a un gout tres sucre ! jai encore decouvert un nouveau fruit! On rammasse aussi du thim pour les infusions de plus tard.On va remanger chez ses parent pour l-anniversaire d-une de ses nieces, en rentrant on fume une cigarette indienne, feuille de tabac rouler et tenue avec une petite ficelle, elle sont tres petite et forte, c-est assez dangereux de fumer sa lorsqu-on a une barbe qui devien fouaisonnante, au moment ou sa sent le cochon griller, c-est la barbe qui crame !! plus tard je couterai egalement la cigarette bolivienne qu-ils fument dans les mines, sorte de bareau de chaise assez lonf fermer par une sorte de feuille de cahier d-ecolier !!

On va a sa maison rural (car il est proprietaire d-une maison rural et d-autre aparte ou maison), Mommossen, c-est enorme ! non par par la taille mais par son contenu, cette maison est creuser dans la roche, sorte de maison de nez dans un film genre seigneur des anneaux, il a mis de l-essen partout, il y a un salon avec de suberbe pouf, et un petit salon par lequel on entre par un petit trou dans la roche,veritable galerie, ou trone un narquille au centre de petit pouf.

Vraiment super, il y a des photos sur son sitehttp://www.freewebs.com/monmossen/ je vous invite a allez voir !

les jours passent tranquillement entre les chiens les visites et les decouvertes, aujourd-hui je vais reparer mon velo

Car j-ai oublier de le dire mais a Chefchaouen en voulant changer mon pneu arriere dont meme la toile etait partit(je roulais donc sur la chambre a air, un veritable miracle de ne pas avoir crever !!), donc n voulant la changer et mettre un pneu acheter au maroc, probleme le pneu ne se monte pas. Je galere 30 min dessus en me demandant si jai deux main gauche ou si vraiment c-est due..donc je vais demander de l-aide, un marocain m-aide volontier et en se servant d-une pince, il fais passer un coter du pneu, en tordant la jante!!!

Pour l-autre coter j-essaye avec joan une autre technique, on plonge le pneu dans un seau d-eau chaude essayant de faire dilater le pneu,1h plus tard on arrive a faire passer le pneu en ayant tirer dessus comme des bouriques, je regonfle et la... c-est crever ! a force d-avoir tirer dessus on a du pincer la chambre... haaaa faut demonter!

la c-est tres si;ple! c-est impossible,on s-en rend compte et on decide de couper le pneu ! grand coup d-opinel puisencore en forcant comme pas possible, je me voyai presque a jeter la jante, on arrive a la pince coupante a couper l-armature en fer des deux coter. joan ma passer un pneu qu-il avais heureusement pris pour le cas ou...

Tout sa pour dire que j-ai fait le chemin Chefchaouen / bocairent avec le bord de la jante tordu et qui mange un peu le pneu, pas tres grave mais c-est mieu d-avoir une jante correct pour continuer !

retour a Bocairent, joan me file une jante dont il ne se sert plus, sympa !

Je but est de garder mon moyeu qui est excellent, et de changer la jante, theoriquement voila comment sa se passe, on vite les deux jante en enlevant tout les rayons qui les tienne ont prend la bonne jante et on remonte les rayons.

en une demi journee j-arrive a l-etape, remonter les rayons, jy passe le restant de la journee.. Sans Succes!! j-arrive pa a enfiller ses rayon de merde, c-est impossible!, au debut je montais sa un peu comme jle sentais, voyai que sa bloquais, je me suis mis a coter d-une roue deja monter et j-ai recopier exactement les emplacements, a 3 ou 4 reprise je demonte et remonte pensant mettre tromper, puisque sa bloque toujours.Je commence a m-enerver et a bien forcer dessus!!

Bon c-est sur je pars par demain, je suis aps presser mais je veux pas m-incruster non plus...

Le soir je vais voir sur internet, on sait jamais... Et en effet y a un schema tres precis pour monter une roue, d-abord toute un groupe de rayon pouis un autre, bref j-aurai jamais pus y arriver avec ma methode...

Le lendemain j-arrive a la monter quand jai fini y me reste 4 rayon dans les mains!! c-est quoi se bordel?? la c-est pas un meuble ikea ou il reste toujours des pieces et qu-on mets de cote pour le cas ou... la y faut que tout les rayon y aille. Je verifie et reverifie... Bordel y a pas assez de trou ! Ma jante est une jante special et celle de joan est une standard !! Raaaaa j-ai perdu 2 jour pour remonter mon ancienne roue a l-identique, peux etre meme moin bien...

Bon restons possitif, je sais maintenant monter une jante !!

Apres cette parenthese dans mon voyage, je vais repartir demain.

En fait non, sa fait partis du voyage, et c-est super!

J-aurai passer des super moment ici a Bocairent, la ville et les alentours sont tres etonnants et magnifique. La maison... j-en ai assez parler je pense, Joan et Helena on ete super sympa, on aura bien ris.

Demain Joan m-accompagnera un bout de chemin...



Almeria(SP) > Aguilas(SP) > Caravaca de la Cruz(SP) > Bocairent(SP)




Ce matin le pti dej est compris dans le prix de la nuit, heureusement vu le prix (17e), donc je fais le plmeme malade!

Jai mal dormi meme dans un lit, le nez qui coule abondement, la toux et la chia..e !

En espagne le casque est obligatoire et joan respect rigoureusement cette loi, y crain pas mal les flics, moi je l-ai deja traverser sans et ne compte pas en acheter donc on verra bien. On prend l-autovia, et je le sens un peu nerveux, si bien qu on la quitte et se tape un chemin pourri en terre juste a cote, jme paye une gamelle qui nous a fait rire un moment. Le saligo me prend en photo. on retourne sur l-autovia pour avance un peu, sans probleme.Le nez coule et la fievre monte, on a fait 110 borne j-en ai plein le cul, il en reste une trentaine !! et devant nous un col de fou, au moins du hors categorie pour la voelta (tour d-espagne)!! Bon je fais un peu le marseillais mais c-est la fievre et sans rire c-etait pas dla tarte... je sus a grosse coute pousse sur les pedale et refuse n-enlever am veste meme tremper de sueur car j-ai peur d-empirer la creve!

Sa y ai on ai a l-auberge enfin, j-en tombe par terre, je suis sur les rotule, meme le velo semble ne plus vouloir allez plus loin... La patronne nous dit qui a dla place ouf, mais que pour fair nos course c-est a 4km au village! 4km c-est rien apres 140 deja fais, mais je veux pas, c-est trop dur. On arrive a rigoler de la situation avec Joan qui ai a peu pret dans le meme etat que moi, avec son genoux et moi ma maladie, bon allez on y va!

Je me jette enfin sur le lit et instentanement le nez coule abondement! encore une bonne nuit qui s-anonce...

Petite anecdote, pour faire une salade tres copieuse notre cuistot en chef le denomer Joan a due se servir(apres consiliabule) du fond de la poubelle en plastique de notre chambre, on prend donc notre delicieux repas dans une poubelle.

A oui je doit preciser que Joan en bon espagnol qui se respect, met pour une salsde pour deux 1/4 de litre d-huile d-olive , sa flotte au dessus quoi!mais c-est bon.
Ce matin jai pas les jambes, pour dire la verite, j-enchie severe!! heureusement y a assez vite moin de deniveler que la veille. je prend un peu d-avance sur mon pote quand dans un virage... Je sais que si jappuie un coup de plus sur le pedale y va falloir que je change de calecon, pantalon et peu etre selle de velo!!! (haha sa vous fais rire!) je 'saute' sur le bord de la route, pas de buisson pas de rocher pour me planque et jmen fou pas mal, baisse mon ben et evite l-accident!! Joan est plier en deux en me depassant a du coup moi aussi!! jpense que les nombreuse voiture qui ralentissaient a ma hauteur devais se marer aussi...

par 3 foi jai repeter cet exercice aujourd-hui...


apres 110km on arrive a caravaca de la cruz et trouvons un hotel pas trop trop chere, la tenenciaire a un caractere semblable a un pitbull! joan se prend la tete avec quand on monte les velo par l-escalier jusquau 3eme et derniere etage, moi jmen fou completement, je suis amorphe et presque deconnecter de la realiter.Elle aurai dit que c-etait pas possible les velo et que nousdevions partir, je l-aurai ligoter sur une chaise et serai allez me coucher...

Je prend mon premier bain depuis le debut du voyage! En faite j-arrive pas a me souvenir de mon dernier bain(sa fait penser au visiteur un peu, quand jaquoille refuse de se laver car il a pris un baim il y a 3 mois de la riviere du bois des biches !!). Je sais c-est pas tres ecologique et jmen veux un peu.Mais juste un peu, car jme dit qu-avec toute les fois ou jme suis pas laver j-en ai economiser des litre de flotte!!

Ses 3 etages on ete une rude epreuve, l-escalier qui tourne et retourne avec des marche surprise qu-on se demande se quelle font la et 4 voyage,2 pour les velo et 2 pour les bagages...je suis rincer!

y reste environ 150 km pour arriver chez Joan qui ma inviter a passer quelque jour chez lui avant d-aller a alicante a coter pour faire ma demande de visa algerien. on decide de faire 2 etape d-environ 75km, sa me convient parfaitement, car la grippe s-acroche.

Cependant se matin grace a une route assez plate on avale les 80 km avant 13h, et la ske je redoutais se produit

Joan- Allez on continu comme sa se soir on dort gratuit et on mange bien !

heu ouai.. Bon allez ok

On se fais un petit col, et je sens le Joan gay comme un pinson ! Sa sent la maison, il arrete pas de chanter! moi aussi, on chante n-importe quoi,on se tape un trip depuis le Maroc sur Ahisha de Kaled, je chante meme la marseillaise lol. Bref le moral remonte quand les force descendent.

Apres 162 km (peux etre l-etape la plus longue de se debut de parcour !), on arrive chez lui, a Bocairent, un beau pavillon semblable a tous ceux du lotissement depuis l-exterieur, je fais connaissance avec sa copine Helena. J-ai du faire une forte impression, un tete de mort vivant pas foutu d-aligne deux mot, jai meme pas dit bonjour si jme rappel bien...Elle a due se demander quel clochard son homme avais ramener la...

Y a qu-avec les deux chiens des goldens, un peu comme ma chien labrador, que je joue un peu.

apres une douche et un peu de nourriture sa va mieu, je me rend compte alors de la maison dans laquel je suis.

Comme je la- dit, un peu inpersonnelle de l-exterieur, a l-interieur on est dans un autre monde, on est plus en espagne, y a des foulard tbettain quon trouve en montagne lors des fetes, ici dans des cadres, des photos magnifique faite par lui de personnage en noir et blanc, des enorme tableau de magnifique noire aux poitrine genereuse, des plateaux d-argent ou autre arabe, des objet d-un peu partour de la planete attire mon oeuil curieux. C-est vraiment un univers magnifique qui s-ouvre a moi lorsque je suis ici, tout ces objet on leur histoire, et joan me les raconte, j-adore cette maison! j-ai compris que j-ai fait une erreur en ne voulais pas acheter de souvenir lors de mon voyage, desormais des que je verrais un truc qui me plais vraiment je me loffrirais et me souviendrais de son histoire bien plus tard quand je serai rentrer, bien au chaud dans mes charentaise, ou des babouche tiens pourquoi pas!

Apres la promenade de Bebo et hugo, a ou ij-ai oublier de dire qu-il ma fait croire qu-il avais 2 enfant hier, me donnant leur age leur nom, et jai compris apres que c-etait une blague et que c-etais des chien qu-il parlait!, donc apres la promenade on est allez chez ses parents et avons manger avec eux, je comprend toujours rien a l-espagnol mais sa fait rien, jai pas tellement envie de parler, je suis fatiguer...




Bab Bered(MA) > Targuit(MA) > Aazamen(MA) > Almeria(MA)



On décolle tôt, pour faire de la route, c’est pas pour me déplaire! un café refuse de nous servir sans raison apparente, bon ok, on va à un autre...

J’ai une patate de fou aujourd’hui, même avec ces grosses bosses, Yolanda est un peu plus à la peine, mais c’est son dernier jour alors ça va.

Y a juste les sales gosses qui se paient ma tronche à chaque fois qu’ils sont plus de 3.. salopiods va! et la c’est l’heure de la sortie de l'école et tous viennent sur le bord de la route, je suis a 150 m mais y me montre déjà tous du doigt, certain sont plié en deux de rire, en haut de la bosse je suis pas d’humeur à rire, et y se payent ma gueule les enfoirés!! a ouais? ok vous la jouez comme sa, j’appuye comme un forcené sur les pédales, non pas pour fuir, je leur fonce dessus,50m, 30m 10m ha y rigole moins, 5m, 2m y commence a avoir les j’tons! puis je tourne ha ha on rigole moins là! sales morveux va! bon je me casse vite avant qui leur prenne l'idée de me balancer des trucs dessus... je sais c’est puérile et un peu stupide, mais ça fais décompresser et moi ça m’a fait rire... (rrroh mais quel sadique! gnagnagna)m’en fous.

On arrive a Targuist avec enfin une belle descente! Serais ce la fin de ces terribles descentes? «no lo sai».. On va prendre les infos pour le bus de Yolanda, et on trouve un hôtel qui veut bien prendre les vélos dans les chambres. On se fait plaisir avec des pâtisseries a 2dh pièces !!

Le lendemain, on dit au revoir a Yolanda qui va attendre a son bus... C’était très sympa de rouler avec cette policière espagnole et grande sportive, en plus elle était balèze pour traduire nos conversations avec joan! J'espère la revoir sur ma route, et vu ces voyages constants c’est possible. Au revoir donc.

On roule super fort avec Joan, la route est moins en montée et après y a même pas mal de descente, on essaye de communiquer mais c’est assez dur, on invente un sorte de franco espagnol anglais, très douteux, mais les messages passent en général. Son genoux va mieux de jour en jour, notamment grâce au cachetons du toubib.

On voit la mer! ça sent bon les terres plates!! on dépasse l’objectif du jour et on se trouve dans un patelin pommé pour dormir, pas d'hôtel, tout seul y aurait pas eu de soucis j’aurais planter la tente, mais il est pas question de laisser mon pote tout seul. On trouve un mec qu’on nous a indiqué comme pouvant nous loger... Il est court sur patte et sur sa tête peu avenante drôle la moustache d’hitler.. V’la la ganche du mec... y nous sort des prix aberrants pour le pays, pour une chambre, on refuse, joan parlemente. il est balaise et s’en fout, alors que moi je suis nettement moins doué et plus timide. il fait baisser un peu les prix et bloquer on accepte. Dans un cyber j’ai discuté avec le jeune patron qui m’apprend un peu l’histoire des Amazi, ce qui signifie peuple libre, c’est les premiers habitants du Sahara, avec des coutumes et une culture très particulière, ce peuple s’étend sur plusieurs pays, du Maroc a l'Egypte à la Mauritanie, il m’explique comment le gouvernement Marocain essaye de tuer et faire disparaître cette culture..Echange très intéressant !

Le lendemain on part à 6h30 du mat pour choper un bateau qui part l’aprem’ d'après les renseignements que Joan a prit sur le net, moi j’ai même pas regarder, je lui fais confiance.

il fait nuit mais pas froid, on roule on roule et l'étape d-hier ma pas mal fatigue... Joan me dira après que lui aussi, il est crevé, on prend un raccourcis par la cote, moins de km mais plus de chemin pourri et qui monte comme par un toit! je dois faire une pause, je mange un bout me requinque et le retrouve un peu plus loin.

On arrive a Melilla, l’enclave espagnol sur le continent Africain, on est un peu en avance et on se présente au poste de douane. C’est pas possible de rentrer par la! quoi pourqoui?? Parce que! vous devez prendre l’autre antre qui se situe de l’autre coté de la ville!

Rhhaaa quelle chiotte, on contourne toute la ville, et c’est étonnement vallonné (voir video) on arrive a l’autre poste frontière, problème: les douaniers ont tamponner a l’arrivée de Joan le billet de sortie sur son passeport et non celui d’entrée, donc l’autre veut pas lui tamponner celui de sortie!! ‘Tin merde, je vérifie rapidement le mien, pas de problème, l’heure tourne et comme on est bloqué, on fait chier tout le monde jusqu'à ce qu’un chef vienne et après discussion tamponne le passeport de Joan. ouf! on fonce comme des dératés jusqu’au port, enfin on fonce entre 2 contrôles de passeport.. on arrive, prend, les billets c’est bon le bateau n’a pas fini les embarcations, mais on doit avoir l’air suspect car on passe au contrôle du chien! Se clèbart me rappelle mon ancien chien Réglisse, tout noir, frisé, petit, avec tellement de 'cheveux' qu’on voit pas ces yeux. ça me fait rire! on a heureusement pas (plus) de drogue. Hier on a vérifié tout nos baguages pour le cas ou on nous aurais glisser des surprise dedans... on passe sans encombre, et nous voila sur le bateau qui va me ramener en Europe bien contre moi...

Repas sur le bateau a 8 euros, ça y ai on est deja en Europe...

Je suis de nouveau malade avec la tourista et un début de grippe...

On arrivera de nuit a Almeria en Espagne ou on logera dans une auberge de jeunesse.

Fini le Maroc... Sa ma beaucoup plu, même si je n’ai pas pu visitez le sud comme beaucoup me l’on conseillé, j’ai rencontré des gens super et le séjour chez Abdelilah a été pour moi formidable a tout point de vue!



Chefchaouen(Maroc)


Ce matin en chevauchant ma monture, je vois 2 cyclos qui arrivent, un homme et une femme des espagnoles avec des sacoches qui disent qu’ils sont en voyage. On discute deux minutes puis comme on va dans le même sens on décide tacitement de faire la route ensemble.

L’homme c’est Joan avec qui je deviendrai bon pote et chez qui je passerai quelques jours en Espagne, il parle peu français et moi rien espagnol, il a une 30aine d'années, 1m80 dégarni depuis ces 20 ans, il a voyagé en Amérique latine et en Inde en vélo ou stop, la femme c’est Yolanda, une amie a lui rencontrée sur un site de voyage, elle doit avoir environ le même âge, fait beaucoup de sport en compétition de trek etc.. elle parle bien français et sera la traductrice officielle!! Ils font un morceau du Maroc Meknes, Fès, Chefchaouen, Targuist et Melilla l’enclave espagnol au Maroc. Yolanda fera un peu moins car elle doit rentrer bosser plus tôt. Joan n-a pas se problème car étant chauffeur routier avec la crise comme y dit, bah il a plus de taf! et donc veux prendre le bateau et rentre chez lui vers valence en vélo.

J’aime beaucoup avoir de la compagnie mais je suis pas habitué, je sais pas comment rouler a plusieurs, comment discuter quoi dire. Est ce que je dois les attendre, est ce qu’ils font rouler beaucoup plus vite que moi et devoir m’attendre? et pour manger comment on va faire on se sépare et se retrouve après? bref plein de petite question futile que je n-ai jamais eu a me poser, c-est drôle.

Pour manger c-est plutôt simple, eux veulent s-arrêter a Chefchaouen une ville réputé sympa, Abdelilah ma avertis qu-avant d-arriver y a une belle bosse. moi je pensais continuer un peu plus loin car sa faisait pas beaucoup avancer Chefchaouen... je verrais plus tard !

Donc je disais y veulent manger a Chefchaouen vers 2 ou 3 h, c-est bien des espagnol tien! eux moi je vais pas tenir, je fais quoi? en plus j-ai pas de liquide pour acheter des bricole sur le bord de la route, je pourrais retirer qu-a Chaouen si j’y vais. J-utilise ma méthode fatal -> on verra plus tard !

coté vitesse, je suis en forme et en monte je prends un léger avance, Joan a le genoux en vrac aussi... Et quand a la descente ... Je les met a l-amande sévère haha. Tout le reste du chemin que je ferai avec Joan je ferrai le malin pendant les descente, si bien qu’il raconte a tout le monde que le vélo couche c-est très facile et que lui quand il pédale moi je le double sans pédaler en descente. Hahaha

bref sa va, mais on a des belle monter j-ai pas a manger et plus d-eau, on verra plus tard...

on arrive au moment ou le chemin ou part a droite et je continue ou je monte a Chefchaouen avec eux. Allez y sont cool et moi je doit manger je continue avec eux, monter fatal pour arriver a Chaouen, on croise deux cyclo qui s'arrête on papote, c-est des Rosbiff, Peter Gostelot et tim brewer, moi j-ai parler a Tim je crois. un english dans la plus pur tradition, un peu joufflu, blanc et un peu rose, assez grand et qui doit aimer la bière, se mec qu-on croirais a l-ecole pour encore 4 ou 5 ans, a fait Angletterre australie en vélo, il est super cool! et son pote il la rencontrer en chine! Heu pourquoi tu était en chine si tu allais en Australie. Parce que la frontière Est de l’Inde est fermer mec! Ha bon? Merde! bon je verrai plus tard mais c’est bon de le savoir !

et son pote donc a fait japon Angleterre en vélo et se sont rencontrer, il est plus âgé environ 35 ans, la il pars jusqu'à Cap town ! son site c-esthttp://www.thebigafricacycle.com/ j’ai pas trop discuté avec lui mais il semblait cool, ils sont ensembles pour quelques jours après Tim rentre en Angleterre.

On arrive a Chefchaouen, je dois vous avertir tout de suite que cet endroit est designer comme la capital marocaine de la drogue, et on le voit avec son type de tourisme plus jeune, avec des petit yeux étrangement rouge, des futes large et le sourire aux lèvres ..Avant même que le serveur vienne prendre la commende de nos thés, un mec vient nous proposer sont kif!

On trouve une super auberge que les anglais nous ont conseillé pas chère et magnifique au centre de la ville. que demande le peuple?

Le lendemain je profite de la terrasse pour regarder le levé du soleil, on décide de visiter la ville et de se reposer, c’est très beau,et très reposant de faire le touriste, on visite des boutiques on chine, la ville est presque toute bleue, les gens sympa hormis ceux qui veulent presque tous nous vendre de la drogue... Un mec veut nous vendre un pauvre caméléon qu’il malmène et sèche disant que c’est un coupe feu naturel... ouais, ou pas! a environ 10e quand en France sa coûterait 100e...

Les client comme les serveur, roule et feu au nez et a la barbe des quelque policier. c-est étonnant.

y a deux vieux environ 70 ans qui fume de 9h du mat a 11 h du soir,et joue de la musique contre de l’argent, y arrêtent pas de rire, c’est trop bon!!

je me requinque a coup de thé a la menthe, poids chiche a 2 dhr et escargot sur des vendeurs ambulants, et bien sur les pâtisseries!!

le dimanche on décide de partir on va prendre un ptit dej’ quand je rencontre un mec, qui me dit, hey je voyage aussi en vélo coucher, on déjeune ensemble, c’est Monsieur Toni Miloni, un photographe, la y descend pendant 6 mois jusqu’en Afrique du sud en vélo coucher!! c-est le premier que je croise depuis le début ...

On attaque les montagnes en direction de Bab berred, un vent de face et des pente font que je suis mort, c-est pas facile! les voiture nous double en baissant la fenêtre et nous propose encore et tjr du chit ! ta pas de l’eau?? Joan les charrie en disant que lui y prend que du crac, les chit c’est pou les enfants, y sont un peu sur le cul, moi j’me marre !!

Bab berred n-est pas une ville que je recommande, les gens sont peu accueillant et disont le parfois un peu raciste, un poissonnier veux nous vendre un poiscaille 100 000 dhr, en clair, barrer vous, jveux pas vous servir!

réflexion de Yolanda, c-est bête tout son poisson va être perdu si y le vend pas aujourd'hui!

heu non vu la gueule des bêtes, sa fait déjà plusieurs jour quelle sont la et sont pas prêtent d’etre jeter !!

un trouve un hôtel pas chère ou la douche est dans les wc, non pas a coter, ou prend un petit saut et on se lave au dessus du trou, je serais seul, j’men passerai mais par respect pour mes pote, je vais me laver...








J’ai dormi dans une plantation d’olivier et ce matin, j’ai eu la visite d’un curieux qui est reparti comme je sortais...

Je photographie les ramasseurs d’olives pendant leur travail, ils tapent les branches avec des bâtons, les olives tombent sur un filet bâché qu’ils ont mis autour puis ils les ramassent.

Apres quelque bosse j’arrive a un lac artificiel crée par un barrage. La des vendeur de fruits, je me mets un peu a l'écart et mange un bout devant cette belle vue. un vendeur s’approche, on discute il est très sympa, y m’offre une grenade et des amandes, lorsqu’il voit mon opinel y veux absolument me l’acheter, je lui aurais bien donner mais j’y tien trop! Symbole de mon pays... Je lui dis que c’est des amis qui me l’ont offert et que je peux pas m-en séparer. Petit mensonge...

Y m-explique un peu son boulot, il achète les produits de saison aux agriculteurs et les revend au gens qui passent. Il a de la chance d'être a ce poste car bcp de car de touristes s'arrête pour prendre des photos du lac. y me dit qu’en hiver c’est pas facile, y a moins de monde. On fait les cons avec un petit âne d’un de ces copains puis je repars en direction de Moulay Idriss.

Ce village nous a accueilli lorsqu’avec l'école nous venions réparer l'électricité d’une petite école pas loin. Les gens étaient super sympa et je me dois dy passer, j’ai pas vraiment l’espoir de retrouver quelqu’un mais au moins regarder les changements en 4 ans et faire quelque photos.

Effectivement je retrouverais personne même en questionnant le voisinage. Les lieux ont peu changer, un nouveau cyber, mais les routes sont tjr aussi défoncer. Je me dirige vers Volubilis, un magnifique site touristique de vestige romain. Je n’ai pas pu le visitez mais je peux me rappeler nettement quelque moment de ma dernière visite.

nous étions donc tte la classe de STIGE (une seule fille) et notre guide qui était un marrant, après nous avoir montrer les endroits ou les Romain buvais plus que de raison (y se mettait minable je pense) et que pour le cote pratique il avaient construit des bassins juste a coté de leur sorte de lit ou ils mangent (j’ai perdu le nom), et donc ces bassins leur servaient a vomi, puis il recommençaient a boire et manger. Si bien que la plus part des riches qui pouvaient se permettre ce genre de fantaisie étaient édenté a cause du liquide biliaire qui attaque les dent lorsqu’on vomi!! Et donc les riches avaient plus de chico et les pauvres etait plus sain (de ce coté la). Donc notre drôle de guide après nous avoir montrer cela nous dirige vers un endroit mystérieux avec une pierre au centre de la salle, il met un morceau de sa Djelaba dessus pour nous cache quelque chose fais asseoir un homme d-un coter de la pierre et la fille de l-autre coter, ils sont donc face a face assis avec la pierre entre les jambes, le guide enlève alors sa djelaba...

moment de suspense...

apparaît alors tailler dans la roche avec des détails fou, un sexe d’homme en forme !! Rire de toute l’assemblée, nous étions dans une sorte de maison de passe romaine.

Décidément y s-emmerdais pas Jules et ses potos !

Bon je vais donc camper dans un foret ou je fais un feu pour avec la fume faire fuir les moustiques. Je vais pour me coucher, quand j-entend des bruits de pas a environ 1.5m de la tente, je commence a avoir l-habitude des animaux qui viennent roder, sauf que la c-est un bipède !

Chier je fais quoi? si je reste et qui me tabasse avec un bâton a travers la tente je peux rien faire, si je sors et qui m-attend avec un bâton je suis marron aussi... Réfléchis Mikael réfléchis !!

Bon faut pas que je reste enfermer, mais faut que j'évite la confrontation... je saisis dans ma main ma frontale pour faire croire que ma tète n-est pas ou elle est, si jamais y veux me cogner y tapera la frontale (enfin je pense), dans l-autre mon opinel ouvert en 1/2 seconde j-ouvre la tente et sort en visant avec la frontale l-endroit des bruits, j-entend des pas se carapate !

oufffff

je me recouche pas très serein.

Le lendemain se fait sous une belle chaleur et avec de nombreux ânes, au moins 150 rencontrer, beaucoup porte des olives au pressoir. J-ai revu Jesus! un mec croisé sur le bord de la route hier, a pied, une djellaba delaver maron, des yeux, cheveux et barbe exactement comme Jésus, et se même air,sur sa tête, miséricordieux ! Comment il a fait pour être aussi rapide a pied que moi en vélo? Un miracle sûrement, oula stop !!

Le soir j'achète un pain et discute avec le vendeur quand un mec arrive,il est prof et m’invite chez lui pour ce soir, ok cool. Il repart et me donne rendez vous dans 1 heure pas loin.

Lorsqu’il est parti, son 'ami' le marchand me dit de ne pas y allez, que c’est son amis mais que les marocain sont étrange avec les européens,ils voient l’argent etc.. y me fais tout un discourt. Je décide de ne pas y allez. Je crois que le vendeur se trompe et que c’est homme était juste gentil. Certain marocains se dénigre entre eux, presque tous en fait on du mal a dire d’autre habitant du Maroc, souvent a tort.(enfin j-imagine qu-on ai pas mieu quand on parle de nos parigo..). Et même si je pense que ce vendeur affabule légèrement, je décide de pas prendre de risque, sa serait con qu’en voulant faire le malin et pas l'écouter je me fasse tirer mon vélo...

Je poursuis et vais dormir dans une foret. Un camping car de savoyard m’a doublé.



Fes



Toutes la nuits que j’ai passer près de Meknes un rongeur est venu roder pour chaparder de la nourriture...

En roulant vers Fès une voiture s'arrête, moi aussi. y me disent de faire attention quand je roule (surtout en lisant), ouais ouais. Y me disent qu’ils sont producteur laitier et me donne un sorte de jus de mangue au lait, très très bon ! y me disent aussi que normalement sa passe par la route par le Nord est vers Oujda, j’ai des doute la dessus mais je vais me renseigner !

J’arrive a Fès et contacte Abdelilah, on se rencontre, il est avec son cousin Rachid, il a une trentaine d'année, mince environ 1m75, c’est un enseignant pour l'école primaire et il étudie également la littérature française.

On va chez lui, c’est un très beau appartement environ 140m2, très Marocain, avec 2 salons très grands avec des tables basses et des canapés autour, sur les murs et au plafonds, des frises et décoration. La cuisine est le royaume des femmes et je la visiterai peu, mais j'aperçois tout le matériel pour faire les galette de farine et le pain (entre autre). Puis des chambres. Les salons sont vraiment impressionnant et on devine qu’ils sont les vrais pièces centrale de l’appartement. c’est chez les parent d’Abdelilah, qui sont a la campagne aujourd’hui, il vit ici avec sa femme, son fils(qui me fait penser a davy quand y joue a GTA...), ses petits frères, quelque cousins, bref c’est la pur tradition Marocaine de vivre en famille.

on discute beaucoup et échangeons tous sur nos façons de vivre et se jusqu'à 1h30 du mat, je suis mort !!

Le lendemain matin on va tous (les hommes) au Hammam, pour ceux qui n’y sont jamais allez, j'arrête tout de suite les pseudo fantasme du bain bouillonnant plein de vapeur ou on se fait masser par des suédoises. En vrai c’est une pièce voir 2 ou 3 rectangulaires carrelées du sol au plafond avec énormément de vapeur, dans un coin il y a des seau, il faut en prendre deux, et dans les deux bassin a coter les remplir, un bassin avec de l’eau froide et l’autre avec de l’eau brûlante, on fait un mélange puis on se verse l’eau sur le corps avec un petit gobelet, on est assis par terre ou debout.

Il faut aussi savoir qu’ici les gens sont très tactiles et au début sa peu choquer, les gens viennent avec des amis et se frote alternativement le dos ou/et le reste du corps, certain paye d’autre homme pour les laver et les étirer, c’est assez violent. Et donc je laisse Abdelilah m’aider a me laver le dos... je cuis littéralement, je suis obliger de sortir deux fois car c’est très fatiguant, même si on fait rien.

C’est quand même très relaxant une fois la gène mis de coter!

On va visitez la médina et Ilham son frère nous fait rentrer chez une amie a lui qui a une maison dans la médina, on passe de très étroite rue et entre dans un petite porte qui s’ouvre sur un grand patio et une maison qui s'arroge autour, avec une super salle de bain avec eau chaude.

Ilham est un oiseau de nuit, y me dit qui viens souvent ici finir ses nuits..

Avec lui et Abdelilah on a des discussion très intéressante sur le monde actuel, sur la TV et autre. on a pris le bus pour allez a la Médina, c-est hard core !! faut pousser tout le monde et avoir une main sur son porte feuille et essayer de monter dans le bus. On va boire un thé le long de l’avenue Hassan II, qui est magnifique, et je vois fès de nuit, c’est très beau, toute éclairé, des fontaines partout. Abdelilah m’explique que la femme du Roi est originaire de Fes et que sans doute elle est pour quelque chose dans ces changement récent.

J-achète des pâtisserie pour se soir, et on mange aussi un tajine avec du mouton au pruneau.

il me montreront tous des video de musique berbère puisque la femme d-Abdelilah (qui est arabe) est berbère.

Le lendemain on visite Fes el gedid, la nouvelle ville, on prend un petit taxi, c-est un fou, y double a des endroit trop improbable et n-arrête pas avec son Klaxon, j-ai l-impression d-être a coter de mon cousin dans sa voiture de rallye, mais en ville. heureusement qu-ici les voiture sont pas puissante du tout sinon les croque mort aurai du boulot !!

On va a une ville a cote, Sefrou, voir une belle cascade et se balader dans la médina, le soir on va dans un bar pour des bières et fume une chicha, il m-explique comme je le pensais que les fille au bar sont des catins.

Se soir on mange avec ces parent et ses beau parent, chose étonnante,les fils et beau fils embrasse la main qui sert de leur père ou beau père, en forme de respect je pense.

On fini par un petit Rami ou j-ai gagne!!

Ce matin j-ai décider de reprendre mon chemin, je vais retourner en Espagne puisque je ne peux accéder légalement en Algérie par la terre.

Abdelilah a encore oublier de se lever, j-aurai bien aimer avoir un prof comme lui, qui des qui pleut ne va pas a l-école car c-est loin et que la route est trop mauvaise pour la pluie.

Je joue un peu avec son fils, Yahya, jmeclate. Cette famille ma vraiment super bien accueilli, se matin avant le départ je discute avec les femmes que je connais moins et les voient faire des noeuds pour les caftan, robes traditionnels pour les mariage et toutes autre religions, je prends des photo, je sens qu-elle sont heureuse de me dire se quelle font, beaucoup travail le tissu, et la belle soeur d-abdelilah qui est la plus voile de toute et que j-imaginais femme au foyer, j-apprends qu-elle fait donc ces noeud mais qu-elle suis des études de droit, c-est d-ailleurs sa dernière année.

Toutes me disent que les femme de la ville sont des feintantes, qu-en campagne elles travailles durs, elles me montrent quelque uns de leur ouvrage.

Les berbères travaillent bcp la laine. Bref j-apprend encore beaucoup de chose, au moment de nous separer je reçois des petit cadeau de tout le monde et ne sais plus ou me mettre étant donner que je n-ai rien prévu...

Ce passage dans cette famille, qui sont maintenant mes amis, a été un super moment, je me suis reposer, mais j-ai appris énormément sur la culture marocaine, en plus j-avais un super guide pour visiter la ville et ces environ, vraiment c-était un super moment !!



Rabat


Aujourd'hui je prends le petit dej’ a l'auberge. je suis avec les mecs avec qui j'ai dormi et 1 française qui est a rabat depuis 1 mois pour apprendre l'arabe (sans succès pour le parler mais elle sait lire et écrire). on échange sur la marche verte, fête national de demain, 350 000 Marocains ont marché dans le Sahara pour chasser les espagnols (les français étant partis quelque années avant, après 40 ans d'occupation) et pacifier le Maroc. Belle histoire mais qui l'ai nettement moins dans la bouche de mon compagnon de dortoir. 1 Massacre entre l'arme espagnol française marocaine et les civils, je comprend pas bien, mais quand il m'explique plus, c'est très flou. un marocain très jeune semble lui aussi apprendre cette histoire. ou est la vérité? souvent je me poserai cette question quand on me parlera du pouvoir en place et des choses passées.

Je galère a trouver l'ambassade de France, la le mec me dit : haha mais pour les visa c'est pas la! faut allez au consulat!

un peu humilié je trouve le consulat français que l'autre m’a indique.

Haha mais c'est le consulat du pays dans lequel tu dois rentrer ou il faut aller.

Saoulé je vais au consulat Algérien et la le mec me dit : non c'est pas possible les frontières sont fermées, donc pas de visa!

Mais si je passe en avion?

Tu peux faire la demande mais sa sera très certainement non!

ha ok (tu sert a quoi alors???) et donc je fais comment pour aller en Algérie?

Ou tu passe par la Mauritanie ou l'Espagne, mais la Mauritanie, les routes sont très dangereuse, inintéressante et très longue.

pourquoi dangereuse?

A cause des pillards!

Merci au revoir

Bon le point positif c'est que je suis fixé et que j'ai ni perdu de temps ni d'argent le négatif c'est que je vais perdre bcp des deux pour contourner ces frontière fermées depuis 1992.

Je retourne voir Yassine qui voulait prendre des photos de moi et du vélo, on passe encore l'aprem’ ensemble, on parle du Maroc de son gouvernement de la royauté de la liberté de la presse toute neuve (1 dizaine d'année), c'est très intéressant et je comprends assez bien la façon de percevoir le pouvoir pour ces gens que l'on pourrait appeler d’intellectuel. Pour eux, le pouvoir fait bcp d'effet de manche pour attirer les capitaux étranger et ne fait rien pour le peuple. Et ne vois pas une belle évolution pour le Maroc a long terme. J'essaye de réfléchir parce que j'ai vu, ce qu'on ma dit, et j'ai l'impression d'avoir qu'un son de cloche. Il est difficile de pense par soit même quand 2 ou 3 personnes m'envoie tous dans le même sens.

Les Touristes français en prennent pour leur grade. nous sommes (même si je ne me sens pas très concerné je dis nous) des égoïstes, toujours en train de se plaindre, très hautains... Je ris un peu jaune. J'ai envie de leur dire de pas tous nous mettre dans le même sac, mais j'ai pas très envie de parler.

J'ai reçu un mail d'un couchsurfeur de Fès, Abdelilah. Je décide d'y aller afin de visiter un peu plus le pays et de me donner le temps de réfléchir sur ce que je vais faire.

Mes proches me conseillent et me soutiennent.

Je retourne au dortoir puisqu'il est maintenant trop tard pour partir ou faire des photos du vélo...




Rabat(MA) > Meknes(MA) : 125 km


Ce matin je bricole mon vélo et finis les pâtisseries, manger hier soir.

Au petit dej’, je fais la connaissance d'un jeune allemand qui a fini ces études d'ingénieur en Mécanique. Il a pris 2 mois pour visiter le Maroc et peux être plus. Très sympa, on papote pas mal.

Je décolle et veux quitter la ville rapidement car les klaxons et les voitures m'énervent. Je borde une grande foret ou je vois plusieurs dizaines de vendeur de gland !!

J'arrive après midi (et une chute) a un endroit très beau surplombant toute une vallée creuse par l'érosion, pas une habitation, une terre très dur avec peu d'herbe et pas plus d'arbre, presque du sable, ça me plais.

En traversant un village, un groupe de 4 gosses sautent sur leur vélos et me suivent tout un moment, y me parle, me questionne m'oppresse, je sais pas pourquoi je les sens mal ses sale mômes. En effet pendant que un me parle a droite un autre très adroit me pique ma gourde, et avant que je men aperçoivent juste avant un descente ils s'arrêtent tous, moi je descends plein balle et m'aperçoit au milieu de la descente du larcin! Oh les petits saligo !! Je suis énervé et amusé, inutile de faire demi tour il sont sûrement très loin. Tant pis je mettrais une bouteille d'eau dorénavant.

j'ai bien roulé et je dors a environ 10 bornes de Meknes dans un champ labouré près d'oliviers.



Kenitra(MA) > Rabat(MA)


Ce matin, je me fais un petit feu dans ma foret ou j'ai dormi, une fois réchauffé et bien réveillé, je décolle.

J'arrive a Rabat vers 10h et galère avec la circulation, en campagne c'est la vitesse en ville c'est les dépassements impossibles et la même variété de véhicule, voiture, camion mobylette, mais aussi ânes, charrette a bras surcharger, cycle, et moi.

Grâce a couchsurfing je suis entrer en contact avec un Marocain de Rabat, Yassine il est photographe pour le plus grand journal Marocain et réalise des documentaires. On prend rdv, en attendant je me ballade et visite un peu.

La ville est pas top, pas vraiment âme comme on peu l'imaginer pour la capital Marocaine. La Médina sera plus intéressante mais elle ne casse pas 3 patte a un canard non plus...

Tien un Mc Do, je vais voir les différences ! Pas grand chose les même menu, j'imagine qu'ils ont enlevé ceux au porc mais je suis pas assez expert en Mc Do pour les connaître... Petite différence sur les papiers qui posent sur les plateaux est inscrit que toutes les viandes sont d'origine contrôlée et halal !! Pour ceux comme moi qui ont beaucoup entendu le mot halal et qui n'ont jamais demander quelles étaient les différences entre la normal et la viande halal, voici l'explication: Pour tuer un animal il faut l'égorger, pour les bovins une autre méthode peut être utilisée, et lorsque l'on égorge la bête, il faut dire au nom de dieu, ou pour dieu je sait plus... Et hop c'est halal

Je vais au point de rencontre avec Yassine un quartier très beau, les murs beaux et a un endroit une belle vue sur la mer et les surfeurs.

Il m'emmène chez des amis a lui, et on passe l'aprem’ a discuter, j'apprends alors que c'est totalement impossible de passer en Algérie par voie terrestre, il faut ou prendre l'avion (ce que j'ai pas du tout envie) soit prend le bateau pour retourner en Espagne et repartir en Algérie (retour en arrière qui me plaît pas non plus), soit passer par le Sud et la Mauritanie, intéressant mais le problème (il en faut un partout) c'est que les routes sont très longue et sujette a des attaques et pillage...et le paysage est inintéressant. Voici les choix tels qu'ils me sont expose...

Un Hollandais arrive, il semble beaucoup voyager, et confirme les informations et me trouve des itinéraires farfelus pour arriver en Inde: et si tu remonte en Espagne puis sud de la France puis Europe de l'est? Ouais si je rentre chez moi quoi? non! Et si tu prend le bateau pour l'Italie puis pour la Turquie? Ouais je fais un voyage en bateau et non en Vélo... Non.

Cette nouvelle me met de mauvais poil et le fait qu'il me dise que j'avais qu'a me renseigner avant (et c'est vrai) encore plus!

Visiblement c'est pire pour entrer en Libye..

Bon on change de sujet, Yassine va bientôt a Paris, je lui dis bien que Paris n'est pas représentative de la France et des Français, y sont a part ces gens la ^^. Y conduise comme vous sont toujours presser, ne parle a personne et se crois le centre du monde... Désolé les Parigos, j'ai noirci un peu le tableau, et je suis sur que tout le monde n'est pas comme sa a la capital ^^

Tout le monde commence a partir, et Yassine me dit au revoir on se voit demain si tu es toujours par ici pour quelque photo ??

Heu ouais (je dors ou moi du cou?) ok a demain.

Il fait nuit je connais pas du tout la ville et y faut que je trouve un logement et mange...

La galère en perspective, mais l'aprem’ j'avais repérer un hôtel de jeunesse, je vais essayer de le retrouver.

Je peux y loger pour 65dh, dans un dortoir collectif, pas le truc le plus rassurant..Mais y a pas grand monde et ceux qui sont la, sont super sympa.

Que de mauvaise nouvelle aujourd'hui...

Heureusement demain est un autre jour !




Kenitra



6h30 levé, deja des charrettes sur la route

Je roule jusqu'à Kenitra, je suis pas presser et une fois arrivé visite la ville, fait une pause cyber, mange un bout dans une boutique...

J'apprend que les frontières terrestres entre le Maroc et l'Algérie son fermé et ce depuis 1994... Oups boulette! Bon y faut que je trouve un plan B si fermer c'est fermer, ou si c’est sa peu passer...

En partant je double un mec avec la chaîne casser, j'ai le matériel pour réparer dc je m'arrête,

Bonjour, sa va?
oui Monsieur

Y a la chaîne de casser?

oui Monsieur

vous voulez de l'aide?

oui Monsieur

ok alors arrêter de pousser je sort mon matériel

oui Monsieur

ok

heu si vous arrêtez pas de pousser votre vélo, on peu pas réparer !

Oui Monsieur

a ok tu pige rien?

oui Monsieur

ok bon ba bonne journee

Oui Monsieur

C'est pas le premier a utiliser cette technique que j'appel du "c'est pas faux" cf kammelott

Sa me fait marrer mais quand c'est pour demander ma route, c'est moins drôle...




Larache(MA) > Kenitra(MA)



Levé 6h30 (1h de décalage avec la France ça ferai donc 7h30), je plie tout et prend un long petit dej’ en attendant le soleil.

je m'arrête dans un café prendre un thé a la menthe et une galette au miel, je discute (anglais) avec le serveur qui me parle de son pays et des pays voisins, tout le monde est beau et gentil sauf ! l'Algérie. Il m'explique brièvement que l'Algérie soutient un groupe qui veux prendre le Sahara au Marocain, plus tard j'apprendrais que l'Algérie soutient effectivement le Polissario un groupe indépendantiste qui veux créer un pays a l'intérieur du Maroc (sorte de Corse local ^^). Attention toutes les infos sont celles que j'ai entendu et que j'ai interpréter, je ne dis pas qu'il s'agit de la vérité !

Mon nouvel ami serveur me dit que je dois aussi faire attention ici au Maroc! Attention a quoi je sais pas..

Dans les champs beaucoup de jeunes bergers qui devraient être a l'école a cette heure..

En traversant une petite ville un routier me fait signe de m'arrêter. Je suis de bonne humeur je m'arrête, on discute vite fait car il parle que marocain! et y me tend un Gland mais 2 ou 3 fois plus grand que les nôtres! y me fait signe de le manger ! Ouais t’as raison Boby!! Va zy toi ! il en prend un croque l'écorce et mange l'intérieur.

Ok bon je teste, c'est pas mauvais, voir bon!

Y m'en donne quelque uns pour la route, cool merci.

je trouve encore un endroit spécial pour dormir...


Tanger(MA) > Larache(MA)


Réveil après une nuit étrange, les murs sont comme du papier a cigarette et je suis juste a coté d'une rue mouvementé.

Je pars rapidement car j'ai vraiment pas envie de m'attarder ici!

C'est immense, pour sortir je galère et je ne vois pas la fin. Sur une petite route je croise pas mal de cyclo. Tous me salue et m'encourage, et un me tape sur le torse pour m'encourager. ça me surprend beaucoup mais ici les hommes entre eux sont très tactiles (et c'est que le début...)

je fais un peu de cyber enfin 5h quand même... pour 38 dh!

Je trouve le site dont Coach m'a parler Couch Surfing, le principe est d'accueillir des gens ou d'être accueilli dans mon cas. Et de partager des moments ensemble, plus sympa qu'un hôtel et moins cher. Je vais tenter on verra bien...

Y faut que je trouve un Algérien qui veuille bien m'aider et me faire un papier disant qu'il va m'héberger chez lui et que le papier soit signer par la mairie, sinon je ne pourrais avoir de Visa !

Je reçois des mails encourageants c'est super !

Sur la route un camion est accidenté au milieu des 2 voies, les gens s'en fiche et tourne autour pour passer !

Le taux d'accidents doit être élevé ici,toutes les mob sont sans casques et a 2 dessus, les taxis y a 3 personnes devant et 4 ou 5 derrières! Les bus roulent portes ouvertes, sans doute pour la clim... Et le tout pied au plancher ou poignet dans l'angle! Les camions doubles les taxis pour pas perdre leur élans même si y a un bus qui arrive, sa passe ou sa pile !!

Mais il sont très respectueux des vélos et passent relativement loin de moi.

Autre détail, les marocains verifient toutes les 30s si le klaxonne fonctionne bien, certain sont même customisé et font des bruits de police.

Ca me change beaucoup !

Je me dirige vers Larache une ville côtière, en passant par des endroit de campagne sans aucune habitation et pourtant y a toujours quelqu'un, partout! je regarde un cactus énorme et j'aperçois un berger au loin qui m'observe ou je tourne presque dans une foret quand toute une famille débarque du milieu des bois! quesqui font la?

J'ai un souvenir olfactif très fort de LARACHE(lors de mon premier voyage y a 4 ans), et surtout de son marché au poisson... Toute la journée en plein soleil je peux vous dire que les poiscailles y etaient plus très frais, et je pense pas que les invendu sont jetés...

Aujourd'hui c'est pas le jour du marché heureusement et je traverse sans encombres.

sur les bords de route plein de vendeur de cacahouète, de fruit en tout genre, mais y a pas foule, je me demande si ils peuvent vivre de ça et si ils vivent dans leurs petits abris de paille et de plastique??

Ce soir j'attends la tombée de la nuit pour disparaître dans un bois non loin de la route et donc très bruyant... Je suis pas trop rassuré...


Jerrez(SP) > Tanger(MA)



Levé au son des sirènes de la prison d'a coté, "quoi quesqui se passe? une évasion?!", non je pense que c'est leur doux réveil quotidien. on est pas les plus a plaindre!

Je décolle avec dans l'idée de m'approcher le plus possible de Tarifa, la pointe sud de l'Espagne.

Je prends l'autoroute gratuite, volontairement pour un fois, je veux foncer avant de me faire arrêter par les flics donc les km defilent et les policiers n'arriveront jamais. Tant mieux!

J'hésite a mettre cette anecdote et je sens que je vais le regrettez mais bon, je suis bon joueur! donc : a midi, après manger je suis pris d'une envie très soudaine!! je "cours" (on peux pas appeler ça une course mais je déambule rapidement!!) vers un buisson dans une pente a coté de la route, je fais mon affaire dans le pentu tel un dahu (les vrais savent ^^) et sur une sorte de buisson. En me rhabillant et remontant je marche sur l'autre extrémité de ce même buisson, et je ne sais pas trop comment j'ai réussi, mais j'ai lorsque mon bien appuyer dessus, ça a fait levier et fait voler la joyeuse substance sur mon short et ma jambe!!! (y avait des gens qui mangeait ^^)

Et MERDE ! c'est le cas de le dire, c'était la petite humiliation de la journée!

Je continue mon chemin, un peu moins joyeusement, et arrive aux abords de Tarifa rapidement! et la, alors que je suis sorti de l'autoroute, des policiers m'arrêtent. Serein, j'ai rien a me reprocher, bonjour!

«ola!»

Vous avez pas le droit de lire en roulant

ha oui oups, désolé je ne le referai plus (je range le bouquin dans la remorque)

«Vous n’avez pas le droit en Espagne de faire du vélo torse nu»

ha oui ok (je mets un t shirt)

«Vous n’avez pas le droit non plus d'avoir une remorque, c'est trop long»

a bon je savais pas (tu te fou de ma gueule la ! et les remorque pour enfant et les tandem c'est pas long !)

y me dira rien pour le casque que j'ai pas, et me laissera assez tranquille.

Mais y cherchais la petite bête celui la !

J'arrive donc a Tarifa, ou j'achète ma dernière bière avant un moment et un morceau de cochon!

Je vais vers le port et trouve une super vue ou je ferai quelque photos et me reposerai. Puis je vais acheter tranquillement mon ticket en pensant partir dans 2 ou 3 h, 52€ de bateau + 15€ de vélo (j'ai pas payer au début en essayer de faire style "a bon je savais pas !!" mais ça n’a pas marché...). Et embarcation immédiate !

Uss non je voulais rester un peu en Europe en fait..

A bord y a un grande file de gens qui attende je sais pas pourquoi, moi je veux allez sur le pont pour filmer le depart!

Je demande quand même ce que c'est, j'avais un vague souvenir d'une file comme ça lors de mon premier voyage au maroc 4 ans plus tôt. Il s'agit de faire tamponner le passeport "j'en ai pas besoin moi si ?" "y e si pas" " a ok"

Je demande a des français " ouha ha, et t'est monter en clandestin ou quoi? a si y faut le faire" " ok merci..."

donc je loupe le départ !

Je monte sur le pont et discute avec les français, y font n raid 4x4 et moto dans le désert marocain (sa me fait pensé a Emilien et ses parents) on papote bien cool !

Arriver a Tanger je sors rapidement du port et me trouve rapidement submerger par cette ville, il fait nuit, j'ai faim, je cherche un endroit ou dormir, j'ai pas de dirham ni de carte du pays.

Et comme un idiot de touriste que je suis je demande mon chemin, le mec m'embobine et me saoul très rapidement, y veux me faire poser mon vélo dans un parking surveillé "c'est confiance ici, c'est confiance" "ouais mais je pose jamais mon vélo" ( et j'ai aucune confiance en toi !) puis y veux poser ma remorque a la consigne comme je lui dis que je m’en sépare jamais y commence a s'énerver. Oula mon pote t'es pas content tu te bar!

Finalement y me trouve un hôtel environ 100 dh moins chère que le premier et une carte du pays, et veux me faire payer ces services 20€! Heu tu rêves la! si j'avais 20€ j'aurai pris le premier hôtel sans hésitez et pas ton truc miteux !(voir photo ^^)

Je monte le ton en pleine rue, y sait plus trop ou se foutre, ok ok 10€!

déjà j'aime pas quand on parle en € ici c'est le dirham! Finalement je lui lâcherais 50 dh (environ 5€ :-( )

Mais comme sa je suis a peu prêt tranquille toute la nuit et demain matin.

L'hôtel est plutôt pourrave, la douche me fait assez peur et je suis moins sale quelle alors ça attendra !

Je sors pas dans les rues visitez, y me faut du calme après toutes l'agitation de la journée !

Début difficile au Maroc !



Matalascana(SP) > Jerrez(SP)



Réveil après une nuit ou j'ai peu dormi, je ne suis pas habitué au bruit de la mer.

Je traîne en déjeunant et oublie l'histoire de la marée. Quand je pars, le sable est bon et la mer semble monter, les premiers 4x4 de touriste passe pressés. Je suis content, j'avance pas vite mais j'avance et je joue a rouler un peu dans l'eau.

30 min plus tard c'est pas la même... L'eau est montée et me pousse vers les dunes molle, bientôt inaccessible. Je dois pousser, je me dis que se sera que momentané.

Pas du tout, la commence mon calvaire; a 11h j'ai l'impression d'être au milieu de l'aprem, j'ai faim, je crève de chaud et plus personne ne passe, je ne vois pas du tout mon objectif et le décor ne semble pas avancer. Je commence a me décourager, le déjeuner me donnera un peu de force et de moral, ainsi que mainte baignade !! L'eau est très bonne et très salé, et avec les vêtement sa ne tarde pas a m’ouvrir la peau et le sel me brûle! ça devient très dur, j'insulte le sable lui file des coup de pied, me jette dans l'eau quand je suis trop brûler ou que le soleil tape trop ! j'ai presque plus d'eau, le sable est de plus en plus mou, mon compteur ne marche plus et ça me décourage encore plus, le décor n'avance pas plus. Quelque 4x4 passe je me dis de plus en plus que je vais faire du stop. Je pousse je pousse. Je me dis aller! je pousse 30 minet je fait une pause (mon heure sur le compteur marche encore), après je tombe a terre épuisé, reprends mes esprit et lis un peu et repars. Et puis la mer semble redescendre (un cycle dur 6h je crois), mon moral remonte quand elle redescends !

environ 2h après, je peux pousser en courant a coté du vélo, puis je remontrai dessus.

30 min plus tard se sera la fin de mon calvaire et l'arrivée dans un bateau qui me fera traverser les 200 m du bras de la mer. l'arriver sur le bateau est comique, je suis pied nus car mes chaussure mon ouvert les ampoule des pied et mis du sable dedans, torse nu et en caleçon car mes habits me brûle avec le sel, et sur la barcasse tout le monde me dévisage! Normal!

j’en ai absolument rien a foutre ! je pourra être a poil, c'est pareil, je suis mort et soulager comme jamais! je paye un prix exorbitant pour la traverser mais j’ai pas le choix.

En ville je rencontre un mec et on discute, genre la 60aine français propre sur lui comme on dit, on parle de voyage, et y commence a me sortir des trucs genre :

«on a tous une force en soit et y faut écouter la force ! pas notre ego qui veux controler mais la force !»

moi : «ouai c'est vrai» (dans ma tete : ok maitre yoda que la force soit avec toi !)

lui : «y a pas de hasard ! t'est d'accord avec ça !»

moi : «oui oui» (heu...)

lui : «oublie pas QUE TA VOLONTER SOIT FAIT» quand tu dit sa ta tout dit

moi : «a ok» (bon faut me laisser maintenant Monsieur, je veux pas entrer dans une secte)

y continu un peu comme sa, gentiment et gentiment je le remercie et le quitte.

dans deux minute y me disait carpé la diem, saisi la carpe !!(cf snow sex et sun)

décidément une étrange journée!!


Lepe(SP) > Matalascana(SP)


Ce matin je revois 4 cyclos rencontrés la veille. On va dans la même direction, mais je pars en tête et ne les reverrai que le soir, je me trompe un peu de direction mais j'arrive au parc national de Donana, le traverser me fera gagner normalement 2 jours. Le soir je revois donc les cyclos, qui vont a l'hôtel, pour traverser le parc il faut rouler sur le sable sur 30 km mais que lorsqu'il ai a marrée basse (soit disant), ok on se verra demain alors!

Je vais planter ma tente dans les dunes.



Départ d'Albufeira


Le matin du départ je fais le plein de tv française non que ça me manque mais je me mets a jour des informations..

Je ferme la maison et les retrouve au Fragate pour les au revoir. Isabel tient a me donner un anti diarrhéique?! je vais mieux depuis quelques jours et j'ai dit a personne ici que j'étais malade.. Patricia!!!

Départ un peu difficile comme a chaque fois. J'ai vraiment passé de super moments ici avec eux! Merci pour tout!

j'arrive a la frontière espagnol et dois prendre un ferry pour traverser. 2.5€ plus loin voilà, re l'Espagne.





J'arrive rapidement a Albufeira. Pause dans un cyber, où Sabrina m’a dit que je dois absolument passer au Fragate. Son oncle m'attend. J'hésite et je prends l'une de mes meilleurs décisions, j'y vais.

Je passerai 4 jours a Albufeira chez Antonio et Isabel Rocha, c'était super. J'ai mangé comme 4 (presque de force), découvert la culture portugaise et la vie des jeunes dans une ville très touristique.

J'ai fait quelques belles photos a la plage, découvert la vie dans un restaurant.

Le dimanche un grand repas est organisé, on fait un festin, soupe de champagne, crevette, moule, crabes, fromage, morue, agneau, tiramitsu et d'autres choses sont les mets qu'on a pu déguster. repas de Noël avant l'heure.

Le Lundi je visite un énorme centre commercial «Continente», c'est une petite ville avec cinema bowling et 10aine de restaurants autant de snacks et des magasins de partout !

Ensuite on va faire les courses pour le restaurant, j'envoie mes cartes postales, j'oublie évidement d'envoyer le road book...

Laeticia me parle d'une sorte de compétition de gang a la ville voisine...

Mardi je vais de l'internet en envoyant un mail salé au vieux campeur leur disant ce que je pense de leur tente ( même si le reste du matos est très bien). Au salon de coiffure d'Isabel je teste le fauteuil de massage... je veux le même sur le vélo !!

J'apprends qu'il y a des lynx ici. Je goutte de nombreuses spécialités (gâteau au poulet, calamar délicieux)

Je regarde avec Antonio le chemin que je dois prendre.

on mange tous au Fragate, saucisse surprise (poule, canard cochon et autre dedans ..) excellent, pâtes de fruits de mer, vin vert, mousse au chocolat, gâteau a la crème...

J'ai visité un magasin d'halloween pour Celia, énorme! des trucs invraisemblables !







Je me lève assez tôt, j’attends le soleil pour sortir de ma chambre...

ptit dej et je plie bagage

je roule super bien, a 14h j’atteins la ville ou je voulais être le soir. Je traverse un patelin de 15 âmes pour demander de l'eau, tout le monde me dévisage comme si jetait la denrée qui descend de sa soucoupe ronde comme un fromage de vache!!! dur dur la compréhension mais j'obtiens le contenu de ma gourde en eau, sa me suffira pour faire a manger.

Un 4x4 me double et s'arrête a ma hauteur, on discute c'est un couple très sympa, y semble me connaître, je les remets pas du tout...

une fois partie je réalise que c'était les suisses rencontrer au camping de Santiago !! Dingue de les rencontrer en bas du Portugal! Avec la chaleur et la fatigue mon cerveau n’a pas cogiter..

Ce soir je me fais une soupe avec du pain, je suis a une 30aine de borne de Albufeira je pense pas m’y arrêter, on verra...









La nuit a été meilleure que prévu malgré de grosses rafales de vent

Je me fais un thé avec l'eau qui a plu et les insectes dedans..

Je pars confiant il fait beau.

je roule bien environ 40 bornes et m'arrête manger et faire sécher toutes mes affaires. Je croise mes premiers troupeaux au Portugal, de vache et de mouton, pourtant l'herbe se raréfie. Je vois aussi des arbres dont on enlève l'écorce du tronc sur plusieurs mètres, et il ne meurt pas.

je me demande a quoi sa leur sert, j’apprends plus tard que c'est pour le liège des bouchons !!

ça laisse les troncs très rouges, visiblement il les laisse environ 7 ans pour que l'écorce se reforme puis recommence.

Je vois aussi la récolte de sève de pins comme au canada avec l'érable, il enlève l'écorce sur une petite surface puis place un réceptacle en dessous

je me fais pourchasser par deux chiens dont un gigantesque...

je dois m'arrêter urgemment sur le coté a cause de la maladie mais j’ai plus de papier depuis de jour, je prends la bouteille d'eau et "cour" dans les bois...

aujourd'hui je suis presser d'être en Afrique...

c'est le premier jour de beau depuis Vila nova de Tazem



Torres Nova a Coruche


Un mois

j'achète du pain du miel du beurre de cacahouète, des biscuits pas super bon mais pas chère que je mangeais petit. y pleut pas mal, je décide de me caller dans un cyber cafe et attendre que sa passe.

je vais me faire balader dans la ville pendant 2 heures a chaque fois que je demande mon chemin on m’indique l’autre bout de la vile. J’en ai ras le bol, et d'un coup, y faut vraiment que je trouve des wc...

je rentre dans le premier truc, c'est un theatre, bon faut vraiment que j’y aille la

oufff, c'était a moins de deux doigts de la cata, haha je vous vois rire. sur le coup ça ma pas fait trop marrer moi, après oui...

je reprend la route, y a un gros orage devant moi, ou je continu dedans ou je m'arrête et plante la tente...allez dans la pluie et le vent

j’ai bien fait c'est assez vite passer et j’ai fait pas mal de borne le soir je passe devant un sorte de maison de bonne soeur et j’ose pas m'arrêter!! Quel con.

je me tape un vieux truc miteux dans un terrain sablonneux et y pleut....




fatima


Nuit mouvementée, en plus de mon mal de ventre, la pluie et le vent sont de la partie. Au début pas violent, je me dis que ça va passer, puis ça s'accentue a 1h du mat. Je reste en somnolence de 1h a 8h entre l'éveil et le repos. C'est pas prêt de s'arrêter, donc je déjeune sous la tente, mais je ne peux pas rester trop longtemps aux abords d'une ville sous ma tente.

je plie le matos sous la pluie et roule, en short et veste, tremper ... Et je me fais encore courser par trois chiens de ..... chui pas d'humeur.

Vers 11h ça se calme j’en profite pour m'arrêter et me faire un thé chaud. Et la je vois une voiture qui s'arrête près d'un petit sanctuaire ou les gens pose des bougies des fleurs etc.. une femme descend, ouvre la portière coté passager et prend tout ce qui est pas accrocher au sanctuaire le met dans la voiture et part ni vue, ni connu, j'ai halluciner, elle a même embarque une jardinière !!

J'arrive a Fatima, rien de spécial hormis le nombre encore plus important de magasin vendant des objet religieux et tout d'un coup je tombe sur l'entrée.

C'est immense, a ma gauche j'ai la nouvelle église moderne pas très belle, avec une croix immense et des statues des diffèrents papes venus ici, Jean Paul II mesure plus de 2.5m... et a droit il y a la chapelle des apparition, et la basilique avec les messe filme et retransmise en direct. y a peut être 200 m entre chaque monument. y a pas vraiment foule mais la pluie doit y être pour beaucoup. Il y a une allée de pave blanc entre les monuments, je la suis des yeux et vois des pèlerins qui avancent a genoux dessus, sur tout la distance, ça impressionne quand même...

je visite le tout très respectueusement. et vais essayer de me réchauffer quelque part, je suis tremper en short et les godasses aussi gorger de flotte.

Je repars sans trop de motivation, mais je me vois pas passer plus de temps ici.

En chemin je traverse un patelin et doit monter sur des paves et VLAN la boite. Bon une par pays c'est la loi des séries...

Pas grave un peu humiliant comme une même était juste a cote, mais heureusement le ridicule ne tue pas...

A fatima, j'ai envoyer une carte aux grands parents pour les remercier et les rassurer.

je plante ma tente vers une oliverai, ecris le road book quand ma pote la pluie se pointe.. je mets nikel la bâche, sors la couverture de survie et la place au dessus, fait même une trancher (toute petite) autour avec une boite de sardine. Je veux pas que sa fasse comme ce matin et que sa rentre par dessous pour tout tremper... décidément quelle étanchéité cette tente !! je vous la recommande!!COMME PASSOIRE POUR LES PATES

je passerai finalement une bonne nuit.








Réveil frisquet, je reste sous mon duvet, jusqu'à ce que le soleil veuille bien se lever, puis prend mon temps pour plier.

Grosse brume dans les colline ce matin.

J'arrive a Coimbra a 12h30 c'est une grosse ville, je demande un peu partout Andorinha, je sais pas si je ne tombe que sur des touristes ou si ma prononciation laisse a désirer mais personne semble connaître... je trouve pas de cyber pour me renseigner, la guigne. c'est le village d'un ami de Yann, ça aurait été cool de passer le voir !

Je vais en ville, et je croise 2 fliquettes sur ces drôles d'angins a 2 roues parallèle ou on se demande comment y tombe ni en avant ni en arrière. Trop fort, on rie mutuellement de nos montures.

je repars assez tôt, je verrai encore beaucoup d'installation solaire peux être une vingtaine.

Je croise aussi 3 prostitués, (décidément ça le choque le petit ses filles! oui madame je suis pas habitue, c'est pour sa que je le note!!) oula c'est pas bon quand on a des amis imaginaires...

En ville j'ai acheter l'écusson portugais reste a le coudre...

je suis sur la route de Fatima la ville du pèlerinage

je plante ma tente dans un terrain vague qu'on peu qualifier de presque décharge...

et le mal de bide continue.




Vila Nova de Tazem(PT) > Vila Nova de Poaires(PT) : 66 km - 16,5 km/h



je me réveille encore plusieurs fois a cause de mon mal de ventre, et j'ai la diarrhée... Je pensais que c'était le rouge ou le changement d'alimentation, mais je pense plutôt que c'est le fait d'avoir bu a une source pas trop potable...

ça me lance de plus en plus... j'espère que sa va bientôt passer, c'est assez douloureux.

je me lève plus tôt que d'habitude pour aller faire le tour de vélo, et je trouve Mme Rocha a la cuisine après de faire le petit dej’, d'habitude elle se lève 30 minutes plus tard... je lui demande si c'est a cause de moi qu'elle s'est lever. elle me dit que non, mouais...

elle arrête pas de me dire : «tu te gênes. Il faut pas qu’il se gêne!!»

Il fait frais a 8h30 dans les rues avec ce vent et en petit pull. rdv9h, personne, 9h15 personne et 9h30 toujours personne fait chier va. je vais me réchauffer un peu au bistrot et après je rentre comme y a toujours personne. M.Rocha me dit qu'ils ont due avoir trop froid...

ils vont a la messe. Moi j'esquive en invoquant le fait que je dois ranger mes affaires. ce qui est vrai. et pis la messe...

je range tout et fait des photos de la maison, quand ils sont de retour je les prends aussi en photo. Je fais mon tout dernier repas avec eux, deja...

une sorte de repas du condamné tellement il y a de mets sur la table, pure, poulet fris, champignon de paris en sauce, jambon fume...

on discute encore longuement de st fé, d'ici ou son frère s'est fait retirer le permis pour excès de vitesse, ou francis a pliee sa première voiture, comment il a eu son code a l'époque ou il était seul avec l’examinateur et le type de l'auto-école, y me dit je regardait mon prof d'auto-école, si y baissait les yeux c'était oui, si c'etait un peu monter c'etait non. trop fort et d'autre anecdote..

telephone avec patricia antho sab... puis avec ma mère. assez lourd en émotion.

Personne ne comprend vraiment pourquoi je pars si tôt?

je dis qu’il faut bien repartir. En fait c'est que je redoute le départ et que plus je reste plus ça sera dur.

et en effet au moment des au revoir après m'avoir mis des soupes des boites, du pain et du fromage dans et sur la remorque... Personne n’en mène trop large...

Merci pour tout je sert la main de M.Rocha, a bientôt pour vous rendre votre tupperware (l'humour la dernière barrière..) puis Mme Rocha me prend dans ces bras et je comprend pas tout mais elle demande la bénédiction de la vierge de Fatima pour mon voyage et autre chose je crois...C'est très dur. Allez je monte vite sur mon vélo et fait des geste d'au revoir de dos et de loin en roulant...

J'oublie de dire que comme il fait beau, M Rocha ma donner une de ces casquettes me croyant pas que j'ai un bob dans la remorque...

La route me parait banale inintéressante, le soir je me demande ce que je fais la, a 2500 km de mes copain qui mange une fondue. c'est dur.

ça passera
Antonio Rocha et sa femme m'ont accueilli royalement. J'ai partager avec eux un peu de leur vie. On a beaucoup discuté et rie, j'espère les revoir a mon retour.




Vila Nova de Tazem



Réveil tranquille comme hier, je crois que je pourrais vite me réhabituer a dormir dans un lit moi... Par contre je suis malade depuis 3 jours, pour être élégant je dirais que j'ai une sorte de tourista, sans doute provoquer par de l'eau contaminer, j'apprend plus tard qui a pas mal de plomb aussi dans l'eau...ha ok !

J'ai un mal de chien, le ventre me tire a chaque fois que je boit ou mange quelque chose et meme des fois quand je fait rien... c'est tres tres genant! Je feinterais toute la journee et celle d'apres pour pas les inquieter.

Ce matin on va a la montagne Serra da Estrela pour chercher de l'eau, c'est la plus haute du Portugal et elle culmine a 1993 m.y a une usine d'eau la bas, mais autant allez a une source en plus c'est super beau!! tres peu de vegetation a cause des incendies, on croise quelque troupeau et berger qui ont l'air sortie d'un autre age. et on s'arrete pour voir LA "tete de vieu" c'est un caillou que l'erosion a sculter en forme de tete c'est tres ressemblant et vous pourrez pas le constater sur photo car j'avais plus de batterie... la loose, vous aurez qu'a allez voir par vous meme...

on s'arrete faire des course et je les vois prendre des soupes en poudre se qui n'est pas vraiment dans leur habitude... je dit rien.

on s'arrete manger dans un restau bien sympa, on rentre et on va ... a la petanque, aujourd'hui y joue, 2 victoire sur 3 match..

moi jme balade et vais au cyber.

On se pose au bar apres puis sur un muret et on attent le temps qui passe, j'aime bien

et la je lui dit : Tiens lui il sort en chaussons et un troué en plus

M.Rocha : HHAAA Lou salopard !!

Autant dire que j'ai éclater de rire de l'entendre dire sa.

donc je rigole car ces mots sont très surprenant dans sa bouche, je sort une de mes phrases fatales :Hein??

lui : oui c'est oune saloperie! quand il était jeune il volait dans les champs, et maintenant il est tjr apres de demander des cigarettes et tout sa!!

je suis mort de rire, on parle d'un vieux qui a du mal se déplacer en chausson au milieu de la place du village. Je contrôlerais mes fou rire avant d'attaquer le repas uniquement, encore maintenant quand je le revois le dire je souris

Bon allez on se fait un ptit 4h, ou plutot un vrai 4h d'AGB, du pain du fromage de brebis, du jambon fume de la mozarela, et du rouge.

et c'est deja le repas, succulent comme d'habitude !! et accompagner comme d'hab de : C'est bon?oui oui. Alors mange !!

demain tour de vélo avec le maire et une dizaine de personne normalement, aujourd'hui j'ai commencer a regarder les prix des voyages en bateau pour le maroc, sa va de 36 a 86€ si je suis pieton ou motard, y a pas cycliste...



Villa Nova de Tazem


Qu’est ce que ça fait du bien de dormir dans un lit, un deux place en plus, sans la peur de la pluie ou que quelqu'un vous réveillle... nuit de rêve !

je me lève a 9h tranquillement. Petit dej, puis on va faire un tour au champ avec M.Rocha, pour voir si on peut faire brûler les branches d'olivier coupées, les herbes et autres détritus... Il avait pas le droit avant le 15 a cause des incendies. Mais aujourd'hui y a trop de vent et ça serai dangereux, y fait presque froid avec ce vent !

On va faire un tour au jardin, y me montre ces choux, ici y atteigne 2m des fois, ils les laissent plusieurs années. on mange des figues direct sur les arbres, y me montre son puit. Et on rentre a cause du vent. Petite sieste, sisi, et le facteur passe et apporte le colis que ma mère ma envoyé contenant entre autre mon carnet de vaccination indispensable pour continuer... Merci Super Maman sinon j’étais assez mal...

On retourne a la pétanque, moi je vais au bar ou y a internet, j'ai pas pu mettre de photo et pas beaucoup de commentaire, tant pis...

J'aurais goutter leur pâtisserie et leur super bock a 80 cents.

On rentre pour souper, on discute de Picon (seul les St Felicien connaitrons m’enfin...) du travail qu'il faisait la bas, il a passer 27 ans en France soit ... plus que moi !! Il a vu la construction de l'autoroute, y a meme un espagnol qui est tomber dans le béton d'un pilonne du pont d'Albi, il y est toujours... enfin c'est sque j'ai compris.

On parle de Fatima, la ville sainte Portugaise, très grand lieu de pèlerinage, j'essaye de comprendre ce qui s'est passer, visiblement la vierge a fait des apparitions et le soleil tournait autour d'un arbre et elle la arreter. J'ai pas tout compris, et j'apprendrais plus tard que j'avais rien compris du tout...

Antho et les copains m'ont appeler après le repas, a l'apéro normal, sa fait plaisir! Tout le monde va au lit, je dois raccrocher.

Encore une bonne journée ou j'ai bien rigoler et discuter.

ps: J'oublie de dire que c'était les élections y a pas longtemps, ici y mettent les moyen, des affiche de partout, y lance des crayon, t shirt echarpe, c'est la caravane du tour de france quopi !!!!

ps2: Le grand père d'antho me dit qui a des loup au Portugal, j'espère qui sont a peu près aussi nombreux qu'en France...









Je roule une dizaine de km, et je suis a villa nova de Tazem, un village de 3000 habitants, ou vivent les grands parent d'antho. Reste plus qu'a trouver la maison. Heureusement je suis deja venu... y a 10 ans !! En demandant je trouve assez facilement, y sont content de me voir et moi encore plus. La derniere fois qu'on s'est vu c'était pour le baptême de leur arrière petit fils Tiago, il y a quelques mois. A peine le temps de rentrer on me donne a manger, le 10h, du pain du fromage du jambon, et a boire du rouge. différents rouge, dont un de la fabrication de M.Rocha, 3/4 de son vin rouge 1/4 de gnol et un peu de sucre, super bon, a mon avis il est traitre celui la... on discute de st felix de se qu'ils font de leur journees, d'un peu tout.

Apero, un copain lui a offert un bouteille de Ricard Francais, haa sa ne se refuse pas...

Arrive le déjeuné, on me "force" a manger car selon Mme Rocha j'ai maigris...Apres un repas trop abondant pour moi, je vais me laver et me peser, en effet j'ai perdu 7kg !!!

La douche etait pas du luxe vu la couleur de l'eau...

L'aprem on va au terrain de boules, on va voir jouer. Sa me repose, et je m'amuse a trouver des petits sobriquets aux joueurs... Y Charlie Chapeline a cause de son chapeau, sa moustache et sa canne, Jean Gabin a cause de sa ganache et encore bien d'autre...

Toute l'aprem ceux qui ne joue pas passe leur temps a faire des boutades, y en a un qui se cache derriere un arbre arrache de l'ecorse et la jete sur un autre et se recache, un autre essaye d'accrocher une brindille dans l'étiquette qui dépasse de son copain, plus tard y joue avec les affiches électorales dans une camionnette. Y faut préciser que la moyenne d'age est de 70 ans... C'est trop bon.

tout le village ma vue passer ce matin et demande a M. Rocha qui je suis, donc on passe l'aprem a reexpliquer que je viens de France, que j'ai fait 2500 km avec mon drole de velo...

Allez au bistrot ! on descend quelque rouge, nettement moins bon que celui de la maison mais bon personne dit rien, alors moi non plus...

Allez au 4 h ptit rouge avec le fromage et la viande et on regarde le juste prix en attendant le souper (en France je crois qu’il est revenu aussi avec lagaf).

Allez le souper, excellent et opulent... A un moment Mme Rocha me demande si je veux de l'eau pour manger, M.Rocha Bah l'eau c'est pour la soupe, nous on a du vin! bon ok. Haha. j'arrête pas de rire.

Je leur donne les petit cadeau que j'avais pris avant, y sont très content et me disent qu'évidement j'aurais pas du.

Apres le repas Mme Rocha va a la messe, Sabrina et antho m'appelle successivement, ça me fait plaisir.

Je suis vraiment bien ici.








Réveil sur le canapé devant un ciel orange magnifique, que demande le peuple...

Le grand père arrive : «bom dia». je dis bonjour a Pedro et a sa grand mère, il y a aussi sa petite soeur, il se prépare tous les deux pour l'école, lui va a porto.

petit déjeuner lait et café. Je les remercie grandement et reprends la route. toute la journée ça va monter, c'est pas facile...a midi je m'arrête a un resto pour demander le plat que pedro ma conseiller la francesinha (traduction : la petite française), il ne l'on pas, ca fait rien je prendrai du porc. je crois voir 12 € le repas, c'est correct comme en France, je mange donc mon porc avec riz patate et 75cl de vin, puis on me propose une soupe. A midi? oui. Bon ok, pourquoi pas. c'est étrange mais ca fait du bien... je mange des fruit au dessert. et au moment de payer... : 5€ svp. quoi? bon dis rien y se sont peux être tromper, mais je pense plutôt que c'était moi qui avait mal lu...

l'apres midi monte autant que le matin avec un chien au trousse un moment... je trouve un coin pour dormir pas top mais ça fera pour la nuit...




Moncao(PT) > Guimaraes(PT) : 118 km - 11 km/h


Bom dia Portugal!

Ce matin, j'attaque les petits villages du nord du Portugal. Tout le monde a des vignes dans son jardin et les clochers font un carillon de 30s avant de donner l'heures. J'adore le cote rustique de ce coin, il faut dire que je suis passé par cette route exprès...

Je crois deja savoir pourquoi les feux sont si terribles ici, deja c'est très sec, mais en plus le défunt cantonnier n’a pas du être remplacer depuis quelques générations vu la végétation sur les bords de route...

L'après midi j’arrive a Braga, qui est une ville assez importante. J'aurais préféré éviter les villes après les espagnols mais la il faut que je prévienne les grands parents d'Antho de mon arrivée et que j'envoie les cartes postales d'Espagne... J'arrivais pas a trouver les Postes... Grande surprise, la ville est très sympa !! centre pave avec des monuments historiques, des magasins, des rues piétonnes, des troquets, des jeunes, des vieux, mais pas surpeuplé, vraiment sympa!

encore une fois je galère a trouver la poste, j'ai du mal a communiquer avec les locaux, c'est pas du tout pareil que l'espagnol, ni l'accent ni les mots!!! je suis perdu, mais les gens sont gentils alors je les sollicite, je tourne un moment puis trouve le «Correios» : La Poste! ah enfin, même problème la bas pour parler avec la guichetière mais a force de signe et grimace je me fait comprendre ^^

J'appelle et j'envoie les cartes et je m'aperçois que... j'ai oublier mon carnet de vaccination en France !! Et le boulet d'or revient a ... Mikael !!!

Bon pas grave j'en aurai pas besoin avant l'Algérie normalement, mais j'aurais plus d'adresse après les grands parents d'antho, j'appelle donc ma mère qui me l'enverra avec une efficacité redoutable !!

je quitte Braga non sans goutter quelques pâtisseries locales et regarde un peu de snooker dans un bar, c'est la final Roberson contre Ding... on regardait ça avec marc mon colocataire a Bourg en Bresse! Pour l'info le chinois a mordu la poussière...

et la je roule, je roule et pour me changer un peu... je roule.

Je fatigue je m'énerve et me perds a moitié, je suis assoiffé. Il est 21h30 en France; 20h30 ici j'ai jamais rouler jusqu’à cette horaire et trouve aucun endroit ou dormir, sa m'énerve encore plus...

Allez du calme, je pose le vélo, je sors la carte et la frontale et étudie. et la arrive un grand père et me parle portugais. Vous parler français? non. English ? non. bien ma veine.. Il m'explique ou je suis et me dit de le suivre parce qu'il a une carte plus grande la bas. ok. On va vers une voiture mais il s’y arrête pas, a bon? il continue jusqu’a sa maison a 20m. ah cool. il me fait attendre deux minute pour allez chercher sa carte puis me dit de monter pour la voir. ok. sa femme est la, d'aspect froide mais en faite après extrêmement sympa. Il m'explique ou il faut aller et elle l'engueule quand il me parle trop vite !! j’me mare!

J'explique d'où je viens et ou je veux aller. il me dit qu'il vont bientôt en vacance dans le sud. la communication est très difficile. il pense que je veux aller a Santiago alors que j'en viens, la grand mère appelle quelqu'un au téléphone. Je comprends que c'est son petit fils qui parle français. cool. 2min plus tard il arrive, il a 19 ans parle bien anglais, on communique, il est super sympa.

Il m'explique tout ce que je veux savoir, je me dis que si je le demande pas là, je ne le demanderai jamais, allez un peu de cran nom de nom. Est ce qu'il est possible de dormir dans la cour ou le jardin? il traduit. oui oui c'est possible, viens voir. il me montre. 10 min plus tard, il veulent me faire dormir sur le canapé de la terrasse ou il dorment quand il fait trop chaud, 10 min plus tard c'est dans la chambre d'ami. je suis terriblement gêner, j'essaye de pas trop le montrer et accepte le canapé. on m'offre un bol de lait, on me propose une douche que je décline. on bavarde pas mal avec le jeune. Il s'appelle Pedro, il fait des études pour être dentiste et m'explique que le pays manque de dentiste mais refuse que les jeunes s'installent... encore plus paradoxale, il "importe" des médecins d'Espagne ou d'amerique latine. Lui, sera sûrement contraint d'exercer un temps en Espagne. Il travaille beaucoup a l'école car il est le premier de tout ses cousins et veux servir d'exemple. Vraiment sympa. Il m'explique les spécialités Portugaises et me dit qu'ici les gens sont plus accueillant qu'en France ou en Espagne. Il me dit que je dois absolument goutter la cuisine portugaise sinon c'est comme si je n’étais pas venu au Portugal !! ok ok promis.

Je me couche sur cette super impression du Portugal et de ces habitants...


Santiago del Compostela(SP) > Moncao(PT) : 140 km - 20 km/h



Aujourd'hui l'objectif est Vigo, mais la ville est plus proche que je ne le pensais même en me perdant et me faisait accompagner un moment par un cyclo je la dépasse facilement.

Je mets cap au sud toute la journée. En fin d'après midi j'arrive au Portugal!! Super! Mais j'ai une petite nostalgie de l'Espagne, bizarre...

J'ai beaucoup roulé aujourd'hui, mais j'ai le "blues du cyber" ça m'énerve de voir ce que mes proches font et de pas être là...

Si je dois faire un point sur l'Espagne je dirais que c'est un Pays très sympa, avec les paysages de la cote Nord très dépaysant. Mais les villes traversées ne m'ont pas plus. Moche sans identité propres. Les Espagnoles sont très encourageants et enthousiastes. Les prix sont environ identique a la France sauf dans les bars ou c'est moins chère. Et je n'ai pas vu de chauffard comme on me l'avais dit. Pas plus qu'en France en tout cas... Je garderai un très bon souvenir de ce pays, mon regret, parce qu'il en faut toujours, c'est de ne pas mettre assez imprégnez de la culture et de n'avoir pas assez chercher le contact avec les gens. Je rectifierais ça au Portugal ou je sais déjà que je serai accueilli chez les grand parents d'Anthony, mon meilleur pote.


Santiago del compostela(SP)



Une petite douche au réveil ça change et ça fait vraiment du bien...

Et puis direction la ville pour aller buller, visite de la cathédrale, rencontre avec les pèlerins, des cyclos, des SDF...

J'ai rien roulé mais j’ai pu mettre toutes les photos et parler avec les proches (ce qui ne me fait pas forcement du bien...)

Demain je roule.


Lugo(SP) > Santiago del compostela(SP)



Levé 8h40, départ 9h40 oula, j'ai bien dormi la, tant mieux.

Je roule bien jusqu'à 13h, mais j'ai plus une goutte d'eau depuis hier soir, et là le soleil commence a vraiment taper...

Je croise de plus en plus de pèlerin pour St Jacques, j'en voyais environ 10 par jour depuis le Puy (départ officiel) et la y se suivent par petit paquet, y a des vieux, des jeunes, des petits des grands, des qui sont équipés pour monter le K2 et des pour aller aux champignons... C'est marrant.

Je trouve enfin un bar dans un patelin, j'entre, je prends un p’tit jus et un sandwich, quand tout à coup mon regard se bloque sur quelque chose...

Qu’est ce que je vois sous la poussière qui indique qu'elle a pas du servir depuis quelques mois... une bouteille de Ricard ! Aller j'en prends un avec mon sandwich, y ont même les verres Ricard (sauvage ^^) le patron commence a servir et s'arrête... a la moitié du verre !!! y me dit :c'est bon comme ça? Moi : Normalement c'est un peu plus... Ok. J’me retrouve avec un verre a assommer un poney!! je suis sur le départ mais j'ai un peu faim, aller un autre sandwich, of et tant qu'on y ai, je vais pas rester sur le gravier... vous pouvez me mettre le même siou plais?! Oula la faut vraiment que je mette les voiles avant de tomber dans un tracnar...

Aller c'est reparti, ussssss les jambes sont d'un lourd, et le soleil cogne...

J'arrive a Santiago en fin d'aprem, je fait un tour rapide et cyber. Je décide de prendre du repos et que demain je visiterai la ville, y me faudrait un camping pas loin pour bien faire. J'en trouve un pour 9€ la nuit, avec de l'eau courante ! même des douches et tout, le luxe ! J’me fais des copains retraités français d'autre belges, suisse, allemand, bonne ambiance. Aller je vais boire une bière ou deux et dodo...


Castropol(SP) > Lugo(SP) : 112 km - 17 km/h



Relative bonne nuit, je pars avec pour Objectif Lugo une ville de moyenne importance qui se situe a 1 jour de route de Santiago del Compostela.

Je roule plutôt bien en mettant maintenant cap au Sud Ouest, je rentre donc dans les terres, fini les bord de mer. Bonjour le retour des lignes droites qui montent et descendent... Donc comme je le disais je roule plutôt bien quand tout d'un coup, je suis colle au bitume, qu’est ce qui se passe? j'ai crevé? j'ai quelque chose dans mes roues?? Non non juste plus de jambes, je passe d'environ 20km/h a moins de 10, ça fait drôle...

Bon ok je m'arrête manger. Je bidouille mon dérailleur arrière car j'ai plus accès a mon grand pignon.

ça fait deux jours qu'aux abords des villes je vois plein de "Club" avec sur les murs des demoiselles qui s'accroche a des bars dans des tenus "légères", haha y sont chauds dans le coin !!

Ce soir j'ai dépassé Lugo et je suis a moins de 100 km de Santiago le deuxième objectif de mon voyage (le premier étant Tarbes), après je mettrais cap au sud et au Portugal, direction les grands parents d'Anthony.


Soto del barco(SP) > Castropol(SP) : 113 km - 18,8 km/h



ça fait 2 jours que j'ai pas vraiment rouler. Aujourd'hui je veux avancer. Mais visiblement y a des travaux sur la route principal donc je me tape toute les petites routes, plutôt sympa en foret, quoique dans un mauvais état général. Sur la dernière partie ils sont même en train de la refaire, je passe quand même. début d'aprem sa redevient un peu plat, la j'envoie le bois !! 16h je m'arrête a cause de la pluie et vais faire mes courses, j’me fais plaisir, chocolat et lait concentre en plus de mes pâtes... je fait quelque km pour sortir de la bourgade et me pose dans un champ. Problème il est tremper et il continue de pleuvoir, j'ai pas imperméabilisé le bas de ma tente... A mais oui !! je mets ma couverture de survie a même le sol et monte ma tente dessus, j'ai juste besoin que l'humidité ne remonte pas dans la tente. je fais fissa pour pas tremper mon matos et me fais a manger sous la bâche en faisant attention qu’elle ne brûle pas avec le réchaud... et aller dodo.

Quoi il est que 18h !!! bon ba tanpis, je bouquine "Latitude 0" de Mike Horn. Je recommande a tout le monde se livre, pour ceux qui ne connaissent pas Mike Horn, c'est un givré qui fait ce que personne a jamais fait, dans cet ouvrage il fait un tour du monde sur la ligne de l'équateur, en bateau, pirogue, machette a travers la jungle, ... Vraiment un bon bouquin.


Gijon(SP) > Soto del barco(SP) : 49 km - 14 km/h



Bon anni’ petit frêre!

Et oui greg a 20 ans! deja.. Comme tout le monde dit, sa passe vite !! Haha c'est sur! et comme dit un célèbre groupe : c'est pas sur que tu te réincarne donc faut profiter d’ta vie!. Sa aussi c'est sur.

Aujourd'hui l'objectif c'est trouver un Decat'. Je galere a tourner pendant une heure, je me retrouve sur un bout d'autovia, une voiture normale s'arrête deux poulets descendent en trombe. Oula y sont pas commode ceux la... je comprend que j'ai plutôt intérêt a sortir a la prochaine sortie sinon ça va chier! ok ok.

je trouve finalement mon magasin. et la bonheur une vendeuse parle Français elle me trouve me kit de réparation pour la tente (pas vraiment approprie a mon modèle mais c'est celui qui s'en approche le plus), j'achète une bâche pour être sur de l'étanchéité ( y a que sa de vrai je crois), 1 jeu de tendeur pour la bâche et sa peux servir dans d'autre cas, 1 bombe imperméabilisante(j'y crois pas trop mais sa peux pas être pire que maintenant...), 2 pile pour ma lampe arrière ( finalement je risque de rouler la nuit...), 1 pompe a vélo ( la 3ème...), 1 cousin et une couverture de survie. Total : 67.94€ ussss sa fait mal, mais c'est sans doute le prix a payer pour être au sec, en tout cas j'espère !!

Je répare pour m'arrêter dans un champ a 10 km, déjà parce que mon pneu arrière est crevé et en plus faut absolument que je vois si les réparations peuvent être faite et peuvent tenir. j'y passe bien 3h... Mais je suis satisfait, je répare et le soir une fois la tente monté et la remorque fermé j'imperméabilise le tout, sauf la partie tout en bas de la tente, car j'ai plus de produit. sa me fera un échantillon pour comparer comme ca...

21h il commence a pleuvoir... Steve ma prévenu qu'un mini cyclone devait toucher l'Espagne demain, j'espère que c'est pas sa... (je ne le ferai pas, heureusement). Je mets la bâche en place, elle couvre plus de surface que j'imaginais mais pas encore tout. Je fait pas trop le fier, même sous ma bâche, j'ai vraiment pas envie de ranger et de me taper la pluie se soir!

Bon sa a l'air de tenir, cool. et la... Crac un arceau en bas qui pète!! Tin c'est quoi cette merde !!! Si je retrouve la vendeuse elle va passer un sale quart d'heure!! La cassure c'est faite a un endroit d'origine( que j'avais pas réparer). Mes réparations ont tenu, c'est deja une bonne satisfaction.

y c'est avérer que la bombe imperméabilisante est très efficace !! Bonne nouvelle!


Quelle nuit !


Là ça devient lourd de commencer tous les jours avec quelle nuit, mais la c'est la pire depuis le début ( bon sa fait que 2 semaines^^). Pire qu'a Biarritz ou j'avais dormi sur la plage puis dans de l'herbe.

Vous vous souvenez de mon installation de fortune de la veille a cause des dégâts de ma tente? Y fallait pas qu'il pleuve. Il a pas plu. il est tomber des cordes.

A 2h du mat je me réveille et j'entends qu'il pleut.

ça mets pas longtemps a traverser les deux couches de la tente et a venir sur mon duvet hors de prix et mon tapis de sol. Le tapis est autogonflant je dois donner que quelque insuflations a l'interieur pour finir de le gonfler sinon trop d'humidité entre dedans. La il est juste gorger de flotte...

Bon reflechit, reflechit, qu’est que je dois faire?

Aller je remballe, je sors en caleçon je mets mes pompes, épargnées pour le moment, je vais chercher ma veste dans la remorque, l'enfile (sans rien dessous pas le temps), mon pantalon et range le tout. bon maintenant je fais quoi? je reste sous les arbres ou je me casse?

Aller j’y vais, je reprends la route a la frontale torse nu sous ma veste et sans chaussette. Je sors mon opinel n·9 car je suis pas bien rassurer...

je roule, la pluie s'arrête. cool.

je roule en rase campagne, j' aime bien.

j'arrive a des hameaux, c'est sa que je redoute cette nuit, les maison un peu isolées, y a toujours des chiens!

j’en passe deux 3 sans problème, j'enlève toujours ma capuche et tends particulièrement l'oreille, mon opinel en main. Je devient parano ou quoi?

je passe une énième maison quand la c'est diffèrent, un bruit de gravier qui vole... je sais se que sa signifie quelque chose ma entendu et cour...

et la je vois débouler un méchant Berger Allemand qui jappe tout se qui peux, je gueule au moins autant (a 2h30 du mat), il est situe 2.5m au dessus de la route que j'empreinte, je roule a fond, l'enflure essaye de descendre, au non non!! aller roule, j'ai le couteau en main, je crie et j'appuie comme un forcené sur les pédales. il passe devant et essaye encore de descendre, j’espere que s’il tente qu’il se pète les pattes!!

heureusement pour moi, il est bloque par une quelconque barrière, je vais pas vérifier et demande pas mon reste. je pedale a fond jusqu’a en avoir mal.

c'est bon c'est passé. La j'ai vraiment eu chaud, et beaucoup plus peur qu'avec le camion..

je continue ma progression, assez lente, c'est quoi sa sur le bord de la route ? Au merde un sanglier, je roulais sans frontale comme la lune c'est levé, y ma pas vu ni entendu, je suis a 15m.

Quoi faire? il semble pas avoir de petit sa devrai bien se passer. je décide de l'effrayer pour qu’il se barre:J'allume ma frontale et fait du bruit, il est surpris désorienter mais fini par se carapater dans un champ, un jeux d’enfant par rapport au chien, mais quand même...

je suis moulu de ses aventures, y faut que je finisse ma nuit, aller dans se verger sa va le faire. Je m’allomge sur la "bâche" de ma remorque et me mets a lire un peu de Mike Horn. je commence a me les geler sévère...

quoi faire? A mais oui! j'ai une couverture de survie dans ma trousse. je l'installe et attaque le roupillon. quand je me réveille vers 8h, j'ai les bras et les doigts contracter par le froid, j'ai du mal a bouger tellement j'ai froid. Il fait pourtant pas si froid mais avec l'humidité...

J'ai manger les dernier biscuit a 2h du mat pour avoir quelque calorie a brûler, je décide de me faire 2 cappuccinos (ma potion magique), ça va mieux. Je rejoint Gijon, que le policier m'avais conseiller, il avait raison, pour une ville c'est bien, je trouve enfin un cyber et me pose pour la journée dans la ville, je n'es tjr pas résolu le problème de la tente, sa attendra...


Santander(SP) > Ribadesella(SP) : 122 km - 20,3 km/h



Quelle nuit !! ça devient lassant de toujours commencer comme sa pourtant...

Milieu de la nuit, j'entends un gros bruit de craquement a mes pied! je vais me prendre une branche dessus ou quoi?!

non rien, juste je vois pas mes pied mais j'en ai fis, je regarderai demain. un peu plus tard dans la nuit... rebelote mais au dessus de ma tête !! ah ok! la c'est la guigne !! une jointure entre les arsauts de la tente s'est cassée, j'imagine qu'en bas c'est pareil. ‘tin mais c'est pas possible!!

C'est quoi cette daube? Si je chope la vendeuse qui m’a assuré qu’elle était très costaux! elle va en prendre pour son grade !! Bon aller sa sert a rien de s'énerver, je peux rien faire se soir et demain (aujourd'hui) c'est dimanche, donc je pense que je pourrai rien non plus. Allez je finis ma nuit. Au matin je vois l'étendu des dégâts... bon bah y me faut des pièces de rechange, impossible de réparer. Lundi j’irai dans un magasin de sport.

Je roule plutôt bien, un chien me jappe dessus mais j'entend sa chaîne et je suis en pleine descente confiant :2 tu peux toujours courir mon pote !!" oui je commence a parler aux chiens.. mais bien mal m'en appris ! En face, au début de la montée y a un labrador mal couleur ocre (comme Orca ma chienne) d'environ 5 ans qui me regarde les mollets avec une drôle d'envie (enfin sa c'est d'en ma tete). je mets les bouchées doubles et appuie sur les pédales comme jamais, j'essaye de sortir mon opinel de ma poche tout en gueulant "non non" ( je sais pas très inspirer). Heureusement pour moi, comme tout bon labrador qui se laisse allez, il est en surcharge pondérale!! Je le trace, ouf.

je vois plusieurs plages et me dis qu'il faudrait que je m'arrête, au bout d'un moment je le fait. sa me fait un détour mais tant pis, y faut que je profite !! Et la j'arrive sur une plage... je préfère que vous regardiez les photos car j'arriverais pas a la décrire, c'est genre îles abandonnées. Superbe. le je me baigne et essai de faire de l'eau potable a partir d'eau de mer. J'echoue, je n'arrive pas a refroidir ni a récupérer les vapeurs, je prends pas trop de temps pour tester mon autre technique mais je suis sur que sa peux marcher. Je testerais plus tard..

Je reprends la route tout heureux de ma pose et de cette douche, bien nécessaire...
plus loin je me plante encore et atterri (encore) sur une autovia. mais quel boulet! bon au moins y a pas trop de circulation...

15 km plus tard ( non du coup je suis pas sorti a la première occas’), je vois une lueur étrange, tiens un girofar de tracteur ? pas de tracteur dans les champs alentour. A non sa viens de mon rétro, c'est le Giro de la guarda civil autovia... oula sa sent pas bon staffaire la... On s'arrête sur une bande d'arrêt d'urgence.

Je suis en vole sur l'autoroute, torse nu et en train de lire..

Descendent deux flic; des stéréotypes des flic Américains; Remontant leur pantalons, Ray Ban sur le nez, légère démarche de cow boy... Y me parle espagnol, Je parle pas espagnol monsieur! y me dit, tu comprend l'espagnol? moi: non. Lui : et bas si sinon t'aurai pas dit non !

oula je suis tomber sur qui la ?¿

Y vois que je suis en train de lire «lattitude 0» de Mike Horn, y retourne dans la voiture, revient avec un carnet. Oh non pas la prune... non non y veux juste noter le titre du livre pour l'acheter en espagnol. on commence a parler, y sont cool en faite !! ste chance, y m'escorte jusqu'a la prochaine sortie, la ils me font même un plan pour me rendre a un point ou dorme les pèlerins qui vont a st jacques. Trop bien !

je tente ou pas? Allez sa coûte rien d'essayer! Es que je peux prendre une photo de vous? oula il est gèné, puis accepte, YES ! et j’en prend même une avec le copilote, trop fort.

Journée pourrie hier, bonne journée aujourd'hui! j'arrive difficilement jusque chez les pèlerins, la dame grand sourire, ouais c'est dans la poche. Je lui explique ma situation, 3 fois. 3 fois elle me demande si j'ai un papier comme quoi je vais a st jaques(santiago). 3 fois non madame.

haaaa ok :"es no possible"

Hein quoi? non c'est une blague? a non non. et merde alors. tin je repasserais pour l'hospitalité chrétienne!

je suis dégoûteé! Tant pis je trouve un endroit. et ma tente qui est toujours casser...

J'accroche les deux point haut de la tente a des arbres a l'aide de corde et mais la protection anti pluie dessus, elle ne couvre evidement pas tout puisqu'il y a les corde (cf photo), pas grave le ciel est assez claire sa devrai pas pleuvoir cette nuit.


Bilbao(SP) > Santander(SP) : 111 km - 15,8 km/h


Bon Anni Pa’!

Encore une nuit agitée décidément qu’est ce qui se passe? je dormais comme un bébé au début..

Mon Mp4 me tient a peine 4h..heureusement que j'ai le chargeur solaire et mes bouquins...

je longe toujours le littoral, direction Santander mais je n’y rentrerai pas. Rien que sur la carte sa sens le Bilbao 2!

Je me paume dans une autre petite ville voisine, quand un gamin de 12 ans environ sors sur son grand vélo et commence a me parler espagnol a toute vitesse. Ola tout doux je comprend rien. Ah bon? tant pis il continue a baratiner... Je lui explique avec la carte ou je veux aller et lui demande quelle route je dois prendre. y me dit de le suivre, et pdt deux km on traverse plein de petits quartiers ou j'aimerai pas passer de nuit. et y s'arrete devant une route. Visiblement c'est tout droit. La boussole confirme, sympa le gamin. je lui sers la main "gracias" et feu flamme.

soucis mécanique mon dérailleur c'est desserrer, plus de peur que de mal, un coup de clef et c'est repartis.

Je trouve un champ plat, c'est une bonne nuit qui s'annonce enfin ...


San Sebastian(SP) > Bilbao(SP) : 143 km - 15,8 km/h


Je décolle après cette nuit un peu agitée, direction Bilbao. Je ne trouve rien sur les panneaux, par contre, il y a un «Bilbo» qui n’est pas sur ma carte.. je réfléchis.. Il me semble me souvenir qu'ici ils n’utilisent pas tous le même langage, c'est peut être la même ville. L'avenir me le dira que oui...

Je roule bien dans cette campagne pentue et agréable visuellement, cote a 9 et 10%, pour les 2 cotés.. De belles descentes aussi...

J'arrive sur Bilbao (Bilbo), et là c'est la mouise! Grosse circulation, route defoncée, pollution, travaux, je suis recouvert de peuf et de pollution..

A Bilbao je pensais visiter le musée d'art contemporain que Gwen m’a conseillé, mais j’y renonce vite. En arrivant au centre ville en fait. Quelle lutte pour s'orienter! J'utilise la boussole et la carte au 1: 1 000 000 1cm = 10km, pas très précis. Mais je m’en sors mieux qu'hier. Par contre, la pieuvre étend ces tentacules très long il me faudra 3 h pour atteindre un endroit sans immeubles et travaux alentour. Je suis sur les genoux quand j'arrive a 19h30 a trouver un champ un tout petit peu plus pentu qu'hier.

J'en est marre je veux dormir.

et la je regarde mon vélo...

Diable (j'aime bien cette expression) Diable donc, un rayon de tordu !! La peste soit de la DDE local et de leur route merdique. Pas ça. je sais pas faire même la théorie je suis pas sur de la maîtriser... Quoi ? le mec part en TDM sans savoir changer un rayon?! Ba ouais et alors! C'est en forgeant qu'on devient forgerons non? oula je vais loin la.. retour a nos affaires. Je sors la clé et vois qu'il ont tous besoin d'un peu de serrage. 20 min plus tard je pense pas avoir fait de bourdes. L'avenir me le dira...

Aujourd'hui un camion a battu le record !! Oui oui, il est passer a 15 cm de moi. Je crois que mon coeur c'est arrêté un moment..

Sinon les espagnols avec qui je tente des conversations sont très sympas, et beaucoup m'encouragent sur le vélo.

allez dodo


Biarritz(64) > San Sebastian(SP) : 76km - 10,6km/h


Après une nuit agitée je décolle, je m'arrête dans un café me requinquer un peu. Je vais a Hendaye où je compte trouver un cadeau d'anniv’ pour mon père. Apres une longue hésitation, j'opte pour des mets locaux. ça devrait lui plaisir. Je file a la poste envoyer tout ça. ça mettra 3 jours pile poil pour son anniv’.

Au bout d'un moment, je passe un pont et je vois que les panneaux sont un peu a la old school. Bizarre. bon je continue, et ça continue... Ah ok je suis en Espagne!! Ils auraient pu mettre un panneau ou une douane. C'est sans doute ça l'Europe...

Je roule, tout se passe pour le mieux, quand surgit un panneau : interdit aux vélos. Le problème? Bah il est après l'intersection !! Impensable de faire demi tour ici avec ma charrette et la circulation.

tant pis je continue, ça sera pas la première fois..

A ouais quand même ! J'arrive sur une autopista ou autovia, 2 fois 4 voies et un trafic que je qualifierais de conséquent! un mec qui me double sur la voie d'insertion s'arrête à ma hauteur et commence a me parler, déjà 3 voitures derrière lui, il s'en fout. "je parle pas Espagnol". Je crois qu’il me dit que j'ai pas le droit d'être là. Ah bon?J'arrive a San Sebastian en un seul morceau et la je réalise que les villes vont être galère pour moi.. Je ne comprends rien a leur panneau et repère zéro nom de grande ville pour me barrer. Tout à la boussole !! ça m'emmène dans une ZI, et chiotte! Bon, demi tour, aller j’me lance, je demande a un passant. Il parle un peu Anglais comme moi, il me dit où passer, j'y vais, c'est bon j'en suis sortis, j'attaque les bords de mer. Il y a beaucoup de déniveler et je passe tantôt coté mer tantôt coté intérieur des terres, c'est magnifique avec des couleurs vives et une nature surprenante.

Le soir je m'arrête dans un champ pentu comme un toit (y avait que ça).

La nuit sera agitée je me réveillerai souvent pour remonter et pas abîmer ma tente. je dormirai mieux demain..


Bayonne(40) > Biarritz(64)


J'arrive à Biarritz très tôt, je flâne en bord de mer. Je vais même me baigner, je parle avec un groupe de jeune qui me demande ce que je fais. je me ballade en ville beaucoup de gens ont une planche sous le bras, c'est drôle. Aprem’ cyber, et comme je sors et qu'il fait nuit, je décide de me payer un sandwich et après on verra. Je passe la soirée a la samdwicherie a discuter avec la patronne super sympa, elle me parle de sa région des métiers qu’elle a fait, une amie a elle arrive, elles se remémorent leur plus belle gamelle en vélo. elle m’offre du gâteau basque, très bon. on papote toute la soirée. En partant une d’elle fait 2 photos pour le souvenir et je lui laisse l'adresse du site, car elle souhaite me suivre.

je me trouve un coin de plage que l’on ma conseillé pour être tranquille


Tarbes(65) >Bayonne(40) : 152km - 19km/h


Aujourd'hui je roule, je roule et pour changer, je roule.

J’me fais un peu chier; Je bouquine. Je suis d'une humeur de chien.. Je suis passé à Pau, ville assez jolie avec son château, ça me rappelle des souvenirs de quand je suis passé, il y a 2 ou 3 ans.

Je suis juste content d'avoir fait 150 bornes, mais je suis de nouveau tout crade, puis leurs routes sont pourraves. J'ai failli tomber 2 fois, pis y savent pas rouler! bref je suis vraiment pas de bonne humeur..


Auch(32) > Tarbes(65) : 99 km


J'arrive a Tarbes vers les 14h, je me balade dans la ville, discute avec une mamie qui me pose des questions sur le vélo, d'où je viens, qui me dit que de son temps c'était facile de dormir où on voulait, elle me fait rire. Je trouve une librairie, j'achète 2 tomes de mon bouquin que j'ai terminé, 1 autre fantaisie un bouquin de Mike Horn et la carte de l'Espagne et du Portugal. Et ba moi qui est jamais bcp lu...

Jef (mon pote qui est en alternance dans mon ancienne boite) fini les cours, on va boire une mousse (la première en 10 jours!!) on papote. Il m'invite chez lui. On discute boulot, vélo, un peu de tout. Je me prends une vraie douche! En fait c'était pas tout du bronzage... Je découvre mon panneau solaire et le chargeur, c'est génial, je vais pouvoir avoir de la musique et de la batterie pour les photos à volonté! trop content! Je dors chez lui. Vraiment sympa ce Jef !!





Aujourd'hui journée téléphone à la famille quand je passe a Montauban. ça fait du bien. Je roule pas mal, mais je commence à être assoiffé... pas de flotte tant pis je continue, continue, continue, bon là j'en peux plus, il me faut de la flotte !

Enfin un bout de village. On dirait qu'il a été déserté au moment de la deuxième guerre mondial ! si si ! Je trouve un jeune qui s'ennuie à pierre fendre. Je lui demande le cimetière car évidement y a pas de fontaine. Le cimetière est plus peuplé que le village enfin bref.. je fais le plein et vide la gourde de presque 1.5l en une fois et je repars.

Le soir, je vais prendre une douche à la bouteille, première véritable douche. J'irais pas jusqu'à dire que j'étais propre mais y avait du mieux... Faut que je sois un minimum présentable demain. Je compte arriver à Tarbes voir un pote qui a mon panneau solaire.Je sens quand même un peu meilleur que tout à l'heure.


Rodez(12) > Villefranche(82) : 84 km - 19,5 km/h


Journée détente et rencontre :

Villefranche est une ville très sympa avec un coté moyen âge que j'adore, les gens sont souriants, je m'arrête parler avec des mecs qui font la manche aussi très cool, ils sont trois, 1 ancien et 2 très jeunes 16-18 ans environ, ils sont content d'être là, me renseignent pour avoir de l'eau et où trouver un cyber, ils ne sont pas du coin, on parle de nos régions. Plus tard, je rencontre encore beaucoup de monde avec qui parler.

je modifie l'avancement de mon pédalier pour voir si ça va jouer sur les tendons.


Marvejol(48) > Rodez(12) : 114 km - 16,2 km/h



Premières galères: chute sans gravité pour le vélo et pour moi, quadruple crevaison...

J'arrive à Rodez, c'est pourri, j'en chie, je trouve un magasin de cycle, j'achète des bricoles en rab. Heureusement que j'ai acheté ma pompe hier... Je ne peux pas allez à Albi, la route est interdite au vélo. Je change de destination. Le soir le réchaud fait des siennes, je n’ai pas encore résolu le problème.

En bref, une journée un poil galère.


Yssingeaux(43) > Le Puy en Velay(43) > Marvejol(48) : 183 km - 15 km/h


Une légère douleur dans les tendons, je fais un détour et je remonte la Loire. Une petit journée cyber s’impose pour vous narrer mes trajets. Et déjà une merde avec mon compteur.

Je suis entré dans le massif central et dans le Gévaudan.

Rencontre avec plein de gens sympas qui me racontent leur région. J'ai enfin acheté ma pompe!! Tendons et genoux qui font mal.

J'ai pris mes premiers coups de soleil et mon premier bain! dans un lac à plus de 1000 m d'altitude mais là il y avait urgence...


Vinay(38) > Yssingeaux(43) : 135 km - 15 km/h



Rencontre au café d'une petite vieille avec qui je discute de Mandrin qui avait un panneau décrivant sa mort. Elle m'indique qu'il est né à coté. elle m'explique comment on ramasse les noix et me donne un vieux journal pour couper du vent en descendant le col. Premier contact très intéressant. le boulanger passe avec son vieux camion à la «Louis la brocante».

J’ai également pu traverser Annonay où sont nés les frères Montgolfière.

Je n’ai toujours pas de pompe à vélo et je sens le poney.


Le grand départ


De Saint Félix(74): La première journée a été très lourde en émotion. Je n’en menais pas large au départ.

Mes premières rencontres furent 3 filles de joie dont une était plus proche de la grand mère de joie que de la fille...

J’ai pu faire la visite de quelques champs de noyer qui sont visiblement des spécialités grenobloises


1 commentaire:

  1. Que d'aventures!
    Les anecdotes, les photos, les émotions qui s'en ressentent... Félicitation pour vos récits si bien narrés!

    Evelyne
    Maison des Etats Unis
    http://www.maisondesetatsunis.com/ouest-americain-uso.html

    RépondreSupprimer